Navigation – Plan du site

AccueilNuméros126DossierLa réforme des organisations inte...

Dossier

La réforme des organisations internationales de développement par le « modèle des parties prenantes »

Les effets d’un double mouvement contradictoire sur la contestation transnationale
Reforming international development organizations through the “stakeholder model”. The effects of a double contradictory movement on transnational contestation
Auriane Guilbaud
p. 19-40

Résumés

Cet article s’intéresse aux transformations des structures de gouvernance des organisations internationales intergouvernementales (OI) actives dans le champ du développement, qui s’ouvrent à la participation d’acteurs non-étatiques (ANE) considérés comme parties prenantes. En se focalisant sur deux cas d’études, celui de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et celui de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), cet article montre en particulier que le tournant des années 2010 est marqué par l’intégration de dispositifs de participation des parties prenantes dans le cadre de réformes des OI au moins partiellement inspirées par le tournant participatif des politiques de développement et le nouveau management public. Si l’un des objectifs est de produire du consensus, voire de la convergence, entre des acteurs divers – et notamment de permettre la participation formelle et conventionnelle des entreprises à but lucratif –, cet article montre que ces dispositifs engendrent également de nouvelles opportunités de contestation transnationale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Du tournant participatif de l’aide au développement à l’intégration des parties prenantes dans les réformes des OI
Un modèle aux contours flous
Le tournant participatif des politiques d’aide au développement
Des dispositifs intégrés au sein de réformes néo-managériales des bureaucraties internationales de développement
Les réformes de l’OMS et de la FAO des années 2010 : contrôler l’ouverture aux ANE en incluant le secteur privé à but lucratif de manière consensuelle
Renforcer la légitimité de l’OMS et de la FAO par des réformes incluant une ouverture aux parties prenantes
Des dispositifs pour inclure le secteur privé à but lucratif de manière consensuelle
La définition des parties prenantes et des modalités de leur participation, enjeux politiques contestés
La contestation des modalités de participation
La contestation de la catégorisation des parties prenantes

Aperçu du texte

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les politiques d’aide au développement font partie du domaine d’activité d’un grand nombre d’organisations internationales intergouvernementales (OI), en particulier de celles relevant du système des Nations unies : l’ONU et ses différents programmes – comme le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) – ainsi que des institutions spécialisées – Banque mondiale, Organisation internationale du travail (OIT), etc. Les conceptions du développement (comme la centralité des critères économiques vs. sociaux et politiques), les formes que prend l’aide au développement (par exemple prêts, travail normatif ou fourniture d’expertise), et la part du travail consacré à cette question peuvent varier selon les organisations. Toutefois, l’adoption régulière d’agendas communs pour le développement au sein des Nations unies, comme par exemple les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD, adoptés en 2000), puis les Objectifs du dév...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Auriane Guilbaud, « La réforme des organisations internationales de développement par le « modèle des parties prenantes » »Cultures & Conflits, 126 | 2022, 19-40.

Référence électronique

Auriane Guilbaud, « La réforme des organisations internationales de développement par le « modèle des parties prenantes » »Cultures & Conflits [En ligne], 126 | été 2022, mis en ligne le 03 janvier 2025, consulté le 24 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/23800 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.23800

Haut de page

Auteur

Auriane Guilbaud

Auriane Guilbaud est maîtresse de conférences en science politique à l’Institut d’Études Européennes de l’Université Paris 8, rattachée au laboratoire CRESPPA-LabToP (UMR 7217). Spécialisée en relations internationales, ses recherches portent principalement sur le rôle des acteurs non-étatiques dans les relations internationales, les organisations internationales et les politiques de santé mondiale. Elle a récemment publié : “Big Pharma, the World Health Organization, and the Co-Constitution of International Policies Against River Blindness”, in Giomi F., Keren C., Labbé M. (eds.), Public and Private Welfare in Modern Europe: Productive Entanglements, Londres, Routledge, 2022, pp. 182-209.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search