Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123-124DossierLa rivalité mimétique, une matric...

Dossier

La rivalité mimétique, une matrice de la guerre contre le terrorisme et de ses stratégies discursives ?

Mimetic Rivalry: A Matrix of the War on Terror and its Discursive Strategies?
Didier Bigo, Laurent Bonnefoy, Mathias Delori, Anastassia Tsoukala et Christophe Wasinski
p. 21-35

Résumés

La guerre contre le « terrorisme » ne fait pas que détruire ; elle crée aussi des liens de réciprocité entre les acteurs du conflit : réciprocité des sentiments moraux, des identités et surtout des pratiques concrètes. L’argument développé dans cet article est que la théorie de la rivalité mimétique de René Girard permet de saisir ces dynamiques qui rendent non seulement improbable la fin du conflit mais contribuent aussi à son escalade. La théorie de la rivalité mimétique révèle le rôle joué par la structuration des discours et des identités au cours de la relation violente, l’incapacité croissante des acteurs à comprendre les motifs d’action de leurs adversaires et l’extension du champ de la rivalité. Elle constitue un antidote par rapport aux explications qui radicalisent les identités en refusant et en s’offusquant des ressemblances qui émergent du combat. Elle constitue aussi une antithèse aux explications par la géopolitique des cultures et des civilisations qui nourrissent la méconnaissance des dynamiques de la violence.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

La réciprocité des discours de justification
Le mimétisme des pratiques violentes
L’extension du champ d’application de la rivalité
Les illusions du dominant

Aperçu du texte

Au cours des années 2000, les autorités françaises ont laissé entendre qu’elles se tenaient à l’écart de l’approche guerrière, dite « américaine », du contre-« terrorisme  ». Ce discours passait sous silence la participation de la France à la guerre en Afghanistan mais il trouvait une assise empirique dans le refus de participer à celle d’Irak en 2003. Un tournant dans la politique étrangère française s’est produit en 2013-2014 avec les décisions d’intervenir militairement au Mali puis dans l’ensemble du Sahel et en Irak  contre l’organisation État islamique (EI) afin de prévenir l’émergence de sanctuaires « terroristes », et ce alors que cette organisation n’avait perpétré aucun attentat en France. À ce moment précis, les responsables politiques français ont toutefois hésité à parler de « guerre française contre le terrorisme ». Ils ont oscillé entre ce registre de justification et la présentation de ces interventions comme des opérations de police internationale. Le discours a évo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Bigo, Laurent Bonnefoy, Mathias Delori, Anastassia Tsoukala et Christophe Wasinski, « La rivalité mimétique, une matrice de la guerre contre le terrorisme et de ses stratégies discursives ? »Cultures & Conflits, 123-124 | 2021, 21-35.

Référence électronique

Didier Bigo, Laurent Bonnefoy, Mathias Delori, Anastassia Tsoukala et Christophe Wasinski, « La rivalité mimétique, une matrice de la guerre contre le terrorisme et de ses stratégies discursives ? »Cultures & Conflits [En ligne], 123-124 | Automne-hiver 2021, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/23159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.23159

Haut de page

Auteurs

Didier Bigo

Didier Bigo est professeur de sociologie politique de l’international à Kings College London et Sciences Po Paris.

Articles du même auteur

Laurent Bonnefoy

Laurent Bonnefoy est chercheur CNRS en science politique au CERI de Sciences Po Paris.

Articles du même auteur

Mathias Delori

Mathias Delori est chercheur CNRS HDR en science politique au Centre Marc Bloch de Berlin.

Articles du même auteur

Anastassia Tsoukala

Anastassia Tsoukala est maîtresse de conférences HDR, Université Paris-Saclay. Centre de recherches en philosophie, sociologie, sémiologie et politique, Université de Paris.

Articles du même auteur

Christophe Wasinski

Christophe Wasinski est professeur de science politique à l’Université libre de Bruxelles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search