Navigation – Plan du site

AccueilNuméros122Chronique bibliographiqueLes dispositifs de l’asile saisis...

Chronique bibliographique

Les dispositifs de l’asile saisis par l’espace et l’histoire

Lecture croisée de Karen Akoka et Camille Schmoll
Frédéric Salin
p. 201-206
Référence(s) :

Camille Schmoll, Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, Paris, La Découverte, « Cahiers libres », 2020.

Karen Akoka, L’asile et l’exil. Une histoire de la distinction réfugiés/migrants, Paris, La Découverte, 2020.

Texte intégral

  • 1 Akoka K., L’asile et l’exil, Paris, La Découverte, 2020, p. 327.

1Les études des migrations et de l’asile ont gagné, avec la parution des livres de Camille Schmoll et de Karen Akoka, deux livres majeurs, dont les approches semblent à première vue diverger. C. Schmoll, dans l’ouvrage issu de son habilitation à diriger des recherches, suit les trajectoires de femmes africaines traversant la Méditerranée pour se rendre en Europe, à la fin des années 2000, et rencontrées entre Malte, l’Italie et la France. Elle propose d’analyser la vie qui se fait et qui se forme aux frontières au moyen de récits de vie, nécessairement liés à des enjeux géopolitiques, et par une ethnographie mobile des dispositifs d’hébergement et d’enfermement. Son travail fait la part belle aux trajectoires socio-spatiales des femmes rencontrées ainsi qu’à l’organisation de l’infrastructure migratoire – ses agents, ses pratiques, ses instruments – prise principalement sous l’angle de sa spatialité. Mobilisant de manière stimulante et généreuse une bibliographie féministe et le corpus des border studies, C. Schmoll vient travailler la question de l’autonomie et de l’expérience corporelle dans les marges de la migration, à la croisée des rapports sociaux de genre, de race, et de nationalité. Ce faisant, elle livre un travail éclairant qui contribue à décentrer la « migratologie » du seul sujet masculin.À cette approche, que l’on pourrait qualifier d’horizontale, attentive aux trajectoires et à la dispersion, semble s’opposer la démarche généalogique de K. Akoka. L’asile et l’exil, issu d’un travail de thèse, retrace à l’aide de multiples archives et d’entretiens l’histoire d’une institution centrale dans la gouvernance de l’asile en France : l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA), chargé d’administrer la reconnaissance du statut de réfugié depuis 1952. La thèse de l’ouvrage, utilement résumée dans l’Épilogue, est que « les réfugiés et les migrants ne sont pas deux espèces distinctes que l’on rencontrerait dans la vie sociale, mais des catégories administratives destinées à dissocier des situations qui relèvent en réalité d’un seul et même continuum 1 ». Dans une démarche constructiviste, K. Akoka analyse avec force détails ce qui constitue le travail de jugement de l’asile. Elle développe pour cela une approche en termes de configurations, articulant pour chaque époque une sociologie des agents de l’institution, une étude de l’organisation du travail de jugement au concret, et les grandes logiques structurant l’activité de l’OFPRA, qui passent en soixante ans d’une raison diplomatique ancrée dans la bipolarité de la Guerre froide à une raison gestionnaire arrimée à l’impératif de contrôle des flux migratoires. S’appuyant sur un corpus de sociohistoire de l’asile et de sociologie des politiques publiques, K. Akoka identifie le passage d’un régime des réfugiés à un régime des demandeurs d’asile, lequel substitue à une logique de reconnaissance collective du statut une logique de suspicion individuelle et prétend paradoxalement défendre l’asile en en rendant l’accès plus difficile.

Éclatements des dispositifs de l’asile

2Les deux ouvrages s’inscrivent pourtant tous deux dans une sociologie d’inspiration foucaldienne, attentive à la dimension productive du pouvoir, c’est-à-dire à l’articulation entre institution, production normative et subjectivation. C. Schmoll s’appuie sur la notion de paysages moraux de l’accueil pour analyser l’effet des centres sur les trajectoires des femmes migrantes. D’un point de vue macropolitique d’abord, elle décrit la politique de la dispersion qui se déploie à l’égard des femmes qu’elle rencontre. Les « archipels européens de la contrainte », comme elle les nomme, se composent ainsi de techniques d’identification, de centres qui mêlent fonction d’enfermement et fonction d’intégration, mais aussi de contraintes plus directes à la mobilité, pour les femmes à qui l’asile est refusé en Italie ou à Malte. C. Schmoll identifie les grammaires spatiales de l’attente des exilées, et montre comment l’enclavement, l’immobilisation et la captivité des migrantes africaines sont adossés à une production normative intense, qui érige leur mobilité en sujet d’anxiété, et les confine, en plusieurs points du système de l’asile, à une position subalterne. Ces dispositifs sont et font frontière : de par leur agencement, de par ce qu’il s’y passe, des écarts et des normes y sont produits qui affectent spécifiquement les femmes exilées. Au niveau macro de l’analyse s’adjoint un niveau micropolitique, qui explore, dans l’organisation même de la vie en centre, la place faite à l’intimité, l’enjeu d’internet, ou encore les significations d’évènements comme la naissance d’enfants.

  • 2 Dujarier M.-A., Le management désincarné : enquête sur les nouveaux cadres du travail, Paris, La Dé (...)
  • 3 Ibid.

3De son côté, K. Akoka étudie un dispositif d’asile spécifique, l’organisation du jugement. La chercheuse fournit en son chapitre 9 une analyse magistrale des transformations du travail à l’OFPRA. L’institution a en effet constitué un laboratoire du nouveau management public à la fin des années 1990. L’organisation du travail a été bouleversée : le déstockage des dossiers est sous-traité aux jeunes et aux contractuels précaires, la direction, plus souvent occupée par des énarques, met en place des indicateurs de performance. Surtout, le travail s’émiette et se segmente : l’instruction des demandes est séparée de la protection des personnes. À partir de 1991, les demandeurs d’asile et les réfugiés sont reçus dans deux bâtiments différents. L’architecture vient acter le travail politique, symbolique, et juridique de rigidification des catégories de l’asile. Par des dispositifs de procédés 2, le travail des agents de protection est encadré au plus près par la direction de l’OFPRA, que cela touche aux matériaux de recherche utilisés, aux questions et interprétations des cas, à l’organisation des rendez-vous, ou encore à l’obligation des agents au secret. Le versant subjectif de ces évolutions institutionnelles, c’est l’existence de dispositifs d’enrôlement 3 qui érigent les agents de l’OFPRA comme gardiens de l’asile, capables, en recourant à l’intime conviction, de distinguer les vrais réfugiés des faux, et d’ainsi protéger l’asile de celles et ceux qui s’en réclameraient à tort.

4Deux dispositifs d’asile donc, qui touchent aux domaines de l’espace pour l’un, du jugement pour l’autre, et auxquels correspondent deux formes d’éclatement. D’un côté, une politique de la dispersion, de contrôle de la mobilité, qui relègue aux marges – des villes et de l’Europe – les femmes exilées, et multiplie les points de relégation dans un processus d’extension de la marge frontalière. De l’autre, un éclatement interne du travail de protection, qui opère une rationalisation des rejets, au double sens d’émiettement du travail, et de justification collective de son bien-fondé.

Résistances à la marge : ce qu’il reste de l’autonomie

  • 4 Schmoll C., Les damnées de la mer : femmes et frontières en Méditerranée, Paris, La Découverte, 202 (...)

5L’analyse des dispositifs est solidaire, pour les deux chercheuses, d’une pensée de l’autonomie en tension. Pour C. Schmoll, l’étude de l’autonomie des femmes est une « exigence méthodologique et théorique forte 4 ». Au-delà d’un supplément d’âme, s’intéresser à l’autonomie des femmes migrantes revient, pour la chercheure, à caractériser leurs expériences dans toute leur complexité, avec et malgré le lot d’horreurs des parcours d’exil. Nouant avec un stimulant corpus féministe, C. Schmoll donne à penser l’autonomie comme une pratique relationnelle, de recomposition subjective sous contrainte, et qui se construit sur et par une intimité toujours à conquérir. Condition de l’autonomie, l’intimité se pratique à différentes échelles que combinent les femmes. C. Schmoll en explore trois : l’échelle du corps, qui comprend des techniques de soi comme les soins, la coiffure, ou la prière ; l’espace domestique, investi et aménagé autant que possible comme lieu familier ; et internet, enfin, où se jouent le récit et l’image de soi, ainsi que le ressourcement affectif. « Se positionner » comme dit Julienne, une des enquêtées, c’est donc trouver, à travers et à l’encontre des injonctions spatiales, un espace à soi depuis lequel se déployer.

  • 5 Akoka K., op. cit., p. 109.

6Dans l’histoire de l’OFPRA, les points de résistance sont à chercher en deux endroits. C’est d’abord ce qu’il reste de marge de manœuvre aux agents pris dans le management néolibéral de l’asile des années 2000 et 2010. La chercheure les décline comme autant de pratiques individuelles : poser certaines questions plutôt que d’autres, jouer le temps de l’entretien ou de la procédure, lever le stylo pour ne pas compromettre. Mais l’enquête historique dévoile également l’autonomie oubliée des réfugiés aux premiers temps de l’OFPRA. L’institution se présentait alors comme un consulat des réfugiés qui, dans la continuité des Offices de l’entre-deux-guerres, était animé par des réfugiés pour des réfugiés. La genèse de la rédaction des statuts de l’organisme donne à voir l’action influente de Jacob Rubinstein, juriste réfugié russe qui a participé à la création du statut de réfugié, et à qui l’on doit l’existence de la CNDA, et l’extension des prérogatives de l’OFPRA. Des années 1950 aux années 1960, les conseillers de protection de l’OFPRA sont d’anciens réfugiés, souvent issus des classes dirigeantes. K. Akoka en restitue les trajectoires, mais aussi les pratiques mêlant accueil, protection, et interprétation généreuse du droit des réfugiés. Point de nostalgie naïve cependant : cette indépendance relative est à resituer dans une « forme très contrôlée de non-contrôle 5 » de la part du Ministère de tutelle, qui ancre la relative générosité de l’asile dans l’opposition au communisme. L’histoire de l’OFPRA ne se comprend ainsi pas comme un passage de l’autonomie consulaire à la sujétion ministérielle, mais plutôt comme la transition d’une logique diplomatique de blocs à une logique de contrôle des flux migratoires.

Des exils à l’intersection du genre et de la race

  • 6 Schmoll C., op. cit., p. 46.
  • 7 Ibid., p. 55.

7Au cœur des travaux de K. Akoka et de C. Schmoll se trouvent la spécificité des migrations africaines noires et l’importance des rapports sociaux de race dans la compréhension des dispositifs migratoires. Ces rapports sont dans les deux cas analysés dans leur intersection avec d’autres logiques, et en premier lieu les rapports sociaux de genre et la géopolitique. Dans Les Damnées de la mer, C. Schmoll décrit comment les femmes africaines qui traversent la Méditerranée expérimentent plusieurs systèmes racistes. À l’enfer libyen, où la peau noire expose à la mort, succèdent Malte et l’Italie, où le marché du travail et du logement sont segmentés selon des lignes raciales. L’autrice démontre comment, à l’intersection du genre et de la race, les migrantes africaines sont investies d’une préoccupation normative spécifique par les personnels des centres, qui touche tant à la sexualité de ces femmes, qu’à leur mobilité et leurs comportements quotidiens. Le chapitre 1 illustre bien ce que signifie la race comme catégorie sociale : dans le récit de Julienne, Noir est à la fois le nom des compagnons de voyage, du Cameroun à la France, le nom de la vie précaire en Libye – « là-bas, on tuait les gens, on tuait les Noirs 6 » dit-elle, mais aussi celui, un peu partout, des alliances et des ressources potentielles. Elle décrit son arrivée à Caen en ces termes : « J’ai vu un Noir à la gare, je lui ai demandé s’il connaissait des associations 7. »

8Dans L’asile et l’exil, K. Akoka montre comment le passage d’un régime de réfugiés à un régime de demandeurs d’asile s’est opéré, au début des années 1980, par une gestion différentielle de l’asile qui opposa, d’un côté, les réfugiés du Sud-Est Asiatique, acheminés en France par volonté gouvernementale et soutien médiatique, aux demandeurs d’asile africains, pour qui se mêlent fantasme d’invasion et suspicion généralisée de fraude. Le traitement spécifique des demandeurs d’asile africains noirs passe tout d’abord par une campagne médiatique de dénigrement, à laquelle participe un ensemble d’acteurs, du Figaro à la direction de l’OFPRA. À ce cadrage raciste correspond un traitement discriminatoire en préfecture. K. Akoka resitue l’ancrage de ces enjeux politiques et symboliques dans le contexte de la Françafrique, reliant rejet des demandes d’asile africaines et politique française du pré carré. Si les demandes sri-lankaises ont également fait l’objet d’une restriction spécifique à l’asile, il reste que le retournement de l’asile dans la décennie 1980 s’est largement opéré par un traitement institutionnel et un cadrage raciste des demandes d’asile d’Afrique noire.

L’enquête et l’écoute : comment croire les récits de l’exil ?

9Le dernier point de cette lecture croisée touche aux conditions d’audibilité des personnes exilées. C. Schmoll détaille différents facteurs qui compliquent la circulation et la compréhension des trajectoires de ces femmes. Pour en épuiser la diversité, il faudrait croiser l’ensemble des raisons de partir, les multiples statuts successifs, les différents types de centres, les législations hétérogènes des espaces traversés avec, enfin, les intrigues du chemin. Ainsi, la dispersion et la marginalisation des dispositifs migratoires entravent l’empathie. Dès lors, l’enquête prépare l’écoute, d’abord en restituant les trajectoires, dans la variété de leurs logiques, ensuite en proposant une typologie simplifiée des points réguliers de parcours, enfin en laissant parler les principales concernées. C’est le sens du premier chapitre, « La vie de Julienne », que l’on ne peut résumer mais lire seulement, et qui exemplifie ce que l’on peut entendre pour peu qu’on prenne le temps. Mais l’écoute est aussi une question de moyens : budgéter, c’est déjà juger. Dans les hotspots italiens, la sous-dotation empêche ainsi de proposer des voies de sortie aux femmes prises dans des réseaux de traite. À l’OFPRA, la rationalisation du jugement et les pratiques de dé-stockage de la demande d’asile interdisent aux agents de prendre le temps nécessaire de la recherche. Mais K. Akoka montre aussi que l’écoute est rendue impossible par la rigidification des catégories d’appréhension des migrations. L’opposition entre vrais et faux réfugiés, entre motivations politiques et économiques, est le produit d’une histoire, de la sédimentation d’une pensée d’État que l’enquête vient questionner, rouvrant les possibles de la genèse et les répertoires alternatifs. L’enquête dispose à l’écoute, d’un côté en retraçant l’avant des trajectoires socio-spatiales, en faisant de la compréhension une condition de l’attachement, de l’autre en exposant l’avant des catégories pratiquées, afin de remettre sur le métier les prêts-à-penser que l’on croyait acquis.

10Les deux ouvrages se rejoignent enfin en leurs conclusions respectives dans la remise en cause de la prétention des politiques migratoires à vouloir sauver les femmes. Vu l’appauvrissement des concernées, l’entrave organisée de leurs mobilités tout au long d’une frontière qui s’étend, leur mort aussi – car C. Schmoll le précise : il n’y a d’ethnographie que des survivantes –, le fémo-nationalisme apparaît comme ce qu’il est : un nationalisme seulement, qui tue et qui ment.

Haut de page

Notes

1 Akoka K., L’asile et l’exil, Paris, La Découverte, 2020, p. 327.

2 Dujarier M.-A., Le management désincarné : enquête sur les nouveaux cadres du travail, Paris, La Découverte, 2017.

3 Ibid.

4 Schmoll C., Les damnées de la mer : femmes et frontières en Méditerranée, Paris, La Découverte, 2020, p. 211.

5 Akoka K., op. cit., p. 109.

6 Schmoll C., op. cit., p. 46.

7 Ibid., p. 55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Salin, « Les dispositifs de l’asile saisis par l’espace et l’histoire »Cultures & Conflits, 122 | 2021, 201-206.

Référence électronique

Frédéric Salin, « Les dispositifs de l’asile saisis par l’espace et l’histoire »Cultures & Conflits [En ligne], 122 | été 2021, mis en ligne le 25 octobre 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/23062 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.23062

Haut de page

Auteur

Frédéric Salin

Frédéric Salin est doctorant en sociologie à l’IRIS/EHESS, Visiting Scholar à l’Institute of French Studies, NYU et fellow à l’Institut Convergences Migrations. Ses travaux portent sur l’articulation entre politiques migratoires et politiques de l’emploi en France et aux États-Unis.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search