Navigation – Plan du site

AccueilNuméros126Hors thèmeLa violence cartographique au cœu...

Hors thème

La violence cartographique au cœur de la relation entre l’État et les autochtones en Argentine

The cartographic violence at the core of the Indigenous-State relationship in Argentina
Alberto Preci
p. 133-151

Résumés

Cet article étudie la violence qui caractérise la relation entre l’État et les peuples autochtones en Argentine au prisme de la production cartographique institutionnelle. En mobilisant la notion de « violence cartographique », l’article montre comment les logiques d’exclusion et d’invisibilisation des autochtones ont été rendues en cartes et « en vrai », et comment cela a constitué une logique de fond, toujours d’actualité, de la construction de l’Argentine moderne. L’analyse d’un corpus de trois cartes, réalisées entre 1901 et 2016, qui représentent la portion du Chaco argentin correspondant à l’Est de la province de Salta, révèle le maintien et la reproductivité des stratégies institutionnelles de domination des autochtones, malgré un contexte socio-politique en pleine évolution.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

La lenteur de la violence d’État
Repenser la violence par les cartes
Un itinéraire cartographique en trois étapes de la violence d’État
L’invisibilisation des autochtones
La négation du droit au territoire
L’inadmissibilité de la mobilité autochtone
La violence cartographique, entre support et contexte

Aperçu du texte

La colonisation du Chaco argentin, une vaste région forestière située dans le Nord du pays, s’est déroulée entre les années 1880 et 1910 par des campagnes militaires connues sous le nom de « Conquête du désert ». Ce statut de désert ne faisait pas référence à des conditions biogéographiques mais à des espaces vidés de la présence des peuples autochtones. Comme pour d’autres pays des Amériques , cette « désertification » discursive s’est accompagnée d’une entreprise cartographique, vouée à délimiter le territoire national et à consolider le pouvoir de l’État à ses marges. L’histoire de la conquête des marges est un point crucial de l’identité nationale dans ce pays . Faute d’une langue, d’une religion ou d’une ethnie qui puisse servir de liant pour donner un corps à la Confédération argentine, les élites ont, tout au long du xixe siècle, miseé sur le territoire pour bâtir ce jeune État-nation.

Bien que le statut de désert ait longtemps maintenu le Chaco à l’écart de la trajectoire du...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alberto Preci, « La violence cartographique au cœur de la relation entre l’État et les autochtones en Argentine »Cultures & Conflits, 126 | 2022, 133-151.

Référence électronique

Alberto Preci, « La violence cartographique au cœur de la relation entre l’État et les autochtones en Argentine »Cultures & Conflits [En ligne], 126 | été 2022, mis en ligne le 03 janvier 2025, consulté le 24 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/24047 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.24047

Haut de page

Auteur

Alberto Preci

Alberto Preci est géographe, en post-doctorat à l’UMR 7227 CREDA dans le cadre du projet ANR « Interruptions. Les territoires extractifs autrement ». Ses recherches portent sur la dimension spatiale des processus de formation de la citoyenneté ainsi que sur les nouvelles mobilités des autochtones de la région du Grand Chaco. Il a récemment publié, avec P. Gautreau et B. Tallet, « Sortis du bois. Les nouvelles formes de visibilité des Wichis du Nord de l’Argentine », Espace populations sociétés [en ligne], 1-2, 2020.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search