Navigation – Plan du site

AccueilNuméros121DossierDes morts qui dérangent : espaces...

Dossier

Des morts qui dérangent : espaces clandestins de la disparition et nécropouvoir au Mexique

Deaths that disturb: clandestine spaces of disappearance and necropower in Mexico
Sabrina Melenotte
p. 51-72

Résumés

Le Mexique traverse actuellement une crise politique et sécuritaire qui accélère une transition funéraire dont le défi est de dépasser la crise médico-légale provoquée par les disparitions et morts en masse. En interrogeant la nouvelle métaphore nationale « le pays est une énorme fosse clandestine », cet article contribue à la réflexion sur les nouvelles frontières de la mort et du politique en pleine redéfinition. À partir d’enquêtes ethnographiques menées dans le Guerrero et le Veracruz, j’analyse quatre nouveaux espaces clandestins, institutionnels et non-institutionnels, de la mort (déchetterie, fosse clandestine, « cuisine », morgue) qui produisent des corps-déchets singuliers du nécropouvoir contemporain. Ainsi, les nouvelles disparitions créent un « gouvernement des morts » au Mexique qui implique une « performance de la souveraineté » irréductible au pouvoir étatique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La « vérité historique » sur les 43 étudiants d’Ayotzinapa ou la fabrication de « corps-déchets » et d’« os de la vérité »
Les fosses clandestines du Guerrero 
Les « cuisines » du Veracruz : des espoirs réduits en cendres
La morgue de Veracruz : quand l’institution fait disparaître les corps
Nouvelles disparitions, gouvernement des morts et nécropolitique au Mexique

Aperçu du début du texte

En quinze ans, la lutte officielle contre le narcotrafic au Mexique aboutit à un solde macabre : près de 300 000 morts dont 10 féminicides par jour et 87 386 disparus , sans compter les dizaines de milliers de migrants en transit dans le pays dont on ne connaît pas la localisation, et 3 631 fosses clandestines identifiées par les autorités entre 2006 et 2019 contenant plus de 5 000 corps . Ces chiffres morbides ont fait dire au Secrétaire d’État en matière de droits humains (Subsecretario de Derechos Humanos), Alejandro Encinas, et à la titulaire de la nouvelle Commission nationale de recherche de disparus (Comisión Nacional de Búsqueda, CNB) créée en 2018, Karla Quintana, que leur priorité est de « sortir de l’urgence médico-légale  » actuelle. Par « urgence médico-légale », les autorités avouent être confrontées à un double problème institutionnel : le stockage de cadavres qui « débordent » littéralement des espaces traditionnels de la mort (morgues, cimetières, panthéons, fosses ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabrina Melenotte, « Des morts qui dérangent : espaces clandestins de la disparition et nécropouvoir au Mexique »Cultures & Conflits, 121 | 2021, 51-72.

Référence électronique

Sabrina Melenotte, « Des morts qui dérangent : espaces clandestins de la disparition et nécropouvoir au Mexique »Cultures & Conflits [En ligne], 121 | Printemps 2021, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/22619 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.22619

Haut de page

Auteur

Sabrina Melenotte

Sabrina Melenotte est chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), membre de l’Unité de recherche Migrations et Sociétés (URMIS, UMR IRD 205). Elle conduit des enquêtes ethnographiques sur les disparus et le gouvernement des morts au Mexique qui alimentent sa réflexion d’anthropologie politique sur l’État et la violence dans les mondes contemporains.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search