Navigation – Plan du site

AccueilNuméros121Dossier« Maintenant on va juger les mort...

Dossier

« Maintenant on va juger les morts ?! » Ethnographie des procès du terrorisme à l’épreuve des « présumés morts »

“Judging the dead?” Ethnography of terrorism trials in France
Antoine Mégie
p. 15-34

Résumés

À partir d’une enquête ethnographique au sein des juridictions antiterroristes françaises, cet article propose une étude des procès des « présumés morts » condamnés pour leur participation à des « filières djihadistes terroristes ». À travers un renversement de la figure du mort, passant de « victime » à « présumé terroriste » puis à « condamné présumé mort », l’analyse de la chaine judiciaire jusqu’à l’étape de l’audience de jugement illustre un traitement spécifique de la part du pouvoir pénal français. Les réalités juridiques, sociales et politiques de ces procès interrogent très concrètement et de façon inédite les multiples opérations de qualification et de contrôle des « corps encombrants ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Les « présumés morts » en Syrie : la construction d’un enjeu de la politique pénale antiterroriste
L’association de malfaiteurs terroriste élargie aux « présumés morts »
Un nouveau management du contentieux terroriste
Les « présumés morts » en procès : un rituel judiciaire sous tension
Une scène judiciaire tronquée, un rituel amputé ?
Le recueil des preuves sur la mort des accusés
Une condamnation sociale et judiciaire des « ennemis de la France »
Les familles des « présumés morts » : l’impossible témoignage ?
Condamner les « présumés morts » comme des « ennemis djihadistes de la France  »

Aperçu du début du texte

« Maintenant on va juger les morts  ? ! » C’est lors d’un entretien effectué au printemps 2017 que la vice-présidente de la 16e chambre correctionnelle du tribunal de Paris interroge de la sorte la nouvelle procédure mise en place afin de condamner les ressortissants français « présumés morts  » dans les combats en Irak et Syrie. Cette présidente qui juge depuis deux ans les revenants ou velléitaires  des filières qualifiées de « terroristes djihadistes » se voit « encore une fois », selon ses termes , confrontée à la mise en œuvre d’une nouvelle procédure propre au droit pénal antiterroriste et à ses évolutions permanentes . Ces procès singuliers s’inscrivent à l’origine dans une procédure inédite : les jugements en « circuit court ». Ces derniers reprennent sur le fond le principe des comparutions immédiates, c’est-à-dire sans saisie du juge d’instruction, et cela afin « d’accélérer la procédure de mise en accusation et de condamnation  ». Si l’expression « comparution immédiate »...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Mégie, « « Maintenant on va juger les morts ?! » Ethnographie des procès du terrorisme à l’épreuve des « présumés morts » »Cultures & Conflits, 121 | 2021, 15-34.

Référence électronique

Antoine Mégie, « « Maintenant on va juger les morts ?! » Ethnographie des procès du terrorisme à l’épreuve des « présumés morts » »Cultures & Conflits [En ligne], 121 | Printemps 2021, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/22555 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.22555

Haut de page

Auteur

Antoine Mégie

Antoine Mégie est maître de conférences en Science Politique de l’Université de Rouen et membre du Centre d’études juridiques de l’université de Normandie (CUREJ).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search