Navigation – Plan du site

AccueilNuméros125DossierRégimes miliciens et gouvernement...

Dossier

Régimes miliciens et gouvernement transnational dans les guerres civiles

Introduction
Arthur Quesnay
p. 7-20

Texte intégral

  • 1 L’économie de la violence est l’organisation relativement stable des interactions entre acteurs usa (...)

1La formation de milices constitue un point d’entrée intéressant pour analyser la transformation des pratiques occidentales de la guerre et les économies de la violence dans les guerres civiles 1. C’est l’ambition de ce numéro, qui revient sur leur généalogie latino-américaine et leur développement en Afghanistan, en Irak, au Mali et au Burkina Faso.

  • 2 Kalyvas S. N., The Logic of Violence in Civil War, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, pp. (...)
  • 3 Ces analyses de type hobbesien réduisent le processus d’engagement à de simples décisions, ce qui n (...)
  • 4 En guise d’exemple du fonctionnement en vase clos de cette littérature, voir notamment Jentzsch C., (...)
  • 5 Collier P., Hoeffler A., “On the Economic Causes of Civil War”, Oxford Economic Papers, vol. 50, 19 (...)
  • 6 Ce biais des approches normatives est notamment démontré dans l’article de Dénia Chebli, qui décrit (...)
  • 7 Hashim A. S., Insurgency and Counter-Insurgency in Iraq, Ithaca, NY, Cornell University Press, 2006(...)
  • 8 Cassidy R. M., “The long small war: indigenous forces for counterinsurgency”, Parameters: United St (...)

2Ce numéro pose la question du fonctionnement de la gouvernance des populations par le biais d’organisations miliciennes dans les interventions occidentales contemporaines. Au lieu d’un exposé exhaustif sur les différents types d’organisations miliciennes, nous étudions différents phénomènes miliciens à partir de leur relation à l’international. En effet, derrière le terme de « milice », récurrent dans la littérature, les réalités de mouvements armés soutenus par des armées occidentales sont complexes, selon les périodes et les conflits : privatisation de la sécurité, branche armée d’un parti politique, mouvement armé peu institutionnalisé ou groupes de vigilantisme. Or, face à cette diversité, la grande majorité de la littérature aborde ces mouvements de manière normative et descriptive. Par exemple, Stathis Kalyvas, l’un des principaux auteurs sur le sujet, définit la milice comme un groupe combattant du côté de l’État sans être l’armée, mais contourne les difficultés inhérentes à l’hétérogénéité de ces mouvements armés en n’étudiant pas leur organisation interne, leur rapport à l’international ou leur ancrage social 2. En réduisant l’action des groupes armés à leur capacité à calculer les risques, S. Kalyvas propose une approche rationaliste de la violence qui met de côté des questions essentielles comme l’idéologie, la résistance des individus, le rôle de la violence ou encore les dynamiques institutionnelles 3. À sa suite, le courant néopositiviste a donné lieu à des recherches essentiellement quantitatives dont la rareté des descriptions de mouvements armés laisse le lecteur dubitatif sur leurs capacités à rendre compte des dynamiques sociopolitiques des conflits 4. De manière similaire, les débats sur les causes de la violence des milices, telles que l’avidité (greed) et les griefs 5 (grievance), sont aussi répétitifs que mal posés. Par ailleurs, les travaux sur les milices sont grevés par des biais normatifs, liés à l’omniprésence de l’expertise, dans la mesure où il s’agit d’apprécier l’efficacité des groupes armés 6. Parmi les sous-champs traitant des milices, les War Studies illustrent notamment les problèmes méthodologiques de ces travaux qui reposent sur une approche culturaliste des stratégies contre-insurrectionnelles 7. Si ces travaux reconnaissent la généalogie coloniale des stratégies de formations de forces supplétives locales, ils laissent de côté les pratiques internes de ces groupes et leurs rapports avec les institutions qui les encadrent 8. De cette manière, en l’absence d’éléments empiriques, les milices sont peu étudiées en tant qu’objet tandis que les sciences sociales restent marginales dans ce domaine.

  • 9 Voir par exemple, Nagl J. A., Counterinsurgency Lessons from Malaya and Vietnam: Learning to Eat So (...)
  • 10 Plusieurs travaux montrent que les techniques et les doctrines officielles de contre-insurrection o (...)
  • 11 Markel W., “Draining the swamp: the British strategy of population control”, Parameters, printemps (...)
  • 12 Les équipes civilo-militaires en charge des populations sur les questions humanitaires et de dévelo (...)
  • 13 Pour en savoir plus sur les similarités structurelles entre les doctrines contemporaines et les app (...)

3Par ailleurs, une large part des travaux sur les milices mises en place par les armées occidentales insistent sur la continuité historique et la reprise des stratégies utilisées dans les guerres coloniales et de décolonisation. En s’inspirant des officiers américains, ayant insisté sur cette généalogie, ils manquent les transformations saillantes. Or, la mise en perspective des milices en Amérique Latine durant la guerre froide et celles contemporaines en Asie centrale, au Moyen-Orient et en Afrique de l’Ouest montre une rupture chronologique essentielle. En effet, les milices nées après la révolution néo-libérale des années 1980 participent d’un modèle très différent de gouvernement des populations. Mais, malgré la radicalité de ces changements organisationnels dans la manière de faire la guerre, on constate une certaine amnésie historique des acteurs vis-à-vis des pratiques employées quelques décennies plus tôt. Par exemple, la planification des opérations décrites par les articles de ce numéro dépend d’officiers supérieurs qui, bien qu’ayant souvent des doctorats en histoire des contre-insurrections dans des universités prestigieuses, n’ont plus la même culture en termes de coopération avec les institutions civiles 9. Le vocabulaire employé pour décrire le fonctionnement de l’intervention est relativement inchangé, « pacification », « contre-insurrection », « maintien de la paix » ou encore « conquête des cœurs et des esprits 10 ». Cependant, derrière une apparente continuité, la doctrine structurant les déploiements change drastiquement et les termes n’ont plus la même signification objective. Un savoir-faire relativement similaire depuis la Seconde Guerre mondiale continue de circuler entre les armées occidentales – via le parcours des officiers, l’évolution des concepts enseignés et la production d’une littérature « opérationnelle » spécifique comme les manuels de contre-insurrection 11, le mélange civilo-militaire 12 – mais son application sur un mode néo-libéral, que nous décrivons plus bas, impacte le comportement des armées sur le terrain. Ainsi, bien que des travaux socio-historiques sur les interventions occidentales montrent la réactualisation récurrente des savoir-faire coloniaux et des doctrines contre-insurrectionnelles 13, ce numéro étudie les limites de cette continuité en s’intéressant à leur utilisation concrète et à leur rapport à l’espace politique dans lequel elles se déploient.

  • 14 Baczko A., Dorronsoro G., « Pour une approche sociologique des guerres civiles », op. cit.
  • 15 Le terme de « dispositif » renvoie au programme collectif de recherches intitulé « Transformations (...)
  • 16 De nombreux auteurs montrent comment les milices travaillent le tissu social et augmentent les conf (...)

4Dans les interventions actuelles, la formation de milices aboutit à une forme de gouvernance transnationale des populations 14. En effet, le phénomène milicien est au centre des enjeux de pouvoir dans les sociétés en guerre et constitue un analyseur efficace du gouvernement transnational développé sous l’action des interventions occidentales. À la suite des travaux ethnographiques sur le fonctionnement des « dispositifs miliciens 15 » et leurs effets socio-économiques 16, nous insistons sur la dimension internationale pour produire un cadre d’analyse plus global sur l’évolution des modes de gouvernance dans les conflits contemporains. Les contributions de ce numéro montrent ainsi comment, dans le cas des interventions occidentales, les dispositifs miliciens résultent de logiques internationales. Celles-ci structurent le fonctionnement des groupes armés et conditionnent leur capacité à organiser de la violence collective, à imposer des modes de gouvernance et de nouvelles hiérarchies locales qui transforment brutalement les sociétés. À mesure que le conflit se prolonge et affaiblit les structures étatiques locales, on observe une interdépendance de plus en plus forte entre les armées et les réseaux miliciens. Les « dispositifs miliciens » se retrouvent au centre de l’ensemble des enjeux de pouvoir, ce qui amène Adam Baczko et Gilles Dorronsoro à parler dans leur article de « régime milicien ». Les milices deviennent la clef de voute entre l’État, l’international et les questions de gouvernance locales. Le rôle des groupes armés dépasse ainsi le secteur sécuritaire et devient une « dimension essentielle du gouvernement des populations », représentant même « l’État au niveau local ». De cette manière, un des traits communs des conflits étudiés est non seulement l’intégration des milices aux institutions étatiques, dont elles utilisent les ressources et la couverture légale pour commettre des violences, mais aussi le rôle de partenaires privilégiés que jouent les milices auprès des programmes internationaux de « stabilisation » des conflits.

5En fin de compte, à l’ombre des interventions occidentales, les milices deviennent des éléments incontournables d’une nouvelle économie transnationale de la violence. Le point commun des conflits afghan, irakien, malien et burkinabé est ainsi une autonomisation croissante des milices par rapport au centre étatique, tandis que les objectifs de « stabilisation » consistent principalement à équilibrer le régime milicien en place afin de trouver une porte de sortie à l’enlisement des armées occidentales.

Paradigme stato-centré et révolution néo-libérale

  • 17 Derek G., The Colonial Present. Afghanistan, Irak, Palestine, Londres, Wiley, 2004 ; Gentile Gian P (...)

6Ce numéro montre l’importance du rôle de l’international dans la structuration des économies de la violence et le positionnement des entrepreneurs de violence locaux. En effet, dans la littérature scientifique comme dans la littérature grise, le caractère supposé local des groupes miliciens passe sous silence le rôle déterminant des interventions extérieures et des dispositifs internationaux qui structurent les milices. Le même constat s’observe dans les armées occidentales où les imaginaires impériaux et néocoloniaux produisent des doctrines qui mythifient l’ancrage local des acteurs miliciens 17. Les milices sont généralement décrites comme émanant du local, au sens où elles seraient l’expression de réseaux tribaux ou communautaires.

  • 18 Le terme néo-libéral désigne ici des dispositifs de gouvernement qui restructurent l’État en déploy (...)
  • 19 Pour le concept d’économie de la violence, Baczko A., Dorronsoro G., « Pour une approche sociologiq (...)

7Or, ce numéro démontre que la production des milices découle de l’évolution de paradigmes structurant l’architecture des interventions occidentales. Depuis la Seconde Guerre mondiale, deux modèles d’intervention occidentale se sont succédés avec le passage d’un modèle d’intervention stato-centré durant la guerre froide, à une « révolution néo-libérale » porteuse de structures sécuritaires différentes 18. Cette transformation du paradigme dominant produit des régimes miliciens et des économies de la violence différents 19.

8Durant la guerre froide, les interventions occidentales s’articulent fortement aux institutions étatiques des pays visés. Il s’agit de renforcer l’État au moyen de structures miliciennes sous contrôle direct de l’armée nationale. Les programmes civils opèrent depuis les institutions étatiques et sont au cœur de ces interventions. Dans le cas du développement des « villages stratégiques », observé en Amérique latine durant la guerre froide, Pamela Colombo analyse des dispositifs miliciens particuliers issus de la collaboration entre interventions américaines et les armées nationales. Le Brésil (1972-1974), l’Argentine (1976-1978), le Guatemala (1982-1985), le Pérou (1983-1985) et le Salvador (1984) fournissent des exemples inédits de construction par le haut de réseaux de sécurité à travers des programmes mixtes d’aide au développement et de stratégies militaires. Ces interventions indirectes des États-Unis visent à reprendre le contrôle du territoire en déplaçant les populations et en les constituant en milices. Les communautés affectées deviennent au passage des agents actifs de la « modernisation » et de la lutte anti-insurrectionnelle.

  • 20 Dorronsoro G., Lobato C., “The Militia in Afghanistan”, Central Asian Survey, vol. 8, n° 4, 1989, p (...)

9La création de groupes armés est alors utilisée comme un élément de renforcement de l’État. Les milices sont au service d’une administration coloniale ou d’une armée nationale. L’utilisation d’auxiliaires locaux a pour but de retourner la population contre les guérillas communistes : les populations déplacées de force deviennent les acteurs miliciens et jouent un rôle central dans les dispositifs. Le discours de « développement », « modernisation » et « planification » sont primordiaux, car ils légitiment un encadrement de la population, cherchant à l’isoler des groupes insurgés. Les forces gouvernementales ne sont pas coupées de la population tandis que l’État renforce son emprise sur le territoire en planifiant des violences à grande échelle et des déplacements massifs. Durant cette période, on note également le poids de l’idéologie dans la mise en place des programmes de développement des années Kennedy. Ces derniers défendent un projet politique « capitaliste », qui entend transformer les sociétés afin de les mettre à l’abri du communisme. Cette approche des guerres civiles selon un paradigme stato-centré s’observe également dans les interventions soviétiques, notamment en Afghanistan comme le soulignent Adam Baczko et Gilles Dorronsoso. Dans les années 1980, l’armée rouge y forme des milices qu’elle utilise comme forces supplétives de l’armée régulière afghane. Articulées de manière cohérente aux forces régulières de l’État afghan, ces dernières luttent efficacement contre les moudjahidine, ce qui permet un retrait russe en bon ordre du pays en 1989 20.

  • 21 Ce tournant est global dans le sens où il s’observe dans l’ensemble des secteurs économiques, polit (...)

10À partir des années 1990, la montée en puissance du paradigme néolibéral transforme de manière structurelle les modes d’intervention occidentaux 21. Alors que les doctrines de contre-insurrection coloniales fonctionnaient dans une logique de renforcement d’administration coloniale, dont l’État était une partie intégrante, on passe à des interventions appliquant les mêmes doctrines, mais de manière très différente, dans un contexte où les logiques transnationales l’emportent sur l’action centralisatrice de l’État.

  • 22 Bigo D., « Les conflits post bipolaires : dynamiques et caractéristiques », Cultures & Conflits, (...)

11D’une part, la vision de l’État est profondément transformée. Alors que, pendant la guerre froide, il s’agissait de renforcer les institutions pour résister au communisme, on passe à une destruction quasi systématique de ces dernières. L’État est pensé comme un acteur parmi d’autres au sein d’un système militaire internationalisé. Les institutions nationales, perçues comme une contrainte, sont sans cesse court-circuitées. Elles servent principalement à légitimer l’intervention et à avaliser des logiques de redistribution de rente entre les mains de groupes armés pro-gouvernementaux. La principale caractéristique des interventions armées devient la faiblesse des connexions avec les institutions étatiques des pays visés. Ce contournement de l’État empêche toute perspective de longue durée, la planification des opérations dépasse rarement plus d’un an, si bien qu’il est difficile d’établir une stratégie sur le long terme. De cette manière, bien que les risques inhérents à l’affaiblissement des États soient perçus comme un facteur de propagation des conflits 22, cette tendance ne cesse de s’aggraver dans l’ensemble des conflits.

  • 23 Duffield M., “Risk management and the fortified aid compound: everyday life in post-interventionary (...)
  • 24 Lund C., “Fragmented sovereignty: Land reform and dispossession in Laos”, The Journal of Peasant St (...)
  • 25 Ferguson J., Gupta A., “Spatializing states: towards an ethnography of neoliberal governmentality”, (...)

12D’autre part, ce tournant s’accompagne d’une internationalisation du mode de gouvernement promu par les interventions. On observe une augmentation du nombre d’acteurs impliqués (organisations internationales, ONG, sociétés privées, armées conventionnelles), ce qui complexifie le système de décision – qui devient multi-localisé et polycentrique – créant un affaiblissement des prérogatives étatiques et des mécanismes de contrôle. La chaîne de commandement s’allonge avec une décentralisation des décisions vers des agences internationales ou des acteurs non étatiques parties prenantes des interventions. Dans ce contexte, il devient difficile de déterminer la responsabilité dans les décisions ou de créer de la planification. Par exemple, une multitude de programmes internationaux coexistent au sein des interventions, chacun chargé de la mise en œuvre de politiques publiques dans le cadre du state-building. La conséquence de ce manque de coordination est une fragmentation de l’État 23 et une désarticulation de l’espace national dont les différents secteurs ne sont plus coordonnés par un centre de décision unique 24. Les prérogatives de l’État sont de plus en plus limitées sur le territoire 25.

  • 26 Ce turn over, l’absence de mémoire comme de conscience politique est également observé dans le mond (...)
  • 27 Gilles Dorronsoro et Adam Baczko parlent même de ségrégations entre internationaux et Afghans pour (...)
  • 28 Lindemann T., « Des guerriers pour faire la paix. L’armée américaine en Irak », Cultures & Conflits(...)

13Enfin, de nouvelles techniques de management changent la manière de faire la guerre au travers des approches favorisant la mesurabilité sous forme de classement, de notation, et de quantification. Cela réduit les interventions à des opérations purement techniques dont le politique et les calculs sur le long terme sont exclus. En conséquence, le passage à un temps court où le rythme de rotation des troupes sur le terrain augmente tandis que la connaissance précise du contexte se perd. Il n’y a que très peu d’accumulation de l’expérience qualitative au contact des pays visés, les « missions » sont surtout perçues par les opérateurs comme une étape dans le leur carrière. De plus, l’investissement est relativement superficiel, car très peu concerné par le politique, ce qui limite fortement l’efficacité des opérations 26. Pour tenter d’y remédier, les armées favorisent l’intégration d’acteurs transnationaux – organisations internationales, entreprises, représentations diplomatiques – ce qui complexifie davantage l’accès au terrain tout en favorisant les dérives bureaucratiques. Cette bureaucratisation prend la forme d’une multiplication des instances de prises de décision, chacune dotée de ses propres procédures et contraintes qui tendent à favoriser une délégation des responsabilités plutôt qu’un engagement direct sur le terrain. L’intervention fonctionne principalement comme une enclave coupée de la population, les soldats eux-mêmes ayant très peu de contacts avec cette dernière, avec l’établissement de barrières physiques et symboliques 27. Ce contexte est accentué par l’impréparation des armées face à des missions de pacification (peace building) ou de « stabilisation », l’identité organisationnelle des troupes de combat les rendant peu à même de remplir ces objectifs 28.

14Les grandes interventions occidentales post-guerre froide donnent à voir des modes d’organisation différents, non seulement au sein des armées occidentales, mais aussi dans le fonctionnement des « dispositifs miliciens ». Malgré une terminologie et des techniques relativement similaires à celles décrites par Pamela Colombo, nous verrons que les divergences en termes de réalisation sont profondes. Les guerres afghanes et irakiennes sont des laboratoires de ce type d’expérience de construction par le haut de groupes armés locaux. Les articles de Adam Baczko et Gilles Dorronsoro sur l’Afghanistan et d’Arthur Quesnay sur l’Irak montrent la grande diversité des dispositifs miliciens employés par les forces américaines : groupes criminels, formes de vigilantisme, segments sociaux armés, compagnies privées de sécurité ou encore des groupes armés revendiquant une légitimité tribale.

15Les exemples des conflits malien et burkinabé mettent également en évidence la diversité des modes d’organisation de la violence. Dans le cas malien décrit par Dénia Chebli, l’intervention française transforme radicalement la manière dont l’État malien utilisait les milices comme moyen de gestion de la dissidence politique. L’armée française réorganise autour de l’opération Barkhane une alliance sécuritaire permettant à certains chefs miliciens une ascension politique vertigineuse tout en créant un équilibre sécuritaire structurellement instable, propice à la fragmentation. Dans le cas du Burkina Faso étudié par Tanguy Quidelleur, les dispositifs miliciens se développent de manière indirecte, sous l’influence de l’attrait que constituent les ressources internationales. La guerre civile va de pair avec le développement d’une rente de l’aide internationale qui attise une économie de la protection locale. Celle-ci pousse des entrepreneurs de violence locaux à s’accaparer des missions de protection favorisant une militarisation de la société et une expansion régionale du conflit.

Le prisme communautaire des interventions occidentales

  • 29 Le glissement de la littérature vers l’identitaire renvoie à un tournant général dans les sciences (...)
  • 30 Bruno G., A Tribal Strategy for Afghanistan, Washington, Council for Foreign Relations, 2008.

16Si des schèmes de pensée hérités de la période coloniale sont fortement présents dans les interventions occidentales, le tournant néo-libéral donne un souffle nouveau aux interprétations communautaires des conflits armés 29. Avec la fin des approches stato-centrées, le facteur identitaire devient la principale clef de lecture tandis que la référence étatique n’est plus perçue comme déterminante. Il en découle des institutions sécuritaires nationales de plus en plus faibles et une valorisation des groupes armés locaux selon des logiques de réification des identités ethniques, tribales ou religieuses 30. Ces politiques identitaires ont deux effets sur la formation des dispositifs miliciens.

  • 31 Ibid.
  • 32 Olsson C., « Guerre totale et/ou force minimale ? Histoire et paradoxes des “cœurs et des esprits”  (...)
  • 33 Hoffmann K., Vlassenroot K., “Armed groups and the exercise of public authority: the cases of the M (...)
  • 34 Colombo P. (dir.), « Les villages stratégiques : politiques contre-insurrectionnelles et regroupeme (...)

17D’abord, elles contribuent à produire de nouvelles hiérarchies identitaires qui provoquent ou accompagnent une restructuration de segments sociaux 31. La formation de milices mobilise un imaginaire qui essentialise des identités dans la continuité des pratiques coloniales 32. Accéléré par le contexte de guerre civile, l’armement de populations renforce les processus d’assignation identitaire. Les modes de gouvernance des milices transforment les identités locales et réorganisent des rapports sociaux entre les groupes 33, dressant de nouvelles frontières tout en modifiant la nature des violences exercées 34. À chaque fois que les armées occidentales mettent en place une milice, on observe des effets performatifs avec une redéfinition du rapport à l’autochtonie, des limites géographiques ou encore des hiérarchies sociales. La milice pensée par les Occidentaux est presque toujours une modalité identitaire qui renvoie à une vision normative de l’autochtonie au sens étymologique. Par exemple, dans le cas de l’intervention française au Mali, Denia Chebli décrit la manière dont les schèmes de pensée hérités du colonialisme sont au cœur de la formation de milices produisant des effets performatifs qui renforcent la polarisation ethnique au sein de la population, en particulier la vision du Nord-Mali comme une zone particulièrement segmentée. En Afghanistan, les milices créées par les États-Unis restructurent les réseaux sociaux, voir ethnicisent des espaces où d’autres clivages préexistaient. Comme le montrent Adam Baczko et Gilles Dorronsoro, les interprétations identitaires des soldats américains « favorisent les stratégies d’instrumentalisation ethniques ou tribales. Les entrepreneurs de violence qui s’érigent en représentants d’une communauté obtiennent des armes et des positions de pouvoir et s’imposent ainsi comme des intermédiaires incontournables ». En Irak, les milices arabes sunnites créées par l’armée américaine entre 2007 et 2011 sont l’exemple type de groupes armés présentés comme des forces locales, mais en réalité dépendant des ressources internationales et dépourvues de bases sociales. Les combattants arabes sunnites sont directement encadrés par les troupes américaines qui désignent de manière arbitraire les « chefs tribaux » à promouvoir. Ce modèle milicien, régulièrement cité comme un exemple réussi de mobilisation locale contre Al-Qaeda, disparait avec la fin du soutien américain en 2011. Au Mali, le modèle du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) est en revanche plus complexe. Dénia Chebli explique qu’il s’agit préalablement d’un parti politique dont certains éléments coopèrent avec l’armée française. Comparé à l’Irak, le jeu autour du capital identitaire est relativement stabilisé, les groupes miliciens possèdent une réalité sociale même si la milicianisation du jeu politique redéfinit les tensions sociopolitiques en conflits communautaires.

  • 35 Grémont C., « Dans le piège des offres de violence. Concurrences, protections et représailles dans (...)

18Ensuite, la montée en puissance des approches communautaires fait de l’identitaire une ressource stratégique pour les acteurs miliciens. Ces derniers adaptent cette stratégie selon leur interlocuteurs – militaires, organisations internationales, ONG – ce qui favorise les stratégies ethniques et religieuses. Une relation dialogique, où les objectifs des acteurs locaux se mélangent avec ceux des interventions, tend à s’installer dans les conflits. L’approche communautaire des interventions est reprise, incorporée et adaptée par les groupes armés en quête de reconnaissance. De nouveaux dispositifs miliciens se structurent sous l’influence des ressources internationales et sous l’effet des stratégies des acteurs souhaitant faire carrière ou profiter d’une ascension sociale 35. Les exemples de l’Afghanistan, de l’Irak, du Mali et du Burkina Faso décrivent comment fonctionne cette co-construction, le travail d’instrumentalisation des identités mené par des entrepreneurs locaux pour se développer une position politique rencontre le besoin de légitimité des dispositifs miliciens soutenus par les armées occidentales. En conséquence, ces dernières voient leur marge de manœuvre dans la société limitée par leur propre système de cooptation-rétribution, qui les enferme dans des relations en vase clos avec des entrepreneurs communautaires objectivement peu représentatifs.

Les régimes miliciens

19Les régimes miliciens formés dans le cadre des interventions occidentales sont intrinsèquement instables. L’internationalisation de modes de gouvernance favorise l’autonomisation des milices et en retour des cycles de violences. La « prolongation des conflits » ne tient pas tant à la détérioration des conditions socio-économiques des pays du Sud, mais au fait qu’il n’existe pas, ou rarement, des mécanismes garantissant une régulation des groupes armés.

  • 36 Dans le cas de l’Afghanistan, Gilles Dorronsoro et Adam Baczko montrent que l’international fragmen (...)

20D’une part, les dynamiques d’internationalisation de la gouvernance et de décentralisation des centres de décision augmentent l’indépendance des groupes au sein des dispositifs sécuritaires 36. Là où l’on observait en Amérique latine des milices fortement encadrées par l’armée nationale, l’absence d’un centre étatique fonctionnel favorise la montée en puissance des régimes miliciens. À mesure que le conflit se prolonge, les milices sont davantage utilisées dans l’idée de ralentir les progrès de l’insurrection que de gagner la guerre, un objectif qui est d’ailleurs flou et irréalisable dans ces conditions. Ce faisant, l’usage renforcé des milices par l’international accroit la perte de souveraineté des États engageant un cercle vicieux. Dans l’ensemble des cas étudiés, les armées occidentales réagissent en choisissant une stratégie de multiplication des milices pour pallier l’affaiblissement des États et soutenir leurs opérations. Mais ce choix à court terme ne fait qu’équilibrer provisoirement le régime milicien et l’intensité des combats remonte dès que les forces occidentales se retirent. La « stabilisation » des conflits par les interventions revient ainsi à créer un équilibre social précaire, qui provoque plus de tensions qu’il n’en résout et mène presque toujours au retour de l’insurrection.

  • 37 Gayer L., Jaffrelot C., Milices armées d’Asie du Sud, Paris, Presses de Sciences Po, 2008 ; Arjona (...)

21D’autre part, la manne économique que représente l’aide occidentale incline les groupes armés à entrer en compétition pour se procurer leurs propres ressources auprès de l’intervention. Le soutien militaire et les ressources organisationnelles permettent une accumulation rapide d’un capital militaire propre, comme en Irak et en Afghanistan où les milices pro-américaines mettent seulement quelques mois à être formées. De cette manière, l’aide internationale joue un rôle déterminant dans l’apparition de mouvements armés capables de se constituer du capital militaire. La conséquence est une militarisation rapide de la société, comme le montrent les articles sur le Mali et le Burkina Faso où se multiplient les groupes se réclamant de l’autodéfense. Cette externalisation des ressources des groupes armés permet également aux appareils miliciens de se distancier vis-à-vis de leurs propres groupes sociaux d’origine, la montée de nouvelles élites miliciennes et leur politisation étant peu représentatives des systèmes sociaux locaux et largement dépendants de leur puissance tutélaire 37.

22Enfin, ce capital militaire se dévalue très rapidement au sens où sa simple reproduction implique un coût d’entretien très fort, une logique qui contraint son usage. Les interventions occidentales se singularisent par la quantité immense de ressources investies, ce qui permet aux groupes miliciens soutenus de se constituer rapidement un important capital militaire. Une fois établi, tout dépend de la capacité du groupe milicien à maintenir une rente en captant l’aide internationale, comme dans le cas de l’Afghanistan et du Mali, ou en détournant les ressources de l’État comme en Irak. Cela favorise une compétition entre les groupes armés créant un système sécuritaire où les milices sont peu coordonnées entre elles. Les conflits présentés dans ce numéro permettent d’analyser un effet récurrent de la concurrence inter-milicienne. L’afflux ou l’accumulation de ressources économiques conduit à une intensification de la violence dans une logique d’élimination des autres groupes afin de construire des monopoles.

23Au sein de ces dispositifs miliciens les acteurs armés sont libres d’établir leur propre stratégie pour trouver des ressources et négocier la conversion de leur capital militaire en capital politique ou économique. L’article sur l’Afghanistan décrit ainsi l’impact non intentionnel, mais pour autant considérable, de cette approche néolibérale en montrant le lien avec la déstructuration de l’État afghan et l’augmentation des conflits locaux entre milices. L’existence de ces milices entretient un cycle de violence favorisant le retour des insurrections dans l’ensemble des conflits post-2001 étudiés dans ce numéro. En Afghanistan et en Irak, les milices tribales pro-américaines contribuent à détruire les structures de gouvernance locales ne faisant que retarder le retour des insurgés. L’article sur le Mali décrit comment le caractère non centralisé du système milicien créé par la France permet à des chefs de guerre d’accumuler des ressources et de transformer les hiérarchies sociales, engageant une dynamique de violence extrêmement brutale. L’article de Tanguy Quidelleur sur le Burkina Faso analyse comment des groupes initialement pensés comme un moyen de stabilisation deviennent les principaux acteurs des violences dans une logique d’autonomisation politique et de reconfiguration de la hiérarchie identitaire. Pour terminer, cette logique de concurrence pour la rente peut encourager la régionalisation des conflits. L’intervention au Mali suscite des attentes dans les pays frontaliers, comme au Burkina Faso, où des groupes armés s’auto-instituent dans le but d’intégrer l’économie de rente créée par les Occidentaux. Malgré le caractère initialement périphérique du Burkina Faso par rapport au conflit Nord malien, la montée en puissance du marché de la stabilisation promue par l’intervention occidentale représente une telle concentration de ressources qu’elle renforce la dynamique de militarisation et de violence au lieu de la diminuer.

24Grâce à un terrain d’enquête exceptionnel, basé sur l’observation participante, Héloïse Grard dans son article « Qui fait “la police pour les Anglais” ? Enquête sur le quotidien des agents d’escales et de sécurité à la frontière dieppoise », étudie les modalités et les acteurs du contrôle des documents d’identité et de la lutte contre l’immigration irrégulière au niveau de la frontière entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Héloïse Grard réalise une sociologie du groupe des travailleurs de la frontière et montre la manière dont les réformes découlant du Brexit les transforment progressivement en des contrôleurs de papiers et agents de recherche des migrants irréguliers. Ce terrain d’enquête original au sein des agents de sécurité du terminal de Dieppe lui permet de s’interroger sur le fonctionnement quotidien de l’action publique (émergence de nouvelles fonctions, partage de tâches entre les groupes, gestion collective et individuelle) et sur les marges de manœuvre que les agents parviennent à s’octroyer dans sa réalisation.

25Dans la chronique bibliographique de ce numéro, David Ambrosetti présente l’ouvrage collectif Tournant social de l’international : Les organisations internationales face aux sociétés civiles, dirigé par Delphine Lagrange, Marieke Louis et Olivier Nay. Cet excellent livre organisé en onze textes analyse en profondeur le « tournant social », soit l’ouverture des Organisations internationales et de leur « écosystème » sur la « société civile ». Il décrit la manière dont cette ouverture s’opère via des stratégies de contrôles des ONG et d’une capacité des OI de « captation épistémologique » de la critique issue des espaces militants. L’ouvrage analyse également les choix opérés par les acteurs du monde social et les stratégies différenciées des ONG, mais aussi le rôle clé joué par des coalitions non gouvernementales engagées dans la lutte contre les OI. David Ambrosetti souligne ainsi l’originalité de ce travail, qui s’impose par la diversité des organisations étudiées et par la déclinaison problématique de la « question sociale » au sein des OI.

Haut de page

Notes

1 L’économie de la violence est l’organisation relativement stable des interactions entre acteurs usant de la violence, voir Baczko A., Dorronsoro G., « Pour une approche sociologique des guerres civiles », Revue française de science politique, vol. 67, n° 2, 2017, pp. 309-327.

2 Kalyvas S. N., The Logic of Violence in Civil War, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, pp. 206-207.

3 Ces analyses de type hobbesien réduisent le processus d’engagement à de simples décisions, ce qui n’est pas sans rappeler l’impasse des TCR, Arjona A., Kalyvas S.N., “Recruitment into Armed Groups in Colombia: A Survey of Demobilized Fighters”, in Guichaoua Y. (ed.), Understanding Collective Political Violence: Conflict, Inequality and Ethnicity, New York, Palgrave-Macmillan, 2011.

4 En guise d’exemple du fonctionnement en vase clos de cette littérature, voir notamment Jentzsch C., Kalyvas S. N., Schubiger L. I., “Militias in Civil Wars”, Journal of Conflict Resolution, vol. 59, n° 5, 2015, pp. 755-769; Carey S. C., Mitchell N. J., “Progovernment Militias”, Annual Review of Political Science, vol. 20, mai 2017, pp. 127-147.

5 Collier P., Hoeffler A., “On the Economic Causes of Civil War”, Oxford Economic Papers, vol. 50, 1998, pp. 563-573 ; “Homo Economicus Goes to War: Methodological Individualism, Rational Choice and the Political Economy of War”, World Development, vol. 30, n° 11, 2002, pp. 1845-1864 ; Marchal R., Messiant C., « De l’avidité des rebelles : l’analyse économique de la guerre civile selon Paul Collier », Critique internationale, n° 16, 2002, pp. 58-69.

6 Ce biais des approches normatives est notamment démontré dans l’article de Dénia Chebli, qui décrit comment certaines approches quantitatives argumentent que l’emploi des milices augmente de 50 % les chances de victoires pour les armées occidentales, voir Peic G., “Civilian Defense Forces, State Capacity, and Government Victory in Counterinsurgency Wars”, Studies in Conflict & Terrorism, vol 37, n° 2, 2014, pp. 162-184. Voir également Davis D. E., Pereira Anthony W. (eds), Irregular Armed Forces their Role in Politics and State Formation, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

7 Hashim A. S., Insurgency and Counter-Insurgency in Iraq, Ithaca, NY, Cornell University Press, 2006 ; Cordesman A. H., The Iraq War and Lessons for Counterinsurgency, Washington, D.C., Center for Strategic and International Studies, 2006 ; Biddle S., “Seeing Baghdad, Thinking Saigon”, Foreign Affairs, 2006, vol. 85, n° 2, pp. 2-14 ; Heuser B., “The Cultural Revolution in Counter-Insurgency”, Journal of Strategic Studies, vol. 30, 2007, pp. 153-171.

8 Cassidy R. M., “The long small war: indigenous forces for counterinsurgency”, Parameters: United States Army War College Quarterly, vol. 36, 2006, pp. 47-62.

9 Voir par exemple, Nagl J. A., Counterinsurgency Lessons from Malaya and Vietnam: Learning to Eat Soup with a Knife, Chicago, University of Chicago Press, 2002 ; Mc Master H. R., Dereliction of Duty: Johnson, McNamara, the Joint Chiefs of Staff, and the Lies That Led to Vietnam, New York, Harper Perennial, 1997.

10 Plusieurs travaux montrent que les techniques et les doctrines officielles de contre-insurrection ont relativement peu évolué depuis les expériences coloniales : Mockaitis T. R., “From Counter Insurgency to Peace Enforcement : New Names for Old Games ?”, in Schmidl E. A., Peace Operations between peace and war, Londres, Frank Cass, 2000, pp. 21-36 ; Olsson C., « Guerre totale et/ou force minimale ? Histoire et paradoxes des “cœurs et des esprits” », Cultures & Conflits, n° 67, 2007, pp. 35-62. Sur la réutilisation sémantique de ces termes, lire également Kitson F., Low Intensity Operations: subversion insurgency and peacekeeping, Londres, Faber and Faber, 1971.

11 Markel W., “Draining the swamp: the British strategy of population control”, Parameters, printemps 2006, pp. 35-48 ; Heuser B., “The Cultural Revolution in Counter-Insurgency”, op. cit. ; Jeffrey C. I. et al., “Review Symposium : The New U.S. Army/Marine Corps Counterinsurgency Field Manual as Political Science and Political Praxis”, Perspectives on Politics, vol. 6, n° 2, 2008, pp. 347-360.

12 Les équipes civilo-militaires en charge des populations sur les questions humanitaires et de développement sont l’héritage direct des administrations coloniales, notamment le bureau des Affaires coloniales en France. Ces équipes se retrouvent sous différentes formes dans les conflits post-Seconde guerre mondiale : Sections Administratives Spécialisées (SAS) en Algérie, Civil Operations and Rural Development Support (CORDS) au Vietnam, les Provincial Reconstruction Teams (PRTs) en Irak et Afghanistan, Horne A., A Savage War of Peace, Londres, Macmillan, 1977, pp. 108-109 et Cassidy R. M., op. cit.

13 Pour en savoir plus sur les similarités structurelles entre les doctrines contemporaines et les approches de l’époque coloniale ainsi que sur les mécanismes sociologiques de transmission et de réactualisation, lire le numéro de Cultures & Conflits dirigé par Olsson C. et Vermeren P., « Militaires et engagements extérieurs : à la conquête des cœurs et des esprits ? », Cultures & Conflits, n° 67, 2007.

14 Baczko A., Dorronsoro G., « Pour une approche sociologique des guerres civiles », op. cit.

15 Le terme de « dispositif » renvoie au programme collectif de recherches intitulé « Transformations des guerres : dispositifs privés et publics de gestion de la violence ». Il désigne l’apparition de « bandes armées, milices villageoises, groupes vigilantistes, écuries politico-militaires, groupements segmentaires, etc., mais aussi “communautés de paix”, organisations “humanitaires” de prise en charge des conséquences des conflits, […] capables de structurer des réseaux, des savoirs, des normes, des institutions autour de différents registres (guerriers, militaires, sécuritaires et humanitaires) et à différentes échelles du local (du terrain d’affrontement guerrier au terrain de la production des normes dans les officines gouvernementales ou internationales) », Bazenguissa-Ganga R., Makki S. (dir.), Sociétés en guerres : ethnographies des mobilisations violentes, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2012, p. 12. Lire en particulier : Chauveau J.-P., Bobo S., Kouassi N., Moussa K., « Milices rurales en Côte d’Ivoire durant le conflit (zone sud) : reconceptualiser le “dispositif milicien” », in Bazenguissa-Ganga R., Makki S., op. cit., pp. 23-56.

16 De nombreux auteurs montrent comment les milices travaillent le tissu social et augmentent les conflits locaux, voir Amselle J.-L., « Emballement ethnico-religieux au Mali », Communications, vol. 107, n° 2, 2020, pp. 147-161 ; Poudiougou I., Zanoletti G., « Fabriquer l’identité à la pointe de la kalache. Violence et question foncière au Mali », Revue internationale des études du développement, vol. 243, n° 3, 2020, pp. 37-65.

17 Derek G., The Colonial Present. Afghanistan, Irak, Palestine, Londres, Wiley, 2004 ; Gentile Gian P., Taillat S., Bricet des Vallons G.-H., « Les mythes de la contre-insurrection et leurs dangers : une vision critique de l’US Army », Sécurité globale, n° 10, 2009, pp. 21-34.

18 Le terme néo-libéral désigne ici des dispositifs de gouvernement qui restructurent l’État en déployant des mécanismes polycentrés basés sur un modèle entrepreneurial. Voir Ferguson J., “The Uses of Neoliberalism”, Antipode, vol. 41, n° 1, 2010, pp. 166-184 et Wacquant L., « La tornade sécuritaire mondiale : néolibéralisme et châtiment à l’aube du xxie siècle », Mouvements, n° 63, 2010, pp. 137-154.

19 Pour le concept d’économie de la violence, Baczko A., Dorronsoro G., « Pour une approche sociologique des guerres civiles », op. cit.

20 Dorronsoro G., Lobato C., “The Militia in Afghanistan”, Central Asian Survey, vol. 8, n° 4, 1989, pp. 95-108.

21 Ce tournant est global dans le sens où il s’observe dans l’ensemble des secteurs économiques, politiques et dans les trajectoires des sociétés occidentales, les armées étant un domaine parmi d’autres dont le fonctionnement est réorienté. Voir Brown W., Les Habits neufs de la politique mondiale. Néolibéralisme et néo-conservatisme, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007.

22 Bigo D., « Les conflits post bipolaires : dynamiques et caractéristiques », Cultures & Conflits, n° 8, 1992, pp. 3-14.

23 Duffield M., “Risk management and the fortified aid compound: everyday life in post-interventionary society”, Journal of Intervention and Statebuilding, vol. 4, 2010, pp. 453-474.

24 Lund C., “Fragmented sovereignty: Land reform and dispossession in Laos”, The Journal of Peasant Studies, vol. 38, n° 4, 2011, pp. 885-905.

25 Ferguson J., Gupta A., “Spatializing states: towards an ethnography of neoliberal governmentality”, American Ethnologist, vol. 29, n° 4, 2002, pp. 981-1002.

26 Ce turn over, l’absence de mémoire comme de conscience politique est également observé dans le monde humanitaire, Dorronsoro G., « Les enjeux de l’aide en Afghanistan », Cultures & Conflits, n° 11, 1993. Disponible sur : https://journals.openedition.org/conflits/431 Consulté le 26 avril 2022.

27 Gilles Dorronsoro et Adam Baczko parlent même de ségrégations entre internationaux et Afghans pour décrire cette mise à distance, Baczko A., Dorronsoro G., « La souveraineté fragmentée. Intervention internationale et guerre civile en Afghanistan après 2001 », Sociétés politiques comparées, n° 50, janvier/avril 2020. Disponible sur : https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-02951015 Consulté le 26 avril 2022.

28 Lindemann T., « Des guerriers pour faire la paix. L’armée américaine en Irak », Cultures & Conflits, n° 67, 2007, pp. 13-34.

29 Le glissement de la littérature vers l’identitaire renvoie à un tournant général dans les sciences sociales. Voir Brubaker R., « Au-delà de “l’identité” » (traduit par Junqua F.), Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 139, n° 1, 2001, pp. 66-85.

30 Bruno G., A Tribal Strategy for Afghanistan, Washington, Council for Foreign Relations, 2008.

31 Ibid.

32 Olsson C., « Guerre totale et/ou force minimale ? Histoire et paradoxes des “cœurs et des esprits” », op. cit.

33 Hoffmann K., Vlassenroot K., “Armed groups and the exercise of public authority: the cases of the Mayi-Mayi and Raya Mutomboki in Kalehe, South Kivu”, Peacebuilding, vol. 2, n° 2, 2014, pp. 202-220 ; Hoffmann K., Verweijen J., “Rebel Rule: A Governmentality Perspective”, African Affairs, vol. 118, n° 471, 2019, pp. 352-374.

34 Colombo P. (dir.), « Les villages stratégiques : politiques contre-insurrectionnelles et regroupements de populations », Critique Internationale, nº79, avril-juin 2018.

35 Grémont C., « Dans le piège des offres de violence. Concurrences, protections et représailles dans la région de Ménaka (Nord-Mali, 2000-2018) », Hérodote, vol. 172, n° 1, 2019, pp. 43-62.

36 Dans le cas de l’Afghanistan, Gilles Dorronsoro et Adam Baczko montrent que l’international fragmente la souveraineté nationale en contribuant à l’émergence de souverainetés concurrentes à l’ordre en place, Baczko A., Dorronsoro G., « La souveraineté fragmentée. Intervention internationale et guerre civile en Afghanistan après 2001 », op. cit.

37 Gayer L., Jaffrelot C., Milices armées d’Asie du Sud, Paris, Presses de Sciences Po, 2008 ; Arjona A., Kasfir N., Mampilly Z. (dir), Rebel Governance in Civil War, New York, Cambridge University Press, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arthur Quesnay, « Régimes miliciens et gouvernement transnational dans les guerres civiles »Cultures & Conflits, 125 | 2022, 7-20.

Référence électronique

Arthur Quesnay, « Régimes miliciens et gouvernement transnational dans les guerres civiles »Cultures & Conflits [En ligne], 125 | Printemps 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/23555 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.23555

Haut de page

Auteur

Arthur Quesnay

Arthur Quesnay est docteur en science politique affilié à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a notamment publié La guerre civile irakienne. Ordres partisans et politiques identitaires à Kirkouk (Karthala, 2021) et co-publié avec Adam Baczko, Gilles Dorronsoro, Syrie, anatomie d’une guerre civile (CNRS Éditions, 2016).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search