Navigation – Plan du site

AccueilNuméros122Hors thèmeFaire communauté par le football ...

Hors thème

Faire communauté par le football en club : micro-histoire des immigrés turcs en France et en Allemagne (2005-2012)

Football Clubs and the Making of Community: A Microhistory of Turkish Immigrants in France and Germany (2005-2012)
Pierre Weiss
p. 175-197

Résumés

Dans cet article, nous proposons de réinterroger la notion de communauté à partir de l’étude sociologique et micro-historique de clubs de football amateur regroupant des membres originaires de Turquie. Ces équipes sont implantées en France et en Allemagne. Elles ont été choisies en fonction de trois critères : la référence à la Turquie dans l’acte constitutif et le mode de fonctionnement de l’association, l’implantation dans une ville comprenant une forte proportion de populations d’origine turque et la présence importante de ces personnes au sein du club de football local. Tandis que le football amateur constitue l’une des sources de valorisation pour des immigrés d’installation plus récente, l’analyse montre que les oppositions entre les groupes en présence ont aussi tendance à créer des concurrences symboliques entre établis et outsiders et à renforcer le repli des uns et des autres. L’équipe de football fait alors figure de lieu privilégié d’affirmation d’un « nous » par rapport à un « eux ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse des travaux sur la communauté, voir Jacquier C., « Qu’est-ce qu’une communauté ? (...)
  • 2 Sainsaulieu I., Salzbrunn M., Amiotte-Suchet L. (dir.), Faire communauté en société. Dynamique des (...)
  • 3 Tönnies F., Communauté et société. Catégories fondamentales de la sociologie pure, Paris, Presses U (...)
  • 4 Schrecker C., La communauté, histoire critique d’un concept dans la sociologie anglo-saxonne, Paris (...)
  • 5 Bauman Z., Community. Seeking Safety in an Insecure World, Oxford, Polity Press, 2003.
  • 6 Young M., Wilmott P., Le village dans la ville, Paris, Centre de Création Industrielle, 1983.
  • 7 Voir notamment Whyte W. F., Street Corner Society, la structure sociale d’un quartier italo-américa (...)

1Dans la tradition sociologique, la notion de communauté désigne des liens réels ou imaginaires entre individus, lesquels produisent alors les éléments constitutifs d’une identité collective œuvrant vers l’enfermement ou l’ouverture 1. Aujourd’hui, l’usage de ce mot évoque souvent des collectivités culturelles et renvoie aux notions de minorités ou de communautarisme. À l’échelle internationale, ce glissement sémantique ainsi que les interrogations qui se multiplient sur la place et la fonction des communautés immigrées conduisent les sciences sociales à questionner tant les catégories désignant ces communautés que la réalité de leurs frontières et le sens que leurs membres confèrent à l’attachement communautaire 2. Issue de la description d’une pluralité de processus socioculturels, ladite notion renvoie à une multitude de regroupements ou de proximités d’individus qui participent à la structuration des sociétés. Mais elle est en même temps un idéal et une prescription normative, comme en attestent par exemple les écrits fondateurs de Ferdinand Tönnies 3. Par-delà l’étude des seuls signes extérieurs la désignant (le nom, les attributs vestimentaires, la langue, les symboles, etc.), l’analyse du processus visant à « faire communauté » passe aussi par la compréhension de la façon dont les groupes se considèrent ou se construisent mutuellement.Dans la littérature anglo-saxonne, de nombreux travaux ont cherché à décrire empiriquement les communautés. Mais l’application concrète de la notion semble complexe, car elle conduit inévitablement à une description approximative de l’objet 4. Des auteurs ont aussi insisté sur les aspects positifs de la vie communautaire, tels que la solidarité de groupe, sa cohésion et la sécurité qu’elle accorde à ses membres. Ainsi Zygmunt Bauman fait-il ressortir de ses travaux le caractère intégratif de la communauté et les avantages du communautarisme. Pour lui, face à l’individualisme de masse, la communauté apparaît comme un moyen de retrouver la valeur de l’être humain 5. Au-delà des différences d’approche, la plupart des études font état de l’importance des liens familiaux, culturels ou structurels pour la cohésion communautaire. Michael Young et Peter Wilmott, par exemple, notent une forte solidarité de quartier, la famille élargie et l’ancienneté résidentielle étant très importantes dans la production d’un sentiment d’appartenance communautaire 6. D’autres travaux, principalement nord-américains, indiquent de forts liens culturels entre immigrés en provenance d’une même région, ou encore entre familles partageant une même condition sociale 7. Ces études tendent à montrer que la communauté n’existe pas exclusivement de manière objective. Elle prend aussi forme en raison du sens qui lui est attribué par ses membres et du sens imputé par les observateurs extérieurs.

  • 8 Gasparini W., Noiriel G., « Introduction - S’intégrer dans la communauté nationale par le sport : s (...)
  • 9 Hüser D., Baumann A., « Fußfassen durch Fußball in der Fremde? Arbeitsmigration und Amateurfußball (...)

2Dans cet article, nous proposons de réinterroger la notion de communauté à partir de l’étude empirique d’équipes de football amateur regroupant majoritairement des membres originaires de Turquie. Ces équipes sont implantées en France et en Allemagne, plus précisément dans le fossé du Rhin supérieur. Tandis que le football en club est souvent considéré comme un moyen d’intégration à la communauté nationale 8, la création d’équipes dites « communautaires » est un phénomène que les chercheurs peinent à décrire objectivement. Pourtant, en observant la pratique sportive des immigrés en France et en Allemagne, on remarque historiquement une tendance au regroupement par origine nationale ou ethnique, notamment dans le football amateur 9. Comment expliquer cette tendance ? Pourquoi les immigrés fondent-ils des clubs faisant référence à leur pays d’origine ? Quelle est la dimension communautaire de ces équipes ? S’agit-il finalement d’une pratique conforme aux intérêts d’une minorité ethnique, d’un passage nécessaire avant l’ouverture à la société d’accueil ou d’un effet des discriminations à l’encontre de ces populations ?

  • 10 Sayad A., « Les trois “âges” de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en scien (...)
  • 11 Schnapper D., Qu’est-ce que l’intégration ?, Paris, Gallimard, 2007.
  • 12 Guillou A. Y., De Tapia S., Wadbled P. M. (dir.), Migrations turques dans un monde globalisé. Le po (...)
  • 13 Simon P., « L’intégration segmentée : citoyenneté, mixité et mobilité sociale », Cahiers français, (...)
  • 14 Voir Gasparini W., Weiss P., « La construction du regroupement sportif “communautaire”. L’exemple d (...)

3En tentant de répondre à ces questions, le chercheur risque très vite de succomber à l’ethnocentrisme de la recherche en sciences sociales qui considère souvent l’immigré en ignorant l’émigré. En effet, comme le souligne Abdelmalek Sayad, tout se passe comme si la problématique explicite et implicite de l’analyse était toujours celle de l’adaptation à la société d’accueil 10. Dès lors, quand elle est soumise à la mesure de son inclination à l’intégration individuelle, la population immigrée turque de France et d’Allemagne produit des résultats plutôt en demi-teinte, au regard des populations musulmanes auxquelles elle est régulièrement comparée 11. Ladite population dispose notamment d’une organisation sociale et culturelle structurée faisant largement référence au pays d’origine. Ainsi, les spécialistes en études turques nous indiquent que cette immigration privilégie le fonctionnement autour de structures dites « communautaires » : commerces, entreprises et associations 12. Par ailleurs, elle présente une sociabilité extrêmement forte et se singularise par une grande homogamie relationnelle 13. Autrement dit, ces populations connaissent une vie sociale intense mais très communautaire. Si l’on prend l’exemple du football organisé dans le bassin rhénan, on remarque que les immigrés turcs sont, parmi les étrangers, les binationaux ou les personnes issues de l’immigration, ceux qui comptent le plus d’équipes regroupant des joueurs et dirigeants provenant du même pays d’origine 14.

  • 15 Elias N., « Les relations entre établis et marginaux, essai théorique », in Elias N., Scotson J. L. (...)

4Pour analyser ce phénomène, il nous a semblé pertinent de croiser la sociologie des relations ethniques de Max Weber et celle des relations d’établis à outsiders de Norbert Elias, car elles permettent d’appréhender tout à la fois le sens que les immigrés confèrent à leur appartenance communautaire et les effets de configuration, de position sociale et de statut symbolique sur la participation sportive de ces populations. Pour comprendre ce qui conduit collectivement des immigrés à s’investir dans une équipe en lien avec leur origine nationale ou ethnique, il s’agira notamment d’analyser la relation entre une matrice (nationale, locale et sportive) et un régime d’actions et de représentations individuelles. À cet égard, nous montrerons par exemple que le football amateur constitue une source de valorisation et apparaît comme un univers contribuant à la reconnaissance locale, a fortiori pour des immigrés d'installation plus récente et aux conditions sociales plutôt modestes. Néanmoins, traduites sur les terrains sportifs, les oppositions entre les groupes en présence ont aussi tendance à créer des concurrences symboliques entre établis et outsiders 15 et à renforcer le repli des uns et des autres.

  • 16 On observe ainsi une influence germanique dans l’organisation de la vie associative en Alsace, nota (...)
  • 17 Vigour C., La comparaison dans les sciences sociales : pratiques et méthodes, Paris, La Découverte, (...)
  • 18 Voir Ginzburg C., Poni C., « La micro-histoire », Le Débat, n°17, 1981, pp. 133-136 et Revel J. (di (...)

5Dans un premier temps, il s’agira de définir la notion de communauté et de positionner notre approche qualitative par rapport à la littérature existante. Nous tenterons notamment de dépasser l’opposition classique entre objectivisme et subjectivisme. En effet, les modalités de l’engagement communautaire des immigrés ne peuvent s’appréhender que dans la relation entre un espace (local, sportif) et leurs positions sociales et systèmes de représentations qui les conduisent à s’investir, par exemple, dans un club ethniquement connoté plutôt que dans une équipe sans lien avec leur origine nationale. Dans un second temps, nous attesterons de la réalité de la présence d’équipes de football faisant référence à la Turquie dans l’aire géographique étudiée. Dans un dernier temps, nous présenterons les principaux résultats de notre enquête. L’installation d’une même population (les immigrés turcs) dans un bassin relativement homogène sur le plan culturel et économique (le bassin du Rhin supérieur 16), tout en appartenant à deux pays différents (la France et l’Allemagne), permettra de confronter le point de vue des sportifs immigrés ainsi que le regard porté par la société d’installation. Autrement dit, la comparaison nous aidera ici à mieux saisir les effets respectifs du contexte et de la culture – comme système symbolique – des groupes sociaux sur le phénomène étudié. Mais cette région (trans-)frontalière a également été choisie car les populations originaires de Turquie y constituent la première communauté nationale issue de l’immigration. Il y a donc assez de proximité et de distance pour que la comparaison puisse dégager des similitudes et des différences 17. Les données mobilisées couvrent principalement une période allant de 2005 à 2012 et s’inscrivent dans le cadre d’une démarche mêlant sociologie et micro-histoire 18.

L’orientation conceptuelle : la double construction de la communauté

  • 19 Cf. entre autres Sabatier F. (dir.), « Les frontières du sport. Diversité des contextes depuis l’en (...)
  • 20 Voir, par exemple, Berthoud J., Poli R., « S’intégrer balle au pied. Le rôle des clubs de foot de m (...)
  • 21 À l’exception notamment de Hüser D., Meyer J.-C., Weiss P. (eds.), « Fußball und Diversität in Fran (...)
  • 22 Boli C., Gastaut Y., Grognet F. (dir.), Allez la France ! Football et immigration, Paris, Gallimard (...)
  • 23 Gans H., “Symbolic Ethnicity: the Future of Ethnic Groups and Cultures in America”, Ethnic and Raci (...)
  • 24 Weber M., Économie et société/2. L’organisation et les puissances de la société dans leur rapport a (...)

6Tandis que de nombreux chercheurs se sont intéressés aux clubs sportifs ethniquement connotés, les approches les plus répandues relèvent de la science historique 19. Il existe également des travaux sociologiques, mais en nombre nettement plus limité 20 et encore moins dans une perspective franco-allemande 21. Traditionnellement, ces clubs sont analysés à partir d’éléments attestant d’une présence communautaire dans sa matérialité : le nom du club faisant référence à un pays d’origine et/ou les emblèmes et symboles reflétant l’appartenance collective, tels que les drapeaux, écussons et autres objets ethniquement et culturellement connotés 22. Dans cette optique, le club semble uniquement jouer un rôle d’intégration communautaire pour des pratiquants et dirigeants ayant la même origine nationale ou ethnique, car il produirait inévitablement l’identité d’une communauté immigrée en la structurant. Or, lesdits éléments renvoient avant tout à une « ethnicité symbolique », pour reprendre une formule de Herbert Gans 23, laquelle traduit davantage une appartenance qui s’exprime dans les discours, croyances et représentations des membres associatifs. En effet, en référence aux travaux de Max Weber, nous considérons que le concept de communauté se définit d’abord par la croyance subjective en une communauté d’origine, à partir des similitudes de mœurs et de souvenirs 24. En ce sens, les sportifs et dirigeants des clubs activent, dans leurs récits de présentation de soi, des schèmes culturels et sociaux hérités du passé, qui s’inscrivent tout à la fois dans leur parcours migratoire individuel, dans l’histoire collective de leur association et dans un univers symbolique donnant sens au regroupement à caractère communautaire.

  • 25 Elias N., Qu’est-ce que la sociologie ?, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, 1991.
  • 26 Goffman E., Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit, 1975.
  • 27 Vinsonneau G., Culture et comportement, Paris, Armand Colin/Masson, 1997.

7C’est pourquoi le concept de communauté révèle également un rapport de concurrence symbolique et une mise en récit des relations entre établis et outsiders à l’échelle locale. En référence à la sociologie de Norbert Elias 25, il s’agit donc ici de relever et de mettre en évidence les réalités, ou les représentations plus ou moins imaginaires, que les membres des équipes mobilisent pour appréhender et s’approprier (ou non) les enjeux propres à une configuration spécifique, plutôt que de constater la réalité d’un principe d’identité communautaire dans lequel ils se reconnaîtraient a priori. L’attachement à un club rappelant les origines nationales ou ethniques peut ainsi être renforcé en situation d’opposition réelle ou symbolique à un groupe d’installation plus ancienne, ayant tendance à assigner les immigrés au statut d’outsiders. Dans ce contexte, l’équipe de football peut alors faire figure de lieu privilégié d’affirmation d’un « nous » par rapport à un « eux ». La dimension communautaire du club prend ici une forme réactive, car elle réside dans la logique perçue derrière les difficultés vécues par les membres associatifs. Jouant socialement avec l’attribut ayant tendance à les discréditer aux yeux des populations plus établies 26, ils peuvent utiliser le football comme une ressource symbolique pour obtenir une reconnaissance sociale et ainsi se construire une « identité positive », c’est-à-dire le sentiment d’avoir des qualités, de maîtriser son environnement et d’avoir des représentations de soi plutôt favorables en comparaison avec les autres 27.

  • 28 Poutignat P., Streiff-Fenart J., Théories de l’ethnicité. Suivi de Les groupes ethniques et leurs f (...)
  • 29 Sabatier F., Bruneaud J.-F. (coord.), « Le sport : un trait d’union ? », Diversité (Ville-École-Int (...)
  • 30 Ehrenberg A., Le Culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1994.
  • 31 Mignon P., La passion du football, Paris, Odile Jacob, 1998.
  • 32 Hoggart R., La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.
  • 33 Voir notamment l’article précurseur de Beaud S., Noiriel G., « L’immigration dans le football », Re (...)

8La sociologie de l’ethnicité s’est récemment intéressée à ces logiques dites de renversement du stigmate chez les immigrés et leurs descendants. Elle insiste sur l’intelligence des acteurs et leurs marges de manœuvre face à la stigmatisation 28. Pour des immigrés d’installation plus récente dans la société d’accueil, les compétitions de football ont tendance à devenir des lieux de valorisation de la culture stigmatisée, le sport n’étant pas un monde à part, mais un univers ouvert aux concurrences symboliques et aux luttes sociales : par nature incertain, il est un domaine où des succès sont probables, d’autant que les restrictions en matière de participation pour les minorités y sont moindres que dans d’autres espaces sociaux 29. En outre, le sport incarne imaginairement le principe d’égalité des sociétés démocratiques, car il met le plus souvent aux prises les meilleurs égaux 30, et ce dans le cadre d’une compétition faite de relégations et de promotions. Le football étant également l’un des éléments de la sociabilité populaire et de la culture masculine 31, il n’est pas surprenant que sa pratique soit plébiscitée par les immigrés et leurs descendants. Le club sportif constitue alors l’un des espaces de sociabilité dans et par lequel peut se manifester un esprit communautaire faisant à la fois référence au pays d’origine et à une forme spécifique d’être ensemble qui permet aux milieux populaires de résister à la domination sociale et symbolique. Cela passe notamment par la fréquentation de réseaux sociaux faiblement étendus et fortement enchevêtrés, qui sont certes caractéristiques du mode de vie en communauté, mais encore du familialisme propre aux milieux populaires 32. La littérature spécialisée dans l’étude des pratiques sportives des populations issues de l’immigration indique d’ailleurs que, de manière générale, l’appartenance sociale guide davantage les choix et goûts sportifs que l’origine ethnico-culturelle 33.

De quelques précautions méthodologiques

9En vue d’analyser empiriquement le fait étudié, deux méthodes de recueil de données ont été utilisées lors de cette recherche.

  • 34 Felouzis G., « La ségrégation ethnique au collège et ses conséquences », Revue française de sociolo (...)
  • 35 Coulmont B., Sociologie des prénoms, Paris, La Découverte, 2014.

10D’une part, nous avons effectué un recensement des clubs de football faisant référence à la Turquie et implantés dans le fossé du Rhin supérieur, en Alsace (France) et en Bade du Sud (Allemagne). Ce recensement a été réalisé à partir de l’examen des fichiers administratifs des clubs des instances régionales du football. Lesdits fichiers contiennent les noms et prénoms des membres licenciés, de même que les fonctions des bénévoles membres des comités directeurs des clubs en activité. Bien que la consultation de ces fichiers ne permette pas de déterminer avec certitude la(les) nationalité(s) des adhérents, la solution adoptée ici, inspirée des travaux de Georges Felouzis 34, a été d’élaborer un indicateur indirect donnant une bonne approximation de l’origine nationale supposée des joueurs. On sait tout à la fois que le nom de famille se transmet généralement d’une génération à l’autre, y compris dans la migration, et que notre population est composée d’hommes, qui, célibataires ou mariés, gardent leur patronyme. On sait également que le prénom a une forte charge symbolique sur le plan social et culturel, et que son usage varie d’un milieu social à l’autre 35. Il est notamment intéressant de distinguer l’usage des prénoms dans les classes moyennes « établies », marqué par des modes et des stratégies de distinction, et l’usage différent qu’en font les familles issues de l’immigration turque. Pour ces dernières, le prénom peut indiquer simultanément une origine ethnico-nationale et une appartenance religieuse.

  • 36 Bertaux D., Le récit de vie, Paris, Armand Colin, 2010.

11D’autre part, nous avons mené une étude qualitative de deux équipes de football dites « communautaires », l’une en Alsace (France) et l’autre en Bade du Sud (Allemagne). Ces équipes ont été sélectionnées en fonction de trois critères : la référence à la Turquie dans l’acte constitutif et le mode de fonctionnement de l’association, l’implantation dans une ville comprenant une forte proportion de populations d’origine turque et la présence importante de ces personnes au sein du club de football local. Pour chaque équipe, huit individus ont été interviewés (président, dirigeant, entraîneur et pratiquants), soit seize personnes au total. Notre guide d’entretien a repris classiquement deux types de questions : celles de nature factuelle, biographique et descriptive et celles où les opinions des individus ont été sollicitées. Grâce à l’utilisation dudit guide, notre approche met en relation plusieurs « témoignages » sur les mêmes expériences sociales et permet ainsi de dépasser leurs singularités pour construire, progressivement, une représentation sociologique des composantes collectives de la situation 36. Par le biais de tableaux croisés générés sur Excel, tout ce matériel a été analysé de manière transversale, pour en extraire les éléments représentatifs exploitables dans le cadre d’une démonstration sociologique. À noter que les prénoms des enquêtés ainsi que les dénominations des clubs et des villes ont été pseudonymisés afin de garantir la confidentialité des données.

  • 37 Tucci I., Groh-Samberg O., « Das enttäuschte Versprechen der Integration: Migrantennachkommen in Fr (...)
  • 38 Schwartz O., Le Monde privé des ouvriers, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

12Dans cette enquête, ont été considérés comme originaires de Turquie les immigrés nés en Turquie et les populations françaises ou allemandes issues de l’immigration turque, mais nées dans le pays d’installation. Les désignations impliquent toujours une certaine conception de la réalité sociale. Le qualificatif de populations « issues de l’immigration » a l’inconvénient de désigner des populations autochtones à partir de l’expérience migratoire de leurs parents ou grands-parents. Reste que l’expérience de ces derniers continue à influencer le destin social de celles et ceux nés en France ou en Allemagne et qui s’y sont installés 37. Sur le plan sociologique, nous nous concentrons sur les milieux défavorisés dans la hiérarchie sociale, composés de personnes plutôt faiblement pourvues en capital culturel et économique. Néanmoins, nos enquêtés n’appartiennent pas à une seule catégorie socioprofessionnelle. Certains sont ouvriers, d’autres employés des secteurs secondaire et tertiaire. Au-delà du seul niveau de revenu, ils partagent généralement une condition d’exécutants « dominés » dans l’emploi, socialement et économiquement « vulnérables 38 ». Ayant des appartenances populaires, les enquêtés sont sans diplôme ou titulaires d’un certificat ou baccalauréat professionnel. Il s’agit d’hommes âgés de dix-neuf à trente-sept ans et habitant dans des zones rurbaines.

  • 39 Rea A., Tripier M., Sociologie de l’immigration, Paris, La Découverte, 2008.
  • 40 Pendant une dizaine d’années, l’auteur a lui-même été footballeur dans l’une des ligues régionales (...)
  • 41 En cours d’enquête, l’auteur a ponctuellement participé à des séances d’entraînement et des matchs (...)

13Lors de cette enquête, il a notamment fallu surmonter la distance sociale séparant l’enquêteur, chercheur et sans origine turque, et les enquêtés. Cette distance se manifesta dès les premières prises de contact. Ainsi, l’enquêteur dut d’emblée se justifier sur l’objet d’une recherche portant sur les clubs de football « issus de l’immigration turque », de même que sur la sollicitation des intéressés pour lesquels il pouvait être valorisant de s’exprimer sur leur investissement associatif. Les difficultés d’une telle enquête tenaient aussi à son caractère interethnique. En effet, la sociologie de l’immigration a montré que la relation enquêteur-enquêté n’échappait pas aux rapports de domination symbolique entre membres de la société dite majoritaire et immigrés ou enfants d’immigrés situés dans les milieux populaires 39. Or, l’existence de liens de familiarité entre l’enquêteur et les enquêtés 40 ainsi qu’une pratique sportive commune (le football) contribuèrent à contourner les obstacles liés aux différences de conditions sociales. Ainsi, l’ethos égalitariste et le caractère antidiscriminatoire de la culture sportive permirent de démanteler des frontières. Le fait de chausser les crampons 41 donna notamment l’opportunité à l’enquêteur de s’extraire partiellement de son étiquette de chercheur et de gagner la confiance des enquêtés en vue de la réalisation, en français ou en allemand, d’entretiens semi-directifs dans les locaux associatifs.

Des équipes de football turques dans le fossé du Rhin supérieur

14En Alsace (France), vingt-cinq équipes de football portent un nom faisant référence à un pays d’origine, soit 4% des clubs en activité. Ces équipes renvoient généralement aux principales vagues migratoires qu’a connues la région au cours du xxe siècle : italienne, espagnole, portugaise, subsaharienne, maghrébine et turque. Parmi ces clubs, trois ont une dénomination en lien avec la Turquie. Cependant, il existe aussi des équipes sans nom turc, mais composées très majoritairement d’immigrés turcs. L’étude des fichiers administratifs permet de repérer les noms turcs des joueurs et dirigeants. Ainsi, trois autres clubs réunissent des membres originaires de Turquie. Au total, 25% des équipes dites « communautaires » en Alsace font de fait référence au courant migratoire turc. Celles-ci sont généralement implantées dans les anciennes cités industrielles et les quartiers populaires, zones d’accueil privilégiées des immigrés et des fractions sociales les plus modestes.

  • 42 Meier-Braun K.-H., Weber R. (Hrsg.), Kulturelle Vielfalt. Baden-Württemberg als Einwanderungsland, (...)

15Le Pays de Bade du Sud (Allemagne) compte quarante-et-une équipes de football dont le nom renvoie à un pays d’origine, soit 6% des clubs en activité. Parmi eux, dix-sept sont directement en lien avec l’immigration turque. Mais, comme en Alsace, des équipes dont la dénomination est ethniquement « neutre » sont pourtant composées majoritairement de membres originaires de Turquie. Nos données régionales ont ainsi permis de repérer trois associations supplémentaires. Au total, il y a donc vingt équipes impliquant des sportifs et dirigeants d’origine turque, soit 45% des clubs sud-badois à caractère communautaire ou ethnique. Ces équipes sont généralement implantées en zones urbaines, où les familles immigrées ont trouvé dès les années 1960 des opportunités en termes de logement et d’emploi. À cet égard, la Bade du Sud a surtout accueilli des ouvriers qualifiés dans l’industrie spécialisée de la filière automobile des grandes agglomérations régionales 42, dans lesquelles la main-d’œuvre immigrée a longtemps constitué la principale ressource ouvrière.

  • 43 Blecking D., “Sport and Immigration in Germany”, International Journal of the History of Sport, vol (...)
  • 44 À ce sujet, voir Weiss P., La fabrication du regroupement sportif « communautaire ». Enquête sociol (...)

16Outre-Rhin, on observe une participation plus élevée des immigrés turcs dans les clubs en lien avec leur pays d’origine. Cela peut s’expliquer par la tradition historique de regroupement des minorités nationales ou ethniques dans le sport amateur 43. Parmi les différences, il convient aussi de relever que la désignation des équipes n’est pas identique de part et d’autre du Rhin : qualifiées d’eigenethnische (propre milieu ethnique) en Allemagne, elles sont appelées communautaires en France. Notamment utilisés par les pouvoirs sportifs et publics locaux, ces termes ont un sens lié à leur contexte culturel respectif. Eigenethnischer Verein (association) en allemand a un sens plus proche de co-ethnic organization que de club communautaire. En Allemagne, il renvoie au « droit à la différence » et à une modalité d’intégration des immigrés et de leurs descendants dans les réseaux socio-ethniques nichés au cœur de la société d’accueil. En France, le club communautaire a une connotation plus péjorative : il est très souvent soupçonné d’être sectaire et intolérant envers la diversité culturelle et religieuse des populations. Exprimée par les autorités publiques locales, la crainte du repli sur soi ne place de facto pas les dirigeants desdits clubs dans les meilleures conditions lorsqu’il s’agit de négocier des subventions et/ou l’utilisation des équipements sportifs municipaux. Ainsi ont-ils par exemple le sentiment d’être désavantagés et mis à l’écart, que les décisions sont prises « contre eux » et qu’elles favorisent généralement les associations sans étiquette communautaire 44.

17En même temps, des deux côtés du Rhin, la dénomination de l’équipe n’est pas suffisante pour la qualifier de communautaire ou d’ethnique. Ainsi existe-t-il des clubs dont le nom est ethniquement « neutre », mais impliquant essentiellement des sportifs immigrés, et des équipes à la dénomination rappelant un pays d’origine, qui sont néanmoins « mixtes » dans leur composition. Par ailleurs, de part et d’autre du Rhin, les équipes turques ne sont pas nécessairement celles historiquement fondées par les travailleurs immigrés. Dans certains cas, et surtout dans les grandes agglomérations, on assiste à une forte pénétration de ces populations au sein des clubs de quartier, réunissant avant tout leurs membres par des relations de voisinage. En Bade du Sud comme en Alsace, la carte des équipes de football à caractère communautaire ou ethnique se calque donc sur celle du travail immigré et des enclaves d’immigrés dans les espaces d’habitation privilégiés par les catégories modestes constituées d’ouvriers et d’employés.

Le « club des Turcs » : étiquetage local et parcours migratoires

18Malgré leur implantation de part et d’autre du Rhin, les deux équipes étudiées ont des caractéristiques communes, à commencer par leur étiquetage et des parcours immigrés relativement similaires qui ont conduit les individus à s’investir dans un club directement en lien avec leur pays d’origine.

19Surnommée péjorativement « Turc-heim » par les populations établies, Batsheim est la ville d’Alsace qui compte proportionnellement le plus d’immigrés turcs (en 2009, environ 14% de la population totale sans dénombrer les descendants d’immigrés). Pour certains après un passage par l’Allemagne, les migrants turcs arrivent à Batsheim au début des années 1970, pour travailler dans les petites industries locales. Après une première vague d’immigration d’origine plutôt urbaine (en provenance d’Istanbul et d’Ankara), la ville a connu à partir des années 1980 une arrivée massive de populations plus rurales, en provenance de villages d’Anatolie centrale et orientale. Les familles de cette deuxième vague se sont installées définitivement ; les hommes se sont souvent mariés avec une conjointe originaire de la même région, voire d’un même village turc, ce qui a créé un « esprit communautaire » très fort. Cette population originaire de Turquie est relativement jeune, du fait notamment d’un retour important des retraités dans le pays d’origine. De nombreux adultes pratiquent le football amateur à l’Union Turque Batsheim (UTB), club que les établis locaux nomment le « club des Turcs ».

  • 45 Voir notamment De Tapia S., Migrations et diasporas turques. Circulation migratoire et continuité t (...)

20On retrouve sensiblement le même processus dans la ville allemande de Wahl, située à trente kilomètres de la frontière française. Parmi ses habitants, elle compte, en 2009, 15% de personnes issues de l’immigration, dont la moitié provient de Turquie. Après une première vague migratoire en provenance d’Ankara dans les années 1960, Wahl a surtout accueilli à partir des années 1970 des Turcs moins qualifiés, originaires des régions pauvres à proximité de la Mer Noire et de la côte sud-égéenne. Ces populations se sont rapidement installées et les hommes se sont mariés en privilégiant le modèle de l’alliance arrangée au sein de la micro-appartenance 45. Ils travaillent principalement dans les secteurs de la mécanique automobile, de la restauration rapide et de l’artisanat. Cette population immigrée est assez jeune par rapport aux résidents d’installation plus ancienne : 40% des immigrés turcs ont entre dix-huit et quarante ans, selon les statistiques de la commune. Nombre d’adultes sont membres du Türkspor Wahl (TSW), association à la fois culturelle et sportive en lien avec leur pays d’origine.

21La pratique du football amateur à l’UTB et au TSW a longtemps été considérée – tant par les municipalités que par les ligues sportives régionales – comme une première étape vers l’intégration locale des immigrés turcs. En effet, à leur création en 1975 et 1981, ces équipes ont d’abord servi à accueillir les immigrés arrivés en France et en Allemagne, passionnés de football, qui avaient passé l’âge de la scolarité et qui ne parlaient pas le français ou l’allemand. Excepté l’entreprise et/ou l’usine qui comptaient de nombreux travailleurs turcs, l’association culturelle et sportive était l’une des seules institutions d’intégration pour ces immigrés adultes. Ils pouvaient ainsi se retrouver entre eux et partager leur ferveur pour la sélection nationale et les grands clubs d’Istanbul ou d’Ankara. Néanmoins, si ces populations se tournaient vers une équipe en lien avec leur origine nationale, c’est aussi parce que les autres clubs locaux avaient tendance à les tenir à distance, l’illusion d’un retour des immigrés en Turquie n’incitant pas à l’ouverture des uns et des autres. Ainsi, seuls l’UTB et le TSW comprennent massivement des membres adultes issus de la communauté immigrée locale. A l’UTB, 86% des membres ont un nom à consonance turque, alors qu’au TSW tous les adhérents sont peu ou prou liés à ce courant migratoire. Dans les deux équipes, les dirigeants associatifs sont des immigrés en tant que tels qui proviennent souvent des mêmes régions d’origine, correspondant à des communautés géographiquement homogènes et solidaires.

22Les interviewés remarquent ainsi que peu d’immigrés turcs ont joué dans les équipes d’adultes des clubs sportifs les plus anciens de Batsheim (Association Sportive Batsheim – ASB) et de Wahl (Wahler Fußballverein – Club de Football Wahlois - WFV), majoritairement fréquentés par des établis d’installation plus ancienne. Ancien dirigeant de l’UTB, Ercan explique que depuis les années 1970, seuls quelques Turcs ont joué à l’ASB et « ils ont été acceptés parce qu’ils avaient un bon niveau ». Pour lui, « l’intégration par le sport, quand on est bon, ça marche ». Pour un autre dirigeant, « les débuts du club ont été assez difficiles […]. On n’avait pas d’aides financières de la ville, ce sont les gens de notre communauté qui nous donnaient de l’argent […]. On n’avait pas de vestiaires, les gens se changeaient dans les voitures ». Né en France, ce footballeur de vingt-cinq ans est ouvrier dans une petite entreprise de maçonnerie turque. Selon lui, « dans le club des Alsaciens, on n’est pas très bien accueilli ». Né à Kayseri en Turquie, un ancien joueur du club désormais dirigeant est arrivé en France en 1973 avec sa famille, et ce après avoir transité par l’Allemagne. Par le sport, il souhaite notamment « montrer une autre image des Turcs pour être mieux accueilli ». Du côté allemand, Galip est né en 1975 en Bade du Sud et joue au TSW depuis plus d’une dizaine d’années. Scolarisé en Allemagne et chauffeur cariste dans une entreprise de transport, il fait partie de la seconde génération d’immigrés turcs. Sa femme est originaire du village familial à proximité de Trabzon en Turquie. Pour lui, « au WFV, tu n’es pas vraiment accepté dans les équipes quand tu n’es pas un bon joueur
[…]. Dans ce club, je crois qu’on ne veut pas vraiment de Turcs ». Selon Ismaïl, ancien joueur devenu président du TSW en 2007, « nous accueillons un peu tous les jeunes Turcs qui ont été mis de côté par les équipes d’adultes […]. Ils se retrouvent tous chez nous ». Pour un autre dirigeant bénévole, né en Allemagne en 1975 et employé dans une petite entreprise d’alimentation turque, « un bon joueur trouve une place au WFV, c’est clair. Mais… si le jeune est moins bon, eux ne vont pas l’accepter ».

  • 46 Voir Becker H. S., “Notes on the Concept of Commitment”, The American Journal of Sociology, vol. 66 (...)
  • 47 En référence à Sayad A., La double absence : des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré(...)

23Des deux côtés du Rhin, nos enquêtés perçoivent le niveau de pratique comme un obstacle à leur intégration dans les équipes « historiques ». Ainsi, Oktay – marié, vingt-sept ans, ouvrier – explique que le bon niveau de pratique de l’ASB ne lui permet pas d’envisager une place de titulaire en équipe « A ». C’est pourquoi il a préféré s’engager en faveur d’un club d’origine turque évoluant dans une division inférieure. « Déjà moi… quand j’avais dix-huit, dix-neuf piges, ils avaient un super niveau… ils étaient en DH (niveau régional). Je n’aurais pas joué là-bas, je n’avais pas les capacités ». Avant de s’investir dans ledit club, il a donc réalisé une sorte de « pari subsidiaire 46 », celui de pouvoir jouer en équipe « A » pour en tirer une reconnaissance sociale et une valorisation symbolique. Mais, pour nos enquêtés, ce sont aussi les contraintes exigées par les entraîneurs des clubs établis qui représentent une forme de discrimination indirecte, car elles sont très difficilement conciliables avec leurs conditions de travail d’ouvriers. Ce dirigeant bénévole, ouvrier dans la mécanique automobile, rappelle par exemple que « chez nous, la plupart des joueurs sont ouvriers, donc… une bonne partie de leur temps libre est dépendante de leur responsable et horaire au travail, c’est aussi pour ça qu’ils ne peuvent pas être actifs dans les associations allemandes ». Car, pour lui, « dans ces associations, ils sont assez durs avec les joueurs, car les règles sont un peu plus strictes que chez nous, ils disent que celui qui ne vient pas à l’entraînement ne joue pas… ». Pour nos interlocuteurs, tout se passe donc comme si l’irréprochabilité du comportement associatif et l’excellence sportive constituaient la contrepartie de l’acceptation et d’une certaine forme d’hospitalité au sein des clubs « historiques ». En effet, en raison de cette faute première que serait l’immigration 47, les immigrés et leurs descendants sont parfois amenés, par un effet de domination symbolique, à redoubler d’efforts pour être acceptés socialement et à devoir démontrer en permanence leurs qualités – ici sportives – pour être considérés comme membres du groupe local.

Nous et les autres : vers une configuration à double dépendance

  • 48 Sur la dimension relationnelle des mécanismes d’identification communautaire, voir Brubaker R., « A (...)
  • 49 Voir notamment Elias N., Qu’est-ce que la sociologie ?, op. cit.

24Cette focalisation sur le local apparaît souvent dans les entretiens réalisés de part et d’autre du Rhin et nous impose d’appréhender l’influence du contexte micro-historique sur les modalités d’identification communautaire dans le discours des enquêtés 48. À cet égard, on peut notamment montrer comment l’ordre d’une configuration tend à structurer la représentation que les individus se forgent de leur identification communautaire. Chez les enquêtés, la dichotomisation du monde entre « eux » et « nous » est à la fois récurrente et fondamentale. On constate, en outre, comment un rapport enchanté à une « équipe de copains », idéalisée comme une seconde famille, se conjugue avec une appréciation négative à distance des associations « historiques ». Or, il s’agit précisément d’expliquer la prégnance de cette relation en la rapportant à l’équilibre des tensions entre les anciens habitants et les résidents immigrés d’installation plus récente. En effet, les jugements de valeurs exprimés par les interviewés apparaissent comme le produit de rapports sociaux antagonistes, cristallisés dans un espace symbolique propre. Pour les comprendre, il convient donc de penser relationnellement 49.

25À travers l’expression redondante d’un ressentiment ordinaire chez les enquêtés, nous pouvons mieux apprécier comment leurs opinions reflètent assez bien l’équilibre des rapports de force entre les associations « historiques » et leurs équipes plus récentes. Ainsi, depuis leur création en 1975 et 1981, l’UTB et le TSW entretiennent des relations souvent difficiles avec l’ASB et le WFV, fondés respectivement en 1907 et en 1903 par des anciens habitants issus de la petite bourgeoisie locale (petits commerçants, artisans, enseignants, etc.). Ces clubs « établis » sont reconnus symboliquement dans l’espace local et regroupent majoritairement de jeunes adultes issus du réseau des vieilles familles d’appartenance populaire traditionnelle et d’origine alsacienne ou sud-badoise. Leur palmarès sportif est important, avec plusieurs titres départementaux et quelques performances en coupe régionale. Disposant de ressources sociales dans la ville, leurs dirigeants sont généralement à la retraite et appartiennent aux fractions établies des classes moyennes. Par conséquent, ils ont tendance à être perçus comme ceux qui bénéficient d’un avantage conféré par le temps et la tradition. À l’inverse, l’UTB et le TSW (de création plus récente) présentent un palmarès sportif bien moindre, avec très peu de titres dans les compétitions locales. Ils comprennent essentiellement de jeunes adultes d’origine turque issus de familles nouvellement installées. Appartenant aux milieux populaires héritiers de la migration, leurs dirigeants sont moins âgés et possèdent avant tout des ressources sociales dans les réseaux d’entreprises, d’associations et de petits commerces turcs. Aussi incarnent-ils davantage la figure de l’outsider. Or, malgré leurs bons résultats sportifs et leur intégration dans la localité, ces derniers estiment n’avoir toujours pas acquis une reconnaissance symbolique à la hauteur de leur investissement.

  • 50 Elias N., Norbert Elias par lui-même, Paris, Librairie Arthème Fayard/Pluriel, 2013.

26Nonobstant les encouragements des élus municipaux et des pouvoirs sportifs, les enquêtés ont refusé catégoriquement l’idée d’une fusion entre les deux clubs, jugée « inconcevable », pour reprendre les mots d’Emre, par exemple. L’on ne peut ici que souscrire à l’hypothèse inspirée de Norbert Elias 50, selon laquelle ils manœuvrent probablement en direction d’une configuration à double dépendance : de crainte de se voir absorbé par la partie adverse, chacun cherche à devenir plus légitime que l’autre, c’est-à-dire que chaque partie aspire à conquérir le monopole symbolique de la pratique du football, n’étant pas en concurrence sur un plan strictement sportif. Cette contrainte impose alors des stratégies communautaires en façonnant le système de représentations des acteurs interviewés. Dans ce contexte, les luttes sportives sont souvent réinterprétées comme un « agon » qui prend en compte toute la situation à la fois symbolique et sociale des participants, et le football constitue l’une des sources de valorisation et surtout de reconnaissance locale.

  • 51 Mauger G., Les bandes, le milieu et la bohème populaire : études de sociologie de la déviance des j (...)

27Erol, vingt-huit ans, ouvrier dans le bâtiment, avoue être « très fier » de porter les couleurs de l’UTB. « Je suis dans cette équipe… pour démontrer que nous sommes les plus forts ». Investi dans un réseau d’associations culturelles, il développe de nombreuses activités de sociabilité grâce au football. Avec ses partenaires, il suit par exemple les matchs du championnat turc à la télévision. À l’égard de l’ASB, « c’est abusé comme je ressens de l’injustice » explique-t-il. En dépit de leur investissement local (dans le sport, la culture, l’emploi, le logement, les fêtes scolaires et le loisir), les enquêtés déplorent le déficit de reconnaissance symbolique qui les frappe. Cela les conduit à s’identifier à une équipe de football ethniquement connotée et à vouloir prendre leur revanche. Ce sentiment est d’autant plus saillant que les individus disposent d’un faible niveau de formation, comme l’illustre Izzet, vingt ans, mécanicien germano-turc qui a quitté l’école à l’âge de seize ans : « Je suis un gagneur et j’aime gagner, c’est vraiment mon truc ça ! […] J’suis content quand on gagne contre l’équipe allemande, je veux leur montrer que nous sommes les meilleurs ». Ou Fatih, vingt-trois ans, ouvrier dans le bâtiment et sans diplôme : « Je suis dans ce club… pour pouvoir montrer que, nous, les Turcs, nous sommes plus forts que les autres ! […] c’est en gagnant les matchs que nous leur prouverons notre valeur ». Pour ces enquêtés, la disqualification sociale et scolaire peut les conduire à se valoriser par le jeu sportif et la démonstration de leur qualité athlétique sur le terrain de football 51. Remporter une lutte sportive a alors l’importance et la valeur d’une victoire « dans la vie » et s’accompagne ordinairement d’un discours sur la supériorité de son propre groupe d’appartenance par rapport à celui des autres.

  • 52 Hoggart R., La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

28De part et d’autre du Rhin, nos interlocuteurs perçoivent en réalité le football comme une activité sociale leur offrant la possibilité de se racheter collectivement de la respectabilité sociale, et ce en tant que membres d’une minorité immigrée souffrant globalement d’une image négative dans la société d’accueil. Ainsi, pour ce dirigeant de l’UTB, « c’est quand même l’image… par le football, on peut démontrer une bonne image ! Parce que le football, vous allez partout, ici, dans les environs ». Si l’idée de respectabilité sociale est fondamentale dans la culture des milieux populaires 52, elle prend ici une forme ouvertement militante car les membres associatifs ont, dans l’ensemble, une conscience très claire de leur communauté ethnique d’appartenance et ne font nullement la distinction entre le champ du football et le champ des luttes sociales. C’est pourquoi ils visent une réhabilitation symbolique de leur groupe et par leur groupe. Ainsi, pour ce joueur du TSW, « mon objectif, c’est que tout le monde puisse voir et entendre que le TSW est fort, que nous, les Turcs, sommes tranquilles et que nous sommes de bonnes personnes […]. Il faut qu’on montre ça à tout le monde, mais encore plus aux Allemands ». On remarque que la recherche de ladite respectabilité semble obéir à une logique de minorité ethnique, la communauté d’appartenance se définissant alors essentiellement par l’appréhension d’une stigmatisation opérée par la majorité autochtone. Finalement, le football semble endosser la valeur symbolique de réceptacle à travers lequel peut se manifester, ou se modifier, le statut social de la minorité turque. En conséquence, les confrontations sportives ont tendance à laisser entrevoir la configuration des personnes établies et des outsiders, et l’ethnicité revendiquée semble alors être un moyen de mobilisation contre la marginalisation vécue.

Faire communauté contre la marginalisation et les provocations ordinaires : un entre-soi populaire ?

29Le contenu et le degré de développement des réponses aux questions du guide d’entretien nous renvoient aussi à la saillance d’enjeux relatifs à l’expérience de la configuration sportive locale parmi nos enquêtés. Or cette saillance dépend étroitement de la relation entre leurs caractéristiques sociales (qui peuvent tendre à les exclure) et une conjoncture qui les mène à privilégier certains types d’expériences pour se prononcer sur des objets d’identification communautaire. Au moment de l’enquête, à Batsheim comme à Wahl, le ressentiment à l’encontre de l’ASB et du WFV était notamment alimenté par l’impression d’une marginalisation en lien avec l’utilisation des infrastructures sportives locales. Ainsi, malgré de bons résultats en championnat, les enquêtés côtoyaient davantage les installations vétustes d’anciens stades excentrés, tandis que les membres des clubs plus « établis » fréquentaient exclusivement les équipements modernes de stades de construction plus récente, localisés dans des quartiers abritant des infrastructures culturelles et de loisir. Cette différence de traitement vécue par les enquêtés entretient leur défiance à l’égard desdits clubs autant qu’elle la nourrit. Ces derniers sont alors dénoncés par l’évocation de petites manœuvres perpétrées par des « ils » indéfinis, incarnant le pouvoir dont on ne dispose pas soi-même.

  • 53 À ce propos, voir aussi Nazareth C., « “C’est vous les racailles !” Faire face au déni de respectab (...)

30« Les joueurs et les arbitres nous attendent sur le terrain… parce qu’on est Turc [soupir]. Ils nous voient comme des étrangers ». Yasin, vingt-six ans, employé dans une association consulaire, ajoute même dans la conversation : « Les politiques disent que la discrimination c’est terminé ! Mais ce n’est pas vrai quand on a un prénom turc… sur les terrains, je me suis souvent fait traiter de “sale ke-tur [ndlr : turc]” ». Dans cette anecdote, l’usage du verlan – c’est-à-dire d’une forme d’argot consistant en l’inversion des syllabes d’un mot – suggère que les insultes et provocations ordinaires proviennent probablement d’autres membres des milieux populaires, mais qui ne sont pas issus de l’immigration. Nos enquêtés ont ainsi déclaré être victimes de marginalisation dans leur appréhension des interactions sociales occasionnées par les confrontations sportives. On peut ici émettre l’hypothèse qu’outre les concurrences « ethnico-nationales », les compétitions de football décrites par les enquêtés s’inscrivent en réalité dans les tensions internes aux milieux populaires locaux. Si l’insulte à caractère raciste provoque un sentiment de marginalisation, il faut souligner qu’également démunis de ressources sociales et symboliques, ces milieux peuvent d’autant plus facilement activer « l’origine » comme enjeu de distinction 53.

  • 54 Cuturello P., « Différences dans la diversité : le ressenti des discriminations par les jeunes homm (...)

31Présente dans tous les entretiens effectués des deux côtés du Rhin, cette focalisation sur les provocations ordinaires nous invite à saisir l’influence des représentations du regard de l’Autre sur le processus visant à faire communauté. Notre posture compréhensive permet notamment de rendre compte de la manière dont les individus utilisent la culture de façon sélective pour conserver ou déconstruire les frontières entre les groupes. Il s’agit donc de comprendre et d’expliquer l’incidence d’une culture de la marginalisation sur la production d’un sentiment d’appartenance communautaire. On peut ainsi mettre en évidence comment le fait d’être collectivement nommés tend à produire une solidarité bien réelle entre les individus. Chez les enquêtés, cela se produit dans une connivence qui n’est pas forcément de classe, mais plutôt liée à une communauté d’expériences subjectives de la marginalisation. Car, en effet, ils ont exprimé un ressenti ordinaire de la part des minorités immigrées, à savoir celui d’être automatiquement désavantagés, ou d’être des cibles privilégiées de provocations et discours d’infériorisation 54. Ils se livrent donc à un usage tactique de la marginalisation, en vue de s’ériger en bouc émissaire d’un système a priori fait pour les empêcher de réussir, leur conception répondant à un sentiment parfois justifié de dénigrement et de suspicion.

  • 55 Balibar E., Nous, citoyens d’Europe ?, Paris, La Découverte, 2001.
  • 56 Voir aussi Weiss P., « L’“art du contre-pied”. L’identification à une équipe de football issue de l (...)

32Cem, dix-neuf ans, mécanicien germano-turc, nous raconte : « Beaucoup de joueurs adverses et d’arbitres viennent ici avec des préjugés. Je veux dire que c’est une équipe turque, et ils doivent s’arranger pour gagner. Ça arrive souvent, ouais, beaucoup d’injustices […] moi je le vois comme ça, parce que c’est un club turc ». Mustafa, vingt-quatre ans, ouvrier dans le secteur du bâtiment, affirme : « Un arbitre, il voit par exemple “Turcs de Batsheim” et forcément il va réagir autrement. Je veux dire on est toujours onze contre douze, on a toujours l’arbitre contre nous ». D’une catégorie juridique (celui qui n’a pas la nationalité du pays d’accueil), la personne d’origine étrangère peut devenir la « figure » de celui qui n’a pas les qualités attendues de l’homo nationalis 55, qui est différent sur le plan culturel, éthique, religieux. À l’époque des entretiens, signalons aussi que les représentations culturalistes d’une incapacité des musulmans « à s’intégrer » à la culture européenne sont obsédantes des deux côtés du Rhin. C’est pourquoi les réponses de nos enquêtés prennent spontanément appui sur le rejet de la candidature de la Turquie à l’Union européenne (UE) pour des raisons religieuses. L’analyse des entretiens fait ainsi apparaître que la réticence de l’UE à accepter ce pays dans l’édifice communautaire réactive autant qu’elle entretient le sentiment de marginalisation des membres de la communauté immigrée dans d’autres domaines 56. Chez nos enquêtés, les déboires du projet d’intégration européenne de la Turquie s’imposent notamment lorsqu’ils évoquent leur perception de leur appartenance turco-musulmane, ou celle de leurs pairs, comme mise à la marge d’un « faire nation » dont ils se sentent les oubliés. Ainsi, malgré l’importance de leur présence dans le pays d’installation, leur exclusion par la société environnante est perçue comme « inéluctable » pour des raisons ethniques et religieuses plus ou moins avouées, comme l’exprime ce joueur : « Nous sommes la première communauté étrangère en Allemagne… mais nous n’avons jamais été acceptés ! Jusqu’à présent, nous sommes encore des Turcs ! Tu es Turc, tu restes Turc ! On le voit autant avec l’Union européenne… comme nous n’arrivons pas à y entrer. Nous sommes clairement désavantagés, et c’est tout le problème ». Construite par l’expérience sociale, cette perception des représentations politico-idéologiques de la turcité considérées comme dominantes renforce le sentiment d’appartenance communautaire.

  • 57 Elias N., Dunning E., Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

33De part et d’autre du Rhin, les enquêtés se plaignent également d’une forme de stigmatisation lorsqu’ils rencontrent des équipes de petits villages, où les « minorités » sont sous-représentées. Ainsi, pour ce joueur de l’UTB, « partout autour, il y a des petits patelins […] et là-bas, ce ne sont que des Alsaciens […] et ils se demandent pourquoi ils rencontrent une équipe turque ». Selon ce joueur du TSW, les stades de football sont également des lieux d’exacerbation d’un sentiment nationaliste : « quand les clubs allemands jouent au football contre les clubs turcs, c’est comme un sport national pour eux, comme si c’était l’Allemagne contre la Turquie… ». Pour lui, « c’est parce que les gens des villages sont complètement différents. […] Ils sont un peu extrémistes ». L’événement sportif qu’est le match de football semble parfois voué à sublimer la tension entre un monde citadin et « multiculturel » et un univers encore appréhendé comme « traditionnel » et rural. Pour nos interlocuteurs, la ligne de fracture entre ces deux communautés se situe dans la composition des associations qui les représentent : d’un côté, dans les villages, des équipes « monochromatiques » et, de l’autre, dans les villes, des équipes qui sont le plus fréquemment « pluri-chromatiques ». Pour ce dirigeant, « c’est plutôt dans les petits villages [ndlr : les insultes], ouais, parce qu’en ville, de toute façon, il n’y a pas photo, c’est international […], c’est plutôt dans les patelins ». Comme l’avaient déjà relevé Norbert Elias et Eric Dunning 57, les échanges sportifs peuvent se transformer en un champ de bataille imaginaire où ressurgissent des stéréotypes nationaux, territoriaux et ethnico-raciaux. Le sentiment de marginalisation renforce ainsi la solidarité interne au groupe et fabrique un esprit de club faisant référence à la Turquie : affiches d’équipes de football dans les locaux du club, journaux turcs, échanges sur le terrain et en dehors en turc, soirées au club entre familles et amis d’origine turque. Perçues comme des offenses à la fierté et à l’honneur collectif, les provocations ordinaires alimentent la ferveur sportive et le sentiment d’appartenance communautaire des enquêtés, comme en témoigne par exemple ce joueur du TSW : « [c’est à cause] de la mentalité, du tempérament. La fierté est grande chez nous. Si quelqu’un nous dit : “Turc de merde” ou quelque chose contre la famille, il y a de la fierté chez nous ! Je veux dire par rapport à ça, ça nous rend plus solidaires ».

  • 58 Verret M., La culture ouvrière, Paris, L’Harmattan, 1996.

34Cependant, au-delà du référent ethnoculturel, ce modèle associatif correspond aussi à celui de la « culture populaire », où on ne fréquente que ceux dont on est proche affectivement, socialement, localement, linguistiquement et culturellement 58. Traduite sur les terrains sportifs, la communauté n’est, en ce sens, qu’un élément structurant de sociabilité d’une population immigrée d’origine rurale et populaire qui fonctionne sur un mode largement endogène. Ainsi, à la manière des clubs rurbains marqués par une forte identité, les équipes étudiées rassemblent les populations turques locales par de multiples liens de proximité socio-spatiale. L’analyse des registres associatifs révèle tout d’abord que plus de 90% de leurs membres résident respectivement à Batsheim ou à Wahl. Ne maîtrisant pas le « lointain », l’univers de la sociabilité des enquêtés semble souvent se refermer sur l’espace proche et immédiat, comme en témoigne ce dirigeant de l’UTB : « De toute façon, on se connaît tous ! C’est ça, tout le monde se connaît, c’est un grand… village, tout le monde se connaît […]. Mais là, quand on regarde l’équipe 1, c’est un groupe assez solidaire, ils viennent principalement de Batsheim, et ça fonctionne très bien ». L’enquête montre par ailleurs que, pendant le temps libre, le réseau de sociabilité des joueurs est principalement délimité par le club de football, le café, la mosquée et les rassemblements familiaux. Dans ces lieux de rencontres, les membres associatifs se croisent régulièrement en dehors de leur pratique sportive commune, comme l’explique par exemple ce joueur du TSW : « Wahl, ce n’est pas une grande ville, je veux dire qu’on se connaît un peu tous […] si on ne se voit pas au club, on se verra à la mosquée […], dans les cafés, ou quand il y a des matchs (de football) à la télévision ». Pour les hommes, le café représente d’ailleurs un point de rassemblement, notamment avant de se rendre aux séances d’entraînement et aux rencontres sportives dominicales. En réalité, les entretiens donnent à voir que le football et ses espaces de pratique semblent avant tout être un prétexte à une rencontre sociale, comme en témoigne par exemple ce joueur de l’UTB : « le foot… c’est un grand plaisir, parce que je me défoule, je rigole, je vois des amis que je ne vois pas durant la semaine […] quand je viens ici, je cours un peu, je vois des amis, ça me permet de respirer ».

  • 59 Voir notamment Bozon M., Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province. La (...)

35Sociétés d’affiliation et d’expression d’une appartenance, les clubs étudiés sont probablement des modèles de sociabilité populaire, où les membres viennent plus pour se voir et pour le simple plaisir d’être ensemble. Habituellement, le système de valeurs auquel font référence les enquêtés s’articule autour de notions telles que l’ambiance, la convivialité et l’amitié. Autrement dit, ce qu’il y a d’authentique pour eux, c’est la chaleur du collectif, qui procure un sentiment de réconfort et de sécurité très proche de celui observé par d’autres sociologues ayant analysé l’être ensemble dans les milieux populaires 59. Pour ce joueur du TSW, par exemple, « le plus important, c’est de jouer dans cette équipe, avec de nombreux collègues et amis, ça, c’est important, et c’est aussi pourquoi le football m’attire […] ». Il considère que son équipe est avant tout « sympa » et offre une « ambiance » que l’on ne retrouverait pas dans les clubs historiques. Dans les deux équipes étudiées, la fabrication et la pérennisation de ladite ambiance passent le plus souvent par l’organisation d’activités privilégiant le groupe et le partage collectif (voyages, sorties, soirées barbecue, etc.). Cependant, si cette organisation est régulière, notamment lors de la période de présaison, elle est aussi faiblement formalisée, dans le sens où le fonctionnement adopté se fait à la bonne volonté, comme le note par exemple ce dirigeant de l’UTB : « sur des moments informels… après un entraînement, il y a toujours deux-trois personnes qui vont venir, tiens il fait beau, on va faire un barbecue, et puis on va inviter les parents d’un tel, la copine de l’autre […] Ça oui, chez nous, c’est régulier, même si ce n’est pas fixé à l’avance ». Par ailleurs, on remarque que les hiérarchies associatives sont le plus souvent minimales et que la distribution des rôles de chacun est assez peu formalisée. Autrement dit, les fonctions ne sont ni stables ni figées ; les membres exécutent des tâches multiples au sein de l’association, comme l’observe par exemple l’entraîneur-joueur de l’UTB : « quand je suis venu au club, c’était… à l’arrache […]. Il n’y avait vraiment pas beaucoup de personnes qui s’intégraient à l’équipe […], l’entraîneur, il devait pratiquement tout faire : il devait être le président, l’entraîneur, le dirigeant, la totale quoi ». Tous ces éléments tendent finalement à montrer qu’à l’instar des associations culturelles ou des cafés turcs, le club de football constitue un espace de sociabilité traduisant un style de vie populaire.

  • 60 Weber M., Économie et société/2, op. cit., p. 135.
  • 61 Hoggart R., op. cit.
  • 62 Voir Lechien M.-H., Siblot Y., « “Eux/nous/ils” ? Sociabilités et contacts sociaux en milieu popula (...)
  • 63 Voir Halm D., Sauer M., Freiwilliges Engagement von Türkinnen und Türken in Deutschland, Essen, Zen (...)

36L’analyse sociologique et micro-historique du processus visant à « faire communauté » pose la question de la production, des transformations et de la mobilisation de ce que Max Weber nomme les « coutumes ethniquement importantes 60 ». Parmi elles, on peut distinguer, comme il le fait lui-même, celles qui se réfèrent à des frontières sociales et linguistiques précises et à des communautés politiques ou religieuses nettement délimitées et toutes les autres coutumes qui s’inscrivent plutôt dans la conduite de la vie quotidienne et qui symbolisent l’appartenance ethnique ou communautaire. Les équipes de football regroupant des immigrés turcs en sont ici un exemple, mais leur existence ne semble pas se limiter à l’expression de cette appartenance, elle est également liée à des parcours migratoires, des mécanismes d’étiquetage, des rapports de force entre vieux résidents et immigrés d’installation plus récente, des logiques de marginalisation et des conditions sociales d’existence. La comparaison franco-allemande met ainsi en lumière des différences – par exemple, une plus forte densité d’équipes turques et une connotation culturellement moins péjorative de ces dernières en Allemagne – et des similitudes, parmi lesquelles des parcours migratoires relativement identiques et un étiquetage local des équipes dans les deux villes étudiées. À cet égard, l’enquête a notamment mis en relief la manière dont les répertoires culturels locaux agissent sur les possibilités identificatoires des membres associatifs. Produit d’une configuration qui dépasse le seul cadre des frontières nationales, la dichotomisation du monde social entre « eux » et « nous » est récurrente et fondamentale chez les individus rencontrés. Elle évoque, d’une part, une forme de stéréotypie du sentiment dont parle Richard Hoggart pour désigner le style arrogant de ceux qui comptent généralement sur leurs propres forces et sur celles de leur communauté d’appartenance 61. Elle renvoie, d’autre part, à une forme de protection et d’entre-soi construite à la fois contre la domination sociale et comme marqueur socioculturel spécifique, associé à la promiscuité et au localisme dans les milieux populaires 62. Autrement dit, l’appartenance sociale des immigrés turcs a très probablement un poids non négligeable dans le choix éventuel du sport communautaire. D’autres enquêtes ont d’ailleurs montré que si la mixité des relations entre jeunes français et allemands et jeunes originaires de Turquie s’est largement développée chez la seconde génération d’immigrés, surtout grâce à l’école, les jeunes adultes maintiennent d’autant plus des liens privilégiés avec la communauté turque et ses réseaux de sociabilité qu’ils appartiennent aux milieux populaires 63.

37S’intéresser au rapport des membres associatifs à une équipe de football en lien avec leur pays d’origine pose toutefois la question de ce que le chercheur mesure effectivement lorsqu’il tente d’en saisir les conceptions les plus ordinaires. Notre étude présente la spécificité de se concentrer sur la manière dont lesdits membres s’y prennent pour se forger des opinions relatives à leur communauté d’appartenance. Chez nos enquêtés, cela passe principalement par une mise en récit de leur ressentiment à l’encontre du club historique local. En effet, c’est l’équipe établie qui se voit souvent désignée comme responsable de la marginalisation. Dans cette configuration, « eux », ce sont les puissants qui dirigent tout un ordre social, « nous » les malchanceux et les faibles qui le subissons. Le statut des clubs n’en est que plus évident : être membre de l’UTB ou du TSW revient in fine à affirmer symboliquement son appartenance à la société de la marge et à exprimer, voire à revendiquer sa méfiance à l’égard de ceux qui n’en sont pas, associés à un univers hostile. Le processus de mise en communauté fait donc intervenir avant tout les représentations ordinaires de l’univers proche. En ce sens, l’appréciation négative de l’équipe établie se double généralement d’un rapport enchanté à leur « club de potes », idéalisé comme une communauté de destin, celui de l’injustice mettant aux prises les éternels dominés et l’establishment. Produit d’une relation asymétrique entre les groupes sociaux, cette culture de la marginalisation repose sur des expériences quotidiennes d’altérisation provenant de la société d’accueil. Mais elle semble moins traduire un besoin d’affiliation qu’un désir de démarcation à l’échelle locale. En effet, son degré de développement et son contenu dépendent fortement de la saillance des enjeux symboliques, identitaires et sportifs entre les groupes en présence. L’on ne peut donc pas écarter l’hypothèse selon laquelle ledit ressentiment est aussi une construction sociale en raison du statut d’immigré outsider, c’est-à-dire une image réductrice, enracinée dans la durée, que la communauté se donne d’elle-même et qu’elle veut donner aux autres.

  • 64 Bourdieu P., Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994, p. 16.
  • 65 Henry I., « Les concepts de multiculturalisme et d’interculturalisme et leur relation à la politiqu (...)

38Au terme de cette analyse sociologique et micro-historique, nous reconnaissons évidemment le caractère nécessairement limité de conclusions reposant sur l’étude de deux cas particuliers et d’un nombre restreint d’individus. De toute évidence, le processus visant à faire communauté par le football dépend d’un ensemble de facteurs sociaux, culturels, historiques et politiques qui, en se combinant, produisent des situations à la fois cohérentes et variées. Ce cadre empirique doit donc être considéré comme un « cas particulier du possible, c’est-à-dire comme un cas de figure dans un univers fini de configurations possibles 64 ». Il traite seulement des représentations des enquêtés et non de la représentativité de leurs représentations. En ce sens, il permet de décrire l’espace des représentations courantes dans un petit groupe social, sans possibilité d’assertion sur leur distribution statistique. Enfin, en privilégiant un angle sociologique et micro-historique, l’enquête a sciemment renoncé à analyser l’impact des modèles nationaux d’intégration et de citoyenneté sur la perception que les acteurs sociaux ont des clubs à caractère communautaire. Un prolongement de ce travail pourrait combler ce manque. Ainsi, selon les traditions nationales de traitement politique de ces questions, lesdits clubs peuvent ou non apparaître comme une forme associative légitime dans le pays d’accueil 65. Notre hypothèse est que les revendications communautaires dans le sport amateur ont d’autant plus de chances de s’exprimer qu’elles sont légitimées par les institutions – politiques, religieuses, sportives – de la société d’accueil. Dans cette perspective, le fait communautaire dans le football serait plus important en Allemagne qu’en France, car le modèle allemand reconnaîtrait tant politiquement qu’institutionnellement les populations immigrées comme formant des communautés ethnico-religieuses ayant le droit à la différence. Ces observations liminaires mériteraient d’être approfondies dans le cadre d’une enquête de plus grande ampleur.

Haut de page

Notes

1 Pour une synthèse des travaux sur la communauté, voir Jacquier C., « Qu’est-ce qu’une communauté ? En quoi cette notion peut-elle être utile aujourd’hui ? », Vie Sociale, n°2, 2011, pp. 33-48.

2 Sainsaulieu I., Salzbrunn M., Amiotte-Suchet L. (dir.), Faire communauté en société. Dynamique des appartenances collectives, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

3 Tönnies F., Communauté et société. Catégories fondamentales de la sociologie pure, Paris, Presses Universitaires de France, 2015.

4 Schrecker C., La communauté, histoire critique d’un concept dans la sociologie anglo-saxonne, Paris, L’Harmattan, 2006.

5 Bauman Z., Community. Seeking Safety in an Insecure World, Oxford, Polity Press, 2003.

6 Young M., Wilmott P., Le village dans la ville, Paris, Centre de Création Industrielle, 1983.

7 Voir notamment Whyte W. F., Street Corner Society, la structure sociale d’un quartier italo-américain, Paris, La Découverte, 1996.

8 Gasparini W., Noiriel G., « Introduction - S’intégrer dans la communauté nationale par le sport : sociogenèse d’une catégorie de pensée », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, tome 44, n°4, 2012, pp. 411-423.

9 Hüser D., Baumann A., « Fußfassen durch Fußball in der Fremde? Arbeitsmigration und Amateurfußball im Frankreich und Westdeutschland der langen 1960er Jahre », Lendemains, n°161, 2016, pp. 7-18.

10 Sayad A., « Les trois “âges” de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en sciences sociales, n°15, 1977, pp. 59-81.

11 Schnapper D., Qu’est-ce que l’intégration ?, Paris, Gallimard, 2007.

12 Guillou A. Y., De Tapia S., Wadbled P. M. (dir.), Migrations turques dans un monde globalisé. Le poids du local, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

13 Simon P., « L’intégration segmentée : citoyenneté, mixité et mobilité sociale », Cahiers français, n°385, 2015, pp. 1-7 et Armagnague-Roucher M., Une jeunesse turque en France et en Allemagne, Lormont, Le Bord de l’eau, 2016.

14 Voir Gasparini W., Weiss P., « La construction du regroupement sportif “communautaire”. L’exemple des clubs de football turcs en France et en Allemagne », Sociétés contemporaines, n°69, 2008, pp. 73-99.

15 Elias N., « Les relations entre établis et marginaux, essai théorique », in Elias N., Scotson J. L., Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997, pp. 29-70.

16 On observe ainsi une influence germanique dans l’organisation de la vie associative en Alsace, notamment en raison des annexions successives par l’Allemagne. Dans le monde du football, cette culture associative prédominante laisse peu de place à la pratique dite auto-organisée et non statutaire. Sur le plan économique, on remarque également une forte présence d’investisseurs allemands dans la région.

17 Vigour C., La comparaison dans les sciences sociales : pratiques et méthodes, Paris, La Découverte, 2005.

18 Voir Ginzburg C., Poni C., « La micro-histoire », Le Débat, n°17, 1981, pp. 133-136 et Revel J. (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1996.

19 Cf. entre autres Sabatier F. (dir.), « Les frontières du sport. Diversité des contextes depuis l’entre-deux-guerres », Hommes & Migrations, n°1289, 2011, pp. 4-114.

20 Voir, par exemple, Berthoud J., Poli R., « S’intégrer balle au pied. Le rôle des clubs de foot de migrants en Suisse », Diversité (Ville-École-Intégration), n°171, 2013, pp. 165-171 ou encore Metzger S., Das Spiel um Anerkennung. Vereine mit Türkeibezug im Berliner Amateurfußball, Wiesbaden, Springer VS, 2018.

21 À l’exception notamment de Hüser D., Meyer J.-C., Weiss P. (eds.), « Fußball und Diversität in Frankreich und Deutschland », Lendemains – Études comparées sur la France, n°161, 2016, pp. 5-73 et de Hüser D., Baumann A. (Hrsg.), Migration|Integration|Exklusion - Eine andere deutsch-französische Geschichte des Fußballs in den langen 1960er Jahren, Tübingen, Narr Francke Attempto, 2020.

22 Boli C., Gastaut Y., Grognet F. (dir.), Allez la France ! Football et immigration, Paris, Gallimard, Cité nationale de l’histoire de l’immigration, Musée National du Sport, 2010.

23 Gans H., “Symbolic Ethnicity: the Future of Ethnic Groups and Cultures in America”, Ethnic and Racial Studies, vol.2, n°2, 1979, pp. 1-20.

24 Weber M., Économie et société/2. L’organisation et les puissances de la société dans leur rapport avec l’économie, Paris, Pocket, 1995.

25 Elias N., Qu’est-ce que la sociologie ?, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, 1991.

26 Goffman E., Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit, 1975.

27 Vinsonneau G., Culture et comportement, Paris, Armand Colin/Masson, 1997.

28 Poutignat P., Streiff-Fenart J., Théories de l’ethnicité. Suivi de Les groupes ethniques et leurs frontières de Fredrik Barth, Paris, Presses Universitaires de France, 1995.

29 Sabatier F., Bruneaud J.-F. (coord.), « Le sport : un trait d’union ? », Diversité (Ville-École-Intégration), n°171, 2013, pp. 7-210.

30 Ehrenberg A., Le Culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1994.

31 Mignon P., La passion du football, Paris, Odile Jacob, 1998.

32 Hoggart R., La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

33 Voir notamment l’article précurseur de Beaud S., Noiriel G., « L’immigration dans le football », Revue Vingtième siècle, n°26, 1990, pp. 83-96.

34 Felouzis G., « La ségrégation ethnique au collège et ses conséquences », Revue française de sociologie, n°44, 2003, pp. 413-447.

35 Coulmont B., Sociologie des prénoms, Paris, La Découverte, 2014.

36 Bertaux D., Le récit de vie, Paris, Armand Colin, 2010.

37 Tucci I., Groh-Samberg O., « Das enttäuschte Versprechen der Integration: Migrantennachkommen in Frankreich und Deutschland », Swiss Journal of Sociology, vol. 34, n°2, 2008, pp. 307-333.

38 Schwartz O., Le Monde privé des ouvriers, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

39 Rea A., Tripier M., Sociologie de l’immigration, Paris, La Découverte, 2008.

40 Pendant une dizaine d’années, l’auteur a lui-même été footballeur dans l’une des ligues régionales concernées par l’étude. À cette occasion, alors sans ambition d’enquête, il avait déjà rencontré certains enquêtés lors de compétitions sportives, ce qui facilita la prise de contact ultérieure au moment de la réalisation des entretiens.

41 En cours d’enquête, l’auteur a ponctuellement participé à des séances d’entraînement et des matchs amicaux dans les deux clubs étudiés. L’objectif était à la fois de gagner la confiance des enquêtés et de réaliser des observations directes dans des moments de sociabilité associative, afin de pouvoir articuler le « dire » et le « faire » communauté par le football.

42 Meier-Braun K.-H., Weber R. (Hrsg.), Kulturelle Vielfalt. Baden-Württemberg als Einwanderungsland, Stuttgart, W. Kohlhammer GmbH, 2005.

43 Blecking D., “Sport and Immigration in Germany”, International Journal of the History of Sport, vol. 25, n°8, 2008, pp. 955-973.

44 À ce sujet, voir Weiss P., La fabrication du regroupement sportif « communautaire ». Enquête sociologique sur les clubs de football « turcs » en France et en Allemagne, Université de Strasbourg, Thèse de doctorat en Sciences sociales du sport, 2012.

45 Voir notamment De Tapia S., Migrations et diasporas turques. Circulation migratoire et continuité territoriale (1957-2004), Paris/Istanbul, Maisonneuve & Larose et IFEA, 2005.

46 Voir Becker H. S., “Notes on the Concept of Commitment”, The American Journal of Sociology, vol. 66, n°1, 1960, pp. 32-40.

47 En référence à Sayad A., La double absence : des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.

48 Sur la dimension relationnelle des mécanismes d’identification communautaire, voir Brubaker R., « Au-delà de l’“identité” », Actes de la recherche en sciences sociales, n°139, 2001, pp. 66-85.

49 Voir notamment Elias N., Qu’est-ce que la sociologie ?, op. cit.

50 Elias N., Norbert Elias par lui-même, Paris, Librairie Arthème Fayard/Pluriel, 2013.

51 Mauger G., Les bandes, le milieu et la bohème populaire : études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires, 1975-2005, Paris, Belin, 2006.

52 Hoggart R., La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

53 À ce propos, voir aussi Nazareth C., « “C’est vous les racailles !” Faire face au déni de respectabilité », Sociétés Contemporaines, n°119, 2020, pp. 89-114.

54 Cuturello P., « Différences dans la diversité : le ressenti des discriminations par les jeunes hommes d’origine maghrébine », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 27, n°3, 2011, pp. 103-130 et Arnaud L. (dir.), Les minorités ethniques dans l’Union européenne. Politiques, mobilisations et identités, Paris, La Découverte, 2005.

55 Balibar E., Nous, citoyens d’Europe ?, Paris, La Découverte, 2001.

56 Voir aussi Weiss P., « L’“art du contre-pied”. L’identification à une équipe de football issue de l’immigration turque », Politique européenne, n°47, 2015, pp. 122-143.

57 Elias N., Dunning E., Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

58 Verret M., La culture ouvrière, Paris, L’Harmattan, 1996.

59 Voir notamment Bozon M., Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province. La mise en scène des différences, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1984.

60 Weber M., Économie et société/2, op. cit., p. 135.

61 Hoggart R., op. cit.

62 Voir Lechien M.-H., Siblot Y., « “Eux/nous/ils” ? Sociabilités et contacts sociaux en milieu populaire », Sociologie [En ligne], vol. 10, n°1, 2019, consulté le 30 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/4749

63 Voir Halm D., Sauer M., Freiwilliges Engagement von Türkinnen und Türken in Deutschland, Essen, Zentrum für Türkeistudien, 2005 et Rollan F., Sourou B., Les migrants Turcs de France. Entre repli et ouverture, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006.

64 Bourdieu P., Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994, p. 16.

65 Henry I., « Les concepts de multiculturalisme et d’interculturalisme et leur relation à la politique sportive », dans Gasparini W., Cometti A. (dir.), Le sport à l’épreuve de la diversité culturelle. Intégration et dialogue interculturel en Europe : analyse et exemples de pratique, Strasbourg, Éditions du Conseil de l’Europe, pp. 59-65.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Weiss, « Faire communauté par le football en club : micro-histoire des immigrés turcs en France et en Allemagne (2005-2012) »Cultures & Conflits, 122 | 2021, 175-197.

Référence électronique

Pierre Weiss, « Faire communauté par le football en club : micro-histoire des immigrés turcs en France et en Allemagne (2005-2012) »Cultures & Conflits [En ligne], 122 | été 2021, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/conflits/23012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.23012

Haut de page

Auteur

Pierre Weiss

Pierre Weiss est docteur en sciences sociales de l’Université de Strasbourg et membre du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA). Actuellement chargé de projets d’intégration, formateur et sociologue au ministère de la Famille, de l’Intégration et à la Grande Région du Grand-duché de Luxembourg.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search