Navigation – Plan du site

AccueilNuméros122Dossier« Venir ici n’est pas gratuit ! »...

Dossier

« Venir ici n’est pas gratuit ! » Négocier un passage aux frontières extérieures et intérieures de la France pour des prostituées nigérianes

“Coming here is not free!”: Nigerian Sex Workers Negotiating to Cross External and Internal French borders
Prune de Montvalon
p. 19-46

Résumés

Fondé sur une enquête ethnographique, cet article analyse la façon dont les prostituées nigérianes franchissent des frontières géographiques mais aussi, administratives et sociales dès lors qu’elles tentent d’obtenir une citoyenneté en tant que victimes de traite des êtres humains. Ces passages sont saisis à travers les négociations qui interviennent entre les prostituées et celles et ceux qui leur permettent de passer ces différentes étapes. Le recours à cette figure d’intermédiaire ou de « courtier de la migration » permet d’interroger le cadre normatif dans lequel les migrations de ces femmes sont appréhendées. Si les contours des passages géographiques sont clairement définis sur une carte, ceux qu’impliquent les passages administratifs et sociaux le sont beaucoup moins. Étudier les interactions à l’œuvre dans ces passages permet ainsi d’appréhender l’épaisseur de cette frontière. Cette épaisseur se mesure non seulement au temps passé à entrer sur le territoire national mais aussi aux efforts que doivent déployer les femmes et leurs intermédiaires pour acquérir un statut plus stable sur le sol français.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

De la traite des êtres humains aux courtiers de la migration
Passer la frontière extérieure : dettes, négociations et tactiques de fuite
Obtenir les « vrais » papiers ou les limites de l’intermédiation des madames
Négocier un passage par le statut de victime : le recours aux intermédiaires associatifs

Aperçu du texte

« Venir ici n’est pas gratuit ! » Cette phrase, entendue de façon répétée au fil de mon travail d’enquête auprès de prostituées étrangères, en particulier nigérianes, s’est assortie d’une autre évidence : se maintenir « ici » n’est pas non plus sans générer un coût. Les femmes que j’ai rencontrées cherchent ainsi à avancer à travers des espaces géographiques, mais aussi une fois sur place, vers des statuts administratifs, économiques et sociaux plus stables. Pour cela, les voies ne sont pas infinies. L’accès à un titre de séjour par le travail étant quasi-impossible, les autres ouvertures demeurent étroites.

Dans cet article, je me propose d’aborder les trajectoires de ces femmes, depuis leur pays de départ jusqu’à l’obtention d’un statut stable en France, à travers les relations qu’elles nouent avec celles et ceux qui leur permettent de franchir ces étapes. Cela m’amène à considérer non seulement les relations qu’elles nouent avec les intermédiaires qui facilitent le trajet du Nige...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Prune de Montvalon, « « Venir ici n’est pas gratuit ! » Négocier un passage aux frontières extérieures et intérieures de la France pour des prostituées nigérianes  »Cultures & Conflits, 122 | 2021, 19-46.

Référence électronique

Prune de Montvalon, « « Venir ici n’est pas gratuit ! » Négocier un passage aux frontières extérieures et intérieures de la France pour des prostituées nigérianes  »Cultures & Conflits [En ligne], 122 | été 2021, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/22824 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.22824

Haut de page

Auteur

Prune de Montvalon

Prune de Montvalon est sociologue, associée au laboratoire URMIS (UMR 205). Ayant repris une thèse après plusieurs années sur le terrain dans le champ associatif, elle s’est spécialisée sur les questions de genre et migration. Sa thèse portait sur les parcours de prostituées étrangères identifiées comme victimes de traite des êtres humains. Elle a notamment publié « Trans, migrantes et prostituées : dominations imbriquées et espaces de négociation », Cahiers de l’Urmis [En ligne], n°14, 2013, dans laquelle elle s’intéresse à des relations qualifiées de proxénétisme pour en comprendre les dynamiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search