Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Alexandre Rios-Bordes

Une surveillance sous tensions. Sociohistoire d’un arrangement sécuritaire en contexte démocratique

États-Unis, premier xxe siècle
Surveillance Under Stress: The Socio-history of an Emerging Security Arrangement in a Democratic Context. The United States in the early 20th Century
p. 79-108

Résumés

L’article se propose, à partir d’un cas historique, de déployer sur quel arrangement à la fois intellectuel, institutionnel et pratique a pu reposer l’émergence, puis la première perpétuation d’une forme a priori hautement problématique de curiosité étatique : la surveillance politique opérée par les administrations clandestines de l’État. Le cas des services de renseignement militaire étatsuniens montre que cette entreprise de surveillance n’est jamais allée de soi ; qu’elle est prise dès l’origine dans une contradiction fondamentale qui enserre son dispositif. Elle est, d’une part, institutionnellement légitime, portée par un raisonnement sur la menace formulé au sortir du premier conflit mondial qui fait du suivi de la situation intérieure un impératif guerrier. Dans le même temps, cette vigilance se révèle être politiquement illégitime, au nom du double stigmate de son association à une possible répression politique et de l’intolérable ingérence des militaires qu’elle suppose. Première transaction : elle ne se poursuit donc que sous conditions d’ambiguïté instituée, y compris au sein des forces armées et jusqu’au sein même des services. Cette situation d’incertitude s’y décline en une série de tensions logique, éthique et pratique que les premiers spécialistes de la surveillance ne surmontent qu’en engageant un intense travail normatif sur les finalités spécifiques de leurs organisations, en esquissant les contours d’une déontologie singulière et en développant une culture de la transgression dont la limite est toujours – seconde transaction – le caractère passif de leur vigilance.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le mobile spécifique
Intrusion
Raisonnement
Normalisation
La nécessaire ambiguïté
Prudence
Hypocrisies
Silence
Un dispositif sous tensions
Logique
Éthique
Pratique 

Aperçu du début du texte

La surveillance par l’État pose problème. Bien sûr, toute entreprise étatique d’accumulation de savoirs peut en soi poser problème dans la mesure où elle met en jeu leur possible utilisation dans l’exercice de sa domination . Mais la surveillance délibérée, généralement discrète, forcément suspicieuse contrevient plus directement à une fiction politique démocratique fondamentale : l’existence d’un pacte de confiance liant l’État et son peuple. Son institutionnalisation suppose même un renversement de la relation présumée entre les citoyens et leur gouvernement : le « peuple surveillant », contrôlant les pouvoirs au nom d’une « réserve de défiance  », devient objet de suspicion et de perpétuelle inquiétude de l’État. Cette transgression – donc ce problème politique – est bien identifiée par la production scientifique. Un temps marginalisée au profit d’approches décentrées insistant sur la dispersion des formes de contrôle dans des sociétés graduellement mises en réseau, la question a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 114-115, été-automne 2019, p. 79-108

Référence électronique

Alexandre Rios-Bordes, « Une surveillance sous tensions. Sociohistoire d’un arrangement sécuritaire en contexte démocratique », Cultures & Conflits [En ligne], 114-115 | été/automne 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/conflits/20985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.20985

Haut de page

Auteur

Alexandre Rios-Bordes

Alexandre Rios-Bordes est agrégé et maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris Diderot. Il est membre du Laboratoire ICT (EA 337) et membre associé du LIER-FYT (FRE 2024). Il est notamment l’auteur de Savoirs de l’ombre : la surveillance militaire des populations étasuniennes (1917-1941), publié en 2018 aux éditions de l’EHESS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page