Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130Chronique bibliographiqueLes gros bras du capital

Chronique bibliographique

Les gros bras du capital

Lecture croisée des livres de Laurent Gayer et de Matteo Millan et Alessandro Saluppo
Mohamed Slim Ben Youssef
p. 131-136
Référence(s) :

Laurent Gayer, Le Capitalisme à main armée. Caïds et patrons à Karachi, Paris, CNRS Éditions, 2023, 416 p.

Matteo Millan, Alessandro Saluppo (eds.), Corporate Policing, Yellow Unionism, and Strikebreaking, 1890-1930. In Defence of Freedom, Londres et New York, Routledge, 2020, 298 p.

Texte intégral

1Sur quels acteurs le patronat peut-il compter pour mater la dissidence ouvrière ? Comment l’ordre industriel se reproduit-il alors même qu’il se trouve plongé dans des désordres urbains systémiques ? Quels sont les rapports entre les ordres privé et public de la coercition patronale ? Deux parutions récentes proposent des réponses originales à ces questions. En montrant des patrons fébriles face aux diverses menaces à l’ordre capitaliste, les deux livres explorent les multiples facettes de la coercition patronale dans des contextes nationaux contrastés. Ils invitent à réinterroger la place de la violence dans la reproduction du capitalisme et dans le maintien de la domination de classe. Alors que la littérature tend à se désintéresser de la coercition au travail au profit des phénomènes de consentement et d’adhésion, ces deux nouvelles parutions font la part belle à la contrainte physique dans l’analyse des rapports sociaux de production.

2Le livre de Laurent Gayer s’intéresse aux auxiliaires multiples de la domination patronale dans la ville de Karachi au Pakistan, capitale économique et plus grande ville du pays. En enquêtant sur des configurations productives autant que coercitives, l’auteur brosse le portrait saisissant d’un ordre industriel sur une période assez large, allant des années 1950 jusqu’au très contemporain. Son investigation empirique des mondes industriels karachites se déroule entre 2015 et 2022, et il mène durant cette période près de 160 entretiens avec des acteurs sociaux divers dont des travailleurs, des salariés de l’encadrement, des syndicalistes, des avocats et des membres des forces de l’ordre. Combinée à des séjours archivistiques aux États-Unis et au Royaume-Uni, cette enquête donne lieu à un matériau bien fourni et alimente une réflexion informée. L’auteur y soutient que, dans un contexte où les enjeux sécuritaires et productifs s’imbriquent, les processus d’accumulation des richesses et de la coercition sont inséparablement soumis à la loi des rendements décroissants. Discutant une vaste littérature sur la répression anti-ouvrière dans différents contextes nationaux, l’étude fouillée de configurations industrielles karachites, notamment dans les secteurs textile et pharmaceutique, permet à l’auteur de décrire l’extrême labilité d’une coercition pourtant violente, pesant de toutes ses forces sur les classes populaires de la mégapole pakistanaise. La main armée du capitalisme à laquelle renvoie le titre n’est pas toujours celle des capitalistes, et les industriels doivent toujours s’accommoder de professionnels de la coercition autonomes et aux allégeances fuyantes pour sécuriser leurs approvisionnements et tenir en respect les classes ouvrières. Mobilisant une approche synoptique inspirée de la sociologie configurationnelle de Norbert Elias, le livre met en place un dispositif percutant d’administration de la preuve, fort d’une enquête qualitative qui se déroule entre 2015 et 2022. Le lecteur appréciera les images qui concluent le texte, et pas seulement pour leur beauté. Elles témoignent d’une pratique au long cours de la photographie et l’auteur en fait un usage méthodologique, en l’envisageant aussi bien comme technique d’archivage que comme opérateur d’une écriture agréablement visuelle.

3Le deuxième ouvrage, codirigé par Matteo Millan et Alessandro Saluppo, est collectif et rassemble des contributions d’historiens et d’historiennes. Faisant écho au livre de L. Gayer de par la thématique traitée, il en diffère par le cadre spatio-temporel de son analyse et par ses ancrages disciplinaires et méthodologiques. Le livre cherche à dépasser les apories du nationalisme méthodologique en matière d’analyse des dispositifs de répression des classes ouvrières en établissant un large tableau comparatiste. Il propose une meilleure compréhension de la fragmentation de l’ordre public et des relations de travail lors de périodes de tensions sociales et politiques extrêmes. En s’intéressant aux stratégies antisyndicales des élites patronales européennes et au-delà, de la Belle Époque à l’entre-deux-guerres, les textes qui le composent analysent une gamme étendue de pratiques coercitives impliquant des acteurs publics et privés. Traversant plusieurs contextes nationaux entre 1890 et 1930, le livre examine des réponses plus ou moins institutionnelles que les capitalistes apportent face au spectre du mouvement ouvrier qui hante l’Europe depuis le xixe siècle. L’anxiété patronale trouve son exutoire dans une réaction disproportionnée à la dissidence ouvrière, se traduisant par des pratiques de strikebreaking qui impliquent recours à la violence, manipulation des divisions ethno-raciales et usage stratégique du turn-over.

4Ces deux publications mettent à plat des thèses importantes qu’il convient d’examiner. Celles-ci se rapportent au degré de monopolisation de la violence légitime et autorisent à repenser les dualités opposant la société et l’État, le public et le privé ou le travail et le hors-travail.

Plus-value coercitive et anxiété patronale

5Les deux livres invitent à repenser la richesse du répertoire coercitif des employeurs, rapporté à une offre souvent pléthorique de la contrainte physique. Dans son texte, L. Gayer montre toute la diversité de ce qu’il appelle « les auxiliaires de la domination patronale ». Il en ressort une coercition fébrile, dont les rendements décroissants sont dus à la surabondance des prestataires de la contrainte. En effet, l’autonomie de ces alliés du capital industriel en fait des partenaires circonstanciels, dont les intérêts peuvent être sensiblement divergents de ceux de leurs donneurs d’ordre. Le positionnement de ces acteurs coercitifs à l’interface du monde usinier et d’autres espaces sociaux se traduit par une ambivalence structurelle : les ressources coercitives qu’ils puisent dans ces espaces sont précieuses pour le patronat, mais leurs ancrages multiples sont au principe d’une différenciation des intérêts qui, à d’autres moments, freinent leur fonction coercitive. Il en résulte une certaine mécanique de la coercition patronale : soumise à une baisse tendancielle du fait de son hétéronomie, elle fait l’objet d’une (dé)stabilisation permanente. L’analyse des « entrepreneurs de violence au service de la violence des entreprises » (p. 42) dépeint ce spectre foisonnant d’acteurs de la contrainte. Les figures du dada, caïd jouissant d’une autorité de « grand frère » dans le quartier, et de son cousin illégitime, le Goonda, lumpen violent et peu scrupuleux, incarnent les loyautés versatiles d’auxiliaires coercitifs situés à cheval entre le monde usinier et la vie de quartier. L’ambivalence caractéristique de ces figures est inquiétante pour un patronat industriel soucieux de diversifier son répertoire répressif, même s’il ne manque pas de choix à cet égard. L’expansion vertigineuse du marché de la protection au Pakistan procure aux industriels de nombreux prétendants à ce rôle, et tout se passe comme si l’offre coercitive de plus en plus pléthorique lui était aussi bien rassurante qu’anxiogène. Ainsi, il peut notamment compter sur certains partis politiques et groupes islamistes, véritables gatekeepers dans l’accès aux services publics disponibles pour la population. Mais si leurs ressources coercitives peuvent être mobilisées afin de discipliner la main d’œuvre, la présence concurrente de leurs militants au sein de l’entreprise menace l’ordre usinier. Il s’ensuit une recherche de la lisibilité économique et sécuritaire dans un contexte incertain. Outre les fauji, ces militaires reconvertis appelés à la rescousse dès les années 1950, les nouveaux arrivants sur la scène sécuritaire se multiplient. Ainsi assiste-t-on à la systématisation d’une « prophylaxie sociale », confiée notamment aux contractors, ces agents recruteurs bien implantés dans la vie de quartier et dotés d’un contrôle sur l’accès à des services urbains essentiels (p. 49). Le lecteur est frappé par les nombreuses figures d’autorité décrites par L. Gayer, à l’interface des mondes usiniers, des métiers de la coercition, de la vie de quartier et de l’espace politique, illustrant toute la richesse du spectre de la domination patronale à Karachi.

  • 1 Pallotta J., « Bourdieu face au marxisme althussérien : la question de l’État », Actuel Marx, n° 58 (...)

6Les contributeurs à l’ouvrage codirigé par M. Millan et A. Saluppo montrent également le spectre très large des acteurs de la coercition patronale, cette fois à l’aube du xxe siècle. Le prisme des luttes sociales permet aux différents auteurs de saisir la pluralité des acteurs et pratiques de la violence antisyndicale qui se déploient au moment des grèves. Les entrepreneurs de violence décrits sont plus ou moins autonomes des intérêts patronaux et peuvent avoir leur agenda propre. C’est notamment le cas du mouvement anti-grèves en Russie au lendemain de la révolution de 1905, analysé par Georges Gilbert. Loin d’être de simples surnuméraires de la répression des grèves ouvrières, les groupes qui le composent ont leur épaisseur idéologique propre et revendiquent un projet politique millénariste de restauration d’une Russie fantasmée. À rebours d’un « fonctionnalisme du pire » relevé par Pierre Bourdieu, considérant la domination comme un phénomène implacable s’exerçant par des « appareils 1 », l’analyse y montre que ces groupes se trouvent davantage dans une alliance circonstancielle avec la bourgeoisie industrielle. Force est de constater pourtant qu’ils n’en contribuent pas moins à « résoudre » le problème ouvrier. Un autre texte sur la Russie, celui de Volodymyr Kulikov et Irina Shilnikova, insiste sur la panique qui travaille les industriels et les élites politiques dans la période précédant la révolution de 1905. Cette peur de la perte de contrôle sur les classes subalternes déteint sur les modalités de la répression anti-ouvrière, et les industriels autant que les appareils répressifs d’État affrontent côte-à-côte cette montée de l’action collective dans les usines.

Un oligopole de la violence coercitive ?

7Cette multiplicité des acteurs de la coercition patronale invite à nuancer la thèse wébérienne de la monopolisation de la violence légitime par les pouvoirs souverains. L. Gayer l’écrit clairement : « la majorité des États modernes n’ont jamais cherché à désarmer intégralement leur société et leurs agents ont appris à coexister avec divers détenteurs privés de moyens de coercition » (p. 116). Ce constat fait écho à la nuance qu’il apporte à une autre hypothèse classique : celle d’une baisse tendancielle de la contrainte physique dans les rapports sociaux de production par la bureaucratisation de la discipline usinière (p. 73), formulée dans Le Capital de Marx. Le rôle des acteurs susmentionnés, mais aussi la forte expansion du marché de la sécurité privée – relevée d’ailleurs dans l’ouvrage de M. Millan et A. Saluppo – appuient davantage l’hypothèse d’une oligopolisation de la violence coercitive. Or, en s’armant de l’approche configurationnelle de N. Elias, L. Gayer nous met en garde contre les apories d’une interprétation fonctionnaliste de cette privatisation de la contrainte. Loin de se réduire à des polices privées du capital, les différents auxiliaires de la domination patronale à Karachi forment une configuration plutôt instable, orientée vers des fins d’accumulation des profits et de la coercition.

8Sous d’autres cieux et à une époque différente, le livre codirigé par M. Millan et A. Saluppo aboutit à des conclusions similaires. Documentant les pratiques du vigilantisme en Grande-Bretagne entre 1911 et 1914, A. Saluppo analyse les processus de délégation de la violence à partir du cas de la Volunteer Police Force. Créée à la veille de la Première Guerre mondiale à l’initiative de l’aristocratie et des classes moyennes supérieures, cette organisation anti-ouvrière usait de violence afin de préserver l’ordre social des turbulences ouvrières. De même, la transnationalisation de l’action patronale dans la même période ne se fait pas sans brouillage des frontières entre ordre public et ordre privé de la répression antisyndicale. C’est ce que montre le chapitre de Pierre Eichenberger qui traite de la mobilisation transnationale des industriels européens à l’orée de la Grande Guerre. Le recours aux « briseurs de grève », main-d’œuvre précaire et importée, par ces patrons européens coalisés, s’accompagne du déploiement d’agents privés qui usent de la violence pour faire cesser les grèves, souvent avec la complaisance plus ou moins silencieuse des autorités policières. Dans le prolongement du Gilded Age aux États-Unis, le phénomène est encore plus marqué au début du xxe siècle, période pendant laquelle prospère le vigilantisme armé, documenté dans le chapitre de Vilja Hulden et Chad Pearson.

Le chaos créatif des désordres : mondes industriels et (in)sécurité

9L’incertitude sécuritaire systémique de Karachi ne l’empêche pas d’être la capitale économique et financière pakistanaise, comme le souligne L. Gayer dans la conclusion de son livre. Malgré la permanence des désordres urbains, le dysfonctionnement des services publics et des infrastructures déficientes, la ville continue d’attirer les capitaux. À rebours d’une autre thèse wébéro-marxiste, ce paradoxe apparent montre que l’accumulation capitaliste peut se passer de stabilité politique et sécuritaire (p. 400). Tout au long de son livre, l’auteur restitue les conditions d’un étonnant accommodement patronal aux désordres urbains, envisagés comme opérateurs à part entière de l’ordre industriel. Les entrepreneurs font feu de tout bois afin de sécuriser leurs approvisionnements et de discipliner la main-d’œuvre, en puisant dans les ressources pléthoriques de la pègre, des groupes religieux armés, des sociétés de sécurité privée et des organisations paramilitaires. Opérateurs de lisibilité, ces acteurs prouvent que l’ordre peut être créé à partir du désordre, au prix de brouillages entre les enjeux sécuritaires et ceux liés à l’accumulation économique et aux rapports de travail. Dans le cadre d’une politique économique pakistanaise surdéterminée par une « pensée stratégique catastrophiste » (p. 92), ancrée dans une histoire de conflit indépendantiste avec l’Inde voisine, les travailleurs se voient dépossédés de leurs droits sociaux dès les années 1950, sacrifiés sur l’autel de la sécurité nationale. Le processus n’est pas dénué d’une certaine continuité, et le chapitre 6 montre comment la législation antiterroriste des années 1990 a donné lieu à un agencement renouvelé du capital et de la coercition. Dans un contexte de floutage entre les tâches de défense et celles de police, l’arsenal juridique antiterroriste sert aussi à renforcer le dispositif de répression des mobilisations ouvrières. Les désordres urbains contribuent également à façonner l’ordre industriel en renforçant une panique obsidionale chez les patrons. Dans une veine foucaldienne, L. Gayer montre comment ces derniers développent des pratiques de « pouvoir/mouvoir » s’apparentant à un savoir/pouvoir sur les mobilités, afin de se prémunir des illégalismes populaires des quartiers environnants. Pour contrôler les flux de marchandises et de travailleurs, les patrons de la Sindh Industrial Trading Estate, la plus grande zone industrielle karachite, recourent à un profilage de la population ouvrière et exercent un contrôle sur les mobilités populaires, assignant aux dominés un statut frappé du sceau de l’inertie urbaine (p. 303).

10Ces deux ouvrages éclairent les processus d’ordonnancement précaire de la coercition patronale et de la répression des classes ouvrières. S’ils convergent vers une approche qui réinterroge la place de la violence physique dans la domination de classe, ces deux livres questionnent aussi les capacités répressives du capitalisme dans les moments de tensions sociales, politiques et sécuritaires, aussi bien dans son centre qu’à sa périphérie et à des époques différentes. La lecture conjointe de ces deux textes peut faire naître la tentation structuraliste de voir dans la permanence phénoménale de cette coercition un invariant du mode de production capitaliste. Néanmoins, la richesse de leur démonstration prouve que rien ne vaut le gain méthodologique de la description attentive aux acteurs, aux pratiques et à la construction sociale des ressources de la domination. Les deux livres montrent certes l’étendue du répertoire coercitif des possédants et ses effets contraignants sur les classes ouvrières, mais dépeignent aussi une domination anxieuse et fragile, jalouse d’une plus-value tendanciellement décroissante et plus ou moins dépendante de ses adjuvants.

Haut de page

Notes

1 Pallotta J., « Bourdieu face au marxisme althussérien : la question de l’État », Actuel Marx, n° 58, 2015, pp. 130-143. https://doi-org.lama.univ-amu.fr/10.3917/amx.058.0130

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Slim Ben Youssef, « Les gros bras du capital »Cultures & Conflits, 130 | 2023, 131-136.

Référence électronique

Mohamed Slim Ben Youssef, « Les gros bras du capital »Cultures & Conflits [En ligne], 130 | été 2023, mis en ligne le 26 décembre 2023, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/conflits/25101 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.25101

Haut de page

Auteur

Mohamed Slim Ben Youssef

Mohamed Slim Ben Youssef est doctorant en sociologie politique (Mesopolhis/ IREMAM) et ATER à l’Université de Lille (CERAPS). Il a notamment publié : « Celui qui paie le café en entretien. Mises en scène de la “modestie” en milieu ouvrier en Tunisie », Mondes arabes, vol. 2, n° 2, 2022, pp. 167-180 ; « Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de l’usine Technoverre en Tunisie », Confluences Méditerranée, vol. 111, n° 4, 2019, pp. 15-28.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search