Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123-124Éditorial

Texte intégral

  • 1 « Éditorial », Cultures & Conflits, n°1, hiver 1990-1991, p. 5.

1La présente livraison de Cultures & Conflits rassemble une série de contributions largement consacrées aux formes contemporaines de la guerre. Une sorte de retour aux origines, puisque le premier numéro de la revue – qui a vu le jour il y a trente ans – portait sur « la prolongation des conflits ». Ce titre se voulait un peu ironique, puisque Cultures & Conflits a été créée après que la Fondation des études de défense nationale (FEDN) eût décidé de mettre fin à la revue Études polémologiques, dont Didier Bigo et Daniel Hermant assuraient la direction. Parmi les raisons évoquées, figurait l’idée que la « diminution de la bipolarité » devait conduire à un épuisement des conflits. Cette décision arbitraire – dont on mesure rétrospectivement le caractère visionnaire… – fut à l’origine d’un nouveau projet éditorial attentif à toutes les formes de conflictualité, en les situant « à l’interface des relations internationales et de l’analyse comparée des sociétés politiques 1 ».

  • 2 Nous remercions ici Emmanuel-Pierre Guittet pour son scrupuleux travail de quantification.

2Depuis lors, Cultures & Conflits a accueilli les analyses de plus de 650 auteurs – 60% sont des hommes et 40% des femmes –, issus de plus de 32 nationalités. Elle a ainsi publié 734 articles, 43 entretiens et 81 chroniques bibliographiques, qui représentent 20 000 pages environ, soit un peu plus de 2 mètres linéaires 2.

3Pour célébrer cet anniversaire, la revue a toutefois écarté la formule d’un numéro spécial. Elle préfère, de manière plus perlée, intégrer des éléments de réflexion sur son histoire en les reliant directement aux thématiques qui vont être traitées cette année.

  • 3 Reproduit dans Valls M., L’exigence, Paris, Grasset, 2015, p. 66.
  • 4 Cité dans Ben Brahim A., L’emprise. Enquête au cœur de la djihadosphère, Paris, Lemieux éditeur, p. (...)

4Ce numéro, intitulé « guerre et contre-terrorisme » est ainsi composé de trois ensembles. Il comporte d’abord un dossier consacré aux relations existantes entre les interventions militaires extérieures et les formes de violence politique qui peuvent frapper les États sur leur propre territoire. Il est commun d’entendre des hauts responsables gouvernementaux opérer une séparation étanche entre les premières et les secondes. Pour eux, les attentats seraient d’abord dirigés contre des valeurs (la démocratie, la tolérance, la laïcité, etc.) ou un mode de vie. Manuel Valls, alors Premier ministre français, proclamait ainsi le 19 novembre 2015 à l’Assemblée nationale : « Ne nous trompons pas, le terrorisme a frappé la France, pas pour ce qu’elle fait – en Irak, en Syrie ou au Sahel – mais pour ce qu’elle est 3 ». À l’inverse, nombre d’activistes armés ou de ceux qui les soutiennent font valoir que leurs actions relèvent d’une « légitime défense » contre les opérations qui les visent. Rachid Kassim, un cadre de l’État islamique, expliquait par exemple avant sa mort en 2017 : « si on avait voulu attaquer la France pour son mode de vie ou sa culture, pourquoi aller si loin ? La Grèce, qui est pareille que la France, on y entre comme on veut et c’est à proximité. On aurait pu faire de la Grèce un véritable tas de cendres, et je suis très sérieux, on pourrait la détruire de l’intérieur, la mettre à feu et à sang. Pourtant, on ne le fait pas. Pourquoi ? Parce qu’ils ne nous bombardent pas 4 ».

  • 5 Voir notamment Girard R., La violence et le sacré, Paris, Grasset, 1972.

5Le rôle des sciences sociales n’est pas ici de trancher entre ces deux régimes de justification. Il leur incombe plutôt d’analyser les relations qu’entretiennent les différents protagonistes, qui prennent souvent la forme de ce que l’anthropologue René Girard nommait « une rivalité mimétique 5 ». L’action des uns légitime celle des autres et enclenche des dynamiques d’escalade qui alimentent les cycles de violence. Dès lors, il semble difficile de défendre que les politiques étrangères et la violence politique sont parfaitement indépendantes. Mais reste entière la question de la nature de ces relations, que ce dossier s’efforce de spécifier à partir de méthodologies et d’épistémologies différentes (pour une présentation détaillée, voir l’introduction ci-après). Il entend ainsi contribuer à une meilleure compréhension des conflits contemporains, dont le contre-terrorisme constitue aujourd’hui le cadrage dominant.

6Le second ensemble qui compose ce numéro rassemble les contributions de trois membres du comité de rédaction. À l’occasion des trente ans de Cultures & Conflits, ils reviennent sur ce qu’ils perçoivent comme quelques-uns des apports de la revue à leur propre réflexion sur les questions des conflits. Christian Olsson montre ainsi que les affrontements armés contemporains épuisent la perspective clausewitzienne de « l’ascension aux extrêmes » de la guerre et plus largement les approches en termes de « compétition éliminatoire », qui marquent une bonne part de la science politique contemporaine. Il met en évidence les multiples situations entre guerre et paix, dans lesquelles l’État ne peut prétendre avec succès au monopole de la force, mais doit coexister avec des factions armées territorialisées, aux allégeances fluctuantes. Thomas Lindemann souligne pour sa part l’importance de la sociologie et de l’anthropologie pour dé-réifier la question de « l’intérêt », centrale dans les paradigmes du choix rationnel, né́o-réaliste et néo-libéral des relations internationales. L’attention portée aux pratiques des acteurs, aux compétitions dans lesquelles ils sont pris dans et en dehors de l’État, couplée aux apports de la théorie de la reconnaissance permet en effet de donner une autre intelligibilité aux conflits armés et d’éviter une vision trop mécanique de ces derniers. À partir de la situation brésilienne, Angelina Peralva et Vera Telles réfléchissent enfin aux processus de sécurisation et de militarisation qui y sont à l’œuvre. Ceux-ci reconfigurent tout autant les frontières entre le légal et l’illégal, le licite et l’illicite que le gouvernement des villes. La « grammaire guerrière et les dispositifs militarisés » tendent à se déployer de manière de plus en plus large et deviennent le mode ordinaire de perception et de régulation de certaines populations et territoires.

7Enfin, un texte de Benoît Pélopidas, consacré à la guerre nucléaire, constitue le troisième volet de ce numéro. La fin de la bipolarité semble avoir fait disparaître celle-ci des imaginaires culturels et politiques. Elle demeure pourtant un pilier important de la stratégie militaire des neuf États qui sont dotés d’un arsenal nucléaire. En 2021, on compte 13 000 vecteurs disséminés sur la planète et rien que les États-Unis vont consacrer 1 700 milliards de dollars dans les trente ans qui viennent à leur entretien et leur modernisation. Or, les conséquences d’un affrontement nucléaire sont telles que ni ceux qui pourraient le déclencher, ni ceux qui militent pour le désarmement ne peuvent pleinement les envisager. Seule la culture populaire visuelle (cinéma, séries) semble pouvoir dissiper « l’illusion de son impossibilité ». À partir d’une étude systématique de ces fictions des années 1950 à nos jours, l’auteur montre ainsi les évolutions des représentations de l’usage de l’arme atomique et le rôle constitutif de cet imaginaire dans « l’agir politique ».

  • 6 « La prolongation des conflits : Approche comparative des systèmes de guerre », Cultures & Conflits(...)

8Le premier numéro de Cultures & Conflits indiquait que « située à l’interface de la discipline des “relations internationales”, des “questions de stratégie” et de “l’analyse comparée des systèmes politiques”, l’étude des conflits a longtemps souffert d’un écartèlement qui conduit à autant de réductionnismes et de simplifications outrancières. Il nous semble donc nécessaire, afin de promouvoir une analyse comparée des sociétés politiques et des conflits, de créer un lieu où puissent se retrouver anthropologues qui s’intéressent au contemporain, historiens, sociologues, politistes spécialisés dans des aires régionales différentes et politistes s’occupant de relations internationales pour que puissent émerger des problématiques suffisamment fines pour rendre compte de la complexité des formes et des dynamiques conflictuelles 6 ». Trente ans plus tard, cette ambition reste entière et la revue entend continuer à y contribuer.

Haut de page

Notes

1 « Éditorial », Cultures & Conflits, n°1, hiver 1990-1991, p. 5.

2 Nous remercions ici Emmanuel-Pierre Guittet pour son scrupuleux travail de quantification.

3 Reproduit dans Valls M., L’exigence, Paris, Grasset, 2015, p. 66.

4 Cité dans Ben Brahim A., L’emprise. Enquête au cœur de la djihadosphère, Paris, Lemieux éditeur, p. 174.

5 Voir notamment Girard R., La violence et le sacré, Paris, Grasset, 1972.

6 « La prolongation des conflits : Approche comparative des systèmes de guerre », Cultures & Conflits, n°1, hiver 1990-1991, p. 100.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Comité de rédaction, « Éditorial »Cultures & Conflits, 123-124 | 2021, 7-9.

Référence électronique

Comité de rédaction, « Éditorial »Cultures & Conflits [En ligne], 123-124 | Automne-hiver 2021, mis en ligne le 10 mars 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/23109 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.23109

Haut de page

Auteur

Comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search