Navigation – Plan du site

AccueilLa revue118DossierLa zone grise : les mutations du ...

La revue
Dossier
Karine Côté-Boucher et Ariane Marie Galy

La zone grise : les mutations du secret aux frontières canadiennes et américaines

The Grey Zone: Mutations of Secrecy at the Canadian and US Borders
p. 89-108

Résumés

Nous appuyant sur trois terrains de recherche menés auprès des services frontaliers canadiens et étatsuniens, ainsi qu’auprès de l’industrie canadienne du transport transfrontalier, notre article s’éloigne de travaux qui répondent d’une épistémologie de la révélation quant au secret de sécurité et s’intéresse plutôt aux dimensions ordinaires quoique changeantes du secret aux frontières. Nous explorons les modalités du visible et de l’invisible et leur modification à la suite de l’automatisation de la décision frontalière et du recours à diverses technologies (systèmes de ciblage, kiosques d’évaluation des passagers, bases de données criminelles et migratoires). D’une part, nous nous intéressons à la circulation du soupçon et à sa mise en secret, ainsi qu’à la manière dont cette circulation participe à la reconfiguration des pratiques discrétionnaires dans les points d’entrée. À leur tour, ces usages du secret nourrissent, mais également s’opposent à une reconversion du contrôle frontalier sous des formes technologisées. D’autre part, notre regard se porte sur l’asymétrie de l’accès à l’information privilégiée en contrôle frontalier et sur sa contribution aux phénomènes de valorisation et de dévalorisation des dispositions professionnelles traditionnelles des agents de terrain. Enfin, considérant la décision aléatoire, nous évoquons comment celle-ci traduit une mutation dans les usages du secret aux frontières, dénotant une déresponsabilisation des acteurs de première ligne quant aux effets de ces décisions sur les voyageurs.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

L’ambiguïté du secret et de ses usages
Considérations méthodologiques
Faire circuler le soupçon
Mettre le doute en mémoire
Le soupçon circulant et l’analyse de risque
Secret et (dé)valorisation professionnelle
Secret et asymétries d’accès à l’information
Déresponsabilisation et dissimulation des incohérences

Aperçu du début du texte

Que doit-on tenir secret en contexte frontalier ? Les deux situations suivantes illustrent toute l’ambiguïté de cette exigence. Lors de nos terrains de recherche respectifs aux frontières canadiennes et étatsuniennes, nous avons été toutes les deux prises à partie à propos d’informations que certains pensaient devoir passer sous silence alors que d’autres croyaient, au contraire, que ces mêmes informations pouvaient être divulguées. Accompagnée de son gatekeeper, un officier de liaison des affaires publiques pour la Customs and border protection (US-CBP), Ariane Marie Galy y interroge un superviseur du Service fédéral d’inspection (FIS) d’un aéroport international des États-Unis au sujet des procédures d’adhésion au programme de gestion automatisée des voyageurs dits « de confiance ». Ayant appris qu’une des démarches pour postuler implique un entretien en présentiel entre un officier CBP et le candidat, elle interroge le superviseur sur le type de questions posées par les agents de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Côté-Boucher et Ariane Marie Galy, « La zone grise : les mutations du secret aux frontières canadiennes et américaines », Cultures & Conflits, 118 | 2020, 89-108.

Référence électronique

Karine Côté-Boucher et Ariane Marie Galy, « La zone grise : les mutations du secret aux frontières canadiennes et américaines », Cultures & Conflits [En ligne], 118 | été 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 22 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/21907 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.21907

Haut de page

Auteurs

Karine Côté-Boucher

Karine Côté-Boucher est professeure agrégée à l’École de criminologie de l’Université de Montréal. Ses travaux portent sur les frontières, des douanes aux contrôles migratoires. Son livre Border Frictions: Gender, Generation & Technology on the Frontline a paru chez Routledge en 2020. Un soutien financier pour les recherches discutées dans cet article a été attribué par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et par le Fonds de recherche société et culture du Québec.

Ariane Marie Galy

Ariane Marie Galy est doctorante en science politique et criminologie dans le cadre d’une cotutelle de thèse (Sciences Po Toulouse / Université de Montréal). Elle interroge la construction et l’expansion de programmes de passage rapide aux frontières tels que les programmes de voyageurs « dignes de confiance » comme pratique de la gestion des frontières aéroportuaires. Elle est lauréate d’une Bourse Vanier du Canada 2019, d’un contrat doctoral 2016 et d’une bourse d’aide à la recherche doctorale de l’Institut des Amériques.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search