Navigation – Plan du site

AccueilHors dossierNotes de lectureSartre et Giacometti : le « philo...

Sartre et Giacometti : le « philosophe-artiste » en question

Compte rendu de Thomas Franck, Le Philosophe dans l’atelier : Sartre et Giacometti en miroir, Presses Universitaires de Liège, 2021, 208 p.
Thomas Augais

Texte intégral

  • 1 Émilie Bouvard (dir.), Alberto Giacometti, l’humanité absolue, Paris/Liège, Fondation Giacometti/La (...)

1Prenant appui sur les récentes expositions organisées autour de la collection de la Fondation Giacometti et en particulier sur celle de 2020 à la Cité Miroir de Liège1, cet essai se propose d’interroger le dialogue entre Sartre et Giacometti à partir de la notion nietzschéenne de « philosophe-artiste ». Il en résulte un très beau livre qui se signale en particulier par sa grande richesse iconographique : de nombreuses photographies de l’un et de l’autre, ainsi que des reproductions de sculptures, de peintures et de dessins témoignant de tout le parcours de l’artiste. Giacometti avait en particulier l’habitude de griffonner sur tous les supports à portée de main et Thomas Franck s’appuie beaucoup sur les nombreux numéros des Temps modernes sur lesquels l’artiste a poursuivi son inlassable interrogation de la figure humaine. Toutes les illustrations sont directement articulées à un propos qui se construit à partir de celles-ci, trouvant dans tel visage apparu sur le sommaire de la revue le point d’entrée de la question des « sociabilités parisiennes » (p. 100‑101) ou dans telle silhouette vue de dos sur le texte de « L’Œil et l’esprit » (p. 148) l’indice d’une écoute de la phénoménologie merleau-pontienne.

Le geste artistique comme négation créatrice

  • 2 Yves Bonnefoy, Biographie d’une œuvre, Paris, Flammarion, 1991 ; Thomas Augais, Giacometti et les é (...)
  • 3 Par exemple, les gravures réalisées pour L’Air de l’eau d’André Breton en 1934 sont difficilement a (...)

2Délaissant l’approche chronologique, Thomas Franck cible six points nodaux dans un enchevêtrement de « questionnements philosophiques-artistiques ininterrompus » (p. 7). Le premier chapitre, « L’expérience de la contingence », met en rapport les écrits de Giacometti – en particulier Hier, sables mouvants (1933) – avec La Nausée (1938) pour déceler dans la « pierre noire » rencontrée par le sculpteur dans son enfance comme dans la racine de marronnier sartrienne des indices d’une volonté de « résoudre la problématique de la captation de l’objet et de son apparition en tant que phénomène pour un sujet » (p. 12). L’angoisse provoquée par « l’extériorité du monde » provoque la « prise de conscience de la contingence du monde et de soi » (p. 11). Ce chapitre propose un retour vers les années de formation des deux hommes. Il revient sur la période surréaliste de Giacometti, marquée par une « dilution de l’objet » au profit de l’exploration de l’inconscient. Son exclusion du groupe (1935) du fait de son désir de « captation de l’existence réelle du monde » (p. 18), son travail solitaire jusqu’à la guerre et pendant celle-ci sont placés en miroir de la formation philosophique sartrienne. Sartre apparaît dans les années 1930 comme un « voyeur » (Cohen-Solal) « avide d’une captation totalisatrice du monde » (p. 18). Un tel retour proposé par l’auteur en amont de la rencontre entre Sartre et Giacometti est un des grands apports de cet ouvrage sur la question traitée. Une telle démarche permet de mettre en rapport leurs traversées respectives de l’entre-deux-guerres et de proposer une généalogie de la phénoménologie sartrienne, cherchant dans l’Esquisse d’une théorie des émotions l’émergence d’une interrogation sur la « réalité perçue et sur les corps comme origine et réceptacles de cette perception » (p. 34). L’amorce du dialogue entre les deux hommes est resituée dans un horizon commun. La question massive du surréalisme, traitée il est vrai dans des ouvrages auxquels Thomas Franck renvoie2, est malgré tout examinée un peu vite3 pour aller au bout de ce geste. Bien qu’il ait pu prendre ses distances de manière significative avec le surréalisme, Giacometti reste marqué par cette expérience sans laquelle l’œuvre de l’après-guerre n’aurait pu advenir. Un retour vers la critique sartrienne du surréalisme aurait permis de préciser avec davantage de nuances ce que chacun des deux retient du mouvement.

  • 4 Voir chapitre 6.
  • 5 Expression de Jean Paulhan, citée p. 55.

3 Le deuxième chapitre – « Situations de l’artiste » – confronte les marches et errances d’un Sartre « penseur de l’espace » (p. 57) et « militant-voyageur » d’une « liberté en actes » avec la posture d’un Giacometti qui refuse tout voyage et ne renoue avec le sens profond de la marche que dans l’immobilité de l’atelier. Pourtant Giacometti est pour Sartre le premier artiste qui aura su donner une image de l’être humain « en situation ». L’un des grands apports de ce chapitre et du livre est de tisser un lien entre la question artistique et la question politique en s’attachant à comprendre la « portée politico-morale de l’œuvre de Giacometti » (p. 48). Dans L’Être et le Néant, auquel Sartre travaille, nous rappelle l’auteur, lorsqu’il rencontre Giacometti en 1941, la conscience humaine est définie par son « pouvoir de négation, de néantisation » (p. 47). C’est ce que Giacometti donne à voir en envisageant l’absolu de manière située, c’est-à-dire « dans la singularité du phénomène qui apparaît » (p. 48). Le corps de l’autre devient « mise à l’épreuve de la subjectivité » (p. 48). Si, pour Sartre, la liberté est un « perpétuel combat avec le donné », un « engagement aux prises avec le réel qui résiste », il peut observer dans le travail de Giacometti de quelle manière la conscience percevante apporte « une dimension nouvelle (subjective, néantisante) en s’extériorisant comme néant. » (p. 51). C’est ce « mouvement de néantisation d’un réel empli d’être » que donne à voir Giacometti « lorsqu’il crée de la matière faite de vides et d’espaces conçus comme les étendues d’une subjectivité » (p. 51). Thomas Franck retrace alors le parcours qui mène de L’Être et le Néant à la Critique de la Raison dialectique, c’est-à-dire du « premier mouvement phénoménologique de captation du monde libérée des couches de signification », pensé par un Sartre alors anarchisant, à la tentative de rapprochement avec le parti communiste qui implique d’envisager la part dialectique de l’action humaine désormais conçue comme « praxis aux prises avec un réel historique et matériel » (p. 51). Ce livre est le premier à dépasser l’analyse des deux célèbres articles de Sartre sur Giacometti – « La Recherche de l’absolu » et « Les Peintures de Giacometti » – pour tenter un rapprochement entre le penseur politique des années 1950 et un Giacometti qui n’envisage plus de mettre son art au service d’une cause comme il avait pu le faire dans le sillage d’Aragon entre 1932 et 19354. Il ne s’agit pas de nier la méfiance du sculpteur envers un arraisonnement de son art par des préoccupations d’ordre idéologique mais d’insister sur le fait que le geste artistique est un « faire » dont la dimension « dialectique et négatrice » doit être pensée. Engagé dans son travail face à une matière qui lui résiste dans un « incessant mouvement de transformation », Giacometti, dont l’auteur rappelle par ailleurs la « rage de sociabilité5 » qui l’anime, témoigne du « complet engagement du sujet dans l’objectivité qui le régit et qu’il subvertit ». Cet engagement n’est pas tributaire d’un « contenu idéologico-moral » mais plutôt le signe d’une « liberté adogmatique, qui s’affirme dans une situation », hors de toute conception « idéalist[e] » (p. 60).

Le dialogue Sartre-Giacometti, au centre d’une constellation d’auteurs

  • 6 Voir p. 68.
  • 7 En 1947, Georges Duthuit, qui a repris la direction de la revue Transition, réunit en effet autour (...)

4 « L’être-vers-la-mort », troisième chapitre du livre, met en rapport la hantise de la mort qui fut celle de Giacometti – à la suite de plusieurs expériences de jeunesse traumatisantes ultérieurement exorcisées par la sculpture6 – avec l’existentialisme de tradition kierkegaardienne et heideggérienne dont hérite la pensée sartrienne. Les années d’après-guerre sont analysées comme matérialisant « la complexité d’une époque dans laquelle l’homme doit, pour survivre, nécessairement prendre acte de l’expérience de la mort. » (p. 76) Avec prudence, Thomas Franck évoque les camps de concentration en prenant soin d’indiquer que cette référence « ne peut expliquer directement et de façon univoque l’esthétique giacomettienne des corps décharnés » (p. 76). Giacometti, comme Sartre, prend à l’occasion de la débâcle de 1940 conscience de la « violence politique sur les corps humains » (p. 76). Ce chapitre apparaît davantage focalisé sur le contexte politique et littéraire de l’après-guerre que sur la relation Sartre-Giacometti. Thomas Franck y envisage les « analogies » entre le travail de Giacometti et le Nouveau Roman (p. 85) en s’intéressant particulièrement à Beckett, Claude Simon et Robbe-Grillet dont il pointe la fascination pour « l’être-là chosal » (p. 87). L’approche du corps de ces auteurs apparaît en rupture avec le Dasein subjectiviste-humaniste (p. 88) pour se rapprocher davantage de ce que la phénoménologie merleau-pontienne permet de penser : « cette chose organique dotée d’une vie propre, cet être parmi le monde vivant, tout autant, voire davantage, sensible et autonome que la conscience subjective » (p. 88). Il s’agit alors de comprendre ce qui se joue pendant les années 1950 dans l’œuvre de Giacometti, « à un moment où les réflexions philosophiques et littéraires s’orientent vers une fascination pour l’être-là des corps, libérés de toute signification préalable, y compris de l’humanisme subjectiviste et des lectures anthropomorphiques du monde » (p. 89). Le livre se concentre en particulier sur le rapport Giacometti-Beckett, amitié durable née en 1937 et ayant donné lieu en particulier à la réalisation d’un arbre pour En attendant Godot (mise en scène de Roger Blin) en 1951. Thomas Franck évoque leur « conception très proches de l’art, de l’existence humaine et du lien entre l’art et la vie » : « [..] esthétique du corps, engagement de soi dans le monde et expérimentation formelle radicale » (p. 85). Cette apparente communauté de pensée sur l’art mériterait toutefois d’être davantage examinée à la lumière des conceptions exprimées par l’écrivain dans ses dialogues et sa correspondance avec Georges Duthuit, où seul Bram van Velde est épargné7. James Lord a en outre recueilli de la bouche de Beckett, après la mort de Giacometti, un témoignage qui pointe les limites du rapprochement entre les deux démarches :

  • 8 James Lord, Des hommes remarquables, traduit de l’anglais par Claudine Richetin, Paris, Séguier, 20 (...)

Je lui ai suggéré qu’il serait plus profitable de se concentrer sur le problème que de se bagarrer pour atteindre une solution. C’est-à-dire qu’en acceptant l’idée qu’il se battait pour atteindre quelque chose d’impossible, en développant la nature intrinsèque de cette impossibilité, et en exploitant les ressources naturelles, peut-être pourrait-il atteindre un résultat plus complexe et plus riche qu’en continuant à se battre sans cesse contre ce qu’il savait impossible, à savoir la création d’une illusion aussi réelle que la réalité. Mais Giacometti était décidé à continuer la lutte, il essayait de progresser ne serait-ce que d’un pouce, ou d’un centimètre, ou d’un millimètre8.

  • 9 Il le sera très brièvement p. 119‑120.
  • 10 Jean-Paul Sartre, « Un nouveau mystique », Situations I, Paris, Gallimard, 1947, p. 142‑173.
  • 11 Voir Yves Bonnefoy, Giacometti. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 275.
  • 12 Ibid., p. 284.
  • 13 Georges bataille, « La mutilation sacrificielle et l’oreille coupée de Vincent Van Gogh », Document (...)
  • 14 Yves Bonnefoy, Giacometti. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 173.
  • 15 Patrick Née, Zeuxis auto-analyste, Bruxelles, La Lettre volée, 2006, p. 123.
  • 16 Cité dans la note 139, p. 99.

5L’étude de la « constellation d’auteurs » (p. 102) entourant le dialogue entre Sartre et Giacometti se poursuit dans le chapitre suivant avec les revues dans lesquelles l’un et l’autre ont publié. Les rapports de Sartre avec la NRF, Les Cahiers du Sud ou encore Les Lettres françaises sont évoqués. Pour ce qui concerne Giacometti, c’est l’occasion de revenir vers Documents pour souligner la « place centrale » que Georges Bataille occupe dans son « cheminement intellectuel » (p. 104). Ceci donne aussi à Thomas Franck l’opportunité de revenir sur des œuvres de Giacometti déjà évoquées pour les situer par rapport au projet de la revue, celui d’une « collecte synthétique du monde et des cultures, marqué par un regard anthropologique et par une démystification teintée d’un anti-moralisme nietzschéen » (p. 104‑105). Michel Leiris, étonnamment, n’est pas évoqué9, alors qu’il se rapproche de Sartre pendant la guerre et participe à la fondation des Temps modernes. On aurait de plus souhaité que ce livre nous donne davantage d’éléments pour situer la position de Giacometti entre Sartre et Bataille, qui a fait connaître ses réserves sur L’expérience intérieure dans son compte rendu Un nouveau mystique (194310). Thomas Franck souligne l’ambiguïté de la place de Giacometti, « dont l’œuvre [...] est étrangère à toute forme de transcendance divine » (p. 105) dans cette querelle : « À la croisée d’un mysticisme athée et d’une théologie négative, l’œuvre de Giacometti ne peut se réduire ni à l’exaltation de Bataille ni à la radicalité d’un Sartre ». Une plongée plus profonde dans les textes des deux écrivains aurait été nécessaire pour apporter toute la lumière sur les points de tension entre ces deux pensées et mieux cerner les affinités de Giacometti avec l’un et l’autre. En évoquant la « théologie négative11 » (p. 105), Thomas Franck suit de très près Yves Bonnefoy dont la monographie sur Giacometti est abondamment citée depuis le début de son ouvrage, peut-être même davantage que les écrits sartriens. Or, le poète émet dans son livre un certain nombre de réserves, tant à l’égard de la pensée sartrienne que de la pensée bataillienne. Dans sa Biographie d’une œuvre, Yves Bonnefoy évoque en effet la possible lecture du Coupable par Giacometti, et notamment l’ascension de l’Etna qui donne lieu à une « évocation saisissante de l’en-soi des choses du monde et de l’expérience de la Présence12 ». Pourtant, la « rupture de l’homogénéité personnelle [par] projection hors de soi d’une partie de soi-même13 » qui fonde la conception bataillienne du religieux paraît à Bonnefoy sans véritable issue : « […] se jeter hors de soi, mais y être resté, aussi bien14. » Le poète souligne l’« ambiguïté remarquable » de la transgression, qui faute de promettre un dépassement, s’enferme dans des limites où menace toujours la régression15. Quant au rapport entre Bonnefoy et Sartre, lorsque Thomas Franck est revenu dans le chapitre précédent sur la querelle entre Sartre et Giacometti au moment de la publication des Mots (1964), il en a été fugitivement question dans une note de bas de page. Tout en reconnaissant que Giacometti a été « sartrisé » lorsque le philosophe s’est approprié un épisode de sa biographie, Thomas Franck nuance la portée de l’incident en rappelant que « ce qui compte dans ces passages réside davantage dans la substance philosophique, fictionnelle, heuristique et non personnifiée de l’expérience décrite » (p. 99). Il note néanmoins que Bonnefoy y a vu « un problème intellectuel plus profond, relevant presque de l’éthique » (p. 99). Il cite alors le passage de la monographie dans lequel l’auteur de la Vérité de parole – liant dans l’épigraphe de sa monographie Giacometti non pas à la figure de Sartre mais à celle de Plotin – formule sa conviction que pour Giacometti, « le “sentiment de l’absurde” n’est de l’existence qu’une lecture superficielle, trop empiégée dans les mots pour même pressentir et la vraie joie et le vrai tragique16 ». On aurait pu attendre que dans ce livre, où Thomas Franck s’appuie beaucoup sur l’ontologie bonnefidienne tout en proposant dès les premières pages une lecture de l’œuvre fondée sur l’expérience sartrienne de la contingence, l’idée d’angoisse et le sentiment de l’extériorité du monde (p. 9‑11), les points de friction entre ces deux pensées fussent davantage mis au jour. L’explicitation attendue ne vient que de manière trop fragmentaire.

Situation du philosophe-artiste

  • 17 Thierry Dufrêne, Giacometti, les dimensions de la réalité, Genève, Éditions d’Art Albert Skira, 199 (...)

6Le cinquième chapitre est centré sur la question du corps que Thomas Franck envisage comme un « espace intersubjectif ». Il examine dans les sculptures, peintures et dessins de Giacometti les relations entre le tout et la partie, entre la silhouette et le visage. L’alternance de Giacometti entre les figures vues de loin et les portraits est interprété comme « tension perpétuelle entre l’universel et le singulier » (p. 138). Ici l’auteur poursuit son interrogation des sculptures à la lumière des concepts sartriens, au-delà des textes directement consacrés à Giacometti. Il propose en particulier une très belle analyse de l’extraction de la verticalité hors de la masse du socle à partir de la notion de « practico-inerte » désignant dans L’Idiot de la famille le « rapport complexe que le sujet entretient avec l’inertie objective du monde sur laquelle il tente d’agir » (p. 140). Une longue citation de la Critique de la Raison dialectique permet dans ce chapitre d’aller plus loin dans l’analyse de l’« historicité » de l’œuvre de Giacometti qui constitue l’axe majeur de ce livre. Les figures créées par l’artiste permettent la « redéfinition groupale de l’organisme tel que le conçoit Sartre » dans la Critique de la Raison dialectique, cette lecture étant rendue possible par la « liberté interprétative » de Sartre, qui permet de penser la moindre « parcelle de réalité » (p. 142). Une telle définition de la « praxis humaine et collective comme devant tenir compte de l’inertie de la matière objective et de l’action pratique et créatrice de l’homme » trouve, comme le démontre Thomas Franck, « un écho réel dans le travail de Giacometti ». L’artiste propose néanmoins, souligne l’auteur, une « vérité supérieure à celle de l’histoire et de ses systèmes politiques » et cherche à « comprendre le corps dans ses proportions et dans ses structures intemporelles » : « Anthropologie, historicité, captation phénoménale située et visée universelle délimitent donc, de façon contradictoire, le travail de l’artiste » (p. 142). Thomas Franck souligne néanmoins les limites de la phénoménologie sartrienne pour penser la question du corps chez Giacometti et s’inscrit dans le sillage des études qui ont cherché chez Merleau-Ponty les moyens de creuser cette question17. Sa phénoménologie de la chair sensible « apporte par son influence une lumière nouvelle sur l’œuvre de Giacometti » (p. 144), souligne Thomas Franck. Merleau-Ponty a en effet défini le corps percevant comme « le lieu même de l’indivision sensible » et la perception comme un « entrelacs du corps sentant et de la matière sentie sur laquelle ce corps se profile et de laquelle il s’extrait » (p. 146). Le chapitre s’appuie en particulier sur L’Œil et l’esprit, où Giacometti est cité, et propose une superbe illustration : un dessin de Giacometti sur un extrait de ce texte dans le no 84-185 des Temps modernes qui semble comme matérialiser l’analyse des rapports entre la « main dessinant » et l’« œil percevant ». Merleau-Ponty pense la « spontanéité du corps » ainsi que la relation « chiasmatique entre le sensible en soi et un être sentant-senti » (p. 150). C’est aller plus loin, reconnaît Thomas Franck, que ce que Sartre a « esquissé de façon insuffisante » dans La Nausée (p. 149). Le chapitre se termine sur une très belle analyse de La Forêt (sculpture de 1950), à partir de la notion merleau-pontienne de « chair indivise », comme « lieu d’une émergence constante des corps qui se profilent à l’horizon, suivant un processus ininterrompu d’extraction et de fusion organique » (p. 152).

  • 18 Isaku Yanaihara, Avec Giacometti, Paris, Allia, 2015.

7 Le dernier chapitre, « Engagement artistique et engagement politique » permet d’approfondir la question de l’engagement et de revenir sur ces trajectoires placées « en miroir ». D’un côté Sartre, évoluant de la « liberté en situation vers la praxis collective », de l’autre Giacometti, « s’extrayant du groupe pour affirmer sa liberté créatrice, toujours aux prises avec un réel et une histoire qu’il subvertit en même temps qu’il les retrace » (p. 192). Ce qui intéresse ici Thomas Franck, c’est moins d’analyser le décalage temporel entre Sartre et Giacometti dans leurs tentatives de rapprochement avec le communisme (les années 1930 pour Giacometti, 1950 pour Sartre), que de « comprendre le soubassement politique d’œuvres marquées du sceau de l’engagement et de la responsabilité politique et morale » (p. 153), tout en insistant sur le fait que « c’est à travers la pratique artistique, dans le geste même de création, que l’engagement dans le monde se situe » (p. 189). Thomas Franck examine de façon minutieuse les deux parcours : les liens de Giacometti avec la gauche antifasciste, la sensibilité de Sartre à l’oppression raciale aux États-Unis et son engagement pour la défense de minorités. Il insiste surtout sur la façon dont le mode de vie de Giacometti et de Sartre manifeste une « résistance continue aux institutions bourgeoises ». Il propose de penser ce mode de vie à partir de la notion sartrienne d’authenticité (p. 161) qui fonde le rapport entre vie et philosophie chez eux, l’authenticité étant la « liberté absolue de se définir de façon autonome, hors de toute aliénation et de toute automutilation » (p. 161). Tout en soulignant l’intérêt de cette volonté de Thomas Franck d’élargir la notion d’engagement et d’embrasser de manière globale les deux trajectoires, on regrettera que les confrontations directes entre Sartre et Giacometti sur les sujets politiques ne soient pas davantage analysées, et en particulier un épisode aussi significatif que la fébrile attente par Giacometti de connaître la position de Sartre après les événements de Hongrie en 1956. Isaku Yanaihara, plusieurs fois cité par ailleurs (p. 142‑144 et p. 172), revient pourtant longuement sur cet épisode dans son journal18. Quant aux mémoires de Simone de Beauvoir, ils sont peu exploités par Thomas Franck.

  • 19 Yves Bonnefoy, « Le regard et les yeux », Remarques sur le regard, Paris, Calmann-Lévy, 2002, p. 26
  • 20  Jean-François Louette, Silences de Sartre, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2002.

8 Les « relances » qui concluent le livre reviennent sur la « double dimension individuelle-collective des deux intellectuels considérés » et en déduisent une « redéfinition de leur statut de philosophe-artiste » (p. 193‑194). C’est l’occasion pour Thomas Franck de relier les deux côtés du miroir en précisant que le « philosophe-artiste n’est pas ce philosophe épris d’art ni cet artiste empreint de philosophie. Il s’agit avant tout d’une individualité à l’origine d’un travail original portant en lui à la fois une substance philosophique et un projet de création esthétique. La conceptualisation y est inhérente au mouvement même de la forme et elle ne s’en distingue pas nettement. » Giacometti, dans une telle perspective, « est donc tout autant philosophe que Sartre est artiste et ces qualificatifs ne doivent pas nous amener à opposer les commentaires réflexifs et plus conceptuels du premier aux œuvres littéraires du second. Et, a contrario, Paris sans fin détient son propre mouvement philosophique et critique de captation-négation du monde institué autant que L’Être et le Néant et la Critique de la Raison dialectique sont des chamboulements esthétiques redéfinissant toute la forme propre à l’exercice normalisé de la pensée philosophique. » (p. 194) De telles proposition sont fortes et c’est l’originalité de cet ouvrage de nous amener à dépasser l’opposition binaire entre « le philosophe » et « l’artiste » à laquelle la relation Sartre-Giacometti est trop souvent réduite. Néanmoins une telle catégorie n’est pas sans poser des difficultés. La nécessaire conceptualisation qui caractérise la pensée est à prendre davantage en compte, lorsqu’il s’agit de la confronter à un geste artistique qui ne cesse d’interroger les limites du langage. S’appuyant sur les analyses d’un poète comme Yves Bonnefoy, Thomas Franck soulève peu les difficultés que pose le passage du philosophique à l’artistique, alors même que Bonnefoy définit l’œuvre de Giacometti tout autant que sa propre poétique comme un « entraînement des concepts sur la voie qui en franchit l’horizon19 ». Ces premiers jalons posés par Thomas Franck appellent donc des développements futurs dans un champ de recherches dont le chantier reste vaste. Une attention plus grande portée aux travaux de Jean-François Louette sur la question de la philosophie dans la littérature à partir des « silences » de Sartre aurait pu permettre d’alimenter cette réflexion20. Tout en suscitant ces interrogations, l’ouvrage de Thomas Franck propose donc un angle d’approche original sur les liens entre le philosophique et l’artistique, une approche ouverte, à l’image de ces deux œuvres dont il nous montre qu’elles n’ont jamais cessé d’être en mouvement.

Haut de page

Notes

1 Émilie Bouvard (dir.), Alberto Giacometti, l’humanité absolue, Paris/Liège, Fondation Giacometti/La Cité Miroir, 2020.

2 Yves Bonnefoy, Biographie d’une œuvre, Paris, Flammarion, 1991 ; Thomas Augais, Giacometti et les écrivains. L’atelier sans fin, Paris, Classiques Garnier, 2017.

3 Par exemple, les gravures réalisées pour L’Air de l’eau d’André Breton en 1934 sont difficilement analysables sans évoquer les poèmes avec lesquels elles dialoguent (p. 16).

4 Voir chapitre 6.

5 Expression de Jean Paulhan, citée p. 55.

6 Voir p. 68.

7 En 1947, Georges Duthuit, qui a repris la direction de la revue Transition, réunit en effet autour de lui des écrivains (dont Sartre) et des artistes qu’il publie dans la revue. Il pousse alors Beckett, traducteur pour la revue, à formuler par écrit les opinions très tranchées exprimées dans leurs conversations. L’article paraît dans le numéro de décembre 1949 sous le titre Three dialogues. Voir Samuel Beckett, Trois dialogues, Paris, Éditions de Minuit, 1998.

8 James Lord, Des hommes remarquables, traduit de l’anglais par Claudine Richetin, Paris, Séguier, 2001, p. 238‑239.

9 Il le sera très brièvement p. 119‑120.

10 Jean-Paul Sartre, « Un nouveau mystique », Situations I, Paris, Gallimard, 1947, p. 142‑173.

11 Voir Yves Bonnefoy, Giacometti. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 275.

12 Ibid., p. 284.

13 Georges bataille, « La mutilation sacrificielle et l’oreille coupée de Vincent Van Gogh », Documents, no 8, 1930 ; repris dans Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallimard, 1970, p. 266.

14 Yves Bonnefoy, Giacometti. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 173.

15 Patrick Née, Zeuxis auto-analyste, Bruxelles, La Lettre volée, 2006, p. 123.

16 Cité dans la note 139, p. 99.

17 Thierry Dufrêne, Giacometti, les dimensions de la réalité, Genève, Éditions d’Art Albert Skira, 1994 ; Thomas Augais, Giacometti et les écrivains. L’atelier sans fin, op. cit., p. 177‑246 (quatrième partie).

18 Isaku Yanaihara, Avec Giacometti, Paris, Allia, 2015.

19 Yves Bonnefoy, « Le regard et les yeux », Remarques sur le regard, Paris, Calmann-Lévy, 2002, p. 26.

20  Jean-François Louette, Silences de Sartre, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Augais, « Sartre et Giacometti : le « philosophe-artiste » en question »COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10294

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search