Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130DossierRyanair en Belgique. À la conquêt...

Dossier

Ryanair en Belgique. À la conquête de la citoyenneté industrielle

Ryanair in Belgium. Conquering industrial citizenship
Bruno Bauraind et Jean Vandewattyne
p. 69-88

Résumés

Dans un contexte a priori hostile au syndicalisme et à la négociation collective, cette contribution cherche à comprendre comment les syndicalistes et certains travailleurs de Ryanair en Belgique sont parvenus à encastrer la compagnie irlandaise dans le système des relations collectives de travail belge. À partir d’une présence longue sur le terrain (2011-2022) et d’entretiens répétés avec les acteurs, nos résultats montrent que l’entreprise multinationale néolibérale, dont Ryanair est l’archétype, n’exclut pas de facto la possibilité d’une forme de citoyenneté industrielle collective, autonome et conflictuelle. Au contraire, certaines propriétés du modèle productif de la compagnie aérienne, fondé sur les bas salaires et l’antisyndicalisme, ont été mobilisés et instrumentalisés par les salariés et les syndicalistes pour implanter une représentation syndicale au sein de la filiale belge. Plus largement, cette adaptation stratégique du syndicalisme à la configuration néolibérale de l’entreprise permet de nourrir le débat sur le renouveau ou la recomposition du syndicalisme en Europe de l’Ouest.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

La citoyenneté au travail sous tension 
Citoyenneté industrielle contre citoyenneté marchande
Syndicalisme en contexte hostile
Sur la citoyenneté industrielle en Belgique
L’antisyndicalisme comme condition d’un modèle « ultra low cost »
Un modèle productif « bas salaires »
Les stratégies antisyndicales
Les déterminants d’une participation collective, conflictuelle et autonome
La citoyenneté sociale comme préalable à l’engagement syndical
Quand l’antisyndicalisme produit du syndicalisme
Une participation conflictuelle à l’entreprise

Aperçu du texte

En 2019, soit à peine près de quatre décennies après sa création, la compagnie aérienne low cost Ryanair est devenue la plus grande compagnie européenne en termes de passagers transportés. La croissance de ses activités repose en grande partie sur l’ouverture de bases, des aéroports dans lesquels elle affecte des avions et le personnel nécessaire pour les faire voler. Début 2023, elle compte 83 bases réparties dans près de 15 pays européens. Au total, elle dessert 240 aéroports et assure quotidiennement près de 3 000 vols. Autres signes de cette croissance particulièrement remarquable au regard de la réalité du secteur en Europe, elle a doublé son chiffre d’affaires entre 2011 et 2019, qui a atteint 8,4 milliards d’euros. Alors qu’elle n’employait que 1 467 travailleurs en 2001, elle en compte plus de 19 000 en 2022. Si l’on fait exception des années impactées par les mesures prises dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19, Ryanair est une compagnie structu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Bauraind et Jean Vandewattyne, « Ryanair en Belgique. À la conquête de la citoyenneté industrielle »Cultures & Conflits, 130 | 2023, 69-88.

Référence électronique

Bruno Bauraind et Jean Vandewattyne, « Ryanair en Belgique. À la conquête de la citoyenneté industrielle »Cultures & Conflits [En ligne], 130 | été 2023, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/conflits/24893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.24893

Haut de page

Auteurs

Bruno Bauraind

Bruno Bauraind est politologue (UCLouvain, Université Saint-Joseph de Beyrouth et UMons). Il est le secrétaire général du Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative (Gresea). Ses recherches portent sur le monde contemporain de la grande entreprise (internationalisation, restructuration, concentration), sur les relations de travail qui s’y structurent et le syndicalisme. Il est membre du Groupe d’analyse des conflits sociaux (GRACOS).

Jean Vandewattyne

Jean Vandewattyne, docteur en sociologie, est enseignant à l’Université de Mons (UMons) et à l’Université libre de Bruxelles (ULB). Ses recherches portent sur le monde de l’entreprise, le management et les relations professionnelles. Il est notamment membre du Groupe d’analyse des conflits sociaux (GRACOS) et du CR 25 Sociologie du syndicalisme et des relations professionnelles de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search