Navigation – Plan du site

AccueilNuméros122DossierEntre coopération et conflit

Dossier

Entre coopération et conflit

La « coopération de confiance » entre la police et les centres de consultation spécialisés dans l’accompagnement des victimes de la traite des êtres humains
Between Cooperation and Conflict: On “Trustworthy Cooperation” between Police and Counseling Centers for Victims of Human Trafficking
Anne Dölemeyer et Julia Leser
Traduction de Valentine Meunier et Sara Roumette
p. 47-65

Résumés

La lutte contre la traite est devenue un champ d’action étatique dans lequel s’entremêlent logiques humanitaire, sociale et d’assistance d’une part, et logiques pénales d’autre part, leurs exigences parfois contradictoires devant être conciliées. La négociation de ces deux logiques au niveau de la street-level bureaucracy se retrouve généralement dans la répartition des responsabilités entre les autorités pénales d’une part, et les acteurs en charge de l’aide aux victimes d’autre part.

Cet article propose d’étudier, à la lumière du cas allemand, les conditions de la coopération par essence conflictuelle entre des unités de police qui combattent la traite des êtres humains dans une perspective de droit pénal et des centres de consultation non gouvernementaux destinés aux victimes de la traite, qui suivent une logique sociale et de droits humains, et sont souvent critiques envers les autorités gouvernementales répressives. Il s’agit ici de saisir ce qui rend possible cette coopération a priori improbable en mettant notamment en lumière le rôle décisif de la « confiance » dans ce contexte : elle permet en effet l’échange d’informations, mais peut également s’y substituer, et allier ainsi de manière productive coopération et distance. Les accords de coopération écrits aident à sécuriser cette confiance en clarifiant les responsabilités de chaque famille d’acteurs mais aussi en donnant un cadre, outre à la coopération, à des formes de distance et au devoir de réserve. La « confiance » reste ainsi constamment « sous-définie », ce qui permet à chacune des parties de la concevoir et de la mettre en œuvre de manière différenciée.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Entre procédure pénale et protection des victimes : les fondements de la coopération
« Construire la confiance » : stratégies d’approche, de distanciation et de différenciation

Aperçu du texte

Depuis un certain temps, la traite des êtres humains est devenue l’objet à la fois complexe, captivant et insaisissable d’interventions gouvernementales. Ce que l’on entend par là, du point de vue étatique, a fortement évolué au cours des dernières décennies et diffère également dans le détail selon les cadres juridiques nationaux. Avec le protocole de Palerme des Nations unies en 2000, la traite des êtres humains a été mise à l’ordre du jour international comme faisant partie du crime organisé international et définie principalement comme un phénomène relevant du droit pénal . Parallèlement, le protocole de Palerme énonce dès 2000 l’objectif de « protéger et d’aider les victimes de la traite des êtres humains dans le plein respect de leurs droits fondamentaux  ». Au sein de l’Union européenne, la directive 2011/36/UE oblige les États membres à protéger et à aider les victimes de la traite des êtres humains sous certaines conditions . Cela ne s’applique pas exclusivement, mais princ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Dölemeyer et Julia Leser, « Entre coopération et conflit  »Cultures & Conflits, 122 | 2021, 47-65.

Référence électronique

Anne Dölemeyer et Julia Leser, « Entre coopération et conflit  »Cultures & Conflits [En ligne], 122 | été 2021, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/22882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.22882

Haut de page

Auteurs

Anne Dölemeyer

Anne Dölemeyer est post-doctorante à la Hochschule für angewandte Wissenschaft und Kunst - Hildesheim/Holzminden/Göttingen, membre de l’équipe allemande du projet ANR-DFG ProsCrim et spécialiste des questions de genre et de prostitution.

Julia Leser

Julia Leser est post-doctorante au Département d’études politiques de l’Université de Leipzig (Allemagne). Membre de l’équipe allemande du projet ANR-DFG ProsCrim. Spécialiste des questions de police, d’ethnographie politique et de nationalisme.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search