Navigation – Plan du site

AccueilNuméros127-128DossierL’universalisme républicain à l’é...

Dossier

L’universalisme républicain à l’épreuve du politique

La contestation du statut de représentant des candidats minoritaires aux élections municipales
Republican universalism put to the test of politics. Challenging the representative status of minority candidates in municipal elections
Samir Hadj Belgacem
p. 59-79

Résumés

Le droit de vote comme de se faire élire compte parmi ceux qui sont supposés symboliser le mieux la citoyenneté politique en France. La vision universelle d’un citoyen tenu par ses engagements et ses liens avec la Nation chère à la théorie politique s’avère tenir difficilement l’épreuve des faits. L’égalité supposée des citoyens et l’existence légale des droits ne rend pas ces droits effectifs pour tous. En effet, la citoyenneté politique a été une conquête tardive et obtenue de haute lutte. Cet article interroge cette égalité théorique à la représentation politique à l’aune des expériences de discriminations et de stigmatisation des candidats appartenant aux fractions minoritaires des classes populaires lors des élections municipales. À partir d’une enquête ethnographique au long cours, il montre comment certains responsables associatifs, issus des familles immigrées des pays du Maghreb et d’Afrique Subsaharienne, qui se sont engagés aux élections municipales et se sont heurtés à la contestation de leur statut de candidat pouvant représenter l’ensemble des citoyens dans l’espace politique local. Les difficultés des candidats appartenant à des minorités ethnoraciales à contrôler les principes de représentation leur étant appliqués les conduisent à contester les logiques de représentation des intérêts des habitants des cités revendiqués par les cadres et militants de gauche. Au-delà de cette étude de cas, l’article cherche à montrer l’existence d’un universel « à géométrie variable » pour les candidats minoritaires pourtant engagés dans l’acte citoyen considéré comme le plus éminent, celui de la représentation politique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Le moment « beur » et les participations individuelles sur les listes des partis majoritaires (1989-1995)
La première liste indépendante et l’apparition de l’étiquette « communautaire » (2001-2008)
La parenthèse enchantée des candidats de la « diversité » (2008-2014)

Aperçu du texte

Lors des élections municipales de mars 2020, une polémique portant sur des candidats qualifiés de « communautaristes » a agité la campagne. Initiée principalement par des élus de droite (notamment Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat) et faiblement contestée par les partis de gauche, elle visait les huit listes qu’entendait présenter l’Union des démocrates musulmans français (UDMF). Ce micro-parti, fondé en 2012, s’est fait connaître au moment des élections européennes de 2019, auxquelles il a obtenu XXX % des suffrages exprimés (soit 28 469 voix). Un projet de loi a été présenté à l’Assemblée nationale, les préfets ont été mobilisés pour « faire remonter des alertes », des députés de tous bords (du socialiste Raphaël Glucksmann à Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national) se sont inquiétés de cette « menace », avant que le gouvernement ne mette finalement un terme au débat. Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, déclarait ainsi le 7 octob...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samir Hadj Belgacem, « L’universalisme républicain à l’épreuve du politique »Cultures & Conflits, 127-128 | 2023, 59-79.

Référence électronique

Samir Hadj Belgacem, « L’universalisme républicain à l’épreuve du politique »Cultures & Conflits [En ligne], 127-128 | automne-hiver 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/conflits/24335 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.24335

Haut de page

Auteur

Samir Hadj Belgacem

Samir Hadj Belgacem est maître de conférence en sociologie à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne et rattaché au Centre Max Weber (Équipe Cultures Publiques). Ses travaux de recherche traitent des logiques d’engagement électoral et partisan dans les quartiers populaires et de la représentation politique des fractions minoritaires des classes populaires. Il est membre du programme ANR CAUSIMMI qui étudie l’espace des mobilisations de la cause immigrée en France. Il a récemment publié : avec Julien Talpin, Hélène Balazard, Marion Carrel, Sümbül Kaya, Anaïk Purenne et Guillaume Roux, L’épreuve de la discrimination. Enquête dans les quartiers populaires, Paris, Presses universitaires de France, 2021, « “De petits refus”. Conflits associatifs avec la municipalité et engagement électoral dans les cités », Sociétés contemporaines, vol. 118, n° 2, 2020, pp. 51-78, et codirigé avec Foued Nasri l’ouvrage La Marche de 1983. De la mémoire à l’histoire d’une mobilisation collective, Nanterre, Presses universitaires de Paris-Nanterre, 2018.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search