Navigation – Plan du site

AccueilNuméros125DossierDu déplacement forcé à l’auto-déf...

Dossier

Du déplacement forcé à l’auto-défense.

Techniques de contre-insurrection et politiques de développement rural durant la guerre froide globale en Amérique latine
From Forced Displacement to Self-Defense: Counterinsurgency Techniques and Rural Development Policies during the Global Cold War in Latin America
Pamela Colombo
p. 21-49

Résumés

Les programmes de villagisation forcée mis en place durant la guerre froide globale permettent d’explorer le processus de « miliciarisation forcée » de la population civile regroupée dans ces villages. Si l’enrôlement de personnes déplacées dans des milices semble avoir été une constante dans le cadre de ces programmes, comment la villagisation forcée est-elle devenue tout à la fois un outil pour combattre la « menace communiste », un programme de « développement forcé » et un dispositif destiné à forcer la miliciarisation de la population déplacée ? À partir de l’analyse de plusieurs cas en Amérique latine, et notamment celui de l’Argentine, nous voulons comprendre pourquoi le dispositif milicien n’a pas toujours eu le même degré de systématicité ni le même degré de confiance des armées locales vis-à-vis de la population à miliciariser. Cet article se veut avant tout une contribution critique à l’étude de l’appropriation locale d’une technique de contre-insurrection et de développement forcé ainsi qu’une réflexion sur les effets à long terme sur la population ayant subi un processus de miliciarisation forcée.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Circulations transnationales : villages stratégiques et milices 
Le rôle des États-Unis dans la promotion de programmes de villagisation et de miliciarisation
L’Amérique latine, laboratoire du développement du nexus sécurité-développement
La miliciarisation, circulation en Amérique latine d’une idée dans l’air du temps
Réception et réinterprétations locales : doctrine, mémoires et rumeurs sur la « collaboration » civile en Argentine
La méfiance envers la population dans la doctrine militaire de l’armée argentine
Mémoires de la collaboration

Aperçu du texte

Au début de la guerre froide, le discours sur le développement va inaugurer une actualisation des pratiques coloniales et d’interventions militaires dans des pays étrangers, paradoxalement, dans un contexte de décolonisation . Au sein de l’ample répertoire de pratiques s’inscrivant dans cette logique durant la guerre froide globale , les programmes de villagisation forcée mis en place sont particulièrement intéressants notamment pour explorer le processus de « miliciarisation forcée » de la population civile regroupée dans ces villages. Nous proposons ainsi dans cet article une réflexion sur la manière dont certains programmes civilo-militaires en Amérique latine ont promu l’idée que les communautés affectées devaient devenir des agents actifs de la « modernisation » et, simultanément, défendre ces nouvelles infrastructures bâties ainsi que les territoires (re)conquis. Nous chercherons, particulièrement, à analyser comment certaines populations rurales d’Amérique latine, devenues le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pamela Colombo, « Du déplacement forcé à l’auto-défense.  »Cultures & Conflits, 125 | 2022, 21-49.

Référence électronique

Pamela Colombo, « Du déplacement forcé à l’auto-défense.  »Cultures & Conflits [En ligne], 125 | Printemps 2022, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/23565 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.23565

Haut de page

Auteur

Pamela Colombo

Pamela Colombo est professeure au Département de Sociologie à l’Université Laval (Québec, Canada). Ses travaux portent sur les liens entre la violence étatique et l’espace. Durant les dernières années, elle a exploré le cas des luttes contre-insurrectionnelles en Amérique Latine à partir de la construction des « villages stratégiques » (1970-1980). Elle a notamment publié le livre Espacios de desaparición. Vivir e imaginar los lugares de la violencia estatal (Tucumán, 1975-1983), Buenos Aires, Miño y Dávila editores, 2017, et codirigé avec Estela Schindel l’ouvrage Space and the Memories of Violence, Landscapes of Erasure, Disappearance and Exception, Londres, Palgrave Macmillan, 2014.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search