Navigation – Plan du site

AccueilNuméros126DossierDu post-conflit au développement,...

Dossier

Du post-conflit au développement, une question de temps ?

Temporalités de l’action publique et sortie de conflit en Côte d’Ivoire
From post-conflict to development, a matter of time? Timing of public action and end of conflict in Côte d’Ivoire
Marie Saiget et Jacobo Grajales
p. 61-81

Résumés

Cet article étudie la transformation des politiques du foncier rural dans le contexte ivoirien. Ce domaine d’intervention a en effet changé depuis la fin du conflit armé en 2011, quand il a été défini par des acteurs de l’aide comme relevant de l’intervention « post-conflit », avant d’être redéfini comme un vecteur de développement économique et de l’« émergence ». Cette contribution analyse les multiples jeux bureaucratiques, à Abidjan comme chez les bailleurs, à l’Agence française de développement, l’Union européenne et la Banque mondiale. Elle met en lumière la manière dont les qualifications et requalifications de l’aide au développement fonctionnent comme des instruments d’orientation de l’action publique sur le foncier. Les séquences temporelles ainsi définies offrent à la fois des cadres de référence et des ressources pour justifier et maîtriser le cours de l’action. Cette recherche est basée sur sept terrains d’enquête conduits en Côte d’Ivoire et à Paris depuis 2016.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

L’horizon de la modernité : réforme foncière et formation de l’État postcolonial ivoirien
État paysan, propriété privée et polarisation ethnique
Gouverner le foncier en temps de crise
Le foncier comme outil de la stabilisation « post-conflit » et enjeu de l’« émergence » de la Côte d’Ivoire
Temporalité de l’urgence et sortie de conflit
Vers le temps de l’« émergence » ?

Aperçu du texte

L’aide au développement joue un rôle complexe dans les situations de sortie de conflit. D’une part, car elle est appelée à soutenir les effets de stabilisation, en finançant les politiques publiques qui permettent d’asseoir la présence des États sur leur territoire et de répondre aux griefs de divers groupes sociaux. D’autre part, car elle est censée jouer un rôle central dans la reconstruction des économies, consolidant les bases pour une croissance durable, dont on espère qu’elle sera facteur de paix. Mais la poursuite conjointe de ces objectifs n’est pas sans contradictions. Considérer que le but d’une politique est d’accompagner une transition ou de stimuler le développement capitaliste implique des approches territoriales, des publics, des instruments et des financements différents. L’enjeu réside dès lors dans la qualification des situations. S’agit-il de pays encore instables qu’il faut pacifier, ou de sociétés réconciliées dont il faudrait accompagner la croissance, voire l’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Saiget et Jacobo Grajales, « Du post-conflit au développement, une question de temps ? »Cultures & Conflits, 126 | 2022, 61-81.

Référence électronique

Marie Saiget et Jacobo Grajales, « Du post-conflit au développement, une question de temps ? »Cultures & Conflits [En ligne], 126 | été 2022, mis en ligne le 03 janvier 2025, consulté le 24 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/23914 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.23914

Haut de page

Auteurs

Marie Saiget

Marie Saiget est maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Lille et chercheuse au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS). Elle mène actuellement des recherches sur les interventions « post-conflit » des organisations internationales menées en Côte d’Ivoire et au Burundi. Dans ce cadre, elle s’intéresse en particulier aux actions collectives des femmes et aux enjeux liés à la terre. Son dernier article, intitulé « L’ONU : un tiers (dé)politisant ? Médiations et conflictualités dans la mise en place du Forum national des femmes au Burundi (2012-2014) », est paru dans la revue Critique internationale, n° 94, 2022.

Articles du même auteur

Jacobo Grajales

Jacobo Grajales est professeur de science politique à l’Université de Lille, chercheur au CERAPS et membre junior de l’Institut Universitaire de France. Ses recherches actuelles portent sur la place des enjeux fonciers et environnementaux dans les politiques de sortie de conflit, ainsi que sur le rôle joué par les acteurs économiques et les milieux de l’aide au développement dans ces mêmes conjonctures. Ses terrains d’enquête actuels sont la Colombie et la Côte d’Ivoire. Son dernier ouvrage s’intitule Agrarian Capitalism, War and Peace in Colombia: Beyond Dispossession, Londres, Routledge, 2021.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search