Navigation – Plan du site

AccueilNuméros125DossierÉconomie transnationale de la vio...

Dossier

Économie transnationale de la violence et autonomisation des milices au Nord du Mali

A Transnational Economy of Violence and the Empowerment of Militias in Northern Mali
Denia Chebli
p. 95-113

Résumés

Un des paradoxes de la guerre au Mali se situe dans les agendas divergents des armées française et malienne. Alors que l’objectif de l’armée française est d’éradiquer les mouvements islamistes, celui de l’armée malienne est d’affaiblir les mouvements indépendantistes. Contrainte par la présence de forces internationales, l’armée malienne réactive un dispositif de gestion des rébellions qui consiste à fragmenter les mouvements indépendantistes en sous-traitant une partie de ses fonctions répressives à des milices locales. Ces milices qui présentent un fort caractère communautaire ont bénéficié de multiples parrainages, servant notamment dans la lutte antiterroriste auprès des forces françaises. L’article développe l’hypothèse selon laquelle la légitimation et l’usage des milices par l’international contribuent à leur autonomisation et renforcent la perte de souveraineté de l’État malien sur son propre territoire au profit des internationaux et des chefs miliciens.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Une gestion des révoltes par la fragmentation
Historicité du dispositif milicien
GATIA et MSA : des milices loyalistes pour affaiblir la CMA
Pluralité des patronages et aggravation des antagonismes sociaux
L’ascension des chefs miliciens et les prémices d’une administration milicienne transnationale

Aperçu du texte

Une partie de la littérature internationale sur les milices pro-gouvernementales s’appuie sur des méthodes quantitatives avec une ambition comparatiste. Principalement publiés dans les revues anglophones, ces travaux s’attachent à démontrer les avantages dont un État central ou une force d’intervention étrangère peuvent bénéficier par la formation de milices locales. Moins chers et plus « flexibles » que les armées nationales, les miliciens sont considérés comme plus capables d’assurer la sécurité des populations, en particulier lorsque l’appareil de sécurité étatique est faible . Pour les États concernés, les milices seraient un moyen économique d’assurer la sécurité de leurs citoyens et de projeter leur puissance . L’ancrage « ethnique » des milices est également plébiscité par cette littérature, car il permettrait de mieux cibler l’ennemi à l’intérieur de la population locale . Des travaux concluent ainsi que le recrutement de milices augmente de plus de 50 % la probabilité de vi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denia Chebli, « Économie transnationale de la violence et autonomisation des milices au Nord du Mali »Cultures & Conflits, 125 | 2022, 95-113.

Référence électronique

Denia Chebli, « Économie transnationale de la violence et autonomisation des milices au Nord du Mali »Cultures & Conflits [En ligne], 125 | Printemps 2022, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/23640 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.23640

Haut de page

Auteur

Denia Chebli

Denia Chebli est docteure en science politique de l’université Panthéon-Sorbonne. Elle a récemment publié : « Comment la violence politique pénètre-t-elle l’intimité d’un foyer ? Conversations sur une terrasse bamakoise (mai 2016) », 20&21, Revue d’histoire, vol. 151, 2021/3, pp. 35-48 ; « Cette paix qui divise : une analyse de la médiation au Mali par ses effets », Critique internationale, vol. 88, 2020/3, pp. 9-30.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search