Navigation – Plan du site

AccueilNuméros121DossierQu’aucun ne demeure inconnu : la ...

Dossier

Qu’aucun ne demeure inconnu : la topographie nationale des sites funéraires à Jérusalem

Let none remain unknown: the national topography of burial sites in Jerusalem
Thomas Richard
p. 99-121

Résumés

Prenant appui sur son contrôle politique et militaire de l’espace, Israël a développé le marquage territorial dans et autour de la Vieille Ville de Jérusalem, en mettant à l’honneur un certain nombre de sites funéraires, antiques et contemporains. Ces sites s’inscrivent dans une géographie nationale qui désigne Israël comme l’héritier direct des défunts antiques, et ancre le récit national dans le sol. À partir d’un travail en observation participative sur les pas de Maurice Halbwachs, cette étude cherche à isoler les caractéristiques particulières de cette sacralisation des morts par Israël et la recomposition du paysage funéraire que celle-ci implique, permettant d’affirmer le récit sioniste sur le terrain, tout en mettant en valeur la démocratie israélienne, via la construction d’une relation intime entre les visiteurs et les défunts.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Faire des morts antiques les ancêtres de la nation israélienne
La réinterprétation des sites bibliques comme patrimoine national
Transmettre les mythes nationaux par l’émotion : les morts de 66 et 133
Les espaces de la mort dans le récit de la renaissance d’Israël
Le Yad Vashem au cœur de la religion civile israélienne
La mise en scène d’une démocratie en guerre au Cimetière National

Aperçu du début du texte

Lorsque la France décide, en juin 2019, d’ouvrir le Tombeau des Rois à Jérusalem-Est, après dix ans de restauration, une manifestation de juifs ultra-orthodoxes menace de dégénérer : les visites sont restreintes, ils réclament le libre accès au caveau pour prier . Cet événement est révélateur des tensions à l’œuvre autour des sites, notamment funéraires, à Jérusalem, et des différents niveaux de lecture et d’appropriation qui s’y entrecroisent.

Le nom du Tombeau est lié à l’archéologie biblique du xixe siècle, quand explorateurs, diplomates et archéologues amateurs venus d’Europe, en quête de preuves scientifiques du récit biblique, ont attribué ce tombeau spectaculaire aux rois de Juda. La tradition rabbinique, dont se réclament les ultra-orthodoxes, en fait un lieu de vénération, identifié avec la dernière demeure de notables contemporains de Vespasien. De son côté, l’archéologie contemporaine considère qu’il s’agit du tombeau de la reine Hélène d’Adiabène , convertie au judaïsme,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Richard, « Qu’aucun ne demeure inconnu : la topographie nationale des sites funéraires à Jérusalem  »Cultures & Conflits, 121 | 2021, 99-121.

Référence électronique

Thomas Richard, « Qu’aucun ne demeure inconnu : la topographie nationale des sites funéraires à Jérusalem  »Cultures & Conflits [En ligne], 121 | Printemps 2021, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/22733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.22733

Haut de page

Auteur

Thomas Richard

Thomas Richard est docteur en science politique de l’Université Clermont-Auvergne. Son travail porte sur les identités et les problématiques culturelles au Moyen-Orient, en particulier dans leur dimension conflictuelle. Ses recherches actuelles concernent le rapport entre le terrorisme et l’image filmée, les identités de genre en révolution, et les muséographies au Moyen-Orient. Il est chercheur associé au Centre Michel de l’Hospital de l’Université Clermont-Auvergne, chargé de cours en science politique et études cinématographiques à Paris 8 et à l’ESPOL.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search