Navigation – Plan du site

AccueilNuméros127-128DossierEngagements militants tunisiens e...

Dossier

Engagements militants tunisiens en exil entre « cause anti-régime » et « causes immigrées »

Tunisian activists in exile between ‘anti-regime struggles’ and ‘immigrant struggles’
Mathilde Zederman
p. 101-122

Résumés

À partir de l’analyse croisée de mouvements politiques tunisiens antagonistes, islamiste et de gauche, exilés en France, cet article explore comment se redéploient et se recomposent les modes d’engagement pour des militants exilés et les structures associatives au travers desquelles ils agissent. Il compare la diversité des imbrications, voire des disjonctions, des modalités de luttes entre cause anti-régime et causes immigrées. Si les militants exilés tunisiens partagent une inscription de leur action sur le territoire français ainsi qu’une condition minoritaire en France, ces acteurs aux profils sociaux et ressources différenciés, et leurs organisations aux positions sociales et politiques plus ou moins légitimes, ne sont pas confrontés aux mêmes « règles du jeu » dans chaque espace militant. L’article montre que le continuum de l’engagement en contexte migratoire est central, mais doit aussi être relativisé à l’aune des rapports de pouvoir qui se révèlent et s’exacerbent dans l’imbrication de la cause anti-régime et des causes immigrées.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

S’engager « ici » et « là-bas » : une autonomisation progressive et relative des causes
Le déclin du « mythe du retour » et l’extension de l’horizon des luttes
Institutionnalisation et répression : vecteurs d’autonomisation des causes et de reconversions militantes
Des temporalités divergentes de mobilisation
Des trajectoires différenciées de reconversions militantes dans les causes immigrées
Des statuts et des engagements distincts pour les (sans-)papiers
Des modes d’engagement inégaux autour de la condition ouvrière immigrée
Des mobilisations contrastées contre l’islamophobie

Aperçu du texte

À la suite de la répression des régimes autoritaires tunisiens de Habib Bourguiba (1957-1987) et de Zine el-Abidine Ben Ali (1987-2011), une constellation d’acteurs oppositionnels, de la gauche tunisienne et du mouvement islamiste tunisien, prennent la route de l’exil et redéploient leur action anti-régime au-delà des frontières nationales, notamment en France. Certains de ces militants, qui étaient des acteurs centraux de l’opposition aux régimes autoritaires tunisiens, deviennent des pionniers des « causes immigrées » dans leur pays d’exil, dans différentes luttes autour des conditions de vie et de travail des immigrés, de l’égalité des droits et de la structuration de l’islam en France. L’analyse de l’engagement politique de mouvements tunisiens exilés en France permet d’interroger un aspect important et pourtant peu exploré de ces mobilisations : les modalités d’imbrication des engagements entre plusieurs « causes » et espaces militants à distance du pays d’origine.

Cet article ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Zederman, « Engagements militants tunisiens en exil entre « cause anti-régime » et « causes immigrées » »Cultures & Conflits, 127-128 | 2023, 101-122.

Référence électronique

Mathilde Zederman, « Engagements militants tunisiens en exil entre « cause anti-régime » et « causes immigrées » »Cultures & Conflits [En ligne], 127-128 | automne-hiver 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/conflits/24414 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.24414

Haut de page

Auteur

Mathilde Zederman

Mathilde Zederman est chercheuse postdoctorante FRS-FNRS à l’Université libre de Bruxelles, rattachée au Groupe de recherche sur les relations ethniques, les migrations et l’égalité (GERME) et à l’Observatoire des mondes arabes et musulmans (OMAM). Sociologue du politique, ses recherches portent sur l’engagement politique en exil, les mobilisations tunisiennes en France, les pratiques de recherche sur l’islam, et les mémoires militantes. Elle a récemment publié « Quelle place pour l’islam dans les luttes de l’immigration ? », Sociétés contemporaines, n° 127, 2022, pp. 5-30 (avec Margot Dazey) et « L’union fait-elle la force face à l’autoritarisme tunisien ? Dynamiques d’alliances transidéologiques en France dans les années 2000 », Critique internationale, n° 88, 2020, pp. 91-110.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search