Navigation – Plan du site

AccueilNuméros126DossierPenser le développement comme un ...

Dossier

Penser le développement comme un mythe : croyances, engagements et (in)cohérences de l’engagement coopératif au Chiapas (Mexique)

Thinking about development as a myth: beliefs, commitments and (in)coherences of cooperative engagement in Chiapas, Mexico
Raphaëlle Parizet
p. 103-131

Résumés

Cet article se penche sur le cas d’une coopérative de développement agricole réunissant des producteurs indiens de café dans la région du Chiapas au Mexique, initiée par la mission jésuite, et le confronte à l’analyse de G. Rist qui attribue au développement une direction unique et une irréversibilité. En s’appuyant sur les travaux de P. Veyne, l’article propose au contraire un réenchantement mythique du développement : ce qui est central ici, c’est la plasticité et la complexité des régimes de croyances – applaudir la coopérative n’est pas nécessairement l’ovationner. À partir d’une analyse processuelle de l’engagement, l’article cherche à comprendre les raisons d’entrée et de maintien des agriculteurs dans la coopérative. Les croyances des coopérateurs ne sont pas toutes alignées, elles s’ajustent, se contredisent et n’ont pas besoin d’être valides pour opérer. L’irréductible externalité, l’existence de figures tutélaires et d’expériences sociales partagées s’articulent à des nécessités économiques, des chevauchements de sociabilité et de solidarité, l’ensemble faisant tenir un passé collectif marqué par des conflits, des déceptions militantes et des trajectoires individuelles d’engagement.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Pour un réenchantement mythique du développement
Aider les pauvres à s’aider
L’irréductible extériorité, entre expertise et militantisme
La promotion paradoxale de l’apprentissage
Chevauchements de conflits et de solidarités
(Ré)inventer le local
La coopérative comme espace d’hybridation ou la communauté idéale
L’« autel maya », des pétards, des feux d’artifice et des orchestres à corde : des modes de « façonnement de l’engagement »

Aperçu du texte

« Par “École de café”, nous entendons un processus d’éducation populaire, dans l’action, non formelle, non scolarisée, dont l’activité ne concerne pas la promotion d’idées et de concepts, mais la recherche de résultats matériels qui aient un impact sur la décision de travailler de manière organisationnelle dans l’objectif de changer la réalité communautaire et régionale dans laquelle les communautés tseltal vivent. Les écoles agro-écologiques sont focalisées sur l’attention portée à la terre et à l’eau, le renforcement de la culture, de l’histoire propre locale, des connaissances et de la cosmovision, de la solidarité avec l’accompagnement nécessaire de la défense du territoire . »

Ce paragraphe présente un projet de développement rural entrepris par la Mission jésuite de Bachajón dans l’État du Chiapas au Mexique : il s’agit d’une coopérative agricole qui s’adresse aux communautés rurales tseltal  de la région de Chilón et Sitalá et qui est composée de producteurs de café. L’articl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaëlle Parizet, « Penser le développement comme un mythe : croyances, engagements et (in)cohérences de l’engagement coopératif au Chiapas (Mexique) »Cultures & Conflits, 126 | 2022, 103-131.

Référence électronique

Raphaëlle Parizet, « Penser le développement comme un mythe : croyances, engagements et (in)cohérences de l’engagement coopératif au Chiapas (Mexique) »Cultures & Conflits [En ligne], 126 | été 2022, mis en ligne le 03 janvier 2025, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/23999 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.23999

Haut de page

Auteur

Raphaëlle Parizet

Raphaëlle Parizet est maîtresse de conférence à l’Université Paris-Est Créteil et chercheuse au Laboratoire interdisciplinaire d’étude du politique Hannah Arendt (LIPHA). Elle a notamment publié « La dépolitisation dans les pratiques du développement. Disqualification et évitement de la contestation sociale indienne au Mexique », dans Confiner la démocratie. Les dépolitisations de l’action publique dirigé par Cécile Robert (Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2021), et « Le masque des experts. Puissance des chiffres et impuissance des “pauvres” », Cultures & Conflits, n°108, 2018, pp. 77-105.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search