Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Camille Guenebeaud et Annalisa Lendaro

Mettre le feu aux poudres ou passer inaperçu? Stratégies de résistance à Lampedusa et à Calais

Set Things on Fire or Sneak Past Unnoticed? Resistance Strategies in Lampedusa and Calais
p. 79-96

Résumés

L’île italienne de Lampedusa et la ville de Calais sont devenues des symboles de la frontière contemporaine. Régulièrement traversés par des « crises », ces territoires et leurs populations sont gouvernés au travers de dispositifs de contrôle et de tri qui questionnent l’effectivité de l’État de droit. Malgré ces similitudes, Lampedusa et Calais se distinguent par leur position géostratégique dans la gestion du phénomène migratoire et par des configurations d’acteurs locaux différentes. L’objectif de cette contribution est double : d’une part, il s’agira de montrer que ces spécificités ont des effets sur les stratégies de résistance des personnes en migrations ; d’autre part, il sera question de mettre l’accent sur le caractère adaptatif de ces résistances par le corps : dans quelles circonstances a-t-on intérêt à subvertir l’ordre public et ainsi attirer l’attention des institutions ? Quand vaut-il mieux, au contraire, mettre en œuvre des stratégies plus discrètes de passing ? Cet article, qui s’appuie sur deux enquêtes qualitatives réalisées par les deux auteur-e-s entre 2013 et 2018, se propose d’apporter des éléments de réponse à ces questions.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Deux configurations socio-spatiales du contrôle : convergences et spécificités
Agir par et avec le corps : résistances adaptatives aux frontières
Le corps souffrant
Le corps dissimulé
Le corps collectif perturbateur de l’ordre public
Le corps normé
Un droit à la subversion ?

Aperçu du début du texte

En dépit de la durée et de l’ampleur de la crise de l’accueil qui traverse l’Europe , les politiques européennes contemporaines témoignent de la volonté renouvelée de lutter contre l’immigration irrégulière, plutôt que de garantir l’accès aux droits fondamentaux des personnes en situation de migration. Une vaste littérature documente les effets de cette orientation sécuritaire dans la gestion des frontières internes et externes de l’Union européenne . Situées aux extrémités de l’Espace Schengen, respectivement ville la plus proche des côtes anglaises et île la plus méridionale de l’Italie, Calais et Lampedusa sont les symboles depuis plus de vingt ans de cette gestion répressive des mobilités humaines.

Nous considérons ici la frontière dans sa dimension biopolitique , c’est-à-dire comme un outil de gouvernance des populations qui passe par leur catégorisation et par leur séparation spatiale, et qui implique l’exercice de pouvoirs sur le corps et la vie des personnes ciblées. Parler ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Guenebeaud et Annalisa Lendaro, « Mettre le feu aux poudres ou passer inaperçu? Stratégies de résistance à Lampedusa et à Calais », Cultures & Conflits, 117 | 2020, 79-96.

Référence électronique

Camille Guenebeaud et Annalisa Lendaro, « Mettre le feu aux poudres ou passer inaperçu? Stratégies de résistance à Lampedusa et à Calais », Cultures & Conflits [En ligne], 117 | printemps 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/conflits/21541 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.21541

Haut de page

Auteurs

Camille Guenebeaud

Camille Guenebeaud est docteur en géographie, chercheur associé au laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Par le biais d’une enquête ethnographique sur la ville de Calais, il a étudié les processus d’immobilisation des personnes migrantes et leurs modalités de résistance, ainsi que les pratiques et les discours des acteurs locaux (municipalité, riverains, commerçants) qui, combinés, déplacent la frontière politique entre deux États vers l’émergence de frontières sociales au sein de la ville. Il est post-doctorant au sein de l’équipe DisPow (ANR 2019-2021).

Annalisa Lendaro

Annalisa Lendaro est chargée de recherche en sociologie politique au CNRS (France). Ses principaux intérêts portent sur les politiques migratoires et les conséquences qu’elles ont à la fois sur l’accès aux droits des migrants et sur les formes de résistance qu’elles engendrent. Elle coordonne l’ANR DisPow, un projet qui se propose d’étudier les formes et les effets du pouvoir discrétionnaire de l’État à trois frontières : le Calaisis ; la frontière franco-italienne ; et la frontière basque.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page