Navigation – Plan du site

AccueilNuméros119-120DossierLe barreau « africain » de Paris ...

Dossier

Le barreau « africain » de Paris : entre Big Bang sur le marché du droit des affaires et sillons d’Empire

The “African” Bar in Paris: Between Big Bang on the Market for Corporate Law and Imperial Threads
Sara Dezalay
p. 67-93

Résumés

Les projections politico-idéologiques autour du positionnement de l’Afrique en tant que « dernière frontière de l’économie mondiale » rendent la recherche sur les rapports entre droit et politique sur le continent particulièrement périlleuse. Cet article propose un point d’entrée, fondé sur l’étude du cas du barreau « africain » de Paris, pour un programme de recherche plus large. Ce barreau est un lieu clé pour la négociation de contrats entre multinationales et États francophones du continent africain. L’analyse des trajectoires individuelles des juristes opérant dans ce microcosme social révèle sa caractéristique en tant qu’« espace-carrefour » : Paris y est à la fois l’ancienne métropole impériale et la tête de pont d’une mondialisation du droit des affaires portée par les États-Unis depuis les années 1980 vers l’Europe continentale et dorénavant vers l’Afrique. Si ce programme de recherche s’inscrit dans la lignée de la sociologie structurale du droit et de la mondialisation ouverte par Dezalay et Garth, il emprunte également une stratégie de recherche reflétant le tournant global en histoire : la biographie collective de ce microcosme professionnel offre une vue de coupe de la façon dont les rapports inégaux entre l’Afrique et l’économie-monde se négocient, se transforment et se justifient dans la longue durée sous la forme d’un Big Bang sur le marché du droit des affaires inscrit dans des guerres de palais moulées par la concurrence de passés et de présents impériaux.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est basé en partie sur Dezalay S., “Lawyers in Africa: brokers of the state, intermediaries of globalization. A case-study of the ‘Africa’ Bar in Paris”, Indiana Journal of Global Legal Studies, vol. 25, n°2, 2018, pp. 639-669. Je tiens à remercier les évaluateurs anonymes qui m’ont fourni des pistes précieuses pour remanier cet article et pour consolider le projet de recherche qu’il sous-tend.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Des doubles jeux du droit et des juristes à la longue histoire des rapports variables et inégaux entre Afrique et économie-monde
Les juristes, entre champ impérial et champs nationaux de pouvoir d’État
Du « nouvel extractivisme  » au droit comme institution d’extraction
Le barreau « africain » de Paris : offshore mais connecté
Une révolution symbolique entre know how technique et politiques de la transparence
Le barreau « africain » de Paris : entre affaires du droit et politique des affaires

Aperçu du début du texte

L’Afrique est la « dernière frontière de l’économie mondiale  » ! Depuis une quinzaine d’années, le continent africain revêt une importance grandissante en tant que « frontière minière  » dans un contexte de compétition mondiale accrue pour des matières premières dites « critiques ». En 2018, les contrats miniers entre États africains et multinationales atteignaient 47 milliards de dollars . Illustration emblématique de ce nouvel « afr-optimisme », l’hebdomadaire libéral britannique The Economist signalait en une en mars 2019 l’avènement d’un « nouveau partage de l’Afrique » – allusion au dépeçage du continent sur fond de rivalités impériales au xixe siècle, puis à sa répartition en zones d’influence entre les deux blocs durant la Guerre froide. Il s’agirait dorénavant, cependant, d’un partage d’un type nouveau que l’hebdomadaire décrivait comme plus « bienveillant » : « cette fois-ci les gagnants pourraient être les Africains eux-mêmes » grâce à la concurrence qu’ils peuvent faire ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sara Dezalay, « Le barreau « africain » de Paris : entre Big Bang sur le marché du droit des affaires et sillons d’Empire »Cultures & Conflits, 119-120 | 2020, 67-93.

Référence électronique

Sara Dezalay, « Le barreau « africain » de Paris : entre Big Bang sur le marché du droit des affaires et sillons d’Empire »Cultures & Conflits [En ligne], 119-120 | automne-hiver 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/22193 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.22193

Haut de page

Auteur

Sara Dezalay

Sara Dezalay est Senior researcher, Cardiff School of Law and Politics, Cardiff University et chercheuse associée à l’Institut des mondes Africains (IMAF). Inscrits en sociologie structurale, ses travaux de recherche portent sur les dynamiques interconnectées de mondialisation du droit dans les Suds africains et la structuration de l’ordre juridique et économique international depuis les empires coloniaux. Ses dernières publications incluent : Ballakrishnen S., Dezalay S. (eds.), Invisible Institutionalisms. Collective Reflections on the Shadows of Legal Globalization, Londres, Hart Publishing, 2021 ; Dezalay S., “Burundi. Middlemen and Opponents in the Shadow of the Ethno-State” in Abel R., Sommerlad H., Schultz U., Hammerslev O. (eds.), Lawyers in 21st century societies, vol. I: National reports, Londres, Hart Publishing, 2020, pp. 473-493 ; Dezalay S, “Lawyers and the ‘new extraction’ in Africa”, International Journal of Socio-Economics, vol. 46, n°11, 2019, pp.1305-1318.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search