Navigation – Plan du site

AccueilNuméros122DossierRéparer l’exploitation sexuelle. ...

Dossier

Réparer l’exploitation sexuelle. Le dispositif d’indemnisation des victimes de traite en France

Repairing Sexual Exploitation. The compensation system for victims of human trafficking in France
Milena Jakšić et Nadège Ragaru
p. 123-140

Résumés

À partir d’une enquête consacrée au dispositif d’indemnisation des victimes de traite, cet article interroge le travail normatif et les contraintes professionnelles à l’œuvre dans la mise en barème des souffrances endurées par les victimes. En suivant les travaux de Viviana Zelizer sur les pratiques de marquage de l’argent, l’article montre que l’argent public alloué aux victimes de traite est loin d’être socialement neutre. Il fait au contraire l’objet d’un encadrement institutionnel spécifique et suscite de nombreuses disputes quant à sa juste attribution. L’article montre cependant que malgré les divergences, les acteurs impliqués dans le processus d’indemnisation parviennent à transformer la signification sociale de l’argent issu du proxénétisme et de la traite. L’argent « sale » de l’exploitation devient vertueux une fois alloué aux victimes de traite. Le processus de victimisation n’efface cependant pas le stigmate de prostituée et de sans-papiers associé aux victimes, justifiant leur contrôle et surveillance au-delà de l’épreuve d’indemnisation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous remercions Janine Barbot, les membres de l’ANR ProsCrim ainsi que les évaluateurs anonymes de la revue pour leurs précieux commentaires sur la version antérieure du texte.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Aux sources du dispositif de réparation : un tout petit monde
Un dispositif peu mobilisé
Une avocate et une travailleuse sociale engagées
Le juge, un allié
Transformer la signification de l’argent
Les pratiques de marquage de l’argent public
L’affaire : de la plainte à l’indemnisation
Expertiser
Contester

Aperçu du texte

Les fonds d’indemnisation des victimes des dommages corporels et psychiques n’ont cessé de se multiplier ces dernières décennies en France, comme si chaque nouvel accident, chaque nouvelle catastrophe, chaque nouvelle infraction, appelait une nouvelle réponse en termes de réparation des malheurs . Le foisonnement de ces dispositifs n’est assurément pas propre à la France. Aux États-Unis, la prise en compte des victimes a entraîné le développement d’un droit de compensation des dommages (Tort law) : l’enjeu n’est plus seulement de qualifier la faute (naming) et de rechercher un coupable (blaming), encore faut-il fixer le juste prix du préjudice subi (claiming) et réclamer à l’offenseur une compensation monétaire . Aux États-Unis comme en France, il est devenu également possible d’obtenir un dédommagement financier sans imputation de faute (no fault). Cette évolution des représentations et des pratiques de prises en charge des victimes a pris la forme d’un nouveau séquençage de l’accè...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Milena Jakšić et Nadège Ragaru, « Réparer l’exploitation sexuelle. Le dispositif d’indemnisation des victimes de traite en France »Cultures & Conflits, 122 | 2021, 123-140.

Référence électronique

Milena Jakšić et Nadège Ragaru, « Réparer l’exploitation sexuelle. Le dispositif d’indemnisation des victimes de traite en France »Cultures & Conflits [En ligne], 122 | été 2021, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/22965 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.22965

Haut de page

Auteurs

Milena Jakšić

Milena Jakšić est sociologue, chargée de recherche au CNRS à l’Institut des sciences sociales du politique (ISP, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ENS Paris-Saclay). Après avoir travaillé sur les politiques de lutte contre la traite des êtres humains en France, ses recherches actuelles portent sur le traitement judiciaire de l’enfance en guerre par les tribunaux pénaux internationaux. Elle a notamment publié : La traite des êtres humains en France. De la victime idéale à la victime coupable, Paris, CNRS éditions, 2016 ; « Trouver l’enfant soldat. L’enquête judiciaire dans l’affaire Thomas Lubanga Dyilo », Terrain, mis en ligne le 6 juin 2019.

Articles du même auteur

Nadège Ragaru

Nadège Ragaru est directrice de recherche et enseignante à Sciences Po Paris (CERI-CNRS). Ses recherches actuelles portent sur la sociologie des procès (procès pour crimes de guerre ; procès au titre de la traite des êtres humains), ainsi que sur l’histoire et l’historiographie du communisme et de la Shoah en Europe du sud-est. Ses publications récentes comprennent : (dossier dir.) « Écritures visuelles, sonores et textuelles de la justice : une autre histoire des procès à l’Est », Cahiers du monde russe, vol.61, n°3-4, 2020, pp. 275-498 ; « Et les Juifs bulgares furent sauvés… » Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie, Paris, Presses de Sciences Po, 2020 ; (dossier dir. avec Milena Jakšić) « La victime au tribunal : du témoignage à la preuve judiciaire », Droit et société, n°102, 2019, pp. 227-318.

Articles du même auteur

  • Faire taire l’altérité [Texte intégral]
    Police de la langue et mobilisations linguistiques au temps de l’assimilation forcée des Turcs de Bulgarie (1984-1989)
    Silencing Otherness in Communist Bulgaria. Language policies and linguistic resistance at the time of the "Revival Process" (1984-1989)
    Paru dans Cultures & Conflits, 79-80 | Automne/Hiver 2010
Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search