Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Juan José Martínez d’Aubuisson

La transformation des maras salvadoriennes. Construire le pouvoir depuis ses marges

The Transformation of Salvadorian Maras: Consolidating Power at the Margins
p. 141-156

Résumés

L’article s’intéresse à un moment charnière de l’histoire des maras salvadoriennes. Depuis leur fondation à Los Angeles, puis en Amérique centrale où elles ont été déportées, les deux pandillas hégémoniques du Salvador, la Mara Salvatrucha 13 et Barrio 18, ont développé un système d’agressions réciproques autour duquel s’est défini leur identité. Ce système leur a permis de mettre en place une série de valeurs et une idée de statut et de prestige, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du groupe. Néanmoins, à partir de 2012, avec l’arrivée du premier gouvernement de gauche de l’histoire du Salvador, l’État a mis en place une stratégie de négociation avec les maras dont l’enjeu était de réduire le nombre d’assassinats dans le pays. Ce processus a duré environ deux ans et marque l’entrée des pandillas dans le champ politique salvadorien.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Antécédents
Pandillas del SUR
Le Grand jeu. Agressions et ripostes
Un pari sur la superstructure
La phase politique des gangs salvadoriens
Avant la trêve
Mesurer des forces
« Trêve » et rapprochements. La grande transformation identitaire des gangs
L’étape de la « post-trêve »

Aperçu du début du texte

Deux maras  s’imposent dans la région mésoaméricaine, en particulier dans ce qu’on appelle le triangle nord de l’Amérique centrale, toutes deux d’origine californienne : la Mara Salvatrucha 13 (MS13) et El Barrio 18 (B18). Au Salvador, ces gangs ont connu une forte évolution. Proches dans un premier temps du concept plus classique de Trasher , qui définit les gangs comme des bandes de jeunes marginaux en quête d’identité, caractérisées par des formes d’organisation très fragiles et un investissement de courte durée, les maras sont aujourd’hui d’une grande complexité et jouent un rôle politique dans la région. Capables d’influencer des élections présidentielles et d’articuler des discours sociaux et politiques qui, d’une certaine manière, sont en résonance avec les aspirations légitimes des secteurs les plus exclus, ces groupes se projettent sur le devant de la scène politique.

Au Salvador, ce processus de transformation est en cours depuis près de trente ans. Néanmoins, nous allons i...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 110-111, été/automne 2018, p. 141-156

Référence électronique

Juan José Martínez d’Aubuisson, « La transformation des maras salvadoriennes. Construire le pouvoir depuis ses marges  », Cultures & Conflits [En ligne], 110-111 | été/automne 2018, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/conflits/20357 ; DOI : 10.4000/conflits.20357

Haut de page

Auteur

Juan José Martínez d’Aubuisson

Juan José Martínez d’Aubuisson est anthropologue socioculturel (Université d’El Salvador). Auteur de plusieurs ouvrages : Ver, oír y callar. Un año con la Mara Salvatrucha 13 (Logroño, 2015), Crónicas negras, desde una región que no cuenta (Aguilar, 2013). Co-auteur de Violencia en tiempos de paz. Conflictividad y criminalización en El Salvador (Secretaria de Cultura de la Presidencia, 2015), El Niño de Hollywood. Cómo Estados Unidos y El Salvador moldearon a un sicario de la Mara Salvatrucha 13 (Debate, 2018), Las mujeres que nadie amó (Cinde, 2011), à propos des femmes des quartiers populaires salvadoriens.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page