Navigation – Plan du site

AccueilNuméros119-120DossierLes ficelles de l’enquête globale

Dossier

Les ficelles de l’enquête globale

Lectures, usages et débats autour de la sociologie de l’international d’Yves Dezalay ; table-ronde animée par Grégory Daho et Antoine Vauchez
Tricks to Doing Global Investigations: Readings, Uses, and Debates of/about Yves Dezalay’s Sociology of the International
Didier Bigo, Afrânio Garcia, Laurent Jeanpierre, Ron Levi, Johanna Siméant-Germanos, Grégory Daho et Antoine Vauchez
p. 115-149

Résumés

Issu d’une table-ronde réunissant des chercheurs d’horizons disciplinaires et de générations différentes, cette discussion revient sur les lectures, les usages et les débats que suscite la sociologie d’Yves Dezalay. Cet échange est l’occasion de partager des réflexions plus personnelles sur les pratiques de l’enquête globale mais aussi sur les positions occupées et les rapports au métier de chercheur construits au fil du temps. Les débats permettent de revenir sur tous ces concepts de « moyenne portée », si nombreux au fil de son travail (« compradors », « courtiers de l’international », « agents doubles », « import-export d’État », « luttes de palais », etc.), de discuter du système d’hypothèses formulées par Yves Dezalay, et de resituer celles-ci dans un ensemble d’écarts et de proximités avec d’autres courants (Relations internationales, histoire connectée ou sociologie critique).

Haut de page

Texte intégral

1En clôture du colloque qui est à l’origine de ce dossier, nous avions demandé à des chercheurs d’horizons disciplinaires et de générations différentes de revenir sur leur rencontre avec les travaux d’Yves Dezalay et d’évoquer dans le cadre d’un échange retranscrit ci-dessous, la manière dont chacun d’entre eux avait pu mobiliser, prolonger, nuancer, parfois réfuter les pistes et façons de faire d’Yves Dezalay. On trouve là une occasion de partager des réflexions plus personnelles sur les pratiques de l’enquête globale mais aussi sur les positions occupées et les rapports au métier de chercheurs construits au fil du temps ; et une opportunité aussi de revenir sur tous ces concepts de « moyenne portée », si nombreux au fil de son travail (« compradors », « courtiers de l’international », « agents doubles », « import-export d’État », « luttes de palais », etc.), de discuter du système d’hypothèses formulées par Yves Dezalay, et de resituer celles-ci dans un ensemble d’écarts et de proximités avec d’autres courants (Relations internationales, histoire connectée ou sociologie critique).

Comment avez-vous rencontré et mobilisé les travaux d’Yves Dezalay dans vos propres recherches ?

Didier Bigo : trajectoire et loyauté de l’agent double

  • 1 Bigo D., “Adjusting a Bourdieusian approach to the study of transnational fields. Transversal Pract (...)

2Comme beaucoup ici, je lis les travaux d’Yves Dezalay depuis longtemps et j’ai pas mal réfléchi aux correspondances possibles entre ses « guerres de palais » et celles que je rencontrais dans l’univers policier. Il serait trop long de décrire les mécanismes par lesquels les univers transnationaux des polices en réseaux et des collaborations entre services secrets ont des homologies de fonctionnement avec les univers des juristes internationaux et les jeux de l’arbitrage. J’ai essayé de le faire récemment 1. Je dois dire que c’est grâce à la lecture d’Yves Dezalay et Bryant Garth que j’ai osé ouvrir la boite à outil des approches bourdieusiennes à une réflexion sur l’État, l’international et le transnational en liant mon intérêt pour reformuler les relations internationales et mes études précédentes inspirées par une socio-anthropologie du politique, sans me sentir totalement marginalisé au sein du groupe large de ceux qui se reconnaissaient dans la sociologie critique de Pierre Bourdieu et qui avaient une certaine tendance à l’orthodoxie. J’ai, grâce à eux, choyé l’hétérodoxie en sciences sociales et l’étude transversale des pratiques.

3De manière plus pragmatique, j’ai pris la terminologie d’agent double dans le sens que lui donne Yves Dezalay et je l’ai utilisée dans mon travail sur la collaboration internationale des services de renseignements lors de mes entretiens. Je me suis donc amusé à poser cette question à ces gens des services de renseignement qui disent protéger les secrets nationaux et collaborer sans cesse avec leurs homologues étrangers : qu’est-ce qu’un agent double ? Je n’ai rencontré qu’un tout petit groupe d’entre eux, cela ne peut avoir valeur de test, mais, en tout cas, c’est suffisament illustratif pour que je l’évoque. La première chose qu’ils m’ont dite de manière quasi unanime, c’est qu’il s’agit effectivement « d’un problème particulièrement sérieux, c’est même le plus sérieux des problèmes ! Car l’agent double est bien plus dangereux pour l’existence du service que les résultats de la lutte contre l’ennemi lui-même. Dans le second cas, on peut demander plus de moyens, dans le premier, on risque d’être dissous ».

4Qu’est-ce que cela veut dire dans leur univers d’être un agent double ? L’agent double c’est celui qui réussit le plus difficile, être infiltré et connaître de l’intérieur l’adversaire. Il représente la peur absolue du service puisqu’un service infiltré donne sans le vouloir du renseignement en temps réel et n’a plus aucune valeur stratégique d’anticipation, au contraire. Dès lors un agent double non identifié est bien pire qu’une taupe qui est dormante, parce qu’il agit en permanence. Et quel est le succès le plus important d’un service ? Ce n’est pas simplement de découvrir l’infiltré et de l’emprisonner, c’est de le retourner, qu’il travaille pour ceux qu’il devait espionner, qu’il devienne un faux agent double !

5On voit immédiatement différentes logiques à l’œuvre – la duplicité, la manipulation, la suspicion, etc. – mais il y a quelque chose sur lequel je voudrais revenir très rapidement. L’agent double n’est pas un traître. Être infiltré suppose de rester fidèle au service initial, de ne jamais oublier d’où l’on vient. L’agent double retourné, au contraire, peut sembler plus près de la trahison, mais souvent il est moins celui qui est capturé par l’institution d’arrivée, et forcé d’embrasser ses intérêts, que celui qui se révèle sous la séduction d’un autre vivre-ensemble qu’il préfère et auquel il apporte une nouvelle loyauté. Dans les deux cas, ce qui compte n’est pas tant la position « d’entre deux », que la trajectoire qui a été parcourue. Cela devrait nous faire réfléchir sur l’usage que nous, universitaires, faisons de la notion d’agent double. Le terme est trop facilement connoté péjorativement et associé à la traîtrise. Mais pour les gens du métier, le titre d’agent double n’est pas péjoratif, c’est au contraire une excellence professionnelle, c’est un « acteur » hors pair dans la dissimulation et l’action.

  • 2 Série policière française centrée autour du personnage de Guillaume Lebailly, agent opérant success (...)

6Lors d’un des entretiens que j’ai pu avoir avec des agents doubles, il y avait aussi des acteurs et des metteurs en scène qui étaient là. Est-ce que vous avez vu le Bureau des légendes (BDL 2) ? Oui, donc vous voyez bien à quel point ce script de l’aisance à être un agent double peut fonctionner comme condition du succès du BDL. Les intrigues tournent autour de l’existence potentielle ou réelle d’agents doubles venant soit des adversaires, soit d’alliés dont il faut se méfier. En discutant avec certaines personnes de la DGSE qui ont participé à l’écriture du scénario, il était significatif de voir qu’ils étaient un peu déçus de certains passages qui manquaient de complexité tenant à la manière dont cela avait été tourné par le réalisateur, qui envisageait trop les personnages en noir et blanc. Les agents doubles ne trahissent pas, ils jouent des coups simultanément qui impactent tous les côtés. Ils ne peuvent pas tout contrôler, mais ils sont des experts, m’ont-ils dit en substance. Bien sûr, on pourrait dire que c’est d’abord vraiment un infiltré qui devient ensuite un retourné, mais attention, il y a aussi les faux retournés, ceux qui s’autonomisent de par leur position d’intermédiaire connue des deux côtés et dont on ne sait plus si on les contrôle ou non. Ce sont, dixit, des « mercenaires de l’international » qui font du payback, et qui après, en jouant de leur position d’intermédiaire, sont capables de jouer les deux camps simultanément. C’est le double retournement, avec des choses qu’on connaît : c’est arrivé aux États-Unis, à la base de la CIA au Moyen Orient, dans laquelle ils avaient un agent qu’ils croyaient double mais travaillant in fine pour eux. Seulement, c’était l’inverse, c’était un faux retourné et c’est lui qui a fait sauter quand même la base la plus importante et la plus protégée de la CIA, en faisant le plus grand nombre de victimes parmi les opérationnels.

7À quoi cela nous amène-t-il ? Peut-être à affiner la terminologie et ses connotations. Les agents doubles, chez Yves, sont, me semble-t-il, très souvent des fidèles. C’est-à-dire qu’ils restent marqués par leur origine, par leurs capitaux acquis initialement. Ils sont rarement « retournés », en devenant des ennemis du camp d’avant (et nous ne parlerons pas ici du cas de Bryant Garth devenant sociologue chez les juristes tout en restant juriste mais de moins en moins dans leur jeu et leur règles de fidélité et de silence). L’agent double pouvant être chacun de nous, quand nous sommes positionnés comme intermédiaire, il y a peu de différence finalement entre les informateurs des anthropologues, ou les co-ethnographes comme on les appelle maintenant, et les agents doubles, sinon des degrés de réflexivité sur la position tenue à un moment donné dans une trajectoire. L’agent double peut-il alors échapper à ses origines, ne pas être un traître mais décider de sa loyauté en fonction de sa trajectoire et du changement d’habitus principal ? Peut il être retourné ou se retourner lui-même ? La trajectoire est cruciale.

  • 3 Georgakakis D., de Lassalle M., « Genèse et structure d’un capital institutionnel européen. Les trè (...)

8Il faut dire que dès que l’on voyage, que l’on vit dans deux pays à la fois, une situation que je connais bien, on est à notre tour des agents doubles. Au-delà des cas des travailleurs transfrontiers comme le mien, quand je regarde les gens sur qui j’ai travaillé ces vingt dernières années, ces agents de liaison qui sont dans les polices européennes, qui travaillent à l’étranger et qui partent à l’étranger, ils participent comme moi d’une propriété commune à beaucoup d’agents doubles, ce sont d’abord des « dénationalisés » pour reprendre la terminologie de Didier Georgakakis 3. Ils ont changé à un moment donné d’univers social et parfois mais pas toujours de pays. Ils voient à travers les yeux d’un autre qu’eux-mêmes tout en restant eux-mêmes. La première chose que ces agents de liaison et dans une moindre mesure ceux des services de renseignement essaient de dire, c’est : « je ne suis pas Français. Les Français sont arrogants, etc. Moi je suis différent parce que justement je travaille dans une agence européenne », etc. Cela ne les empêche pas d’être officiellement dans le discours de la sécurité nationale et la raison d’État, mais ils prennent leur distance (critique). En tout cas, cela les pousse bien plus à adopter de manière définitive, voire combative, des positions qui sont celles de la nouvelle institution, d’être capturés par cette nouvelle institution, ou alors quand il n’y a pas vraiment une institution, de faire confiance à un réseau de camarades qui sont dans la même position qu’eux en termes de métier, et non de nationalité. Leur loyauté se désengage du géographique et en même temps, parfois, exprime un profond mépris du politique national, qui peut les amener à être retourné ou à se retourner.

9Alors, Yves, je voudrais te poser cette question : quand tu vois ces agents doubles, dans les trajectoires que tu décris, sont-ils fidèles à leurs origines ou à leur parcours ? Supposer que les origines nous façonnent dans notre habitus a certainement une grande force, et peut être la norme statistique. La plupart du temps, quand on vient d’un État ou d’une nation, on a tendance à y revenir, ou quand on est là-bas, il y a toujours cette impression que les socialisations initiales sont importantes. Mais les dynamiques d’un parcours peuvent renforcer l’idée d’un agent double qui le devient d’autant plus qu’il s’éloigne de son milieu d’origine (géographiquement, en termes de classe, etc.) Tu sais encore mieux que moi comment les stratégies matrimoniales peuvent jouer sur de nouvelles identifications – et dans le cas des gens que j’étudie, qui vivent dans des agences européennes par exemple : la plupart du temps, pour le dire brutalement, le choix n’est pas de rester fidèle aux origines, cela va dans l’autre sens : ils changent de femme en changeant de pays. C’est quelque chose de tout à fait important, si l’on fait une sociologie de ces experts transgouvernementaux en évitant les apories des politiques publiques qui négligent leurs modes de socialisation, et si on les analyse comme la résurgence de « guildes professionnelles », à l’échelle transnationale. Les agents doubles sont alors les agents par excellence de ces guildes professionnelles quand ils ne restent pas fidèles à leurs origines mais deviennent fidèles à leur dynamique de parcours.

Afrânio Garcia : une histoire sociale des élites économiques

  • 4 Bourdieu P., « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la re (...)
  • 5 Karady V., « La migration internationale d’étudiants en Europe, 1890-1940 », Actes de la recherche (...)

10Je voulais commencer par expliquer que c’était une énorme chance d’être intégré à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) en 1995 venant du Brésil, et, voulant constituer un nouveau chantier de recherche à l’échelle internationale, je rencontre Yves Dezalay au Centre de Sociologie Européenne (CSE), qui préparait son séjour et ses enquêtes en Amérique Latine. C’est quelqu’un de doté d’un énorme sens de la réciprocité dans la construction de ses réseaux. J’ai pu l’aider à établir des contacts avec les économistes, cependant je ne connaissais pas beaucoup de juristes au Brésil. Discutant les enquêtes à mettre en place de mon côté, il me dit : « bon, s’il faut constituer un objet de recherche complètement différent et original, il faut prendre un sujet qu’on ne puisse étudier que des deux cotés de l’océan. La circulation internationale des intellectuels et des idées souffre d’être étudiée de la perspective des pays centraux ou seulement des pays périphériques, il faut que les enquêtes soient menées en même temps des deux côtés à la fois ». À l’époque, tout un ensemble de collègues était réuni à Paris pour rédiger un projet de coopération internationale, et Yves a participé aux discussions au sein du réseau qui a présenté ses premiers résultats au début des années 2000, grâce à notre collègue Leticia Canêdo de l’Université de Campinas (UNICAMP). Bien sûr, il y avait la référence commune aux textes de Bourdieu sur la circulation internationale des idées 4 et de Victor Karady sur les migrations étudiantes en Europe au xixe 5. En outre, on avait découvert les archives des boursiers soutenus par les agences brésiliennes de financement de la recherche pour faire des séjours internationaux auprès des multiples centres d’excellence internationaux depuis 1951. Les données récupérées pour exploitation pouvaient être mises en rapport avec des banques de données déjà existantes constituées par des CV actualisés des enseignants-chercheurs, permettant d’examiner la destination sociale et professionnelle de ces boursiers. Ces méthodes pouvaient compléter et donner plus de précisions chronologiques que le simple recours aux entretiens.

11Je voulais aussi préciser comment ces enquêtes exploitent le côté non déterministe des investigations qu’Yves pousse à faire. Comment une fraction d’élite absente de tous les débats du champ du pouvoir au Brésil en gros jusqu’aux années 1945 – je parle des économistes – devient un des groupes dirigeants capables d’imposer ses orientations et son langage pour l’action de l’État ? En particulier à l’occasion des plans de stabilisation monétaire conçus pour juguler l’hyperinflation. Très vite, les débats acharnés s’initient dès 1945, mais le champ se structure depuis 1966 par l’envoi de jeunes générations à l’international, surtout aux États-Unis, qui, à leur retour, deviennent des enseignants-chercheurs dans les nouvelles formations doctorales. Elles seront le vivier des autorités monétaires et économiques. Comparant les enseignements et les publications issues des différents programmes de formation de haut niveau, on voit très bien la différenciation entre ceux qui diffusent et appliquent tous les instruments de pensée néoclassiques, et comptent sur les capitaux internationaux pour tout investissement novateur ; de l’autre, nous avons les responsables de la mise sur pied des entreprises consacrées à des secteurs stratégiques (pétrole, hydro-énergie, chimie lourde, etc.). Mais surtout, la question qui s’est imposée comme centrale après le départ des militaires en 1985, c’est comment faire un plan de stabilisation pour contrer une inflation qui était déjà au stade de l’hyperinflation. À ce moment-là, au contraire de la perception qui est restée dans le sens commun – de là mon intérêt pour une histoire sociale des autorités économiques – c’est une dissidence des tenants des théories néoclassiques, qui ne suit pas du tout quelque chose de proche des modèles du FMI ou de la Banque mondiale, mais, au contraire, qui développe la conception de « l’inflation inertielle », l’appliquant dans des plans de stabilisation moyennant des outils novateurs. Ils sont arrivés à maîtriser l’hyperinflation, et par la suite prônent tout un ensemble de réformes qui, elles, sont conseillées par la Banque Mondiale et le FMI. Or, après avoir réussi comme autorités monétaires, ils ne retournent pas à l’université, pour continuer à être ce qu’ils sont jusqu’aujourd’hui, des banquiers d’affaires ou des dirigeants des institutions financières privées. Ils ont implanté des institutions tellement fortes, et des modes de pensée tellement reconnus, que même quand Lula a gagné les élections en 2002, toutes les autorités financières, y compris le président de la Banque centrale, sont nommées d’après les critères imposés par ce groupe. Pour preuve, le ministre des finances de Michel Temer était le président de la Banque centrale sous Lula. Comment cette partie des institutions financières et des modes de pensée pour les faire fonctionner se sont dotés d’une telle force ? Quels sont les modes de pensée qui s’y opposent ? C’est ce que j’essaye de décortiquer. D’une certaine façon, on peut comprendre les violents conflits à l’œuvre maintenant comme une espèce de tentative d’une partie de la magistrature de se reclasser face à cette hégémonie des économistes. Un genre de contre-offensive.

Laurent Jeanpierre : exils, circulation internationale et perception de soi

  • 6 Parmi les textes d’Yves Dezalay les plus mobilisés dans ce parcours, on retiendra en particulier : (...)

12Si je n’ai pas pu assister aujourd’hui à tous les débats autour de l’œuvre et des recherches d’Yves Dezalay, ce que je regrette, cela tient indirectement à Yves Dezalay lui-même, d’une certaine manière, puisque j’étais en partie pris aujourd’hui par la responsabilité d’un parcours du master de science politique que nous avons créé récemment à l’Université Paris 8 à Saint-Denis, qui s’intitule « Politique transnationale ». Parcours dont l’idée même n’aurait sans doute pas germé de la même manière sans ses travaux et dans lequel nos étudiants lisent régulièrement Yves Dezalay et nous rendent des devoirs, des mémoires qui le citent, ce qui est une forme concrète, tangible, d’hommage et de canonisation de ce qu’il a accompli 6.

  • 7 Jeanpierre L., Des hommes entre plusieurs mondes. Étude sur une situation d’exil. Intellectuels fra (...)

13Ma « rencontre » scientifique personnelle avec Yves Dezalay est également indirecte car, plutôt que sur le « champ du pouvoir » en tant que tel, j’ai pour ma part commencé à travailler sur la politique transnationale à partir d’enquêtes sur les élites intellectuelles et universitaires. Certes, sous certaines conditions, ces groupes peuvent participer aux « champs du pouvoir » même s’ils n’en constituent plus historiquement la fraction dominante dans les sociétés contemporaines. Quoi qu’il en soit, j’ai donc rencontré le travail d’Yves Dezalay depuis mon premier terrain transnational portant sur l’émigration intellectuelle, scientifique et, plus largement, élitaire française et européenne aux États-Unis entre 1933 et 1945 7. Dans ce travail, j’avais distingué ce que j’appelais des « usages de l’exil », qui sont indissociablement des usages de l’international, d’autant plus que la plupart des gens qui pouvaient partir durant cette période de crise politique majeure et de persécution en Europe étaient déjà insérés depuis plusieurs années, parfois plusieurs décennies, dans des réseaux transnationaux formés après la Première Guerre Mondiale. Je remarque d’ailleurs d’emblée, parce que j’y reviendrai, qu’à l’occasion de cette enquête, qui a duré une décennie, je me suis aperçu que les situations internationales – dans des organisations internationales, des entreprises multinationales, etc. – ne sont pas simplement des cadres sociaux de courte durée mais aussi de moyenne voire de longue durée. La socialisation à l’international prend du temps. Les agents que rencontre le chercheur dans l’enquête transnationale ou « globale » ont souvent baigné auparavant dans des configurations migratoires ou internationales à plusieurs reprises et depuis longtemps. Mais l’essentiel, pour ce qui nous occupe ici, tient au fait qu’à l’occasion de ce travail, j’ai distingué il y a une quinzaine d’années, comme d’autres chercheurs, des usages dénationalisants et des usages nationalisants de l’international : des exilés européens aux États-Unis devenaient dans l’après-guerre, à leur retour, des « modernisateurs » atlantistes (comme Jean Monnet ou l’universitaire syndicaliste Paul Vignaux dans le cas des Français) et puis des émigrés restaient en quelque sorte plus « conservateurs », après, dans le cas français, avoir été gaullistes pendant la Seconde Guerre Mondiale.

14Ces ambivalences, ces stratégies variables de l’international, qui ne se réduisent d’ailleurs pas à un couple d’opposition binaire mais constituent plutôt un continuum de modalités différenciées dans l’espace et dans le temps, en fonction des configurations et des situations, ont été parfaitement décrites par Yves Dezalay dans les espaces sociaux et transnationaux qui ont concentré son attention, en particulier parmi les professionnels du droit et de l’économie. L’une des leçons que j’en tire est que la question du champ du pouvoir transnational, de sa constitution, de ses lignes de fracture, de ses oppositions, de ses relations de pouvoir internes, devrait plus souvent être travaillée depuis cette attention microsociologique, individualisée, parfois psychologique, à la multiplicité des rapports à l’international qu’entretiennent ses agents individuels.

15Dans le cadre de mon enquête, j’avais, pour ma part, réfléchi au problème historiographique classique du basculement d’hégémonie internationale, de l’Europe vers les États-Unis, autour de 1945. Ce basculement n’est pas observable à cette période dans tous les champs et dans toutes les sphères d’activité, ni avec le même rythme selon les domaines, mais il est par exemple manifeste dans les sciences sociales. L’usage des concepts d’« hégémonie », de « contre-hégémonie », l’articulation entre une boîte à outils dérivée de Gramsci et une conceptualité venue de Bourdieu, ce branchement original qui n’est pas incompatible avec une partie de la démarche d’Yves Dezalay, m’a beaucoup inspiré.

16Les autres sources de réflexion venues de son travail sont nombreuses, je les ai souvent retrouvées dans mes recherches parallèles ou ultérieures : c’est le cas notamment avec la critique des approches des relations internationales en termes de « mondialisation », avec le type original de sociologie critique du néolibéralisme qui se déploie dans La mondialisation des guerres de palais, avec la réflexion théorique et empirique au sujet des conditions d’autonomisation des champs transnationaux, etc.

17Mais je voudrais aussi me concentrer sur cette problématique des « agents doubles », puisque Didier Bigo nous y a invités, et parce qu’elle a été au cœur de mes réflexions sur les situations d’émigration et d’exil durables. En construisant une base de données biographiques collective sur des émigrés français aux États-Unis après 1940, m’avait frappé le fait que le rapport à l’international, la probabilité, par exemple, de devenir un de ces « modernisateurs » atlantistes, dont j’ai parlé, dans l’après-guerre, dépendait fortement de l’âge des émigrés européens pendant cette période et donc de la variable générationnelle. Les plus âgés faisaient plus souvent des usages re-nationalisants de leur « expérience » – souvent involontaire voire tragique dans le cas que j’ai étudié – à l’international. Aussi triviale qu’elle puisse paraître, cette observation me laisse penser que, comme Didier Bigo l’a suggéré à l’instant, les moments de socialisation à l’international et, derrière eux, l’étude plus précise des trajectoires longitudinales des individus rencontrés dans des arènes internationales d’hier ou d’aujourd’hui, constituent des questions importantes dès lors que le chercheur entend différencier les profils d’agents doubles dans ces univers. Socialisation précoce ou ancienne, répétée ou unique, à l’international : ces modalités permettent de mieux distinguer entre les profils de « courtiers de l’international », entre les dispositions à faire des usages dénationalisants et des usages renationalisants de ces situations de déplacement ou de mobilité transnationale.

18Un complément empirique, qui permettrait aussi de donner plus de chair aux figures d’agents doubles, de mieux appréhender la diversité de cas, de stratégies, qui coexistent derrière cette notion générique, pourrait venir d’une enquête, lorsque cela est possible, sur les identifications des protagonistes, en particulier sur leurs présentations de soi mais aussi sur leurs perceptions d’eux-mêmes. J’ai beaucoup travaillé sur archives. Et dans les archives, notamment dans les archives d’intellectuels, qui écrivent beaucoup, qui sont bavards, dans leur correspondance mais aussi dans leurs livres, le chercheur obtient de nombreux détails sur la manière dont ils et elles se rapportent mentalement à des espaces sociaux nationaux ou transnationaux, à leur pays de résidence ou à leur pays d’accueil, etc. Ce sont des éléments d’observation très intéressants. J’ai pour ma part focalisé en particulier mon attention sur les écarts pouvant apparaître entre les auto-identifications, en particulier nationales (le fait de se sentir, Français, Européen, Nord-américain…), et la manière dont certains émigrés, exilés, agents doubles, étaient identifiés par d’autres, sur les différences, autrement dit, entre l’identité pour soi et l’identité par autrui. En fonction des concordances ou des discordances entre ces qualifications, l’expérience de l’international peut être très différente toutes choses égales par ailleurs. Et je veux donc souligner ici l’importance d’une approche des agents doubles qui ne néglige pas d’inclure un volet subjectif en complément du moment plus objectiviste que construisent les méthodes mobilisant le langage des variables ou bien celui des trajectoires, des effets de socialisation.

Ron Levi : agents doubles, trajectoires d’institution et stratégies d’enquête

19J’ai un peu d’appréhension car je ne voudrais pas avoir la prétention de parler pour tout un continent ! En Amérique du Nord, les travaux d’Yves Dezalay et de Bryant Garth ont si profondément marqué la sociologie du droit international que, sans eux, le droit international resterait dans le huis-clos des facultés de droit, séparé non seulement des sciences sociales mais aussi – renforcé par une longue histoire d’une division du travail sur laquelle la formation juridique continue à se baser – des autres sujets juridiques, et perçu comme un champ juridiquement puriste. Par leurs interventions, les travaux de Dezalay et Garth ont mis en pleine visibilité que le droit international ne pouvait être détaché des champs nationaux, et que l’idée même d’un « pure law » reflète une prise de position et une formation juridique spécifiques. Dans mes propres travaux sur le droit pénal international, je vois que le fantasme d’un champ juridique pur et autonome reste au cœur du travail des juristes internationaux, et d’une cohorte croissante de professeurs du droit international.

20Cette question de la « pureté » du droit international revient aussi vers nous en tant que chercheurs. Plusieurs d’entre nous sommes chercheurs et administrateurs, chercheurs et enseignants, et même chercheurs et entrepreneurs académiques. Nous sommes aussi, de cette façon, des agents doubles. Si je m’appuie sur les concepts de Dezalay et Garth pour analyser et comprendre les champs juridiques, je travaille avec ces mêmes concepts pour diriger une institution. Je m’interroge : quelles sortes de capitaux et dispositions sont requis pour produire des professionnels en « global affairs » champ académique qui est lui-même hybride ? Une certaine réflexivité est donc importante pour traduire nos recherches en livre de recettes pour institutionnaliser des compétences pédagogiques, et pour former des cohortes qui seront à leur tour présentes sur le champ national tout en jouant aussi à l’international.

21Cet hommage à Yves m’amène à soulever trois questions à propos des niveaux institutionnels et organisationnels.

  • 8 Levi R., Hagan J., Dezalay S., “International Courts in Atypical Political Environments: The Interp (...)

22Première question : comment saisir les organisations par les origines sociales des agents ? En lisant les travaux de Dezalay et Garth, nous sommes confortés dans l’idée que les organisations n’ont pas d’existence indépendante. Il faut alors étudier le champ dans lequel l’organisation se trouve et à travers la perception qu’en ont les agents eux-mêmes. Comment trouver et étudier les organisations elles-mêmes ? Voilà le problème, pour quelqu’un qui étudie les organisations tout en restant fidèle à Dezalay et Garth. Peut-on étudier les trajectoires des organisations comme celles des agents qui les remplissent ? Avec Sara Dezalay, nous nous sommes demandé comment étudier les trajectoires des tribunaux pénaux internationaux, qui changent dans le temps, à mesure que de nouvelles personnes viennent les occuper 8 – surtout si on comprend que l’institution n’est pas seulement changée par ses acteurs mais qu’elle les change aussi en retour. Comment alors étudier des trajectoires d’institution ? Comment pourrait-on rendre compte de ça sans en appeler à ce que les business-schools américaines appellent la « culture de l’organisation » ? Pour moi, une approche assez productive est d’étudier ces organisations dans des moments de stress, quand elles sont sous tension. Quand la cour pénale internationale sait qu’elle est sous tension, que fait-elle ? Quand le Haut-Commissariat des droits de l’homme remarque qu’il est sous tension, que fait-il ? Quand la Ford Foundation perçoit qu’elle – ou ses bénéficiaires – est sous tension, que fait-elle ? Et forcément, de cette façon je crois que l’on peut voir à la fois ce qu’une organisation de justice valorise ainsi que la valeur que l’organisation réclame pour elle-même, et du même coup on peut tracer les trajectoires synchroniques et diachroniques de l’organisation.

23Deuxième question : est-ce que les agents-double existent ? D’autres ont évoqué ce problème : le policier qui dit « moi, je ne suis pas national », ou dans mes recherches les fonctionnaires des droits de l’homme qui répondent à mes questions biographiques en disant : « non, on ne parle pas de ça à Genève ». Certes, ce déni est important pour saisir les effets du champ des droits de l’homme, ou même les organisations dans lesquels ces acteurs se retrouvent. Mais c’est difficile d’intégrer ça dans une biographie collective et d’y trouver des agents-doubles ! Que peut-on faire dans ce cas ? Pour moi, il me semble productif de trouver des indices institutionnels dans d’autres « coins » de l’organisation : les divisions professionnelles des ressources humaines, les frontières symboliques qui se révèlent dans les tâches quotidiennes, et les clivages entre certains types de personnes – qui, par exemple, travaille à Genève ? Qui est sur le terrain ? Quelles sont les divisions techniques et symboliques au sein des organisations de défense des droits de l’homme entre cols blancs, cols bleus, voire même « pink collars » ? De même, comment est-ce que les gens parlent des autres organisations avec lesquelles ils travaillent ? Par la dimension organisationnelle, on peut articuler ce qui est valorisé dans l’entreprise des droits de l’homme – et valorisé différemment par différents groupes de travail au sein de l’organisation – même si les acteurs rechignent à en discuter directement. J’ai donc dû opérer une espèce de détour : partir des frontières symboliques au plan organisationnel pour ensuite deviner les divisions professionnelles et sociales et reconstituer les groupes par induction. Seulement ensuite, je pouvais voir les origines sociales.

24Troisième question : Faut-il se méfier des indicateurs de succès que les organisations produisent pour elles-mêmes ? Comment comprendre les indicateurs de succès organisationnels ? Je propose qu’on les analyse eux-mêmes comme des indicateurs des luttes de pouvoir. Je reprends l’exemple du Haut-Commissariat des droits de l’homme. On y trouve ainsi une nouvelle génération de fonctionnaires souvent activistes. Beaucoup d’entre eux n’ont pas de formation de juristes, et ne travaillent pas à Genève – où on retrouve, historiquement, l’ancien type blue suits européens, éduqués en droit, qui travaillent avec des États et des traités. Un nouveau groupe se retrouve sur le terrain, impliqué dans la vie quotidienne pour promouvoir les droits. Avec ce changement, l’organisation se demande – et est incitée à le faire par ses donateurs – comment savoir si l’on fait une différence à l’intérieur de l’organisation ? C’est un peu moins une question à Genève, où le travail est évalué de façon plus légaliste – et où la question se centre sur le fait de savoir si les États se sont conformés à leurs obligations selon les traités. Comment évaluer, ainsi que quantifier, le travail des droits de l’homme sur le terrain ? Le nombre d’heures travaillées ? Le nombre de personnes « sauvées », le nombre de « succès » obtenus ? On peut les compter de très nombreuses manières. Donc la question de la forme devient importante, et au Haut-Commissariat, l’un de mes enquêtés m’a dit : « jusqu’à maintenant, l’organisation n’était pas « results-oriented » et que c’est un changement d’ADN de l’organisation auquel beaucoup résistent en protestant que « les droits de l’homme, c’est différent. » Nombreux sont conscients que d’autres organisations internationales savent jouer ce jeu, et que les économistes du Programme de développement des Nations Unies ont l’avantage de pouvoir compter « le nombre de couvertures qu’ils distribuent ». Et donc, comment compte-t-on au Haut-Commissariat ? C’est une lutte technique et épistémologique, qui met en relief des divisions organisationnelles qui ne reflètent pas facilement les origines des promoteurs. Mais en mettant en relief cette lutte organisationnelle, on trouve une nouvelle génération qui essaye de moderniser les droits de l’homme, et même une compétition sub silentio avec les économistes des autres organisations internationales humanitaires. Et alors vous voyez : « ah, voilà ceux qui ont été formés dans le programme de développement de l’ONU, ceux qui ne viennent pas de Genève ». Ils ont un air de famille, mais si vous commencez par les origines sociales, beaucoup des fonctionnaires ne disent rien.

Johanna Siméant-Germanos : l’internationalisation des bonnes causes

  • 9 Keck M., Sikkink K., Activists beyond Borders: Advocacy Networks in International Politics, Ithaca, (...)
  • 10 Topalov C. (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en Fran (...)
  • 11 Tarrow S., “Transnational Politics: Contention and Institutions in International Politics”, Annual (...)

25Je vais essayer de faire une chronologie du moment où j’ai intégré le travail d’Yves à mes recherches. Je me disais : « mais c’était quand ? » Ce n’était pas Le travail humanitaire puisqu’il est sorti en 2002 et La mondialisation des guerres de palais date aussi de 2002. Je pense que c’est au moment où je commençais à m’intéresser aux altermondialismes, à la transnationalisation des mouvements sociaux, à la question des crises extrêmes et au registre de l’enquête judiciaire au sein des crises extrêmes. Je me souviens très bien de quelle façon ça m’avait été utile : je butais sur cette question de l’internationalisation des bonnes causes, de ce qu’il fallait lire pour y comprendre quelque chose, et je ne peux pas dire que j’étais enthousiasmée par ce que je trouvais dans la littérature en Relations Internationales, même si j’avais commencé à déchiffrer ça au moment du Travail humanitaire. Je n’étais pas enthousiasmée, parce que soit on tombait sur « transnationalisation » et « il faut faire attention aux petits acteurs gentils des ONG », soit on n’y faisait pas attention, mais le problème était que ces acteurs étaient traités comme des noyaux d’action plus que comme des milieux sociaux, donc c’était quand même bien difficile de comprendre ce qu’il s’y passait. Et puis il y avait le travail d’Yves, d’un côté, et de l’autre ce qui arrivait par le mariage de la sociologie des mouvements sociaux et de la politique comparée, qui aidait un peu, mais effectivement c’était assez idéaliste, et quand même ne s’intéressait qu’aux bonnes causes – si je pense à Keck et Sikkink dans Activists beyond borders 9… L’internationale des djihadistes, l’internationale anti-avortement, elles n’en avaient strictement rien à faire, donc c’était un peu embêtant, elles se penchaient dans ce livre sur des causes qui se trouvent être par ailleurs adoubées des organisations internationales et par un certain nombre de promoteurs de bonnes normes internationales. Bref, des causes qu’on pouvait justement revendiquer en disant « tel État ne respecte pas ça », etc. À ce moment, il y a deux choses qui m’ont été très utiles : les travaux de Dezalay et Garth, donc, et au même moment les travaux de Christian Topalov 10. Dans les deux cas, c’était la question du comment on restitue des milieux sociaux, leur consistance, les études qu’ils ont faites, par quelles organisations ils sont passés, et ça permettait finalement de sociologiser ce que Sidney Tarrow suggérait mais sans aller jusqu’au bout au travers de la métaphore du « récif de corail 11 ».

  • 12 Ollion E., Siméant J., « Le plaidoyer : internationales et usages locaux », Critique internationale(...)
  • 13 C’est aussi tout le propos d’une thèse que je dirigerais plus tard, Bouilly E., « Du couscous et de (...)
  • 14 Guilhot N., « The Realist Gambit: Postwar American Political Science and the Birth of IR Theory », (...)

26Cette métaphore est très efficace : elle désigne le fait que tous ces gens qui entendent contester certain des lieux du gouvernement international, tout en passant leur temps à grenouiller autour de ces lieux, les renforcent paradoxalement, et en tout cas les renforcent comme foyers d’attraction, foyers de sociabilité. Et c’est une chose qui par la suite, quand on a travaillé avec Étienne Ollion sur les questions d’advocacy 12, nous a été bien utile. Quand vous cherchez où Oxfam met en place son bureau de plaidoyer, il ne le met pas en place n’importe où, mais à Genève, à Washington, à Bruxelles, aux lieux où ça fait sens d’être. Et ce qui faisait du bien tout simplement, c’était d’avoir cette approche incarnée des phénomènes internationaux, attentive à ce qui se jouait localement, et en même temps, ce n’était pas n’importe quel « localement ». Là encore, je suis parfois embêtée, quand certains analystes de l’international disent « il faut faire attention au local », ils rabattent parfois uniquement leur analyse sur des espaces nationaux, mais refusent d’envisager effectivement les espaces de relations, qu’on les appelle configurations, champs, ou autre chose. Des espaces de relations qui sont à cheval et qui sont en plus articulés à des savoirs d’élite. Là encore, si je me souviens (je fais ici de l’archéologie de comment j’ai été amenée à m’interroger sur ces questions) : à l’époque, les savoirs d’État, ça me saoulait, la sociologie du droit, je n’en avais rien à faire. J’avais juste feuilleté, je pense, avant la fin des années 1990, le papier « Juristes purs et marchands de droit », mais franchement, la sociologie du droit n’était pas ce qui m’intéressait ! Et je me souviens quand même qu’au moment du terrain qui a donné lieu au Travail humanitaire, vers 1998, j’entendais monter dans les ONG, Médecins du monde, Médecins Sans Frontières, ce mot bizarre d’advocacy, qui n’avait pas encore été traduit en plaidoyer. Et je trouvais quand même qu’on se disputait beaucoup à MDM et à MSF sur le thème « Non, on est pas là pour faire de l’advocacy, nous on est des médecins », et puis des personnes, plutôt des jeunes femmes qui avaient des bac+5, notamment en droit, qui disaient « non mais on ne peut pas juste transporter des médecins à l’autre bout du monde, le droit c’est important, le droit international c’est important ». Et je me disais « tiens, c’est marrant ces concurrences de savoirs, de compétences ». Ce petit mot d’advocacy me faisait me dire : « tiens c’est curieux, il faudrait que je m’intéresse à ces savoirs, ces savoirs d’État, de gouvernement, etc. ». Et c’est ça finalement qui m’a été très utile dans tout le travail d’Yves : plus je travaillais au sujet du continent africain, sur ce que le développement faisait aux mobilisations pour le dire vite 13, sur un certain nombre de luttes, même celles qui entendaient contester les formes du gouvernement international, plus je m’apercevais que le souci c’était de voir qui investissait quels savoirs d’État. Et là les démonstrations d’Yves, et en particulier la question du jeu entre droit (et quel droit, et où l’on fait ses études de droit) et économie se posait. On pourrait rallonger la liste, voir qui fait des RI à un certain moment (je pense au travail de Nicolas Guilhot 14). Ça fonctionnait très bien.

  • 15 Siméant J., « Champs internationaux et transformations du pouvoir d’État : en lisant Dezalay et Gar (...)
  • 16 Dezalay Y., « Les courtiers de l’international. Héritiers cosmopolites, mercenaires de l’impérialis (...)
  • 17 Archevêque d’Alger aux débuts de la iiie République, fondateur de la Société des missionnaires d’Af (...)

27Alors du coup j’avais fait ce compte rendu dans la Revue française de science politique (RFSP) en 2003 de La mondialisation des guerres de palais 15, parce que j’étais très contente de trouver cette ressource : « ah ! enfin quelque chose qui ne me tombe pas des mains, qui fait envie, qu’on a envie de lire. » Alors, Yves, je t’y faisais des remarques, qui n’ont pas trop changé : je ne suis pas persuadée par ton recours à l’hypothèse d’homologie structurale que tu ne fais pas fonctionner de la même façon ; parfois tu es plutôt sur « zone de contacts », « zones floues », et parfois tu ignores la question de l’homologie structurale entre des espaces équivalents dans des espaces nationaux différents. Or quand on travaille par ailleurs sur le continent africain, où coexistent plusieurs strates d’impérialisme, ce qui devient très particulier, du coup, c’est le frottement entre ces derniers : quels impérialismes parrainent, cooptent, encouragent tel segment de jeunes élites à quel endroit et avec quels effets ? Par contraste, pour ce qui est du rapport Amérique du nord / Amérique du sud, c’était quand même un peu plus massif, je trouvais, ton modèle – même si cela marchait très bien ! En tout cas, j’en avais retenu qu’articuler savoirs d’États, internationalisation, lieux de circulation de ces savoirs était une façon très saine et efficace de décentrer la question des bonnes causes. Une autre chose qui me fait sourire, c’est comment l’on pourrait faire un cours à partir du titre du numéro d’Actes de la recherche en sciences sociales de 2004, c’est presque un sujet d’examen que l’on pourrait donner aux étudiants : « Héritiers cosmopolites, mercenaires de l’impérialisme, missionnaires de l’universel – vous avez 3 heures 16. » À ce propos, Yves, je me suis toujours demandé comment tu spécifiais – car dans le texte tu ne le fais pas totalement – si ces trois binômes en sont, ou pas totalement ? Est-ce que c’est forcément les héritiers qui sont cosmopolites ? Ceux qui promeuvent l’impérialisme qui sont mercenaires ? Ceux qui promeuvent l’universel qui sont les missionnaires ? Cette question posée, je trouve là encore que c’est un très bon kit de repérage et de réflexion sur qui va être plutôt dans ces positions-là, héritiers, mercenaires, etc. Et de quelle façon cela fonctionne. On peut penser au cardinal Lavigerie 17, à l’enthousiasme missionnaire doublé du ralliement à la République : ce moment où une partie de l’Église commence à réaliser les bénéfices de l’internationalisation missionnaire qu’il pourra y avoir à accompagner l’aventure impériale républicaine. Et du coup, dans ces effets de main gauche/main droite de l’impérialisme, qui va être dans la position la plus mercenariale ? Qui va être dans la position la plus enchantée ? Je suis en revanche gênée quand ce texte-là est utilisé un peu trop à la hache, comme si tout ça n’était qu’une affaire d’héritiers cosmopolites par exemple. Il me semble que le plus intéressant c’est le programme que ça ouvre pour respécifier ces hypothèses dans des configurations un petit peu différentes.

  • 18 Pommerolle M.-E., Siméant J., « Voix africaines au Forum social mondial de Nairobi. Les chemins tra (...)
  • 19 Siméant J., “Committing to Internationalisation: Careers of African Participants at the World Socia (...)

28Par exemple, chez certains des militants altermondialistes sur lesquels on avait enquêté 18, on trouvait très bien le premier profil ; en gros, des héritiers des bourgeoisies nationales, avec des nuances cependant : ce n’est quand même pas toujours la plus haute des bourgeoisies. On trouvera des parents qui ont été au contact de la colonisation mais qui en même temps ont subi au quotidien les humiliations de la colonisation, beaucoup plus que ceux qui étaient au fin fond de la brousse. Des cas où le père a été petit fonctionnaire de la colonisation, donc bien sûr s’est fait un jour humilier, les histoires familiales regorgent de ces situations. Donc on a ce modèle. Mais on a aussi l’exact inverse, par exemple dans certaines internationalisations un peu militantes et altermondialistes, on a aussi bien des segments de contre-élites qui vont investir le droit ou l’économie, mais aussi le « bon client » ou la « bonne cliente » en matière d’authenticité. Alors on a vraiment à la fois la personne qui parlera bien les langues, qui aura des papiers, qui s’internationalisera facilement… mais certains acteurs des ONG veulent contrer ce qu’ils savent de ces phénomènes élitaires, assez structurels, ils veulent éviter que certains se fassent reprocher de « ne pas être assez Africains »… et du coup l’autre phénomène, c’est plutôt le contraire : c’est aller chercher typiquement la leader paysanne qui ne parlera aucune langue occidentale, etc. Sauf que cela produit des effets d’offre d’existence : quand bien même ils ne seraient pas du tout héritiers cosmopolites de bourgeoisies nationales, ils vont devenir des professionnels de leur authenticité, et vont circuler dans des circuits d’internationalisation qui auront des effets élitaires. Bref, ce côté élitaire n’est pas forcément toujours en amont, du côté des héritages, mais l’internationalisation elle-même finit par produire des effets élitaires sur les trajectoires individuelles, et des effets particuliers de division du travail militant 19. Donc ce sont plus des nuances que je suggère sur le type de cahier des charges empiriques qu’on se donne à partir de ces termes forts et de ces idées fortes du travail d’Yves.

Comment situer les travaux d’Yves Dezalay dans le tournant global des sciences sociales ?

Didier Bigo : globalisme méthodologique et dénationalisation des Relations internationales

  • 20 Albert M., Buzan B., “International Relations Theory and the ‘Social Whole’: Encounters and Gaps Be (...)

29Je ne suis pas sûr qu’il y ait un tournant global des sciences sociales qui supprimerait le tropisme du nationalisme méthodologique. On a plutôt l’impression que l’on tombe très vite dans le globalisme méthodologique, qui refuse de voir lui aussi les luttes, les fragmentations, les pluralités de la (non) contiguïté des espaces. Il y a presque toujours une tendance à homogénéiser le global comme un « social whole » à la manière de Mathias Albert et Barry Buzan qui en font d’ailleurs la question centrale de la sociologie des RI aujourd’hui 20. Ce que je vois dans le travail d’Yves Dezalay, c’est justement la capacité de s’opposer à ce puissant courant fonctionnaliste et à mettre en avant la dynamique des luttes et des oppositions transnationales, là où les autres évoquent une globalisation homogénéisante, des tendances et souvent une finalité implicite.

30À mon avis, un des points les plus importants, c’est peut-être la dénationalisation des RI et des sciences sociales en France surmontant les faux dualismes entre tradition anglophone et francophone comme si elles n’étaient pas parcourues chacune de profondes contradictions et de nombreuses luttes. Dans les années 1990-2000 il y avait tellement de gens qui voulaient créer une école française des RI parce qu’il y avait une école anglaise des RI… donc il y avait des compétitions entre quelques lieux pour dire « c’est moi l’école française, non c’est moi l’école française », etc. Yves, en travaillant immédiatement avec Bryant Garth, a immédiatement fait exploser ce genre de choses. Ça a été pour moi vraiment un modèle. Au lieu de travailler avec les collègues français à la promotion d’une école française à faire passer en langue anglaise, j’ai voulu construire une problématique s’appuyant sur de nombreux travaux alternatifs, marginalisés en science politique, mais souvent très puissants dans d’autres domaines de sciences sociales. Pour moi la rencontre cruciale a été avec Rob Walker, théoricien politique canadien, anglophone et connaissant profondément les traditions critiques des anglophones et francophones. Ceci a été central pour réfléchir sur les dynamiques transversales, les « chemins de traverse » et la dé-disciplinarisation des sciences sociales. J’ai eu l’impression de monter, à partir des RI, ce qu’Yves avait développé en sociologie plus tôt que moi, et j’aurais dû sans doute m’en inspirer encore plus. Je dois beaucoup à ces lectures et à une rencontre avec lui, bien plus tardive, malheureusement. Mais les RI des années 1990-2000 en France étaient particulièrement fermées et je me sentais isolé, d’où la décision de créer une revue Cultures & Conflits dès 1990 pour faire entendre des voix différentes. Elle s’est construite aux marges mais elle continue de tenir le coup. Quelques spécialistes d’aires géographiques ont compris qu’ils étaient aussi internationalistes, Richard Banegas, Gilles Dorronsoro, et ont cotoyé Michel Dobry, Bernard Lacroix. Des mélanges de génération et de tradition ont opéré. Un renouveau s’est fait sentir après dix ans, en particulier avec les travaux cruciaux de Johanna Siméant et les avancées de la revue Critique internationale sous le leadership de Jean-François Bayart. Nous nous sentions moins marginalisés que marginaux par choix. Regrouper ces derniers et s’intéresser au courant minoritaire des disciplines connexes pour retirer l’emprise de la science politique sur les Relations Internationales supposa de se lancer un nouveau défi qui tenait aussi à mon insertion progressive au Royaume Uni, en faisant se croiser les perspectives critiques isolées dans leurs propres langues. Si on a développé avec Martin Heisler une section, et ensuite avec Rob Walker, une revue International Political Sociology, on a refusé explicitement et dès le début de le (re)traduire par une « sociologie politique de l’international », car supposer a priori une discipline de sociologie politique ayant un objet constitué qui s’appellerait l’international, c’est justement rater le coche. C’est-à-dire que ce qu’il faut, c’est repenser les catégories d’un international qui ne serait pas un externe du national, c’est-à-dire, penser ce qu’est l’international dans ses incarnations les plus routinières, les plus quotidiennes, les plus minuscules, les plus infinitésimales. Et c’est ça qui était impossible à penser à l’époque, et là, justement, les travaux d’Yves étaient vraiment centraux, bien au-delà du sujet du rôle des juristes dans la construction des États et des jeux transnationaux.

31Ce qu’il apportait et continue de développer, c’est une contestation de la manière de penser la sociologie de manière fonctionnelle, de penser la science politique à partir de l’ordre, et de remettre au cœur de la recherche la dimension d’une anthropologie politique des pratiques politiques. Cela rejoignait pour moi la réflexion sur la double déconstruction de la sociologie et de la science politique des RI. Qu’est-ce que cela veut dire d’avoir une forme de sociologie d’inspiration bourdieusienne qui vient percuter de plein fouet les dogmes des sciences politiques et de voir leur capacité à l’indifférence ? Il devenait évident que les Relations Internationales ne pouvaient fonctionner, à ce moment-là, dans leurs certitudes, que par l’ignorance, on pourrait même dire le déni, des travaux sociologiques qui se développaient au même moment sur leurs acteurs, leurs terrains. Les théories de sciences politiques ne voulaient entendre parler que des États ou des organisations internationales, à la limite des ONG et des entreprises, mais surtout pas des pratiques des acteurs sur le terrain dans leur complexité, leurs trajectoires, leurs dynamiques. Elles arrivaient exactement à des conclusions contraires sur le monde social (bienfaits du consensus de Wahsington, de l’humanitaire, des interventions, de la collaboration policère généralisée, des coalitions antiterroristes) des approches de type sociologique mais sans jamais se poser la question du pourquoi ces conclusions étaient contraires. Elles se repliaient (et peut être le font-elles encore) sur la seule sociologie fonctionaliste ou sur les sciences de gouvernement ou les approches de politiques publiques comme on dit en français.

  • 21 Sayad A., La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Le Seui (...)

32Prolonger les travaux d’Yves, c’était à mon avis, non pas reproduire uniquement ses méthodes, mais insister sur ce qui les mettait en opposition avec les récits les plus communs de la science politique, et insister sur les présupposés épistémologiques de cette dernière plongeant leurs racines sur le pessimisme et cynisme de la fin du xixe siècle, et interroger encore et toujours cette doxa qui se reproduit en permanence, mais qui chancelle néanmoins avec une ouverture plus grande de la dernière génération d’internationalistes… Là-dessus, je crois qu’il est intéressant de voir les questions qui se posent à l’heure actuelle. Il reste des choses à discuter avant, en particulier le statut que se donne le professeur de science politique de l’international quand il écrit. Où se situe-t-il ? On parle beaucoup plus facilement qu’avant d’un champ du pouvoir national. Mais si on dit « champ du pouvoir international », brusquement on dit « ah oui, non, mais parce qu’il serait au-dessus », c’est-à-dire, les gens lèvent la tête : il y a le national, il y a l’international, et il y a dieu ! Alors il faut regarder là-haut, mais comme si c’était hors sol, qui est une terminologie que justement, Yves utilise souvent. Non, bien sûr, il n’y a pas de hors sol. Et bien sûr les trois peuvent être profondément liés ! Alors quelle a été la tendance ? Et c’est une critique qu’on peut faire de toute une époque à mon avis : c’est d’avoir conçu l’international comme un niveau différent du national et de l’individuel (man-state-war) mais qui leur est supérieur et qui intègre les autres par son niveau d’abstraction scientifique. L’international étant de nouveau verticalisé, et implicitement favorable de nouveau à l’empire, permet alors de hiérarchiser le monde en plaçant le professeur de Relations Internationales comme le dépositaire d’un aleph, d’un point de vue sur le monde atteignant l’universel, contrairement aux autres experts sociologues ou spécialistes d’aires régionales. Cette arrogance se paie cher. Les grandes synthèses autour de quelques concepts se vendent mieux comme succédanés de romans de gares, mais elles ne sont que le pauvre reflet des discours du moment du monde universitaire. Par manque de fondement sur les pratiques de terrain, sur les rencontres avec les différents univers sociaux, elles tournent en boucle dans les média et s’effondrent. Ce qui tient dans le temps ce sont les travaux informés par l’étude des pratiques sociales d’un moment. C’est bien sûr les travaux d’Abdelmalek Sayad sur la double absence 21 qui sont situés dans une époque différente mais qui sont bien plus théoriques et inspirants que les études migratoires des RI faites au même moment. Même chose pour les travaux sur les origines des décisions de l’Union européenne et de qui les préparait qui nous permettent toujours de comprendre ce qui se passe aujourd’hui alors que les théories de la science politique américaine s’appliquant à l’Europe n’ont plus guère d’intérêt que pour les historiens des idées. Les premiers travaux d’Yves et Bryant sont aussi de ces travaux informés qui s’opposent aux grandes synthèses décidées depuis son fauteuil (même branché sur Internet). Il y a eu néanmoins une confiance dans ces synthèses qui a parfois obéré les recherches. On a eu finalement une discussion avec Yves sur la valeur de la notion d’import/export de l’État. Est-ce une métaphore pertinente qui vaut la peine d’être reprise telle quelle ? Ce n’est pas à mon avis la meilleure façon d’analyser les situations parce qu’on a l’impression que l’État est un « produit », importé, exporté, alors que justement, ce qui est central, c’est la trajectoire, les dynamiques à l’œuvre et il est plus cohérent d’évoquer des processus d’hybridation du public et du privé, du local et du néocolonial, des rapports de classe affectés par les technologies pour comprendre les constitutions de ces processus qui transforment les champs professionnels transnationaux. En tout cas, c’est ce qui me semble ressortir de ceux que j’ai étudiés où la réification import-export empêche de penser les dynamiques de reconfiguration.

Afrânio Garcia : saisir l’universel en partant de la périphérie

  • 22 Geertz C., « La description dense », Enquête, n°6, 1998, pp. 73-105.
  • 23 Rostow. W., Les étapes de la croissance économique, Paris, Seuil, 1962.

33Je suis content que l’on parle d’anthropologues comme Sayad puisque c’est mon métier. Et j’avais pensé commencer par un texte qui est assez souvent cité parmi les anthropologues, c’est le texte de Clifford Geertz qui affirme que, pour bien faire état de la méthode de cette discipline, l’anthropologue n’étudie pas le village mais dans le village des questions de portée universelle 22. Parodiant cet énoncé, Yves Dezalay n’étudie pas les pays périphériques, mais les batailles ou les guerres de palais autour de la mondialisation à partir de l’examen du champ du pouvoir des pays périphériques. Or, voir les pays périphériques comme des bons révélateurs des luttes entre les cercles dirigeants des pays centraux me paraît un angle d’attaque bien différent de ce qu’on lit d’habitude pour comprendre la mondialisation. Je rappelle que la plupart du temps, on est confronté à une méthode qu’on appelait déjà dans les années 1950 des « cultural lag ». C’est-à-dire qu’on suppose que les pays périphériques suivent avec du retard des stades que les pays centraux ont déjà connus dans leur passé. Ce modèle devient évident dans un livre sur les « étapes de la croissance économique » que Dezalay utilise beaucoup, qui est le livre de Walter Rostow où chaque pays non industrialisé était perçu comme retardataire 23. Dès qu’on fait cette supposition-là, tout ce qui est interdépendance entre les pays dominés et les pays dominants, ou ceux à mi-chemin, disparaît. L’interdépendance entre les modes d’évolution des nations mérite d’être traitée comme question fondamentale, permettant d’accorder à la hiérarchie internationale tout son pouvoir explicatif sans mépriser les tendances des « retardataires ». Dans le modèle de La noblesse d’État, il y avait clairement le rapport entre systèmes d’enseignement supérieur, notamment ces institutions bien françaises que sont les grandes écoles, et système de postes au niveau de la politique ou de l’économie. Or, quand on examine le poids de la formation de haut niveau des pays semi-périphériques et périphériques à l’international, la possibilité d’aller dans différents pays centraux est très diversifiée, et nous sommes en mesure de poser la question du rapport particulier du lien entre système universitaire et champ du pouvoir national. En effet, si les États-Unis après 1945 commencent à imposer une certaine forme de structuration des études supérieures un peu partout dans le monde (le « modèle américain »), par quel biais cette reconstruction des universités des autres pays prend forme ? Quel est le rôle des agents et des institutions, comme les fondations privées, impliquées dans ces transformations ? Il y a là un très vaste chantier, qui me semble très intéressant à travailler de plus près. L’hypothèse des homologies, entre les fractions en lutte pour le monopole du pouvoir dans les pays centraux et les disputes à l’intérieur des pays périphériques, me semble tout à fait pertinente. Ce qui nous évite de chercher une seule idéologie qui s’imposerait partout, voire des intérêts identiques de certaines classes dominantes distribuées dans toute la planète.

Laurent Jeanpierre : entre néo-marxisme et histoire connectée

34Merci Afrânio, tu as en quelque sorte préparé le terrain pour des choses que je voulais développer en parlant des fondations philanthropiques transnationales que j’ai rencontrées dans mes travaux (comme la Fondation Rockefeller, la Fondation Ford et de nombreux autres acteurs du même type qui se sont développés depuis) et en revenant, d’un point de vue pratique, méthodologique, sur l’usage des archives dans les recherches sur l’international.

  • 24 Pour des versions différentes et récentes de ces recherches, voir Parmar I., Foundations of the Ame (...)

35Comme cela a déjà été dit, je ne vais pas insister par exemple sur l’intérêt, pour l’enquête en milieu transnational, des lieux d’observation où l’on peut fédérer des curriculum vitae ou des dossiers individuels qu’on peut analyser et éventuellement coder. Il a été question ce matin de la French American Foundation et des Young Leaders. Je pense que ce type d’objet nous incite aussi à revenir en arrière dans le temps, à regarder avec un certain recul historique les actions de fondations philanthropiques transatlantiques. Évidemment il y a des acteurs comparables dans d’autres espaces et selon d’autres géographies comme Tata Trusts en Inde et de nombreux autres. Or je trouve que les travaux d’Yves Dezalay permettent de sortir d’un faux problème qui a été longtemps dominant dans l’analyse de ces objets. Pour le comprendre, il faut rappeler schématiquement qu’à leur sujet s’opposent des analyses néo-marxistes ou néo-gramsciennes faisant, dans le cas qui m’intéresse ici, des fondations privées américaines les agents de l’impérialisme d’État, surtout pendant la Guerre froide (même si certains chercheurs montrent que cela commence bien avant), et puis des analyses transnationalistes, qui se sont développées autour d’historiens insistant plutôt sur les connexions durables construites entre espaces nationaux par les programmes importants de bourses d’études et de recherches financés au siècle dernier par les fondations philanthropiques états-uniennes (comme ce fut le cas pour de nombreux savants et intellectuels européens de l’entre-deux-guerres) jusqu’à aujourd’hui 24.

36D’un côté, le chercheur figure un espace verticalisé, des rapports de puissance hiérarchisés, une architecture internationale de la domination. De l’autre, on se situe dans des espaces plats, lisses, de réciprocité, et d’échanges, éventuellement d’import-export. Dans ce domaine d’étude sur la philanthropie internationale, il y a donc une polarisation forte, récurrente, entre des approches en termes de pouvoir, mais qui au fond ont une vision extrêmement mécaniste des phénomènes d’impérialisme et qui ne reconnaissent pas l’autonomie relative de ces agents privés que sont les fondations, et puis des approches très horizontalistes. C’est l’état des savoirs encore aujourd’hui, avec des camps en grande partie irréconciliables.

37Or lorsque l’on rentre dans l’objet empirique avec la boîte à outils d’Yves Dezalay, l’opposition ne tient plus, l’opposition des deux lectures peut être dépassée et réarticulée : la circulation et la domination ne sont pas des phénomènes contradictoires mais, au contraire, des processus coexistant.

  • 25 Pour un panorama de l’œuvre voir, entre autres, Wallerstein I., Le Système du monde du xve siècle à (...)
  • 26 Casanova P., La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999 ; Heilbron J., “Toward a sociol (...)
  • 27 L’une des critiques célèbres en science politique est celle de Zolberg A., “Origins of the Modern W (...)
  • 28 Ces questions font l’objet d’un traitement spécifique dans Balibar É., Wallerstein I., Race, nation (...)

38Je voudrais aborder brièvement l’articulation éventuelle entre la boîte à outils d’Yves Dezalay et le modèle wallersteinien 25. À la suite d’autres collègues avec lesquels j’ai un peu travaillé, comme Pascale Casanova ou Johan Heilbron, je pense que le modèle et les catégories descriptives qu’Immanuel Wallerstein a forgés pour décrire les économie-monde peuvent être appliqués, moyennant certaines adaptations conceptuelles et après enquêtes historiques minutieuses, à d’autres espaces sociaux que les espaces de production et de circulation économique, notamment dans les espaces de production de savoirs, dans les espaces scientifiques, culturels, etc. 26 Je sais qu’Yves Dezalay est très sceptique sur ce modèle de Wallerstein et ses applications, notamment dans les Relations internationales. Je crois aussi connaître nombre de critiques du modèle, qui sont importantes – je ne les développe pas 27. Évidemment, il y a des centres dans les périphéries et il y a de la périphérie dans les centres 28… La combinaison, à travailler, à élucider, entre les approches en termes de champs et les approches wallersteiniennes en termes de système-monde, permettrait de voir cette structuration presque fractale qui peut rendre homologues des structures à l’échelle nationale et aux échelles transnationales. Mais je voulais avant tout insister sur un autre point issu de l’inspiration wallersteinienne entendue au sens large : comme on le sait, c’est un modèle qui tertiarise au lieu de binariser le modèle de l’école de la dépendance, un modèle qui ne propose pas simplement deux catégories, centre/périphérie, mais trois catégories, centre/semi-périphérie/périphérie.

  • 29 Pour un exemple d’application du modèle d’Yves Dezalay à la Corée du Sud, voir par exemple Seong-Hy (...)
  • 30 Brisson T., Jeanpierre L. Lee K., “Western References in Asian Social Sciences (Japan and South Kor (...)

39Or si j’insiste ici sur ce point théorique bien connu, c’est que je pense que les phénomènes qu’observe Yves Dezalay sont beaucoup plus saillants dans des pays dits « semi-périphériques », au sens que Wallerstein donne à ce terme – bien entendu, si l’on s’accorde pour dire que le Chili ou la Corée du Sud 29, par exemple dans l’ordre économique, mais aussi dans d’autres espaces sociaux, sont bel et bien des pays « semi-périphériques ». Or le cas des pays ou des élites semi-périphériques est intéressant dans la mesure où ce ne sont pas des exemples de dominés simples, si j’ose dire, de dominés sans mélange, si l’on veut, comme sont les individus ou les entités sociales plus larges occupant des positions périphériques au sens strict. Je fais ici un bref détour empirique et délibéré. Avec quelques collègues, nous avons étudié l’importation des sciences sociales, en particulier des références sociologiques, en Corée du Sud 30. Nous avons observé que 80 % des professeurs dans cette discipline sont formés aux États-Unis, qu’ils reviennent au pays en des proportions très importantes et qu’une fois de retour dans leur pays d’origine, ils citent de moins en moins d’auteurs américains au fil du temps et de plus en plus d’auteurs européens. C’est là un phénomène un peu paradoxal en apparence : on a des savants formés au « centre » dans une discipline dominée, issus d’un pays lui aussi dominé, qui décident peu à peu de rejeter les contenus hégémoniques. Le cas nous intéresse ici pour penser plus généralement aux stratégies contre-hégémoniques y compris en dehors des champs scientifiques. Qu’est-ce qu’une stratégie contre-hégémonique d’une élite semi-périphérique internationalisée qui a été formée au centre ?

  • 31 Pour une prise en compte de la question de la régionalisation voir Dezalay Y., Garth B., Asian Lega (...)

40Une partie de la réponse pointe vers des phénomènes de régionalisations. Dans le cas que nous avons étudié, nous observions des élites formées aux États-Unis, qui viennent du Japon, de Corée du Sud, dans des disciplines dominées et qui, au fond, renoncent à leur capital international accumulé au centre et essayent, avec d’autres ressources, internationales, de constituer un espace transnational qui ne soit plus d’emblée mondial mais dont l’échelle est régionale. Je concentre ici des résultats, des généralisations et des hypothèses qui demanderaient à être testées et consolidées mais je voulais simplement signaler que les positions « semi-périphériques » introduisent, presque par construction, des éléments dynamiques dans les structures de domination, ici dans les structures de domination internationale et que le passage d’un modèle binaire qui oppose seulement « dominants » et « dominés » à un modèle ternaire permet de mettre en valeur ces potentialités dynamiques, en l’occurrence les capacités de contre-courants et de restructurations régionales conduites par des élites de pays non centraux dans les relations internationales 31.

Johanna Siméant-Germanos : les savoirs indigènes

41Je ne serai pas très longue, parce que je n’étais pas du tout inspirée par la question sur les autres façons de penser le rapport à l’international : ce sont des questions qui se tranchent quand les terrains commencent. Et donc ce coût d’entrée, je me suis amusée à ce jeu, j’ai participé aux réunions de la Société d’études internationales fondée au sein de l’Association française de science politique (AFSP) en 1997 ; j’arrivais toute jeune, et je me retrouvais entre Marcel Merle d’un côté et Marie-Claude Smouts, qui représentait le pôle le plus accommodant à l’égard de la sociologie, de l’autre, Jean-Jacques Roche en face, et je me faisais frotter les oreilles parce que je ne citais pas Marcel Merle. Mais au bout d’un moment voilà, on fait ses terrains, on voit ce que ça donne et puis on discute, et il y a autre chose à faire qu’à défendre son territoire dans un Yalta ossifié de sous-disciplines, c’est quand même un peu fatiguant.

42En revanche, effectivement, il y a cette question de « comment on tente des terrains ». Ce qui était drôle, c’est qu’avec beaucoup de ces gens – alors il y a des choses qui ont bougé, il y a beaucoup de sous-frontières qui ont bougé – c’était parfois les discussions quand ils parlaient en tant qu’indigènes qui étaient les plus drôles et les plus instructives. Évidemment ils vous disent « mais enfin, on le sait que, ça, ça, ça » (par exemple les petits mondes d’expatriés des organisations internationales et des ONG sur des terrains de crise). Vous savez, cette réaction à l’égard de la sociologie, quand elle dit des trucs qu’elle ne devrait pas dire tellement c’est trivial, évident, matérialiste, grossier. Là effectivement les gens qui peuplent ces espaces un peu élitaires vous disent « enfin, on le sait », sauf qu’ils le savaient mais ils ne l’écrivaient pas forcément puisque ce qui les intéressait, c’était plutôt de produire des théories un peu méta de tout ça. Par contraste, avec plein d’autres gens, on avait l’impression de découvrir des choses car nous n’étions pas des indigènes de ces milieux, et que l’on avait des réponses d’indigènes de gens qui en faisaient la théorie.

Quelles stratégies d’ouverture des terrains et d’enquête ?

Didier Bigo : francs-tireurs de la méthode

43Je travaille en ce moment sur les agences de renseignement qui par ailleurs contrôlent, ou essayent de contrôler les dynamiques de l’internet, et qu’on appelle les Five Eyes +. Nous avons tous la chance de disposer des documents de la NSA qu’Edward Snowden a livrés en partie au public après un travail de filtre fait par des journalistes d’investigation, et sans cela je ne pourrais guère travailler sur ce terrain particulier – mais il est assez paradoxal que si peu de politistes se soient engagés dans l’analyse des sources mises à disposition par Snowden ou Assange et Wikileaks. Il y a toujours une frilosité à s’engager dans des sommes de « détails » à recomposer, à s’éloigner des grands concepts et à appliquer des recherches inductives. Cette immersion dans les sources, les archives, ne semble pas être une disposition chez beaucoup d’internationalistes qui se veulent philosophes, essayistes ou conseillers du prince. En travaillant sur les détails des visas, sur les accords de Schengen ou maintenant ceux des Fives eyes, j’ai l’impression d’être un franc-tireur dans les RI, et cela ne s’est pas arrangé quand au lieu de choisir les militaires ou les diplomates comme sujet, j’ai choisi les ministères de l’intérieur travaillant à l’étranger. J’ai ressenti une fraternité d’armes avec Yves quand j’ai vu son auto-description comme franc-tireur au milieu des juristes et des tribunaux d’arbitrage, le même intérêt pour les archives, les histoires du quotidien, les univers professionnels spécifiques et les solidarités dans les manières de faire une certaine tâche, ainsi que les luttes féroces qui sont ré-écrites comme autant de collaboration et de négociation. Et peut-être aussi, même si c’est moins explicite, un côté franc-tireur chez les sociologues critiques bourdieusiens. Que tu aies commencé à travailler sur les statistiques, que tu aies un doute extrêmement profond sur « qu’est-ce que la statistique veut dire ? », « qu’est-ce qu’on peut en dire ? », me semble crucial comme point de départ original, comme franc-tireur par rapport à la sociologie critique bourdieusienne et sa volonté d’objectivisme. Que tu aies travaillé par ailleurs moins sur le droit en général, que sur le droit marchand et l’arbitrage en prenant un univers méconnu et très spécifique me semble aussi le point de méthode le plus significatif à retenir pour d’autres. Être curieux au sens profond du terme. S’amuser des paradoxes apparents de micro-univers, des ornythorinques qui survivent très bien et de déconstruire à partir d’eux les grandes synthèses qu’ils dérangent.

  • 32 Dezalay Y., Bigo D., Cohen A., « Enquêter sur l’internationalisation des noblesses d’État. Retour r (...)

44À mon avis, c’est à partir de cette disposition que l’on peut pointer et tracer des émergences. On travaille beaucoup sur des processus, des dynamiques, des émergences. Après on a tendance à les appeller champs, configurations quand ils deviennent plus ou moins réguliers… mais ce qui est le plus important, c’est plutôt la dynamique qu’ils prennent que l’appellation qui les fixe en tant que tels lorsqu’ils atteignent un certain ordre. Le flux m’intéresse plus que l’ordre. Et ç’est peut être cela que je vois aussi dans ton travail, celui qui amène à être hétérodoxe, en s’intéressant en franc tireur au flux, aux transformations, au plaisir de voir changer les choses. Je vois bien le danger de la singularité ethnographique, qui pose problème aux sciences sociales qui se veulent émettrices de règles ou de régularités, mais j’ai du mal à prendre les voies de la formalisation, même si je m’y suis essayé avec les analyses réseaux. Alors je voudrais vraiment terminer par une question directe qu’Antonin (Cohen) et moi t’avions posée lors de l’entretien de Cultures & Conflits 32. Si on a fait de très nombreux entretiens, est-ce qu’il est intéressant de les codifier ? Est-ce qu’on peut en tirer quelque chose dans l’ordre statistique et au-delà accroître une forme de savoir supplémentaire ? Peut-on objectiver les singularités ? Bref, est-ce que faire des Analyses de Correspondance Multiples (ACM) permet de découvrir quelque chose qu’on ne savait pas avant ou est-ce juste une forme de confirmation conférée par la magie des nombres et des représentations géométriques ? Et là, j’aimerais bien savoir comment chacun se définit. Et puis, savoir comment toi tu te situes, avec ton doute profond sur les statistiques, tu les recommandes ou pas ?

Afrânio Garcia : capitaux sociaux de l’enquêteur et analyse prosopographique

45J’ai été agréablement surpris par la façon dont les participants de ce colloque ont effectivement suivi le mode opératoire d’Yves Dezalay sur le terrain. Ce qui permet de réfléchir sur la composition sociale et intellectuelle du présent colloque. En effet, les principaux obstacles à la réception des travaux d’Yves Dezalay ne sont pas d’ordre intellectuel, ne sont pas de l’ordre de la conviction dans le bien fondé de ses idées, mais tiennent je pense à la distance des modes d’acquisition des capitaux et ressources nécessaires pour participer à des débats cosmopolites. Avoir l’accès aux langues étrangères, les pratiquer avec aisance, pour quelqu’un qui naît loin des pays européens ou des États-Unis, constitue une exigence tacite permettant au chercheur de faire valoir ses capitaux sociaux. L’entretien international est quelque chose de très exigeant car la perception que l’interviewé se fait de la situation de l’entretien est un facteur de réussite ou d’échec non négligeable. Si on n’intériorise pas certains principes des comportements légitimes, on ne peut obtenir un rendez-vous auprès d’une personne très hautement placée dans le jeu du pouvoir, mais le personnage en question ne dira absolument rien qui fera avancer l’enquête. À ce propos, je me rappelle que Pierre Bourdieu racontait comment il avait fait pour avoir des données pertinentes sur l’épiscopat français : il n’est pas allé lui-même faire des entretiens, il a envoyé des enquêteurs qui avaient des caractéristiques sociales augmentant les chances d’être reçus et de réaliser de bons entretiens.

46Je voudrais revenir, pour finir, sur le fait que, depuis hier, il y a une question qui revient sans cesse : si on ne fait pas d’entretien direct, si le pouvoir ne se transmet par la succession généalogique, deux méthodes absolument courantes dans les enquêtes anthropologiques, qu’est-ce qu’on peut faire pour saisir la transmission des positions de pouvoir ? Comme j’ai pu discuter avec Yves Dezalay de longue date de cette question, ce qui rejoint une observation de Laurent Jeanpierre, nous pouvons avoir accès à des archives qui explicitent les données sur les individus et les groupes permettant de connaître leurs différentes caractéristiques sociales et intellectuelles, leurs modes de pensée et d’action, et mieux comprendre les enjeux des luttes de pouvoir. Tel est le cas des archives avec des données prosopographiques. Grâce à ce genre de données, nous pouvons passer à l’application des ACM (analyses des correspondances multiples) ou des analyses de réseaux. J’ai en tête les travaux de François Denord au CESSP et ceux menés par des chercheurs suédois coordonnés par Mikael Palm. Ces derniers ont constitué des listes d’étudiants suédois partant à l’international pour des études de haut niveau à partir des archives des fondations qui les avaient financés.

47Ce qui me rappelle un objet encore peu exploré : qui sont les fondations internationales ? Quid de la concurrence entre fondations nationales et internationales ? Dans les livres d’Yves, il est dit que « pour que les gens soient à l’international, il faut qu’il y ait beaucoup de capital social ». Mais il exploite également une autre fraction : par la méritocratie, par de bonnes notes au long d’un parcours scolaire, des gens obtiennent le soutien de toute une série de fondations nationales ou internationales. La concurrence entre les fondations attire moins d’attention dans l’univers français, mais apparaît comme centrale dans l’univers nord-américain ou en Allemagne. L’examen du champ des fondations internationales constitue sans doute un objet porteur.

Laurent Jeanpierre : le travail archivistique au sein des fondations philanthropiques

48Merci Afrânio, tu m’as à nouveau préparé le terrain pour des choses que je voulais développer en parlant notamment de cet objet « fondation » et de l’usage des archives. Je suis d’accord avec tout ce qui a été dit, donc je ne vais pas insister : l’intérêt des archives, des lieux où l’on peut fédérer des CV ou des dossiers individuels qu’on peut analyser et éventuellement coder. Ce qui m’a d’abord surpris, en regardant les archives de ces fondations philanthropiques pour la première moitié du xxe siècle –celles de la Fondation Rockefeller en particulier –, c’est qu’elles ne contiennent pas seulement des documents où le chercheur découvre des cohortes de gens rigoureusement sélectionnés dont ceux que l’on appelle les « Officiers » de la Fondation font l’hypothèse qu’ils vont ensuite avoir des bonnes dispositions à l’international. Le chercheur observe d’abord le déploiement de toute une volonté de savoir, une volonté de savoir sur les élites étrangères, au terme de laquelle il s’agit aussi de les différencier et certainement de repérer des dispositions à devenir des bons agents doubles et même des agents doubles qui ne seront pas enclins à devenir éventuellement « retournés » (au sens que nous avons évoqué plus tôt dans la discussion). Cette méthode de connaissance et de description des élites étrangères me semble pouvoir être un objet d’étude en soi.

  • 33 Voir, entre de nombreux autres, pour le cas de la France de 1940, Makinsky A., Alexander Makinsky d (...)

49Elle ne passe pas seulement par des informations liées à des parcours d’excellence dans des universités prestigieuses ou, dans le cas français, par des grandes écoles, ou encore par la mise en perspective d’origines sociales favorables, bref par l’analyse de données qui se trouvent en effet, pour le recruteur d’hier comme pour le sociologue ou le politiste d’aujourd’hui, dans un simple curriculum vitae. Non, les élites étrangères sont, dans les fondations, l’objet d’une attention plus précise, leur description individualisée nourrit des rapports, des rapports pas très différents de ceux qu’on trouve dans l’enseignement supérieur et la recherche d’une certaine manière, c’est-à-dire des rapports qualitatifs, extrêmement étendus, réguliers parfois. Les Officiers de la Fondation Rockefeller écrivent ainsi un journal quotidien et disent à leur employeur quelles personnalités ils ont rencontrées et ce qu’ils leur trouvent de bien ou de moins bien 33. On a là un ensemble prodigieux de sources qui, de surcroît, peuvent être étudiées au fil du temps parce que ces rapports sur les individus, sur les milieux d’élites, ne sont pas versés aux dossiers individuels des « boursiers » de la Fondation ou des chercheurs soutenus par elle mais ont leur autonomie propre et se construisent parfois durant des décennies. Ces textes ne parlent donc pas seulement d’agents doubles ou de circulations mais aussi de correspondants, d’informateurs, de référents sédentaires, de rencontres sans lendemain, etc. Et ces rapports orientent l’enquête en direction du regard que portent les « centres » sur les élites « périphériques » et sur la manière dont ce regard est équipé par une volonté de savoir, des instruments qui sont les premiers éléments d’un tri et d’un classement entre des élites qui sont susceptibles de devenir plus ou moins bien comprador. Je pense que travailler sur cela serait une manière intéressante d’en savoir plus sur le savoir dominant, autrement dit d’inverser ou de retourner ce regard lui-même et les relations de pouvoir épistémique qui lui sont associées.

  • 34 Block F., “Karl Polanyi and the writing of the Great Transformation”, Theory and society, vol. 32, (...)
  • 35 Mueller T., “The Rockefeller Foundation, the Social Sciences, and the Humanities in the Cold War”, (...)

50Le deuxième élément, en partie décalé, que met au jour l’enquête sur l’activité des grandes fondations philanthropiques états-uniennes, et sans doute d’autres continents, entre la fin de la Première guerre mondiale et la fin de la Guerre froide, ou bien sur d’autres fondations plus actuelles comme celle de Georges Soros par exemple (que plusieurs personnes dans la salle connaissent très bien), en Europe centrale et orientale, c’est le fait que la sélection, le tri des élites, des agents doubles éventuels, n’est curieusement pas un tri extrêmement sélectif. Bon, c’est peut-être un peu différent pour les Young Leaders dont on a déjà parlé. Mais si l’on prend par exemple les boursiers Fulbright, il y en a dans la salle, et sans doute à cette table, ce tri n’est pas très sélectif. J’observe la même chose pour la Fondation Rockefeller et je voudrais essayer de comprendre pourquoi. En effet, entre 1947 et 1970, la Fondation ne finance pas exclusivement des gens alignés sur les valeurs atlantistes ou sur les objectifs idéologiques de Guerre froide. Ils financent au contraire assez largement mais de manière différenciée, hiérarchisée. Ainsi ne doit-on pas s’étonner de voir la Fondation Rockefeller financer des recherches marxistes pendant cette période, comme celles de Marcuse, dans plusieurs pays d’Europe, ou bien, dès les années 1940, celles de Karl Polanyi 34, et plus largement des marxistes hétérodoxes, des courants marxistes et critiques du stalinisme ou du marxisme-léninisme. Notons en passant que, d’une certaine manière, on peut dire qu’on n’aurait sans doute pas vu le marxisme hétérodoxe, ce que Perry Anderson appelle le « marxisme occidental », se développer avec une telle intensité en France et dans d’autres pays européens sans l’appui des fondations philanthropiques états-uniennes 35. Certains en tireront des conclusions d’un autre âge (celui de la Guerre froide, précisément) mais ce n’est pas mon propos.

  • 36 Schaub J.-F., « Le monde comme interprétation : quand l’historien se fait traducteur », Critique, n (...)

51Je dis un dernier mot plus court et plus général sur des problèmes fondamentaux d’archives dans l’enquête transnationale ou globale. On entend beaucoup parler depuis vingt-cinq ans de récits et d’histoires croisées, d’histoires « à part égales », d’« histoire connectée », qui évidemment devrait être « symétrisée » (cela vaut bien entendu pour la sociologie et la science politique, qui sont, par définition, plongées dans l’élément historique) : tous ces programmes de recherche sympathiques sont certainement compatibles avec la « boîte à outils » que nous discutons dans ces deux journées, celle d’Yves Dezalay. Je crois, malgré tout, qu’ils se soldent parfois par des travaux qui parlent de circulation sans s’intéresser suffisamment au relief des relations de pouvoir, aux luttes d’hégémonie, etc. Car, pour faire vraiment de l’histoire symétrisée, de l’histoire à parts égales, les socio-historiens ont d’autres contraintes que les anthropologues. L’une de ces contraintes tient justement à l’état différencié des archives, c’est-à-dire à l’histoire respective de la production archivistique dans les pays « centraux » et dans les pays « périphériques », et au fait que, selon l’ancienneté des États, la position dans le système-monde ou dans les anciennes configurations impériales, les archives ne sont pas du tout dans des conditions de production, de préservation, de classement qui sont comparables 36. Il y a un niveau d’informations différent selon qu’on se situe au « centre » ou à la « périphérie ». On pourrait dès lors militer, de manière paradoxale, pour que l’enquête commence depuis les « centres » hégémoniques parce que c’est souvent de là qu’on voit le mieux des tableaux d’ensemble, des circulations, des mobilisations élitaires, en vertu même de cette « volonté de savoir » des macro-acteurs centraux, publics ou privés, dont j’ai parlé plus haut.

Johanna Siméant-Germanos : les terrains de l’international

  • 37 Siméant J., Lickert V., Pouponneau F., « Échelles, récifs, bureaux – Terrains du politique à l’inte (...)
  • 38 Siméant J., « Localiser le terrain de l’international », Politix, vol. 100, n°4, 2012, pp. 129-147.
  • 39 Pommerolle M.-E., Siméant J. (dir.), Un autre monde à Nairobi: le Forum social mondial 2007, entre (...)

52Sur le terrain, je ne vais pas être longue : avec Victoria Lickert et Florent Pouponneau nous avons écrit ce chapitre 37 qui reprenait une partie de « Localiser le terrain de l’international 38 », donc j’ai abondamment développé ces questions du terrain. Ce qui est drôle quand même c’est de tenter des choses un peu robustement matérialistes dans la méthode, ce qui ne veut pas dire que cela doit l’être dans l’explication. Dit autrement : la sociologie du billet d’avion (« qui paye ? ») marche drôlement bien, ne serait-ce que pour comprendre comment des gens, parce qu’ils ont trois billets d’avion finançables, vont devenir eux-mêmes des petits courtiers dans des niches critiques. Par exemple, effectivement, il y a une mauvaise sociologie des ONG qui est soit celle qui les idéalise, soit celle qui dit « c’est juste un job dans les pays du sud ». Et il y a des sociologies parfois plus fines, de comment certains acteurs du Sud un peu challengers, mais pas déconnectés, vont préférer choisir le financement d’une fondation nordique un peu progressiste plutôt que d’accepter un financement de la Ford justement, ou vont pouvoir redispatcher une partie de leur financements internationaux et du coup, par exemple dans le cadre d’un Forum Social mondial 39 n’être pas totalement obligés, comme dans d’autres situations plus contraintes, de défiler en tant que partenaires obligés du Sud, obligés de s’infliger tous les ateliers du grand partenaire du Nord comme l’exigera le rapport envoyé à la Fondation qui se penchera sur l’utilisation des fonds.

  • 40 Siméant J., Pommerolle M.-E., Sommier I., Observing Protest from a Place. The World Social Forum in (...)

53Donc voilà, un petit matérialisme robuste, je trouve que cela marche bien. Les enquêtes avec des équipes multinationales c’est assez intéressant aussi. Je pense à ce qu’on avait fait à Nairobi, ce qu’on a refait à Dakar 40, parce que les enquêtes avec des équipes internationales ont de vrais effets de décentrement, elles permettent d’éviter un certain nombre de gaffes, de maîtriser des contextes, des palettes linguistiques, et de produire presque de façon expérimentale des microcosmes réflexifs quand on travaille sur des évènements internationaux – ce qui limite l’ethnocentrisme triomphant des équipes mononationales. Dernier point, et cela a été évoqué sur les ACM : un des grands intérêts de ces dernières, qui est à la fois de pouvoir représenter de façon hiérarchisée, polarisée, des univers, et justement de refuser le « toutes choses égales par ailleurs », est particulièrement bien adapté à l’international. En effet, on ne sait jamais à l’avance ce que la même propriété produit selon la nationalité de la personne (une variable comme la profession, par exemple le fait d’être instituteur, peut prendre un sens très variable selon que l’on est sénégalais ou français), et dans des enquêtes « applatissantes » on va vous dire « eh bien regardez : le métier n’a aucun effet sur le positionnement des gens puisque telle corrélation ne marche pas ». Mais, dès que vous regroupez, ou que vous reconstituez des groupes nationaux avec des ACM, vous apercevez, vous comprenez le type de groupes avec des propriétés particulières qui peuvent coopérer dans ce genre d’enquête. Donc je trouve que l’ACM, et ce n’est pas pour faire du branding bourdieusien à l’international (« Bourdieusian’s MCA go international »), me semble très bien fonctionner justement quand on ne sait pas très bien comment pondérer une variable qui ne va pas vouloir dire la même chose selon le contexte national – cela vaudrait la peine de les promouvoir sous cet angle.

Réponses d’Yves Dezalay : les armes de la réflexivité

54Je voudrais d’abord réagir à Didier Bigo, en disant qu’en fait la formule du double jeu, de l’agent double, c’est trop simple. C’est au moins des agents doubles au cube, qu’ils soient des héritiers cosmopolites, soucieux de reconvertir un capital social en déclin, ou des aventuriers, qui misent sur de nouveaux terrains, car ils n’ont pas grand chose à perdre. Le passage des frontières crée du flou dans les positions sociales, qui peuvent être autant d’opportunités pour des reconversions plus ou moins réussies. Surtout, lorsque ces trajectoires se situent au croisement de différents espaces sociaux – ce qui leur permet de jouer tantôt la carte du missionnaire ou celle du mercenaire. Successivement, voire simultanément. Et dans ces stratégies, les frontières et les appartenances nationales ne jouent le plus souvent qu’un rôle secondaire. L’analogie avec les personnages de Le Carré est trompeuse. Il n’y a pas des agents qui sont fidèles et d’autres qui seraient « retournés », il y a des individus qui, en fonction des capitaux sociaux dont ils disposent, peuvent donner le change et profiter de nouvelles opportunités. D’ailleurs, ces réflexions ne s’appliquent pas seulement aux agents dont on analyse la circulation internationale, mais elle vaut aussi pour les chercheurs eux-mêmes. Pour être plus concret, je vais vous raconter une anecdote qui est une sorte de contribution à une sociologie réflexive : avant la parution de notre premier livre, Bryant et moi avions demandé une préface à Pierre Bourdieu. Et, comme ça se fait souvent dans le monde académique, c’est nous-mêmes qui lui avions proposé un premier draft, dans lequel nous expliquions comment nous avions mis en commun nos positions et nos ressources différentes : celles d’un jeune sociologue français et celles d’un professeur de droit américain, Dean puis Directeur de l’American Bar Foundation. La réaction de Bourdieu avait été plus directe : ce que vous expliquez là, c’est qu’il faut des stratégies de double jeu pour étudier des agents doubles. Il est vrai que cette association était un peu surprenante : d’un côté, un insider avec toutes les ressources institutionnelles et le réseau de contacts accumulés par Bryant, au centre de l’establishment du grand barreau américain, et de l’autre ce profil improbable pour des enquêtes sur l’élite des juristes internationaux que représente un apprenti sociologue parisien, doublement marginal, car formé sur le tard et sur le tas, à l’occasion d’enquêtes sur la noblesse d’État dirigées par Bourdieu. Ceci étant, si on regarde plus en détail, on s’aperçoit que ce n’est pas si simple que ça. Bryant avait effectivement un parcours exemplaire : Yale, Stanford, une longue lignée de juristes de l’establishment, et le capital financier et social qui va avec, mais pour des raisons diverses, il n’a pas voulu suivre la voie royale qui lui était ouverte. Donc il s’est expatrié à Florence, où il a été le premier à essuyer les plâtres de cette nouvelle université européenne. Comme il n’était pas question que le premier titre doctoral soit décerné à un américain, il a du attendre son tour ! De mon côté, quand j’ai été débauché par Darbel, puis recruté par Bourdieu, ce n’était certainement pas pour mes compétences sociologiques inexistantes, mais parce que je détonnais un peu moins mal dans cet univers d’énarques, car j’avais appris l’art du nœud papillon rue Saint-Guillaume… Et cette initiation aux enquêtes au sein des élites d’État a eu des effets dissuasifs : j’ai vite compris que je n’avais pas les dispositions sociales requises pour réussir dans ces carrières. En revanche, cette première introduction a suscité une profonde curiosité pour ces jeux de pouvoir que les circonstances m’ont permis de satisfaire en faisant le détour par l’international, où la financiarisation des années 1980 s’accompagnait d’un formidable Big Bang sur les marchés professionnels.

55Tout ça m’amène à répondre à la question posée par Ron (Levi), sur le risque d’exagérer le poids de la variable « origines sociales » dans l’analyse des institutions et de leurs pratiques ou de leurs stratégies. D’abord, pour souligner que dans les espaces internationaux, bon nombre d’institutions favorisent, voire incitent à des stratégies d’agents doubles. Mais cela ne vaut que pour les agents les mieux dotés en capital social aisément convertible. On retrouve presque la distinction proposée par Bourdieu entre les « princes de l’Église » et les « oblats ». Ainsi, au FMI ou à la Banque Mondiale, on rencontre deux profils d’économistes dont les trajectoires et les stratégies de carrière sont bien différenciées : d’un côté, des héritiers cosmopolites du Sud, formés dans des filières scolaires élitistes, d’abord nationales puis nord-américaines, qui utilisent ces institutions internationales pour accumuler du capital relationnel et diplomatique, avant d’être « parachutés » directement dans de hautes fonctions de direction des ministères financiers ou économiques. Au contraire, les recrues nord américaines sont d’autant moins mobiles que leurs titres universitaires sont moins prestigieux et qu’elles ne disposent pas de capital social ou cosmopolite. On pourrait faire le même type d’analyse pour les juristes ou les consultants de grandes firmes comme Mc Kinsey.

56Ceci étant, pourquoi on n’est pas parti des organisations ? Parce que justement, on travaille dans des domaines où il y a une très forte construction constante de la représentation, du discours, des catégories, par des institutions ou des groupes sociaux extrêmement puissants et disposant de ressources redoutables. Donc dans ce cas-là, si vous voulez, c’était jouer perdant que de dire, comme je l’ai entendu hier, « on ne va pas leur parler quand même du jardin d’enfants, ça passe mal, on va leur demander de nous parler des thèmes sur lesquels ils sont ». D’après notre expérience, vérifiée lors de centaines d’entretiens, année après année, ça ne marche pas. Lorsque vos interlocuteurs se sont lancés dans toute une rhétorique auto-promotionnelle et très institutionnalisée, ils acceptent difficilement d’être « rabaissés » à des questions ressenties comme plus « vulgaires », sur leurs origines sociales. De plus, j’ai tendance à considérer qu’un entretien qui commence par leurs pratiques ou leurs opinions professionnelles, est une perte d’un temps précieux. Si on veut avoir le discours officiel, il n’y a qu’à aller sur internet et parcourir la littérature grise qu’ils produisent en abondance. Par contre, ce qui était pour nous un avantage formidable, c’est que, justement, en s’appuyant sur le réseau de contacts de cet insider parfait qu’était Bryant, on pouvait accéder à cette information cachée d’une manière complètement naturelle, en jouant sur le mode de la connivence… De plus, lorsque c’était le sociologue qui posait d’entrée de jeu des questions trop directes sur l’origine sociale, c’était souvent mal vécu. Et nous avons vite réalisé que c’était bien préférable que ce questionnement sur les origines sociales soit introduit par Bryant sur le mode d’une retrouvaille entre des anciens élèves, qui évoquent autour d’un verre leurs parcours similaires, dans les réseaux familiaux ou scolaires qu’ils ont fréquentés. Dans cet entre-soi, même s’il est factice, l’information partagée sur ces trajectoires initiales permet alors d’éclairer les stratégies qui se jouent dans ou autour d’institutions diverses. Particulièrement les reconversions aussi bien professionnelles qu’idéologiques qui sont fréquentes dans des contextes politiques bousculés. On pourrait ainsi donner bien des exemples de juristes sud-américains qui se réinventent comme économistes dans des contextes de guerre froide où le capital juridique est dévalorisé. Ou à l’inverse, des héritiers de lignées de brahmanes, sélectionnés et formés par les missionnaires du « Law and Development » pour devenir des « social engineers » au service de politiques réformistes, qui profitent des opportunités de l’internationalisation financière, pour faire carrière dans les grandes multinationales du droit des affaires. En résumé, il s’agit moins d’opposer origines sociales et logiques institutionnelles que d’analyser comment elles se recombinent sans cesse dans des jeux de positions où l’internationalisation accroît l’incertitude et les opportunités.

57Ceci m’amène à un dernier point qui a été soulevé par Johanna à propos des effets d’homologie structurale entre Nord et Sud. Dans nos analyses sur la montée en puissance des Chicago Boys, nous avions été frappés par de fortes similarités entre le Chili et les États-Unis : tant du point de vue des positions sociales et scolaires occcupées par ces « tard venus » du savoir économique, que dans leurs stratégies politico-médiatiques et les alliances nouées avec des jeunes turcs de la finance, comme ceux qu’on appelait les piranhas (« los pirañas »). Cette lecture était peut être trop simpliste et nous avons sans doute contribué à objectiver des représentations plus ou moins fictives produites par nos interlocuteurs. En s’inscrivant dans des jeux de rôles qui se faisaient écho entre Chicago et Santiago, ils pensaient ainsi renforcer leur visibilité et leur crédibilité. Quitte à gommer ou au contraire amplifier certaines de leurs caractéristiques sociales ou encore leur homogénéité et leur cohésion institutionnelle. Les Relations internationales sont d’autant plus propices à ces effets d’illusion ou de (faux) miroirs qu’elles impliquent une bonne part d’incertitude sur la vérité des positions dans les espaces nationaux, et donc les ressources qui y sont mobilisables pour des stratégies d’internationalisation. Ainsi, les théoriciens et idéologues de Chicago s’empressaient de vanter dans les colonnes du Wall Street Journal la réussite des politiques conduites sous Pinochet. Et leurs émules de Santiago s’efforçaient de coller à l’image méritocratique et d’excellence en économie mathématique de leurs mentors de Chicago. On pourrait faire des analyses similaires à propos des investissements juridiques d’une petite élite de réformistes britanniques, comme Bentham ou Mill, qui prétendent construire le RAJ à leur image, ou plus précisément selon l’idéal d’un gouvernement par la Rule of Law, dont ils se veulent les précurseurs et dont le RAJ serait le prototype. Dans ces relations aussi complexes qu’ambigües entre exportateurs et importateurs ou ré-importateurs de savoirs et de technologies de gouvernement, il faut prendre garde à ces jeux de double miroirs dans lesquels chacune des parties s’efforce de faire croire à ses illusions réciproques. Certes, ces représentations ne sont jamais tout à fait factices, ni tout à fait réelles. Y compris au regard des sociologues qui s’efforcent de les objectiver, sans être tout à fait dupes du rôle qu’ils sont ainsi amenés à jouer. Car c’est le prix à payer pour avoir accès aux champs des savoirs d’État, tout en essayant de corriger quelque peu les effets de méconnaissance inhérents à ces représentations, plus ou moins savantes, produites par et pour l’internationale des noblesses d’État. Même si la compétition et les affrontements entre les différentes fractions de professionnels d’État offrent aux sociologues de multiples clefs d’entrée dans ces jeux de pouvoir, ces enquêteurs ne sont pas pour autant immunisés contre les dommages collatéraux que ces guerres de palais produisent dans le champ des sciences sociales. Confrontés à ces rapports de domination scientifique, ils n’ont d’autre défense qu’une démarche réflexive.

Haut de page

Notes

1 Bigo D., “Adjusting a Bourdieusian approach to the study of transnational fields. Transversal Practices and State (Trans)formations Related to Intelligence and Surveillance”, in Schmidt-Wellenburg C., Bernhard S., Charting Transnational Fields. Methodology for a Political Sociology of Knowledge, Londres, Routledge, 2020.

2 Série policière française centrée autour du personnage de Guillaume Lebailly, agent opérant successivement ou concomitamment sous différentes « légendes », c’est-à-dire gérant une multiplicité d’identités et de loyautés contradictoires.

3 Georgakakis D., de Lassalle M., « Genèse et structure d’un capital institutionnel européen. Les très hauts fonctionnaires de la Commission européenne », Actes de la recherche en sciences sociales, n°166-167, 2007, pp. 38-53.

4 Bourdieu P., « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, n°145, 2002, pp. 3-8.

5 Karady V., « La migration internationale d’étudiants en Europe, 1890-1940 », Actes de la recherche en sciences sociales, n°145, 2002, pp. 47-60.

6 Parmi les textes d’Yves Dezalay les plus mobilisés dans ce parcours, on retiendra en particulier : Dezalay Y., « Multinationales de l’expertise et “dépérissement de l’État” », Actes de la recherche en sciences sociales, n°96, 1993, pp. 3-20 ; « Les courtiers de l’international. Héritiers cosmopolites, mercenaires de l’impérialisme et missionnaires de l’universel », Actes de la recherche en sciences sociales, n°151-152, 2004, pp. 4-35. En collaboration avec Bryant Garth : « Le “Washington Consensus”. Contribution à une sociologie de l’hégémonie du néo-libéralisme », Actes de la recherche en sciences sociales, n°121-122, 1998, pp. 3-22 ; « Droits de l’homme et philanthropie hégémonique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°121-122, 1998, pp. 23-41 ; La mondialisation des guerres de palais. La restructuration du pouvoir d’État en Amérique Latine, entre notables du droit et « Chicago Boys », Paris, Le Seuil, 2002 ; « National Usages for a “Global” Science: The Dissemination of New Economic Paradigms as a Hegemonic Global Strategy and a National Strategy for the Reproduction of Governing Elites », in Mallard G., Paradeise. C., Peerbaye A. (eds.), Global Science and National Sovereignty: Studies in Historical Sociology of Science, Londres, Routledge, 2008, pp. 143-167 ; « Hegemonic Battles, Professional Rivalries, and the International Division of Labor in the Market for the Import and Export of State-Governing Expertise », International Political Sociology, vol. 5, 2011, pp. 276-293 ; « Espaces de pouvoir nationaux, espaces de pouvoir internationaux », in Cohen A., Lacroix B., Riutort P. (dir.), Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, 2009, pp. 681-693.

7 Jeanpierre L., Des hommes entre plusieurs mondes. Étude sur une situation d’exil. Intellectuels français réfugiés aux États-Unis pendant la Deuxième Guerre mondiale, thèse de doctorat en sociologie, EHESS, Paris, 2004, 2 vol., 1022 p. ; Jeanpierre L., « Gli emigrati francesi negli Statti Uniti durante la seconda guerra mondiale : un’ eccezione ? », Memoria e Ricerca, « L’Europa in Esilio. La migrazione degli intellettuali verso le Americhe tra le due guerre », vol. 31, 2009, pp. 27-41.

8 Levi R., Hagan J., Dezalay S., “International Courts in Atypical Political Environments: The Interplay of Prosecutorial Strategy, Evidence, and Court Authority in International Criminal Law”, Law and Contemporary Problems, vol. 79, 2016, pp. 289-314.

9 Keck M., Sikkink K., Activists beyond Borders: Advocacy Networks in International Politics, Ithaca, Cornell University Press, 1998.

10 Topalov C. (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

11 Tarrow S., “Transnational Politics: Contention and Institutions in International Politics”, Annual Review of Political Science, 2001, p. 4.

12 Ollion E., Siméant J., « Le plaidoyer : internationales et usages locaux », Critique internationale, vol. 67, n°2, 2015, pp. 9‑15.

13 C’est aussi tout le propos d’une thèse que je dirigerais plus tard, Bouilly E., « Du couscous et des meetings contre l’émigration clandestine ». Mobiliser sans protester au Sénégal, Thèse de science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017.

14 Guilhot N., « The Realist Gambit: Postwar American Political Science and the Birth of IR Theory », International Political Sociology, vol. 2, n°4, 2008, pp. 281‑304.

15 Siméant J., « Champs internationaux et transformations du pouvoir d’État : en lisant Dezalay et Garth », Revue française de science politique, vol. 53, n°5, 2003, pp. 817-832.

16 Dezalay Y., « Les courtiers de l’international. Héritiers cosmopolites, mercenaires de l’impérialisme et missionnaires de l’universel », Actes de la recherche en sciences sociales, n°151-152, 2004, pp. 4-35.

17 Archevêque d’Alger aux débuts de la iiie République, fondateur de la Société des missionnaires d’Afrique et artisan du ralliement des catholiques à la République.

18 Pommerolle M.-E., Siméant J., « Voix africaines au Forum social mondial de Nairobi. Les chemins transnationaux des militantismes africains », Cultures & Conflits, n°70, 2008, pp. 129‑149.

19 Siméant J., “Committing to Internationalisation: Careers of African Participants at the World Social Forum”, Social Movement Studies, vol. 12, n°3, 2013, pp. 245‑263.

20 Albert M., Buzan B., “International Relations Theory and the ‘Social Whole’: Encounters and Gaps Between IR and Sociology”, International Political Sociology, vol. 7, n°2, juin 2013, pp. 117-135.

21 Sayad A., La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Le Seuil, 1999.

22 Geertz C., « La description dense », Enquête, n°6, 1998, pp. 73-105.

23 Rostow. W., Les étapes de la croissance économique, Paris, Seuil, 1962.

24 Pour des versions différentes et récentes de ces recherches, voir Parmar I., Foundations of the American Century: The Ford, Carnegie, and Rockefeller Foundations in the rise of American power, New York, Columbia University Press, 2012 ; Tournès L., Sciences de l’homme et politique. Les fondations philanthropiques américaines en France au xxe siècle, Paris, Garnier, Bibliothèque des sciences sociales, 2011 ; Tournès L. (dir.), L’argent de l’influence. Les fondations américaines et leurs réseaux européens, Paris, Autrement, 2010.

25 Pour un panorama de l’œuvre voir, entre autres, Wallerstein I., Le Système du monde du xve siècle à nos jours, t. I. : Capitalisme et économie-monde : 1450-1640, Paris, Flammarion, 1980 ; t. II : Le mercantilisme et la consolidation de l’économie-monde européenne, 1600-1750, Paris, Flammarion, 1984 ; Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, Paris, La Découverte, 2006. 

26 Casanova P., La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999 ; Heilbron J., “Toward a sociology of translation. Book translation as a cultural world-system”, European Journal of Social Theory, vol. 4, n°2, 1999, pp. 429-444 ; Heilbron J., « Échanges culturels transnationaux et mondialisation : quelques réflexions », Regards sociologiques, 22, 2001, pp. 141-154 ; de Swaan A., Words of the world. The global language system, Cambridge, Polity, 2001.

27 L’une des critiques célèbres en science politique est celle de Zolberg A., “Origins of the Modern World-System: A Missing Link”, World Politics, vol. 33, n°2, 1981, pp. 253-281.

28 Ces questions font l’objet d’un traitement spécifique dans Balibar É., Wallerstein I., Race, nation, classe : Les identités ambiguës, Paris, La Découverte, 1988.

29 Pour un exemple d’application du modèle d’Yves Dezalay à la Corée du Sud, voir par exemple Seong-Hyun K., La diplomatie économique autour du contrat du TGV coréen : une sociologie de grand contrat international, Thèse de doctorat, EHESS, Paris, 2003.

30 Brisson T., Jeanpierre L. Lee K., “Western References in Asian Social Sciences (Japan and South Korea)”, in Heilbron J., Sora G., Boncourt T. (eds.), The Social and Human Sciences in Global Power Relations, Londres, Palgrave Macmillan, 2018, pp. 333-368.

31 Pour une prise en compte de la question de la régionalisation voir Dezalay Y., Garth B., Asian Legal Revivals: Lawyers in the Shadow of Empire, Chicago, University of Chicago Press, 2010.

32 Dezalay Y., Bigo D., Cohen A., « Enquêter sur l’internationalisation des noblesses d’État. Retour réflexif sur des stratégies de double jeu », Cultures & Conflits, n°98, 2015, pp. 15-52.

33 Voir, entre de nombreux autres, pour le cas de la France de 1940, Makinsky A., Alexander Makinsky diary, 1940, Hoover Institution Archives.

34 Block F., “Karl Polanyi and the writing of the Great Transformation”, Theory and society, vol. 32, n°3, 2003, pp. 275-306.

35 Mueller T., “The Rockefeller Foundation, the Social Sciences, and the Humanities in the Cold War”, Journal of Cold War Studies, vol. 15, n°3, 2013, pp. 108-135.

36 Schaub J.-F., « Le monde comme interprétation : quand l’historien se fait traducteur », Critique, n°779, 2012, pp. 292-302.

37 Siméant J., Lickert V., Pouponneau F., « Échelles, récifs, bureaux – Terrains du politique à l’international », in Siméant J. (dir.), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, Paris, CNRS éditions, 2015, pp. 13‑32.

38 Siméant J., « Localiser le terrain de l’international », Politix, vol. 100, n°4, 2012, pp. 129-147.

39 Pommerolle M.-E., Siméant J. (dir.), Un autre monde à Nairobi: le Forum social mondial 2007, entre extraversions et causes africaines, Paris, Karthala, 2008.

40 Siméant J., Pommerolle M.-E., Sommier I., Observing Protest from a Place. The World Social Forum in Dakar (2011), Amsterdam, Amsterdam University Press, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Bigo, Afrânio Garcia, Laurent Jeanpierre, Ron Levi, Johanna Siméant-Germanos, Grégory Daho et Antoine Vauchez, « Les ficelles de l’enquête globale  »Cultures & Conflits, 119-120 | 2020, 115-149.

Référence électronique

Didier Bigo, Afrânio Garcia, Laurent Jeanpierre, Ron Levi, Johanna Siméant-Germanos, Grégory Daho et Antoine Vauchez, « Les ficelles de l’enquête globale  »Cultures & Conflits [En ligne], 119-120 | automne-hiver 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/conflits/22296 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.22296

Haut de page

Auteurs

Didier Bigo

Didier Bigo est professeur au King’s College de Londres et à Sciences Po Paris, et membre du Centre d’études des relations internationales (CERI).

Articles du même auteur

Afrânio Garcia

Afrânio Garcia est maître de conférences à l’EHESS et membre du Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP).

Laurent Jeanpierre

Laurent Jeanpierre est professeur de science politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP).

Articles du même auteur

Ron Levi

Ron Levi est professeur à la Munk School of Global Affairs & Public Policy et au Département of Sociologie de l’Université de Toronto.

Johanna Siméant-Germanos

Johanna Siméant-Germanos est professeure à l’École normale supérieure et membre du Centre Maurice Halbwachs.

Grégory Daho

Grégory Daho est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du Centre européen de sociologie et science politique (CESSP)

Articles du même auteur

Antoine Vauchez

Antoine Vauchez est directeur de recherche au CNRS et membre du Centre européen de sociologie et science politique (CESSP)

Articles du même auteur

  • Engagement interdisciplinaire et réflexivité transnationale au prisme de l’expérience du traité de démocratisation de l’Europe (T-Dem) ; entretien réalisé par Hager Ben Jaffel avec Antoine Vauchez
    In Search of European Democracy. The Treaty on the Democratization of the Governance of the Euro Area (T-DEM) as an Experience of Interdisciplinary Engagement and Transnational Reflexivity; interview by Hager Ben Jaffel with Antoine Vauchez
    Paru dans Cultures & Conflits, 119-120 | automne-hiver 2020
  • Réceptions, apports et difficultés de la sociologie de l’international d’Yves Dezalay
    Paru dans Cultures & Conflits, 119-120 | automne-hiver 2020
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search