Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Magali Della Sudda

Surveillance et redéfinition du péril clérical : les dispositifs de surveillance du culte à l’épreuve de la laïcité sous la Troisième République

Surveillance and the Redefinition of Clerical Threat: Religious Surveillance and Laicity under the Third Republic
p. 55-78

Résumés

Comment la surveillance des fidèles est-elle mise à l’épreuve par le régime de séparation des cultes instauré par la loi de 1905 ? Dans les années 1890 et jusqu’à la Grande guerre, les catholiques, hostiles à un ordre politique libéral et pourfendeurs de l’égalité sociale, sont suspects d’allégeance à une puissance étrangère, le Vatican. Les archives ont laissé un témoignage de ce souci croissant de surveiller pour mieux contrôler les groupes religieux pouvant porter atteinte à l’ordre républicain. Avec les politiques de laïcité, la menace religieuse prend peu à peu un nouveau visage : celui de la congréganiste ou de la religieuse sécularisée. C’est à l’actualisation des dispositifs de surveillance des ennemies d’un nouveau genre, suspectes de troubler l’ordre républicain et l’ordre ecclésial, que cet article est consacré.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Nouvelles suspectes
De la congréganiste à la militante, le nouveau péril clérical féminin ?
La loi de 1901, entre surveillance préfectorale et mise à distance de l’autorité religieuse
Des ligues féminines pour la cause de l’Église : la Ligue des femmes françaises (1901-1933) et la Ligue patriotique des Françaises (1902-1933)
La double allégeance des femmes catholiques
La main des Jésuites de « l’internationale noire »
Des femmes au service d’une puissance étrangère : le bras armé féminin du Souverain-Pontife
Une menace pour la République : l’influence des femmes sur les électeurs
Des ligues féminines réactionnaires
Surveillance des incursions féminines dans le champ politique
Surveiller sans punir : dispositifs de surveillance des femmes catholiques
Préfecture de police de Paris et Sûreté générale, une surveillance croisée
Informateurs et agents républicains
Se dérober au regard de l’État

Aperçu du début du texte

Comment des femmes, catholiques et conservatrices, sont-elles entrées dans le viseur de la surveillance politique ? Il faut revenir sur le contexte spécifique des transformations du régime républicain entre 1902 et 1914 pour comprendre comment, de manière apparemment paradoxale, des associations catholiques de femmes conservatrices ont fait l’objet de surveillance, passant du statut de citoyennes sans le vote à celui de menace pour l’ordre républicain. Dans les années 1890 et jusqu’à la Grande guerre, les catholiques hostiles à un ordre politique libéral et pourfendeurs de l’égalité sociale sont suspects d’allégeance à une puissance étrangère, le Vatican. De grandes bourgeoises et des aristocrates, des groupes sociaux considérés comme des facteurs de stabilité pour l’ordre social et politique conservateur, passent ainsi de la catégorie de gardiennes de l’ordre social à celle de menaces pour la République. Si « tout Paris avait un dossier » à la Préfecture de police, selon les mots d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 114-115, été-automne 2019, p. 55-78

Référence électronique

Magali Della Sudda, « Surveillance et redéfinition du péril clérical : les dispositifs de surveillance du culte à l’épreuve de la laïcité sous la Troisième République », Cultures & Conflits [En ligne], 114-115 | été/automne 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/conflits/20942 ; DOI : 10.4000/conflits.20942

Haut de page

Auteur

Magali Della Sudda

Magali Della Sudda est chargée de recherche au CNRS, Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux. Après avoir soutenu une thèse sur la politisation des femmes conservatrices avant le droit de vote en France et en Italie, elle prépare une habilitation à diriger les recherches sur les recompositions des droites autour du genre entre 2012 et 2017. Parmi ses publications : « “Ripostes catholiques” », Genre, sexualité & société, 18, 2017 (avec Martina Avanza) ; « When male heterosexual leaders politicize gender and sexual issues : The logic of representation in the 2014 Bordeaux municipal election campaign », French Politics, 14, 2016/1 (avec Clément Arambourou, Fanny Bugnon, Victor Marneur, Frédéric Neyrat et Marion Paoletti) ; « Gender, Fascism and Right-Wing in France between the wars : the Catholic matrix », Politics, Religion & Ideology (Ex Journal of Totalitarian Movements), vol. 13, 2012/2.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page