Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130DossierLes recompositions d’une forme de...

Dossier

Les recompositions d’une forme de « citoyenneté docker »

La lutte contre la circulation des armes d’un collectif de travailleurs du port de Gênes
The recompositions of a form of “docker citizenship”. The fight against the circulation of weapons by a collective of Genoa port workers
Julien O’Miel
p. 89-115

Résumés

Depuis les années 1990, les terminaux portuaires sont privatisés et le statut protecteur des dockers est remis en cause. Tout semble donc concourir à des processus de dépolitisation du travail. Pourtant, le cas du collectif autonome des travailleurs portuaires de Gênes, engagé dans une lutte contre la circulation des armes, donne à voir la persistance dans l’espace portuaire génois de mobilisations politiques radicales. À partir de ce cas, cet article interroge les recompositions d’une forme de « citoyenneté docker ». Ce collectif inscrit dans les luttes locales étudiantes et antifascistes entre en conflit avec le syndicat majoritaire pour intégrer un syndicat basiste visant à réintroduire de la conflictualité au port. Leur perspective radicale les amène suite à la publicisation de la circulation d’armes dans le port, à la constituer en cause. Prenant conscience de la force que leur octroie leur position au sein du capitalisme logistique en termes de filtrage de la marchandise indigne, ils s’insèrent dans l’espace européen des luttes antimilitaristes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Se mobiliser au travail et en dehors du travail : un collectif de travailleurs ancré dans les luttes locales
Des dockers opéraïstes et antifascistes
Des syndicalistes en rupture de ban
Une classe pour les autres : des gatekeepers de la marchandise juste
Apprendre de sa position dans le capitalisme logistique : visibilisation et mobilisation contre les armes
Désectorisation et transnationalisation d’une cause : l’entrée en scène des dockers génois dans l’espace européen des mobilisations antimilitaristes

Aperçu du texte

Notre première rencontre avec des membres du Collettivo autonomo dei lavoratori portuali  (CALP) de Gênes se déroule le 13 novembre 2021, à Port-de-Bouc, petite ville communiste proche de Marseille. Au cinéma local, à l’initiative des travailleurs portuaires de la ville et de membres d’Amnesty international, les dockers italiens sont invités à présenter leur lutte singulière contre la circulation des armes. À cette occasion, le documentaire d’Alain Tanner, Les hommes du port [1995]  sert de base à la discussion . Ce dernier y décrit notamment la spécificité de la Compagnia Unica Lavoratori Merci Varie  (CULMV), qui dispose à cette époque du monopole de la distribution du travail sur le port. L’organisation autogestionnaire de la CULMV fait la fierté des travailleurs interrogés qui la relient à son identité anarchiste et communiste , à l’instar de son consul historique, Paride Batini .

La CULMV est par ailleurs particulièrement encastrée dans l’aire communiste et la Confederazione Gen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien O’Miel, « Les recompositions d’une forme de « citoyenneté docker » »Cultures & Conflits, 130 | 2023, 89-115.

Référence électronique

Julien O’Miel, « Les recompositions d’une forme de « citoyenneté docker » »Cultures & Conflits [En ligne], 130 | été 2023, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/conflits/24956 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.24956

Haut de page

Auteur

Julien O’Miel

Julien O’Miel est maître de conférences en science politique. Ses recherches actuelles portent sur les mobilisations de travailleurs portuaires. Il développe l’usage des images dans ses enquêtes. Il a également travaillé sur la sociologie de l’expertise et l’action publique. Il a récemment publié, avec Magali Nonjon et Julien Talpin, « Quand la carte fait loi. Cadrage et légitimation statistique de la réforme de la géographie prioritaire de la politique de la ville » in T. Aguilera et al. (dir.), Les cartes de l’action publique. Pouvoirs, territoires, résistances, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search