Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123-124DossierLes interventions militaires sont...

Dossier

Les interventions militaires sont-elles une cause du « terrorisme » ?

De l’utilité des analyses quantitatives pour les études critiques de la sécurité 
Do Military Interventions Cause “Terrorism”? The Utility of Quantitative Analysis for Critical Security Studies
Mathias Delori, Clara Egger, Raul Magni-Berton et Simon Varaine
p. 37-65

Résumés

Une multitude d’études quantitatives ont conclu que l’interventionnisme militaire est un facteur explicatif central du terrorisme. Pourtant, cette littérature est rarement mobilisée dans le champ des études francophones. Ce point aveugle semble découler d’une méfiance par rapport aux soubassements positivistes de ces études quantitatives et leur manque apparent de réflexivité par rapport à la notion de terrorisme. Ce texte présente l’argument selon lequel cette méfiance est en partie fondée mais qu’elle se dissipe si l’on adopte une définition nominaliste du « terrorisme ». On ne mesure pas alors le poids de l’interventionnisme militaire sur le terrorisme au sens strictement réaliste du terme – cet objet est de toute façon impossible à cerner – mais sur la genèse de ce que le discours hégémonique appelle « terrorisme », à savoir les attaques violentes des groupes non-étatiques que ce même discours qualifie de « terroristes ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Des bases de données problématiques et… informatives
Quantifier l’interventionnisme militaire
Mesurer un concept épais : le « terrorisme »
Que nous apprennent les analyses quantitatives ?
Les racines politiques des attaques-suicides, l’analyse séminale de Robert Pape
Les analyses de régression, relier interventions et attentats « toutes choses égales par ailleurs »
Les « terroristes » non-kamikazes ne sont pas non plus des fanatiques
Peut-on généraliser ces résultats au « terrorisme » d’aujourd’hui ?
Quel est le sens de la causalité ?
Clarifier l’objectif stratégique de l’interventionnisme militaire
Annexe : recension des analyses statistiques sur la corrélation entre intervention militaire et terrorisme
Liste des études recensées

Aperçu du texte

Les interventions militaires permettent-elles de lutter efficacement contre le « terrorisme » comme le laissent entendre nombre de responsables gouvernementaux ou constituent-elles, au contraire, une des causes de celui-ci, comme l’expliquent certains de ceux qui sont impliqués dans des actions armées  ? Les spécialistes de la violence politique qui utilisent des méthodes qualitatives reposant sur l’étude de terrains plus précis ne répondent pas de manière univoque à cette question. Outre les difficultés empiriques d’assigner une cause à des actes et des comportements, ces dissensions découlent en partie du fait que ces spécialistes ne définissent pas le « terrorisme » de la même manière. Elles s’expliquent aussi par ce qu’on pourrait appeler des biais de sélection. Les attentats de Madrid du 11 mars 2004 pouvaient être perçus comme une conséquence de l’intervention de ce pays en Irak aux côtés des États-Unis un an plus tôt. Mais, on chercherait en vain quelle intervention militaire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Delori, Clara Egger, Raul Magni-Berton et Simon Varaine, « Les interventions militaires sont-elles une cause du « terrorisme » ? »Cultures & Conflits, 123-124 | 2021, 37-65.

Référence électronique

Mathias Delori, Clara Egger, Raul Magni-Berton et Simon Varaine, « Les interventions militaires sont-elles une cause du « terrorisme » ? »Cultures & Conflits [En ligne], 123-124 | Automne-hiver 2021, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/23183 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.23183

Haut de page

Auteurs

Mathias Delori

Mathias Delori est chercheur CNRS au Centre Marc Bloch.

Articles du même auteur

Clara Egger

Clara Egger est professeure assistante en relations internationales, IRIO, Université de Groningen.

Articles du même auteur

Raul Magni-Berton

Raul Magni-Berton est professeur à Univ. Grenoble-Alpes, Sciences Po Grenoble, chercheur à PACTE et ESPOL.

Articles du même auteur

Simon Varaine

Simon Varaine est chercheur associé au laboratoire Pacte, Univ. Grenoble Alpes, CNRS, Sciences Po Grenoble.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search