Navigation – Plan du site

AccueilNuméros126Chronique bibliographiqueDes politiques publiques pour sai...

Chronique bibliographique

Des politiques publiques pour saisir les ressources de la diaspora

Hadrien Holstein
p. 155-158
Référence(s) :

Anne Groutel, Les deux Irlandes et la diaspora. Un attachement intéressé, Caen, Presses universitaires de Caen, 2021.

Texte intégral

  • 1 Groutel A., La coopération économique entre les deux Irlandes, Caen, Presses Universitaires de Caen (...)
  • 2 Groutel A., “American Janus-Faced Economic Diplomacy Towards Ireland in the Mid-1950s”, Irish Econo (...)

1Dans la continuité de ses travaux sur les relations économiques entre les deux Irlandes 1 et entre l’Irlande et les États-Unis 2, Anne Groutel prolonge ses réflexions sur l’évolution du rôle de l’État dans l’économie en l’articulant avec la contribution financière de la diaspora. Pour ce faire, elle se focalise sur l’établissement et l’entretien de liens entre les gouvernements des deux Irlandes et des groupes d’hommes d’affaires issus de la diaspora irlando-américaine. À travers cette histoire économique, elle retranscrit finement les évolutions des discours, des implications et des stratégies mobilisées par les autorités politiques irlandaises en fonction de leurs représentations économiques et politiques de la diaspora.

2Dans cette enquête sur le long cours allant des années 1920 aux années 2010 – et c’est là un des points forts de cet ouvrage – l’autrice revient sur la volonté constante des gouvernements irlandais de capter les ressources financières de la diaspora d’Amérique du Nord. Elle montre une véritable continuité en matière de politiques publiques, comme le prouve la succession d’initiatives gouvernementales pour fonder des groupes d’entrepreneurs irlando-américains devant servir de relais à la promotion de l’Irlande auprès de potentiels investisseurs. Si la fibre nostalgique pour le pays d’origine est mobilisée dans un premier temps, la stratégie bascule dans les années 1960 pour se concentrer sur les intérêts à investir en Irlande en raison des avantages fiscaux, de l’ouverture au marché européen et de la qualité de la main-d’œuvre. A. Groutel s’appuie sur un corpus mêlant des entretiens avec des responsables irlandais et nord-irlandais, des comptes rendus de débats parlementaires, des rapports officiels irlandais et nord-irlandais ou américains et des coupures de presse. Découpant en quatre séquences l’histoire de ces relations transatlantiques, elle montre comment le renforcement des liens entre les autorités politiques des deux Irlandes et les groupes d’entrepreneurs irlando-américains s’accompagne d’une influence croissante de ces derniers dans le champ économique, et parfois politique, irlandais.

3Durant la première séquence qui s’étend des années 1920 aux années 1950, l’écart ne cesse de croître entre l’Irlande et sa diaspora américaine. En raison de l’indépendance nouvellement acquise et du contexte de guerre civile, attirer la diaspora n’est pas une priorité pour l’Irlande tandis que l’Irlande du Nord se tourne tout naturellement vers le Royaume-Uni. Avec la prise de conscience du marché potentiel représenté par la diaspora, des initiatives gouvernementales voient le jour pour promouvoir le tourisme des irlando-américains et l’exportation de produits irlandais. À travers des festivals culturels, l’accent est mis sur la fibre nostalgique et l’identité gaélique pour attirer une diaspora pensée comme naturellement acquise pour peu que des efforts soient fournis en matière de tourisme. Tout au long de cette période, les gouvernements irlandais ne parvinrent pas à attirer et fidéliser la manne financière de la diaspora d’Amérique du Nord. A. Groutel explique ces échecs successifs par l’attitude ambiguë des Irlandais à l’égard de la diaspora, les résistances de la fonction publique dans l’organisation des festivals culturels et l’inaptitude de la majorité des entreprises à exporter, couplée à une vision très péjorative des Irlandais en vigueur dans les milieux économiques irlando-américains.

4La seconde séquence s’intéresse à une période de tournant économique en Irlande, initiée pendant les années 1950 et poursuivie durant les années 1960, où les autorités politiques des deux Irlandes décident de recourir à l’élite entrepreneuriale de la diaspora en Amérique du Nord. Ce basculement s’explique par la volonté de réduire la dépendance au Royaume-Uni de l’économie irlandaise. Dans un contexte de passage d’une politique protectionniste à une politique d’ouverture économique, l’attraction d’investissements américains en vue de créer une dynamique de développement économique prend le pas sur la dimension touristique, même si celle-ci n’est pas totalement abandonnée. En conséquence, l’élite économique de la diaspora fait l’objet d’une attention croissante en raison d’une volonté affichée d’établir des liens transatlantiques. Grâce à l’action de personnalités influentes au sein de la diaspora qui jouèrent le rôle d’intermédiaires, ces relations finissent par être formalisées aux États-Unis par la création de chambres de commerce et de groupes réunissant des investisseurs irlando-américains.

5Enfin, la troisième séquence détaille l’implication de la diaspora irlando-américaine lors de trois crises qui constituent des moments clés de l’histoire de l’Irlande contemporaine. Deux crises économiques d’une part, qui bornent cette séquence (années 1970, années 2010), et une crise politique d’autre part, qui traverse l’intégralité de la période (conflit nord-irlandais). Durant cette phase, la participation à l’économie des hommes d’affaires de la diaspora nord-américaine ne cesse de s’accroître dans des domaines allant de l’investissement économique à des partenariats dans l’enseignement supérieur. Ainsi, ceux-ci contribuèrent à l’émergence du « Tigre celtique » en faisant de l’Irlande un des pays les plus intégrés dans l’économie mondialisée et ils renflouèrent plusieurs grandes compagnies irlandaises en difficulté au moment de la crise économique de 2008, renforçant davantage la dépendance de l’économie aux investissements américains. En Irlande du Nord, plusieurs personnalités de l’élite économique de la diaspora s’engagèrent dans le processus de paix, tant en participant aux négociations qu’en permettant au Sinn Féin (aile politique de l’IRA) de bénéficier d’une représentation officielle aux États-Unis. Persuadés que paix rimait avec prospérité, ils reproduisirent en Irlande du Nord le rôle qu’ils assuraient d’ores et déjà au sud en investissant dans l’économie nord-irlandaise et en jouant les intermédiaires auprès d’autres investisseurs potentiels. Intervenant alors à des périodes charnières de l’histoire, ces acteurs y ont acquis une influence croissante dans les champs économiques et politiques irlandais. Malgré un fonctionnement opaque des organismes issus de la diaspora, leurs recommandations sont constamment citées par les gouvernements irlandais et si celles-ci ne sont pas suivies, certaines compagnies n’hésitent pas à menacer de représailles ou à quitter l’Irlande.

  • 3 Kennedy L., “A Sense of an Ending: Late-Generation Ethnicity and Irish America”, Irish Studies Revi (...)

6Enfin, en revenant sur ces dernières années dans la quatrième séquence, l’autrice interroge les effets « pervers » de la diaspora irlando-américaine pour l’Irlande en constatant son omniprésence. Pour montrer le rôle décisif de celle-ci dans le développement de politiques publiques en Irlande, elle mobilise l’exemple de la promotion insistante de l’entreprenariat, qui serait absent en raison d’une nature rétive des Irlandais à son égard. Cette mobilisation de la diaspora en faveur du développement de l’entreprenariat trouva un écho au sein du gouvernement Fine Gael arrivé au pouvoir en 2011 qui favorisa la connexion de jeunes entreprises irlandaises avec la Silicon Valley. L’ouvrage se termine alors sur une réflexion sur les liens de l’Irlande avec sa diaspora irlando-américaine sous l’angle de l’importance grandissante de ces derniers, une thématique résonnant avec des travaux récents 3.

7Si ce découpage en séquences de l’histoire économique irlandaise permet de saisir au mieux les évolutions d’un processus global, on peut se demander néanmoins – et c’est la principale limite de l’ouvrage – si celui-ci ne conduit pas à en donner un cheminement trop linéaire et désincarné. Par son aspect factuel résumé par des succès et des échecs, le déroulement de l’ouvrage peine à rendre pleinement compte des retours en arrière, des tâtonnements ou de l’immobilisme des acteurs pris dans ce processus. On regrette de ne pas pouvoir saisir toute la profondeur des compromis, des controverses ou encore des résistances ayant pu agiter les institutions irlandaises et irlando-américaines. Un tel découpage en séquence d’un processus global et complexe conduit à homogénéiser les groupes car on ne saisit pas toujours les caractéristiques sociales et territoriales des membres de la diaspora, présentés sous l’angle de l’élite entrepreneuriale, ou des institutions irlandaises, analysées au travers du gouvernement et des autorités. On aimerait en apprendre davantage sur la trajectoire sociale des figures mentionnées pour pouvoir saisir leur évolution et positionnement entre cet ensemble de sphères sociales et territoriales.

8En tout état de cause, Anne Groutel offre ici un riche travail de restitution des interactions entre les gouvernements des deux Irlandes et les membres de la diaspora irlando-américaine bien situés dans le champ économique. L’ouvrage apporte des éléments pour comprendre les convergences ou les divergences d’intérêts entre les sphères politiques et économiques prises entre le national et le transnational. Par sa démonstration, il éclaire la construction historique de l’économie actuelle des deux Irlandes.

Haut de page

Notes

1 Groutel A., La coopération économique entre les deux Irlandes, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2004.

2 Groutel A., “American Janus-Faced Economic Diplomacy Towards Ireland in the Mid-1950s”, Irish Economic and Social History, vol. 43, n°1, décembre 2016, pp. 3-20 ; Groutel A., “Irish-Owned Exporting Companies: Looking East, Looking South but Still Going West”, in Groutel A., Pauwels M.-C., Peyronel V., Revisiting the UK and Ireland’s Transatlantic Economic Relationship with the United States in the 21st Century: Beyond Sentimental Rhetoric, Londres, Palgrave Macmillan, 2017.

3 Kennedy L., “A Sense of an Ending: Late-Generation Ethnicity and Irish America”, Irish Studies Review, vol. 27, n°1, 2019, pp. 22-37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hadrien Holstein, « Des politiques publiques pour saisir les ressources de la diaspora »Cultures & Conflits, 126 | 2022, 155-158.

Référence électronique

Hadrien Holstein, « Des politiques publiques pour saisir les ressources de la diaspora »Cultures & Conflits [En ligne], 126 | été 2022, mis en ligne le 15 août 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/24075 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.24075

Haut de page

Auteur

Hadrien Holstein

Hadrien Holstein est doctorant en science politique à l’Institut des sciences sociales du politique (ISP) de l’Université Paris Nanterre. Il travaille sur les transformations des formes d’engagement des militants républicains irlandais induites par le processus de paix. Il a notamment publié « Combattre pour l’IRA : une analyse processuelle des engagements entre le civil et le combattant », Critique Internationale, n°93, 2021/4, pp. 29-50.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search