Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131-132DossierQuand des illégalismes économique...

Dossier

Quand des illégalismes économiques populaires répondent à ceux des puissants. Monopoles commerciaux et pillages alimentaires au Burkina Faso

Working class economic illegalisms against those of the ruling elites. Commercial monopolies and food plundering in Burkina Faso
Vincent Bonnecase
p. 227-251

Résumés

Au Burkina Faso, il est commun d’invoquer les « monopoles commerciaux donnés par l’État aux grands commerçants » même si, officiellement, il n’y a presque plus de monopole dans le pays. Une telle expression dénonce les rapports cachés entre les autorités politiques et les élites économiques et la manière dont ces dernières peuvent, grâce à une application plus souple de la loi à leur encontre, dominer la distribution des biens de consommation courante. Cet article interroge les compréhensions populaires de ce phénomène à partir d’entretiens réalisés dans des quartiers populaires des deux principales villes du pays, mais aussi les réponses collectives qui peuvent lui être données en revenant sur les pillages alimentaires survenus pendant l’insurrection de 2014. Ce faisant, il s’agit de se demander comment des illégalismes économiques populaires répondent ponctuellement à celui des puissants, sans que l’ordre social s’en trouve pour autant bouleversé.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Entre le fait et le droit, une histoire de monopoles
L’ordre économique sous le feu de la critique insurrectionnelle
La gestion différentielle des illégalismes dans le temps

Aperçu du texte

« Il n’y a pas de monopole, c’est juste la loi du marché  ». Cette phrase émane d’un responsable marketing du groupe Kanis international, la principale société d’importation des biens de consommation courante au Burkina Faso. Au moment où elle est prononcée, le groupe domine la distribution du riz qui constitue la base des régimes alimentaires citadins , celle du ciment qui conditionne l’accès au logement et son entretien pour les foyers de classe populaire , et celle du sucre dont la consommation revêt une importance spécifique pour les populations musulmanes pendant les mois de ramadan . Cela est resté le cas jusqu’à aujourd’hui. En cela, Kanis international a, depuis une vingtaine d’années, un pouvoir considérable dans « l’économie politique du quotidien  », en vertu de ce que ce responsable appelle la « loi du marché » : les économies d’échelle réalisées par le groupe lui permettent d’effacer la concurrence et de dominer des secteurs d’activité dont dépendent la subsistance et l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Bonnecase, « Quand des illégalismes économiques populaires répondent à ceux des puissants. Monopoles commerciaux et pillages alimentaires au Burkina Faso »Cultures & Conflits, 131-132 | 2024, 227-251.

Référence électronique

Vincent Bonnecase, « Quand des illégalismes économiques populaires répondent à ceux des puissants. Monopoles commerciaux et pillages alimentaires au Burkina Faso »Cultures & Conflits [En ligne], 131-132 | automne-hiver 2023, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/conflits/25525 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x9h

Haut de page

Auteur

Vincent Bonnecase

Vincent Bonnecase est chercheur en science politique au CNRS, membre de l’Institut des mondes africains. Il travaille sur la pauvreté, les sentiments d’injustice et la colère ordinaire en Afrique sahélienne. Il a notamment écrit La pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure internationale (Karthala, 2011), Les prix de la colère. Une histoire de la vie chère au Burkina Faso (Les éditions de l’EHESS, 2019) et La vie chère. De l’Europe à l’Afrique : quand la colère passe par les prix (Flammarion, 2023).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search