Navigation – Plan du site
La revue
Hors thème
Pénélope Larzillière

Sentiment d’injustice et engagement. Les expressions militantes de chocs moraux en contexte coercitif ou autoritaire

Feelings of Injustice and Political Engagement: Activist Expressions of Moral Shock in Coercive or Authoritarian Contexts
p. 157-177

Résumés

Sentiment d’injustice et engagement militant sont souvent associés, parfois sur le registre de l’évidence, l’un générant l’autre dans une sorte de continuum. Les liens ainsi relevés entre sentiments moraux — qui ont leur spécificité parmi les émotions politiques — et engagement sont interrogés ici à partir d’un déplacement et d’un décentrement, des contextes démocratiques occidentaux actuels vers des contextes coercitifs et autoritaires, sur la base d’enquêtes menées au Proche-Orient. La nécessité de prendre en compte l’intensification émotionnelle liée à des expériences politiques violentes apparaît ici, pour autant elle n’établit pas — à elle seule — une évidente continuité entre choc induit par certaines expériences, sentiment d’injustice et engagement. Les énonciations militantes du sentiment d’injustice renvoient en effet à un triple registre : expression d’un ressenti nourri d’expériences vécues ou transmises, référence à des cadrages idéologiques qui tout à la fois légitiment les formes prises par leur engagement et contribuent à mettre en sens leur situation et inscription dans une argumentation morale générale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Sentiment d’injustice en contexte coercitif : énonciations militantes
Sentiment d’injustice et cadrages normatifs
Sentiment d’injustice et engagement

Aperçu du début du texte

Différents registres émotionnels existent et coexistent autour des mêmes causes : colère, amertume, admiration, enthousiasme, la liste est longue. Parmi ces registres émotionnels, celui des sentiments moraux est spécifique, en ce qu’il combine dans son expression affectivité et références axiologiques, et se caractérise ainsi par une certaine stabilité, ou durabilité. Le sentiment d’injustice en fait partie et nous voudrions revenir ici, dans une perspective sociologique, sur la constitution de l’émotion comme expérience morale de l’injustice dans le rapport à l’engagement. Qu’en est-il de ces rapports entre sentiments d’injustice et engagement dans les contextes coercitifs ou autoritaires ? C’est ce que nous voudrions interroger spécifiquement.

L’idée d’un choc moral conduisant à l’engagement a été mise en avant en sociologie des émotions politiques. Ainsi James Jasper, pour accompagner sa réflexion sur le rôle des émotions dans les mouvements sociaux, utilise la notion de choc mora...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 110-111, été/automne 2018, p. 157-177

Référence électronique

Pénélope Larzillière, « Sentiment d’injustice et engagement. Les expressions militantes de chocs moraux en contexte coercitif ou autoritaire », Cultures & Conflits [En ligne], 110-111 | été/automne 2018, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/conflits/20382 ; DOI : 10.4000/conflits.20382

Haut de page

Auteur

Pénélope Larzillière

Pénélope Larzillière est sociologue, habilitée à diriger des recherches, chargée de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), rattachée au CEPED (Université Paris Descartes-IRD). Ses travaux portent sur l’engagement politique et le militantisme, y compris les formes extrêmes, et sur les circulations idéologiques. Elle travaille également sur l’art contestataire. Parmi ses publications, on compte notamment les ouvrages Activism in Jordan (Zed Books, 2016), La Jordanie contestataire. Militants islamistes, nationalistes et communistes (Actes Sud, 2013) et Être jeune en Palestine (Balland, 2004). Elle a également co-dirigé les numéros de revue « Révolutions, contestations, indignations » (Socio, n° 2, 2013), et « Faut-il désoccidentaliser l’humanitaire ? » (Humanitaire, n° 24, 2010).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page