Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131-132Dossier« Du sang et des têtes » ou « Des...

Dossier

« Du sang et des têtes » ou « Des maisons, des voitures et de l’argent liquide » ?

Luttes définitionnelles de l’anticorruption au Mexique 
“Blood and heads” or “Houses, cars and cash”? Anti-corruption definitional struggles in Mexico
Romain Busnel et Hélène Combes
p. 25-46

Résumés

À partir du cas mexicain, cet article interroge les luttes définitionnelles et professionnelles qui se jouent entre pouvoir judiciaire et ONG issues de la société civile autour de la mise en œuvre des dispositifs institutionnels anticorruption. Depuis la transition démocratique mexicaine, la société civile s’est livrée à un triple travail de dénonciation, de lobbying et d’insertion dans les institutions étatiques lors de croisades morales successives (fraudes électorales, devoir de transparence, etc.). Pourtant, malgré un contexte national et international favorable et une participation active au design du Système national anticorruption, les acteurs de la société civile ont été, en partie, marginalisés au profit du pouvoir judiciaire. Aujourd’hui, à travers les luttes morales derrière ces enjeux professionnels, ce sont bien des perceptions différenciées de ce que signifie « lutter contre la corruption » qui contribuent autant à instaurer une méfiance réciproque entre société civile et pouvoir judiciaire qu’elles contraignent le travail réalisé au sein des institutions.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

La formation d’un espace de l’anticorruption
Des élections à la corruption : des luttes historiquement investies par la société civile mexicaine depuis les années 1990
Unis dans la dénonciation : des collaborations entre experts et journalistes d’investigation
Un tournant institutionnel pour lutter contre la corruption
Le système national anticorruption (SNA), un dispositif institutionnel crée par et pour les experts ?
L’anticorruption entre les mains du pouvoir judiciaire…
… sous l’œil défiant de la société civile

Aperçu du texte

Mexico. Octobre 2021. 21h30. Installée près de la fenêtre de cette cafétéria typique de la capitale avec ses banquettes en simili cuir, je regarde le flux ininterrompu de voitures sur l’avenue Tlalpan. Elle entre enfin et nous nous reconnaissons sans nous connaître. Elle a accepté de me parler, non pas car je suis chercheure, mais parce que je suis une très vieille amie de son ancien chef, « le meilleur qu’elle ait jamais eu ». Fébrile, la policière s’excuse du retard et me lance immédiatement : « J’ai eu une journée de folie… On a arrêté Lozoya ». L’information a peut-être déjà fuité dans la presse mais je ne suis pas encore au courant. Elle est visiblement ravie de l’effet que produit sur moi cette nouvelle. En confiance, le débit rapide, elle me raconte alors avec force détails l’interpellation de l’ancien directeur de la compagnie nationale Pemex et principal suspect dans l’affaire Odebrecht .

Mexico. Octobre 2022. 21h. Quand elle s’assoit enfin à ma table, toujours dans la même...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Busnel et Hélène Combes, « « Du sang et des têtes » ou « Des maisons, des voitures et de l’argent liquide » ? »Cultures & Conflits, 131-132 | 2024, 25-46.

Référence électronique

Romain Busnel et Hélène Combes, « « Du sang et des têtes » ou « Des maisons, des voitures et de l’argent liquide » ? »Cultures & Conflits [En ligne], 131-132 | automne-hiver 2023, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/conflits/25258 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x99

Haut de page

Auteurs

Romain Busnel

Romain Busnel est chargé de recherches FRS-FNRS au CEVIPOL à l’Université Libre de Bruxelles. Ses recherches portent sur le rapport aux activités illicites et à l’État dans une perspective comparée, qu’il développe autour de la défense de la coca au Pérou et en Bolivie, la lutte anticorruption au Mexique et les mobilisations de personnes migrantes à la frontière sud mexicaine.

Articles du même auteur

Hélène Combes

Hélène Combes est directrice de recherche au CNRS, rattachée au CERI Sciences Po. Elle a dirigé la revue Critique internationale de 2017 à 2023. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages en français et en espagnol. Le dernier, De la rue à la présidence. Foyers contestataires à Mexico, est paru en mai 2024 aux Presses du CNRS.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search