Navigation – Plan du site

AccueilNuméros121DossierL’État cannibale. Rumeurs de traf...

Dossier

L’État cannibale. Rumeurs de trafic d’os exhumés au Pérou

The cannibal state. Rumours of trafficking in exhumed bones in Peru
Dorothée Delacroix
p. 73-97

Résumés

Les exhumations des morts de la guerre au Pérou visent à leur rendre leur dignité tout en soulageant la souffrance des proches et en œuvrant, plus largement, à la réconciliation nationale à travers la recomposition du tissu social. À rebours de ces idéaux, l’article aborde le cas des exhumations forcées qui ne visent pas les disparus, mais les individus que les familles avaient déjà pu enterrer pendant la guerre et qui se voient soumises, par cette pratique, à une épreuve de vérité. Les réactions locales à cette gestion bureaucratique des exhumations ont engendré des rumeurs de marchandisation des os exhumés qui portent en elles la rupture d’un contrat moral entre les parties prétendument réparatrices et réparées. Pour le montrer, l’article examine : l’économie du soupçon ; la valence différentielle des restes humains à partir de leur prise en charge institutionnelle ; les termes de la rencontre bureaucratique entre les paysans et les agents de l’État ; et la portée de ces rumeurs en termes de discours critiques à l’égard des politiques publiques d’aide aux victimes. Ces quatre dimensions informent en détail des expériences à partir desquelles les habitants se forgent une image de l’État et de ce que vaut, à ses yeux, la vie d’un paysan.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Technologies du consentement
Successifs déclassements des restes humains
Suivre la trace des corps exhumés, essuyer un mépris institutionnel
Avatars contemporains du pishtaco

Aperçu du début du texte

Celia a aujourd’hui 35 ans. Elle ajoute que si les squelettes tardent tant à être restitués aux familles, c’est parce qu’ils ont été transformés en exhausteurs de goût par l’industrie alimentaire. Cette jeune mère m’explique d’ailleurs avoir cessé de consommer l’un d’eux qui est courant dans les Andes : l’Aji-no-moto. Se présentant sous la forme de cristaux blanchâtres, il contiendrait selon elle de la poudre d’os. Terrifiée par l’idée d’ingérer des fragments de morts supposés avoir été mélangés à cette préparation à base de glutamate de sodium pour lui « donner du goût », elle achète uniquement une sauce de la marque Maggi. Les yeux fixés sur la table, nous restons silencieuses jusqu’à une nouvelle arrivée dans l’épicerie. Le regard éteint, Celia demande ce dont la personne a besoin. La transaction effectuée, elle revient s’asseoir en ajoutant : « je t’assure, je n’en mangerai plus jamais. » Nous nous taisons encore un moment avant qu’elle poursuive : « Avant, pour l’anniversaire d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dorothée Delacroix, « L’État cannibale. Rumeurs de trafic d’os exhumés au Pérou »Cultures & Conflits, 121 | 2021, 73-97.

Référence électronique

Dorothée Delacroix, « L’État cannibale. Rumeurs de trafic d’os exhumés au Pérou »Cultures & Conflits [En ligne], 121 | Printemps 2021, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/22659 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.22659

Haut de page

Auteur

Dorothée Delacroix

Dorothée Delacroix est maîtresse de conférences en anthropologie à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (Université Sorbonne Nouvelle). En tant que membre du CREDA (UMR 7227), elle conduit ses recherches sur les politiques de mémoire et de réparation en Espagne et au Pérou, ainsi que sur les effets ordinaires de la violence et des exhumations. Elle a récemment publié : « Politiques du doute et régimes de vérité à l’“ère de l’os”. ADN et adoptions symboliques des corps récupérés dans les charniers au Pérou et en Espagne », Ethnologie française, vol. 50, n° 2, 2020, pp. 327-344 et « La presencia de la ausencia. Hacia una antropología de la vida póstuma de los desparecidos en el Perú », Íconos. Revista de Ciencias Sociales, n° 67, 2020, pp. 61-74 (https://doi.org/10.17141/iconos.67.2020.4141).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search