Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123-124Hors thèmeImaginer la possibilité de la gue...

Hors thème

Imaginer la possibilité de la guerre nucléaire pour y faire face

Le rôle de la culture populaire visuelle de 1950 à nos jours
Imagining the Possibility of Nuclear War as a Coping Device: The Role of Visual Popular Culture from 1950 to the Present
Benoît Pelopidas
p. 173-212

Résumés

Comment les citoyens peuvent-ils se figurer la possibilité de la guerre nucléaire pour y faire face politiquement ? Pour répondre à cette nouvelle question, cette intervention s’inscrit dans la lignée des travaux sur la culture populaire visuelle et avance trois arguments. D’abord, elle réaffirme le rôle essentiel de l’imagination et de la forme fictionnelle. Ensuite, elle identifie quatre gestes esthétiques qui rendent la possibilité de la guerre nucléaire imaginable. Enfin, à partir d’une étude de la culture populaire visuelle portant sur la catastrophe nucléaire de 1951 à 2019, elle requalifie la période post-1990 comme moment de production d’un imaginaire dans lequel la guerre nucléaire est absente et les armes potentiellement salutaires, par contraste avec les quatre décennies précédentes. Elle s’appuie sur des matériaux empiriques inédits : une campagne d’entretiens auprès de ceux qui perpétuent, luttent contre, filment ou éduquent au sujet de la guerre nucléaire, en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis ainsi qu’un sondage de grande ampleur de la population des États européens dotés d’armes nucléaires ou hébergeant des armes nucléaires américaines.

Haut de page

Notes de l’auteur

À la mémoire du professeur Patrizia Lombardo (1950-2019) et de mes amis Richard Gordon (1948-2016) et Bruce Blair (1947-2020). Patrizia Lombardo m’a donné le goût et les outils de l’analyse filmique et aurait été la première à lire le premier jet de ce papier. Richard aimait avec espièglerie et sagacité les films dont je parle ici et m’a toujours donné du temps pour les partager. Bruce s’enthousiasmait pour une fiction issue de ce papier qui lui doit beaucoup. À mon vieil ami Thomas Martinetti et à l’équipe Madlab, parce que l’aventure continue. Merci à Roxana Vermel, Mélissa Chemam, Anna Konieczna, Austin Cooper, Juliette Faure, Laura Gitton, Léo Montaz et à l’équipe Nuclear Knowledges pour leurs commentaires. Ce travail a été rendu possible par le financement du Conseil européen de la recherche pour le projet NUCLEAR (financement n° 759707).

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Les quatre gestes esthétiques qui rendent la possibilité de la guerre nucléaire imaginable par la fiction et le rôle de la hantise
La possibilité de la guerre nucléaire dans la culture populaire visuelle des années 1950 aux années 1980
Comment la possibilité de la guerre nucléaire a disparu de la culture populaire visuelle après la guerre froide
Les quatre gestes esthétiques qui rendent la possibilité de la catastrophe imaginable ne portent plus sur la guerre nucléaire
La possibilité de la guerre nucléaire après 1990 : passée, déconnectée de ses origines humaines, dont les effets sont minimisés ou valorisés, transformée en simulacre
Comment les codes du héros-guerrier-protecteur rendent la guerre nucléaire impossible : Le Chant du loup et la franchise Mission: Impossible
Comment rendre la guerre nucléaire imaginable

Aperçu du texte

This is your warning
Four minute warning
I don’t wanna hear it
I don’t wanna know
I just wanna run and hide
This is just a nightmare
But soon I’m gonna wake up
Someone’s gonna bring me ‘round
This is our warning
Four minute warning

‘Four minute warning’
Radiohead, Album
In Rainbows (2007)

La guerre nucléaire est une singulière possibilité . Elle est radicalement intolérable, plus encore que la plupart des autres catastrophes redoutées . La doctrine de la dissuasion nucléaire dit, sur un mode paradoxal, cette possibilité et cette intolérabilité. C’est en son nom que les États dotés d’armes nucléaires se disent et se montrent prêts à employer leurs armes au prix de plusieurs centaines de milliers de vies civiles, y compris celles de leurs propres ressortissants, soit un prix qu’ils ne sont prêts à payer et un niveau de violence qu’ils ne sont prêts à engager en aucune autre circonstance. Et pourtant, elle demeure possible, suite à une frappe délibérée, accidentelle ou à une escalade inadvertante...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Pelopidas, « Imaginer la possibilité de la guerre nucléaire pour y faire face »Cultures & Conflits, 123-124 | 2021, 173-212.

Référence électronique

Benoît Pelopidas, « Imaginer la possibilité de la guerre nucléaire pour y faire face »Cultures & Conflits [En ligne], 123-124 | Automne-hiver 2021, mis en ligne le 10 mars 2022, consulté le 06 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/22798 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.22798

Haut de page

Auteur

Benoît Pelopidas

Benoît Pelopidas est fondateur du programme d’études des savoirs nucléaires (Nuclear Knowledges, anciennement chaire d’excellence en études de sécurité) au CERI-Sciences Po et chercheur associé au Centre pour la Sécurité Internationale et la Coopération (CISAC), Université Stanford. Nuclear Knowledges est le premier programme universitaire français de recherche sur le phénomène nucléaire qui soit strictement indépendant et transparent sur ses sources de financement, refusant les subsides des acteurs de la filière et des activistes anti-nucléaires.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search