Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Paolo Grassi
Traduction de Monica Coralli

Deux périphéries, trois jeunes, un imaginaire partagé

Note comparative sur la violence et l’adolescence entre un barrio de Guatemala-ville et un quartier d’habitat populaire de Milan
Two Peripheries, Three Adolescents, and a Transnational Imaginary: A Comparison of Violence and Adolescence between a Guatemala City Barrio and a Milanese Working-Class Neighborhood
p. 77-97

Résumés

Cet article, fondé sur deux recherches ethnographiques, la première effectuée entre 2011 et 2013 dans un barrio de Guatemala-ville, la capitale de l’un des pays les plus inégalitaires de l’Amérique Latine et la deuxième, en cours, conduite dans un quartier d’habitat populaire de Milan, la ville la plus riche d’Italie, développera une comparaison qualitative, ni objectiviste ni généralisante, des « carrières déviantes » de trois adolescents (deux Guatémaltèques et un Italien de deuxième génération). Tous ont eu des contacts plus ou moins explicites avec des gangs. Bien qu’il s’agisse de contextes structurellement différents, les trois jeunes ont structuré leurs représentations en puisant dans un imaginaire transnational partiellement partagé. De fait, le « refus criminel » a, dans certaines phases de leur existence, constitué une stratégie d’action commune déclinée, par ailleurs, en parcours très différenciés.

Haut de page

Notes de l’auteur

Texte traduit de l’italien par Monica Coralli, chercheur CNRS – UMR 7218 LAVUE – Laboratoire Architecture/Anthropologie.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Deux périphéries : pour une anthropologie de l’exclusion urbaine 
Trois jeunes : enchantement et fascination pour le monde gangster
Un imaginaire partagé : identité et refus criminel

Aperçu du début du texte

« Les affirmations monopolistiques, universalistes et objectivistes faites au nom de la comparaison en anthropologie ne sont pas nécessaires aujourd’hui  ».
André Gingrich et Richard G. Fox, Anthropology by Comparison

Dans le champ de l’anthropologie culturelle, jusqu’où l’effort comparatif doit-il aller ? La citation en exergue d’André Gingrich et Richard G. Fox ne répond pas de façon exhaustive à cette question  ; elle aide cependant à éviter certains propos équivoques et malentendus. Dans leur introduction, les deux auteurs qui ont codirigé l’ouvrage partent de ce constat : si aujourd’hui la comparaison ne peut être monopolistique, universaliste et objectiviste, elle demeure, quoi qu’il en soit, un outil fondamental et nécessaire à l’avancement de la discipline en tant que telle. Gingrich et Fox critiquent donc une conception monolithique, « dure », de la comparaison. Pour ce faire, ils reconstituent les traces historiques d’une pluralité de méthodes, d’une multitude de parcours po...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 110-111, été/automne 2018, p. 77-97

Référence électronique

Paolo Grassi, « Deux périphéries, trois jeunes, un imaginaire partagé », Cultures & Conflits [En ligne], 110-111 | été/automne 2018, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 21 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/conflits/20253 ; DOI : 10.4000/conflits.20253

Haut de page

Auteur

Paolo Grassi

Paolo Grassi, assistant de recherche à l’Université de Padoue et Professeur contractuel à l’Académie des Beaux-Arts de Vérone, est anthropologue, spécialisé en coopération internationale. Il a été également travailleur social, enseignant et éducateur de rue. En 2007, il a commencé à s’intéresser aux domaines liés à la ségrégation urbaine, à la violence et à l’insécurité, ainsi qu’à la dynamique sociale des bidonvilles et des gated communities. Il a mené des recherches ethnographiques en République dominicaine, au Guatemala et en Italie.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page