Navigation – Plan du site

AccueilNuméros119-120DossierLa justice transitionnelle, un mo...

Dossier

La justice transitionnelle, un monde-carrefour

Contribution à une sociologie des professions internationales
Transitional Justice, a Crossroads-World. Contribution to a Sociology of International Professions
Delphine Griveaud et Sandrine Lefranc
p. 39-65

Résumés

Le texte esquisse, au sujet de l’expertise de justice transitionnelle élaborée depuis la fin des années 1980, une sociologie des professions internationales. Plutôt que de rechercher le sens de la norme ou de la réalité des politiques locales de justice, nous avons analysé les trajectoires d’un groupe d’acteurs impliqués dans la production de cette expertise globale. Pour ce faire, nous avons eu recours à la prosopographie, c’est-à-dire l’étude systématique d’une masse importante de données sur les trajectoires et caractéristiques de ces acteurs. Cette démarche éclaire les caractéristiques singulières du monde international de la justice transitionnelle, de manière complémentaire de la théorie des champs. Malgré son fort développement, la justice transitionnelle ne forme pas un champ autonome et institutionnalisé. L’ambivalence des propositions politiques que font ses promoteurs – entre amnistie et poursuites pénales, par exemple – est le reflet de sa nature de monde-carrefour, créé par les interactions entre les mondes sociaux variés qui la constituent, par les coalitions diverses d’acteurs qui la portent ou n’y font que passer. Malentendus fonctionnels et techniques frontalières permettent de définir une justice qui n’en est pas tout à fait une.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Une arène globale sans professionnels
Une professionnalisation inachevée ? Faire de la justice transitionnelle, en passant
Une autonomisation inachevée : la dépendance au contexte local de la justice transitionnelle
Une spécialisation inachevée ? Un alignement incomplet sur le droit pénal international
Un « champ faible » déterminé par des logiques hétéronomes : le cas des rapports au monde académique
Une polarisation par l’académie
Universitaires… précaires
La justice transitionnelle, un monde carrefour qui produit une politique malléable
Un monde carrefour
Une politique malléable

Aperçu du début du texte

Une « industrie globale de la justice transitionnelle et des politiques de mémoire  » s’est développée au cours des trente dernières années. La production académique et experte est abondante, les échanges denses . Des formations dédiées ont été adoptées par de nombreuses universités. Des organisations spécialisées ont été créées et proposent leurs propres formations, tandis que les grandes organisations de défense des droits humains, initialement réticentes, se sont réapproprié l’expression de justice transitionnelle. Les budgets alloués ont augmenté . L’Organisation des Nations Unies (ONU), avec d’autres organisations intergouvernementales, ont formulé des normes non contraignantes. Le monde de la justice transitionnelle apparaît aux spécialistes comme un « champ  » déjà « saturé  », unifié, organisé et bien différencié d’autres mondes internationaux.

Ces spécialistes sont pourtant bien en peine de s’accorder sur ce que recouvre l’expression. Ils peuvent s’entendre sur des mots d’or...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Griveaud et Sandrine Lefranc, « La justice transitionnelle, un monde-carrefour  »Cultures & Conflits, 119-120 | 2020, 39-65.

Référence électronique

Delphine Griveaud et Sandrine Lefranc, « La justice transitionnelle, un monde-carrefour  »Cultures & Conflits [En ligne], 119-120 | automne-hiver 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/22134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.22134

Haut de page

Auteurs

Delphine Griveaud

Delphine Griveaud est doctorante sous mandat du Fonds National de la Recherche Scientifique. Elle s’intéresse à la justice et travaille sur ses formes dites alternatives. Sa dernière publication : « “Parfaire la construction de la nation ivoirienne”. Justice transitionnelle et récit national », in Goirand C., Muller A. (dir.), Documenter les violences : usages publics du passé dans la justice transitionnelle, Paris, Éditions de l’IHEAL, 2020.

Sandrine Lefranc

Sandrine Lefranc est chargée de recherche à l’Institut des Sciences sociales du Politique. Parmi ses publications récentes : avec S. Gensburger, Beyond Memory. Can We Really Learn From the Past?, Londres, Palgrave Macmillan, 2020 ; « Des “procès rwandais” à Paris. Échos locaux d’une justice globale », Droit et société, n°102, 2019, pp. 299-318.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search