Navigation – Plan du site

AccueilLa revue118Chroniques bibliographiquesDaniel Bultmann, The Social Order...

La revue
Chroniques bibliographiques
Adélaïde Martin

Daniel Bultmann, The Social Order of Postconflict Transformation in Cambodia. Insurgent Pathways to Peace, Lanham, Lexington Books, 2018, 182 p.

p. 151-153
Référence(s) :

Daniel Bultmann, The Social Order of Postconflict Transformation in Cambodia. Insurgent Pathways to Peace, Lanham, Lexington Books, 2018, 182 p.

Texte intégral

  • 1 Bultmann D., The Field of Insurgency: Armed Groups in Cambodia, 1979-1999, Berlin, Humboldt-Univers (...)
  • 2 Bultmann D., Kambodscha unter den Roten Khmer. Die Erschaffung des perfekten Sozialisten, Paderborn (...)
  • 3 Pour une utilisation du terme « sortie de guerre » à la place d’« après-guerre », voir Cabanes B., (...)
  • 4 Heder S., Ledgerwood J., « Politics of Violence: an Introduction », in Propaganda, Politics, and Vi (...)

1Dans la lignée de ses travaux sur la structuration des groupes armés 1 et sur l’histoire longue du mouvement khmer rouge 2, Daniel Bultmann prolonge ses réflexions sur le conflit civil cambodgien sous l’angle de la « sortie de guerre 3 ». Se concentrant sur la période post-génocidaire, il examine la coalition formée des trois factions émanant des régimes précédents, s’opposant de 1979 à 1991 au pouvoir socialiste en place à Phnom Penh. Il prend en compte le continuum de la violence jusqu’à la fin des années 1990 4, c’est-à-dire au-delà de la signature de l’accord de paix, avec la poursuite des hostilités du côté khmer rouge et les tensions politiques.

  • 5 Bultmann D., Bürgerkriegstheorien, Konstanz, UVK, 2015 ; “The social structure of armed groups. Rep (...)

2À partir d’une enquête multi-située (Cambodge, États-Unis, Thaïlande, France), l’auteur propose de saisir l’épaisseur sociologique des parcours de démobilisation et des stratégies de reconversion des membres de l’Armée nationale sihanoukiste (ANS), de l’Armée nationale de libération du peuple khmer (ANLPK) et de l’Armée nationale du Kampuchéa Démocratique (ANKD). Il s’appuie pour ce faire sur un corpus conséquent de cent soixante-huit entretiens réalisés entre 2011 et 2017 avec d’ex-combattants, combiné à l’observation ethnographique de leurs conditions de vie actuelles et à un travail sur documentation. Se démarquant de la littérature prescriptive sur les opérations dites de DDR (Désarmement, Démobilisation et Réintégration), il s’inscrit dans un renouveau des approches théoriques maniant les outils conceptuels forgés par Pierre Bourdieu et un niveau d’analyse méso 5.

  • 6 Debos M., « Les limites de l’accumulation par les armes. Itinéraires d’ex-combattants au Tchad », P (...)

3La notion de « champ insurrectionnel » permet à D. Bultmann d’appréhender, dans une perspective relationnelle et dynamique, la structuration sociale des groupes armés (p. 9). Il détaille avec précision comment celle-ci reproduit les hiérarchies sociales antérieures, avec une élite formant le haut commandement, leurs clients patrimoniaux au sein des échelons intermédiaires et la paysannerie déplacée composant les soldats du rang. Au sein de cette classification, il distingue horizontalement des « groupes d’habitus », composés d’acteurs partageant un parcours de vie, une éducation, un ensemble de ressources, un schéma de recrutement, de socialisation et un rang militaire au sein de leur faction, soit des dispositions incorporées similaires (p. 11). L’homologie entre les positions sociales ex ante et les positions militaires lors du conflit est néanmoins nuancée dans les cas où la guerre vient bouleverser cette hiérarchie en produisant une nouvelle différenciation. Le champ possédant ses propres règles, l’auteur montre comment la valeur symbolique accrue des compétences au combat permet une mobilité sociale ascendante aux groupes pour lesquels l’« ethos guerrier » remplace le capital social hérité (p. 41). L’exemple des strongmen illustre bien ces « itinéraires d’accumulation par les armes 6 ».

  • 7 Banégas R., « Génération “guerriers” ? Violence et subjectivation politique des jeunes miliciens en (...)
  • 8 Richards P. (ed.), No Peace, no War. An Anthropology of Contemporary Armed Conflicts, Oxford, James (...)
  • 9 Duclos N., « Introduction », in Duclos N. (dir.), L’adieu aux armes ? Parcours d’anciens combattant (...)

4Le propos de D. Bultmann est de comprendre les conditions sociales du retour à la vie civile en articulant la fluctuation des ressources aux structures d’opportunités accessibles lorsque le champ insurrectionnel entre en dissolution (pp. x-xi). Pendant « cette phase, assez longue, de “ni guerre - ni paix” 7 », situation déjà bien étudiée par Paul Richards 8, chaque combattant chercherait à obtenir une position similaire ou à rétablir son statut perdu du pré-conflit (p. 15). De cette hypothèse centrale, l’auteur déduit des modalités de démobilisation et des parcours de reconversion distincts. La détention de ressources adaptées à des espaces sociaux en paix, tel un volume important de capital culturel, permet en effet à certains de (ré)intégrer la fonction publique ou l’appareil militaire (p. 22). Cette « double transposition de propriétés sociales de l’avant-guerre à la guerre puis de la guerre à l’après-guerre 9 », les pousse à mettre fin à leur affiliation à l’insurrection. La perpétuation du conflit est a contrario une stratégie employée par ceux qui ne parviennent pas à convertir leur statut guerrier en une autre forme de capital. C’est le cas des strongmen, détenteurs d’une ressource symbolique désormais dévaluée, qui poursuivent le combat jusqu’à la fin des années 1990 (p. 44). Cette interprétation, du désengagement ou du maintien de l’engagement dans la lutte armée à partir de la possibilité de (re)classement ou du risque de déclassement, constitue certainement l’un des points forts de l’ouvrage.

  • 10 Sur ce point, voir Debos M., op. cit., pp. 178-179.

5On ne peut que souligner cette contribution bienvenue à la connaissance de l’ordre social cambodgien et de ses continuités à travers le conflit. Pour les combattantes khmères rouges réassignées à des rôles traditionnels genrés (p. 120), comme pour la majorité des hommes en armes, les ressources acquises pendant la guerre ne suffisent pas à reconstruire les positions d’une manière renouvelée par rapport à la situation sociale antérieure 10. S’attardant sur les difficultés auxquelles ils sont confrontés, l’auteur met en évidence la (re)conversion religieuse comme moyen de surmonter le désajustement ou la stigmatisation (p. 105). Dans cette perspective, on comprend aussi mieux comment, parmi ceux pour qui la démobilisation représente un coût social, certains en viennent à souhaiter une reprise de la guerre (p. 133).

6Si l’ouvrage remplit son pari théorique en sociologie des conflits armés en rompant avec une vision homogène de la démobilisation et figée de la réintégration, on peut néanmoins regretter que les itinéraires soient moins approfondis sur le long terme que dans l’immédiat après-guerre pour certains groupes. Il n’en reste pas moins que D. Bultmann fournit ici des voies précieuses de compréhension du contexte politique contemporain, concernant tant la logique de réintégration clientéliste que les mécanismes de cooptation d’une partie de l’insurrection au-delà du cadre de la politique nationale de réconciliation (win-win policy). On peut également saluer la restitution des contraintes empiriques de son terrain ex post, riche d’enseignements sur les possibilités matérielles de recherche au Cambodge.

Haut de page

Notes

1 Bultmann D., The Field of Insurgency: Armed Groups in Cambodia, 1979-1999, Berlin, Humboldt-University, 2013, sous la direction de Rehbein et Klaus Schlichte ; Inside Cambodian Insurgency. A Sociological Perspective on Civil Wars and Conflict, Burlington/Farnham, Ashgate, 2015.

2 Bultmann D., Kambodscha unter den Roten Khmer. Die Erschaffung des perfekten Sozialisten, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2017.

3 Pour une utilisation du terme « sortie de guerre » à la place d’« après-guerre », voir Cabanes B., Piketty G., « Sortir de la guerre : jalons pour une histoire en chantier », Histoire@Politique, vol. 3, n°3, 2007, p. 1.

4 Heder S., Ledgerwood J., « Politics of Violence: an Introduction », in Propaganda, Politics, and Violence in Cambodia. Democratic Transition under United Nations Peace-Keeping, Armonk, M. E. Sharpe, 1996, pp. 3-49.

5 Bultmann D., Bürgerkriegstheorien, Konstanz, UVK, 2015 ; “The social structure of armed groups. Reproduction and change during and after conflict”, Small Wars & Insurgencies, vol. 29, n°4, 2018, pp. 607-628 ; Hensell S., Gerdes F., “Exit from war: The transformation of rebels into post-war power elites”, Security Dialogue, vol. 48, n°2, 2017, pp. 168‑184.

6 Debos M., « Les limites de l’accumulation par les armes. Itinéraires d’ex-combattants au Tchad », Politique africaine, vol. 109, n°1, 2008, p. 168.

7 Banégas R., « Génération “guerriers” ? Violence et subjectivation politique des jeunes miliciens en Côte d’Ivoire », in Duclos N. (dir.), L’adieu aux armes ? Parcours d’anciens combattants, Paris, Éditions Karthala, 2010, p. 375.

8 Richards P. (ed.), No Peace, no War. An Anthropology of Contemporary Armed Conflicts, Oxford, James Currey, Athens, Ohio University Press, 2005.

9 Duclos N., « Introduction », in Duclos N. (dir.), L’adieu aux armes ? Parcours d’anciens combattants, op. cit., p. 24.

10 Sur ce point, voir Debos M., op. cit., pp. 178-179.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adélaïde Martin, « Daniel Bultmann, The Social Order of Postconflict Transformation in Cambodia. Insurgent Pathways to Peace, Lanham, Lexington Books, 2018, 182 p. », Cultures & Conflits, 118 | 2020, 151-153.

Référence électronique

Adélaïde Martin, « Daniel Bultmann, The Social Order of Postconflict Transformation in Cambodia. Insurgent Pathways to Peace, Lanham, Lexington Books, 2018, 182 p. », Cultures & Conflits [En ligne], 118 | été 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/22017 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.22017

Haut de page

Auteur

Adélaïde Martin

Adélaïde Martin est doctorante en sciences politiques à l’Institut des sciences sociales du politique (UMR 7220) – Université Paris-Nanterre. Ancienne fellow au Center for Khmer Studies (Cambodge) en 2019, elle est également membre associée à l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (2020-2022). Ses recherches portent sur l’État cambodgien depuis 1979, à travers l’étude des parcours transnationaux de ses cadres. 

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search