Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131-132DossierFaire des organisations anti-corr...

Dossier

Faire des organisations anti-corruption un levier de réforme des États ? Importation et domestication de l’Open Government Partnership (OGP) en Argentine et Tunisie

Making anti-corruption organizations a lever for state reform? Importing and domesticating the Open Government Partnership (OGP) in Argentina and Tunisia
Quentin Deforge
p. 47-72

Résumés

Cet article étudie en quoi l’Open Government Partnership (OGP) contribue à redéfinir les relations de pouvoir qu’entretiennent les organisations anti-corruption avec les gouvernements. Sur la base d’entretiens, de l’observation d’événements internationaux et de l’étude de documents de travail, il étudie pour cela sa création à l’initiative de l’administration Obama en 2011, puis son importation en Argentine, à partir de 2012, et en Tunisie, à partir de 2013. L’article montre d’abord en quoi l’OGP s’appuie sur un instrument spécifique, les « plans d’action OGP », dans le but d’instituer une forme de gouvernementalité transnationale, supposée mettre les organisations anti-corruption en capacité de contraindre leurs gouvernements à mener les réformes. La dimension comparative permet ensuite d’étudier l’importation de ce mécanisme en le distinguant de ce qui relève des singularités historiques et politiques propres aux deux pays. En Argentine, l’OGP a été importé par des organisations mobilisées contre l’opacité de l’administration Kirchner, avant que le gouvernement de centre droit arrivé au pouvoir en 2015 ne cherche à devenir le « bon élève » du mécanisme. En Tunisie, l’OGP a été importé par des militants et des élites politiques qui souhaitaient mettre fin à l’opacité de l’État qui prévalait sous le régime de Ben Ali, avant d’être domestiqué à partir de 2014 par une administration parvenue à en faire un instrument de légitimation échappant à toute contrainte. L’article montre donc, in fine, que si la conduite des organisations anti-corruption et des États se redéfinit bien autour de l’OGP, le mécanisme ne contraint pas pour autant ces derniers à mener des réformes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Un mécanisme supposé instituer une forme de gouvernementalité transnationale
Un mécanisme fondé sur un instrument spécifique : les « plans d’action OGP »
Redéfinir les relations de pouvoir entre États et organisations anti-corruption
Une importation de l’OGP imbriquée dans les clivages partisans en Argentine
De 2011 à 2015, un usage de l’OGP par l’administration Kirchner sans « perte de contrôle »
À partir de 2015, une administration Macri qui souhaite devenir le « bon élève » de l’OGP
Une importation de l’OGP prise dans la recomposition de l’État post-révolution en Tunisie
De 2011 à 2014, l’OGP comme moyen et symbole du changement de régime
Après 2014, une domestication de l’OGP par des pratiques issues du régime de Ben Ali

Aperçu du texte

Jeudi 30 mai 2019. Plusieurs milliers de personnes circulent dans les couloirs du Palais des congrès d’Ottawa, au Canada, où se déroule le sixième « Sommet » de l’Open Governement Partnership (OGP), ouvert la veille par le premier ministre Justin Trudeau. On croise, par exemple, un haut fonctionnaire français de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, une représentante de l’organisation indonésienne d’observation électorale Perdulem, le ministre de la Société de l’information et de l’administration de la Macédoine du Nord, ou encore un représentant de la branche arménienne de Transparency International. Ils rejoignent, dans des petites salles, la douzaine d’ateliers qui se tiennent en parallèle pendant trois jours sur des sujets comme l’« ouverture » des procédures d’appel d’offre, ou la déclassification des documents gouvernementaux . Dans chacune d’elles, installés dans des fauteuils en petit cercle au milieu du public, ces élus, ces fonctionnaires et ces représ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Quentin Deforge, « Faire des organisations anti-corruption un levier de réforme des États ? Importation et domestication de l’Open Government Partnership (OGP) en Argentine et Tunisie »Cultures & Conflits, 131-132 | 2024, 47-72.

Référence électronique

Quentin Deforge, « Faire des organisations anti-corruption un levier de réforme des États ? Importation et domestication de l’Open Government Partnership (OGP) en Argentine et Tunisie »Cultures & Conflits [En ligne], 131-132 | automne-hiver 2023, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/conflits/25307 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x9a

Haut de page

Auteur

Quentin Deforge

Quentin Deforge est post-doctorant FNRS au REPI et à SONYA (Université libre de Bruxelles). Sa thèse a consisté en une sociologie politique de l’expertise internationale en « bonne gouvernace » à partir d’archives, d’entretiens et d’observations dans les sièges d’organisations internationales et dans plusieurs pays. Son projet de recherche actuel porte sur les politiques minières et industrielles liées à la transition énergétique.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search