Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131-132DossierLes associations, la société civi...

Dossier

Les associations, la société civile et l’État

Anti-corruption associations, civil society and the State
Pierre Lascoumes
p. 73-95

Résumés

Les associations de lutte contre la corruption tiennent un rôle essentiel de contre-expertise par rapport aux autorités gouvernementales. Elles se sont développées en France depuis le début des années 2000. Elles sont au nombre de quatre. L’article analyse la façon dont se combinent les trois dimensions de leur stratégie d’action : la mobilisation des publics, l’appui de la politique publique et la critique. Leur rôle est essentiel pour deux raisons majeures. D’une part, elles agissent dans un contexte social dissonant où les citoyens ont souvent une attitude ambigüe vis-à-vis de la corruption. D’autre part, en raison des nombreuses lacunes de la réaction sociale institutionnalisée, celle des agences et celle de la justice.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Bref historique des associations de lutte contre la corruption
La faiblesse du contrôle social public de la corruption des élites
Des opinions dissonantes
Dispersion et faiblesse des organes de contrôle, agences et justice

Aperçu du texte

Dans ce dossier, une entrée par la société civile peut sembler dérisoire tant nous sommes conditionnés à envisager la lutte contre la corruption à travers l’action de l’État. Dès le xve siècle, des édits et ordonnances royales ont incriminé différentes formes d’atteintes aux biens du roi, qui faisaient partie des « Crimes de lèse-majesté » de second chef. Il n’existait pas encore de code pénal mais un recueil de 1752  en dresse l’inventaire. À partir de la révolution (1791), les infractions sont plus nombreuses et mieux spécifiées . Enfin, des organismes spécialisés ont été développés dans la seconde partie du xxe siècle . Dans un premier temps, jusqu’au milieu du xxe siècle, c’est la puissance publique qui défendait ses propres intérêts contre les différentes formes de prévarication (concussion, détournement d’argent public, forfaiture). Mais, à l’inverse, dans un deuxième temps, la création des associations a surtout eu pour but de dénoncer et de lutter contre la corruption au sei...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lascoumes, « Les associations, la société civile et l’État »Cultures & Conflits, 131-132 | 2024, 73-95.

Référence électronique

Pierre Lascoumes, « Les associations, la société civile et l’État »Cultures & Conflits [En ligne], 131-132 | automne-hiver 2023, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/conflits/25338 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x9b

Haut de page

Auteur

Pierre Lascoumes

Pierre Lascoumes est directeur de recherche émérite CNRS, CEE, SciencesPo.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search