Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Marc-Antoine Pérouse de Montclos et Camille Noûs

Écoles coraniques, djihad et violence « terroriste » dans le nord du Nigeria

Qur’anic Schools, Jihad, and “Terrorist” Violence in Northern Nigeria
p. 97-114

Résumés

Les écoles coraniques de l’Afrique sahélienne souffrent aujourd’hui d’une réputation catastrophique. Les décideurs, notamment, leur reprochent de freiner le développement de la région en professant une forme d’obscurantisme hostile au progrès et à la modernité d’inspiration occidentale. Pire, elles sont accusées d’être un terreau du terrorisme. Il convient pourtant d’interroger le lien entre analphabétisme, endoctrinement djihadiste et basculement dans la lutte armée. Au Nigeria, les données qualitatives et quantitatives recueillies dans l’État du Borno, fief de Boko Haram, ne révèlent pas de corrélation entre les uns et les autres. Les niveaux d’accès à l’école publique, en particulier, ne disent rien de probant sur l’intensité des violences et des recrutements dans les zones d’implantation des insurgés. Les écoles coraniques s’avèrent ne pas avoir joué non plus de rôle déterminant dans le développement de la secte. Un tel constat oblige à relativiser l’importance du fanatisme religieux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La stigmatisation des écoles coraniques : une vieille histoire
La demande de réislamisation du système éducatif
Le rejet de l’école publique : une explication non religieuse
Un lien discutable entre analphabétisme et terrorisme djihadiste
Le cas de Boko Haram dans l’État du Borno

Aperçu du début du texte

« L’encre du savant est plus sacrée que le sang du martyr. »
Mot prêté au prophète Mahomet 

Les écoles coraniques de l’Afrique sahélienne souffrent aujourd’hui d’une mauvaise réputation. Les décideurs politiques, les praticiens de la sécurité et les médias occidentaux ne sont pas seuls en cause. En Afrique subsaharienne, tant les chrétiens et les musulmans réformistes que les milieux laïcs et, parfois, universitaires partagent très largement un sentiment de profonde méfiance à l’égard des écoles coraniques. En l’absence de sondages, il convient certes de nuancer le propos. Ancrées dans une tradition multiséculaire, les écoles coraniques itinérantes sont sans doute mieux acceptées en milieu rural que dans les villes. En général, on leur reproche néanmoins de freiner le développement de l’Afrique sahélienne en professant une forme d’obscurantisme hostile à la modernité d’inspiration occidentale.

Pire encore, elles sont accusées d’être un terreau du terrorisme de type djihadiste. À Guir...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc-Antoine Pérouse de Montclos et Camille Noûs, « Écoles coraniques, djihad et violence « terroriste » dans le nord du Nigeria », Cultures & Conflits, 117 | 2020, 97-114.

Référence électronique

Marc-Antoine Pérouse de Montclos et Camille Noûs, « Écoles coraniques, djihad et violence « terroriste » dans le nord du Nigeria », Cultures & Conflits [En ligne], 117 | printemps 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/conflits/21572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.21572

Haut de page

Auteurs

Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Marc-Antoine Pérouse de Montclos est politiste, spécialiste des conflits armés en Afrique subsaharienne, directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et chercheur associé au PRIO (Peace Research Institute, Oslo). CEPED (Centre Population Développement), UMR 196, Paris Descartes-IRD.

Camille Noûs

Camille Noûs est politiste, chargée de recherches au Laboratoire Cogitamus.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page