Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Katherine Saunders-Hastings
Traduction de Tom Cuthbertson

Du code du barrio à l’idéologie d’une entreprise : l’extorsion et l’économie morale de la violence des gangs au Guatemala

From the Code of the Barrio to the Ideology of a Business: Extortion and the Moral Economy of Gang Violence in Guatemala City
p. 121-140

Résumés

Apparues dans les années 1990, les maras centraméricaines ont depuis connu des changements profonds dans leurs cultures de groupe et leurs économies criminelles, changements qui ont infléchi l’expérience de l’insécurité dans les communautés urbaines pauvres où elles sont implantées. S’appuyant sur une étude de terrain ethnographique menée sur un territoire de gang à Guatemala-ville, cet article suit l’évolution dans le temps de l’économie morale du crime et de la violence, en mettant en avant un virage prédateur vers l’extorsion entamé par ces maras. L’article soutient que l’évolution de la violence des gangs et ses effets dans ce territoire s’explique en particulier par des changements survenus dans les rapports entre les gangs et les barrios, et par la divergence des imaginaires sociaux. L’expansion de l’extorsion a coïncidé avec le déplacement du commandement et de l’organisation de ces maras des rues vers les prisons, ce qui a contribué à détacher les cliques du contexte social et éthique des barrios. Cette séparation a transformé le paysage moral de la violence et de la réciprocité dans les « zones rouges » de la ville.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Vivre dans les zones rouges
El Romero et ses gangs
Extorsion et insécurité dans un territoire mara
Les codes du barrio et l’éthique du crime
Les codes du gang et le virage vers la prédation
Les codes du barrio et l’imaginaire social
Les bandits sociaux et l’économie morale de la violence
« Désencastrer » la violence des gangs
Comment expliquer la dérive normative
Violence et réciprocité

Aperçu du début du texte

« Le code du barrio a été troqué contre l’idéologie d’une entreprise ». Ainsi Cadejo, ancien membre du Barrio 18, a-t-il décrit la trajectoire des gangs du Guatemala depuis les années 1990. À l’instar de beaucoup d’autres anciens membres que j’ai interviewés, Cadejo regrette ce qu’il perçoit comme l’abandon par son gang de normes qui naguère imposaient certaines limites à l’usage de la violence et aux cibles autorisées : un changement qu’il impute à l’émergence de l’extorsion comme activité principale du groupe.

Dans le « Triangle du Nord » centraméricain composé par le Salvador, le Honduras et le Guatemala, les gangs de rue dits maras (la Mara Salvatrucha abrégé en MS-13 et Barrio 18) ont énormément changé depuis leur apparition dans cette région, il y a environ vingt-cinq ans. Vu l’envergure de leurs économies criminelles, leurs répertoires d’actes violents et l’impact qu’ils ont sur les communautés urbaines pauvres, il est clair que « les gangs centraméricains d’aujourd’hui ne son...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 110-111, été/automne 2018, p. 121-140

Référence électronique

Katherine Saunders-Hastings, « Du code du barrio à l’idéologie d’une entreprise : l’extorsion et l’économie morale de la violence des gangs au Guatemala », Cultures & Conflits [En ligne], 110-111 | été/automne 2018, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 25 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/conflits/20325 ; DOI : 10.4000/conflits.20325

Haut de page

Auteur

Katherine Saunders-Hastings

Katherine Saunders-Hastings est enseignant-chercheur en études latino-américaines à l’Institut des Amériques de l’University College London (UCL), où elle enseigne l’anthropologie politique et urbaine. Ses recherches portent sur la violence urbaine et l’économie criminelle en Amérique latine, avec un intérêt tout particulier pour les quartiers de Guatemala-ville affectés par les gangs.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page