Navigation – Plan du site

AccueilNuméros125DossierLes dividendes de « la guerre con...

Dossier

Les dividendes de « la guerre contre le terrorisme » : milicianisation, États et interventions internationales au Mali et au Burkina Faso

The Dividends of the “War on Terror”: Milicianization, States, and International Intervention in Mali and Burkina Faso
Tanguy Quidelleur
p. 115-138

Résumés

Depuis le début de la guerre au Mali en 2012 et l’intervention militaire française qui visait à chasser les djihadistes, les populations au Sahel ont connu une dégradation constante de leur sécurité. Les violences sont notamment alimentées par des groupes d’autodéfense, perçus comme des moyens de stabilisation par les États centraux qui les soutiennent. Ceux-ci se multiplient et forment un « marché de la protection », dans un contexte de mise en armes des conflits, de circulation transnationale des pratiques et d’interventions internationales croissantes. Une co-production de la violence se construit alors autour d’une lutte pour le monopole de la collaboration avec les États nationaux et leurs partenaires. Ces processus s’accompagnent d’une militarisation croissante des groupes, notamment grâce au travail d’entrepreneurs politiques. Les formes de la mobilisation par le bas diffusent le métier des armes et préparent un dispositif sécuritaire visant à susciter une intervention par le haut. Cette « milicianisation de la guerre contre le terrorisme » et les concurrences politiques qui en découlent, polarisent d’autant plus les sociétés sahéliennes et prolongent les violences.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Des reconfigurations brutales dans un contexte de « guerre contre le terrorisme »
La co-construction de l’autodéfense dans les marges de l’État : connexion au centre
Autodéfense et légitimisme étatique : émergence d’une économie morale
Se placer pour intégrer les réformes internationales
Imaginaires et pratiques du marché de la stabilisation
« Les gens vont se lancer dans une course aux armes » : hausse de la concurrence et incitations par le haut
L’attente et l’espoir d’une mobilisation
Cantonnement et mobilité des combattants
Rétribution des cadres et milicianisation de la société

Aperçu du texte

Au Sahel, le Burkina Faso et le Mali se partagent une zone géographique en pleine recomposition, dans un contexte de violence généralisée. En 2013, l’intervention de l’armée française au nord du Mali contre l’insurrection armée, avait pourtant été présentée comme un succès et une victoire militaire rapide. Les groupes djihadistes se sont ensuite dispersés, traqués par la force Serval – devenue Barkhane – et les armées nationales. L’éparpillement des djihadistes, les interventions militaires, la mise en armes des conflits agraires et sociaux ainsi qu’une autonomisation des mobilisations armées ont depuis favorisé l’apparition d’un conflit régional. Le foyer principal des violences se dessine désormais autour du centre du Mali et vers le Burkina Faso, autrefois considérés comme des zones calmes et sécurisées. Bien que les configurations nationales soient différentes, ces deux pays et leurs partenaires internationaux se trouvent désormais dans un « système de conflit  » où les violence...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tanguy Quidelleur, « Les dividendes de « la guerre contre le terrorisme » : milicianisation, États et interventions internationales au Mali et au Burkina Faso »Cultures & Conflits, 125 | 2022, 115-138.

Référence électronique

Tanguy Quidelleur, « Les dividendes de « la guerre contre le terrorisme » : milicianisation, États et interventions internationales au Mali et au Burkina Faso »Cultures & Conflits [En ligne], 125 | Printemps 2022, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/23678 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.23678

Haut de page

Auteur

Tanguy Quidelleur

Tanguy Quidelleur est doctorant en science politique à l’Université Paris-Nanterre et rattaché à l’Institut des Sciences sociales du Politique (CNRS – Université Paris-Nanterre – ENS Paris-Saclay). Depuis 2017, il conduit des terrains de recherche au Burkina Faso ainsi qu’au Mali, où ses travaux s’intéressent aux dynamiques sociales des conflits armés et de la violence.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search