Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques31Introduction

Introduction

Guillaume Bridet et Laurence Giavarini

Texte intégral

1Que l’écriture de l’histoire littéraire relève pour une large part d’un travail de classement, les chercheurs et les enseignants en lettres le savent bien qui, par souci d’organiser leur récit comme de situer leur objet, recourent à des catégories englobantes leur permettant d’attribuer telle œuvre à tel auteur, d’indiquer la place de tel auteur dans tel mouvement, de tel mouvement dans tel siècle, etc. Des groupes, ils en rencontrent sans cesse, certains très présents quoique peu ou mal définis, mais qui scandent très fortement le grand récit national de la littérature en renvoyant à une génération (« la génération de 1660 »), un espace (« le salon »), la pratique supposée d’un genre (« les mémorialistes »), un mouvement esthétique (« le romantisme »), d’autres au contraire très circonscrits qui accompagnent l’institution de la littérature après la Révolution française, des cénacles du xixe siècle aux avant-gardes poétiques ou prolétariennes du xxe siècle ; certains auto-désignés (« le groupe de Médan »), d’autres constitués après-coup (« les Grands Rhétoriqueurs »). La littérature française elle-même ne fut-elle pas longtemps l’archi-groupe de tous ces groupes, avant que la littérature « mondiale » ne vienne lui disputer le statut d’englobant suprême ?

  • 1 Roland Barthes, « Réflexions sur un manuel » [1971], Œuvres complètes, Tome III, 1968-1971, éd. Éri (...)

2Ces opérations de regroupement, qui recourent à des catégories variées (générationnelle, géographique, générique, esthétique, confessionnelle ou sociale) et qui peuvent se situer sur des plans différents ou s’emboîter les unes dans les autres telles des poupées russes, semblent aussi nécessaires à l’écriture de l’histoire littéraire qu’elles paraissent approximatives sitôt que l’on rentre dans le détail des trajectoires individuelles et que l’on s’attache à la singularité des écrits. En 1970, après avoir souligné le fonctionnement paradigmatique des « siècles », pourvus d’une « sorte d’existence individuelle » dans notre mémoire scolaire, Barthes proposait d’envisager « les auteurs, les mouvements, les écoles » comme « des sortes d’individuations stéréotypées » dans « la petite grammaire de notre littérature »1. Il invitait ainsi à penser le sens symbolique et la valeur fonctionnelle des regroupements opérés par l’histoire littéraire, en les considérant comme des présences individuées dans une mémoire de la littérature largement constituée par l’École.

  • 2 Ces articles sont issus d’un colloque, organisé par Guillaume Bridet et Laurence Giavarini à l’univ (...)
  • 3 Voir en particulier Adeline Lionetto (dir.), Le Verger, Bouquet xiii, « Œuvre collective et sociabi (...)

3Les articles de ce volume2 partent de l’hypothèse d’une « fonction-groupe » à l’œuvre dans l’histoire littéraire au sens où cette histoire affirme l’existence de groupes pour raconter la production de la littérature. De ce point de vue, ils s’inscrivent dans le regain d’intérêt récent de la recherche pour les sociabilités littéraires3. Ils s’efforcent également d’interroger et de situer dans le temps long les diverses modalités et catégories de regroupement, de comprendre la fonction des groupes dans les discours sur la littérature et d’évaluer les coûts et les bénéfices épistémologiques qui leur sont attachés. La démarche se veut à la fois historiographique, critique et propositionnelle : les articles rassemblés ici font retour sur des manières de regrouper les auteurs et les textes, ils observent ce qu’elles occultent et ce qu’elles révèlent, ils envisagent aussi d’autres manières de faire en réponse aux apories qu’elles rencontrent concernant l’existence et la délimitation des groupes. Il ne s’agit pour eux de stabiliser à tout prix une définition de la « fonction-groupe », mais plutôt de mettre en œuvre un outil d’analyse. À quoi servent les groupes dans l’histoire ou les histoires littéraires ? Quels sont leurs modes de manifestation ? Comment évaluer la contribution des écrivains, non pas seulement à la constitution des groupes, mais au récit de leur histoire, et quelle place ce récit tient-il dans l’histoire littéraire ? Comment la « fonction-groupe » joue-t-elle selon les traditions historiographiques attachées à tel ou tel siècle, mouvement ou auteur ? Comment l’histoire littéraire articule-t-elle la pensée du groupe comme collectif et les singularités qui le composent ? La « fonction-groupe » nous est ainsi apparue à la fois comme un fait de l’histoire littéraire et comme l’instrument d’une enquête sur l’écriture de cette histoire, sur la place conférée aux groupes, à certains groupes du moins, dans les récits et les discours sur la production de la littérature.

Une « fonction-groupe » en miroir de la fonction-auteur

  • 4 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » [1969], Dits et écrits 1954-1988, Tome I, 1954-1975, (...)
  • 5 Ibid., p. 828.
  • 6 Ibid., p. 828-829.
  • 7 Ibid., p. 826.

4L’expression « fonction-groupe » est volontairement calquée sur celle de fonction-auteur définie par Foucault comme « un régime de propriété4 » permettant de regrouper un certain nombre de textes, de les délimiter et de les opposer à d’autres. Ce régime ne vaut pas pour tous les textes mais il joue « à plein […] pour les œuvres littéraires5 », depuis les xviie et xviiie siècles jusqu’à aujourd’hui ; il détermine un type de lecture des écrits identifiés comme relevant de la littérature. La fonction-auteur n’est pas une formation spontanée, elle est « le résultat d’une opération complexe qui construit un certain être de raison qu’on appelle l’auteur6 » et que définit une certaine cohérence en termes de valeurs, d’idées et de style permettant de le retrouver de texte en texte. L’hypothèse que nous formulons est que, si la fonction-auteur joue bien une « fonction classificatoire7 » dans l’écriture de l’histoire littéraire, elle travaille avec une « fonction-groupe » dotée de traits comparables, à la fois outil de délimitation intégrateur ou excluant, et fruit de processus complexes dont il s’agit de comprendre ce qu’ils visent et ce qu’ils opèrent.

  • 8 Voir les travaux de Delphine Denis sur la « scène d’énonciation galante », notamment Le Parnasse ga (...)
  • 9 Voir pour la première, Clélie, histoire romaine, Paris, Augustin Courbé, 1656-1661, et la seconde, (...)
  • 10 Roger Marchal (dir.), Vie des salons et activités littéraires de Marguerite de Valois à Mme de Staë (...)
  • 11 Stendhal, Rome, Naples et Florence en 1817, 6 juillet 1817, Paris, Michel Léry, 1856, p. 423.
  • 12 Voir notamment les numéros 62 et 63 des Cahiers staëliens, sous-titrés significativement « Germaine (...)
  • 13 De Carlo Pellegrini, Madame de Staël e il Gruppo di Coppet, Bologna, Patron, coll. Testi e saggi di (...)
  • 14 Voir Anthony Glinoer et Vincent Laisney, L’Âge des cénacles : confraternités littéraires et artisti (...)
  • 15 Sur ce point, lire Duncan McColl Chesney, « The History of the History of the Salon », Nineteenth C (...)

5Cette « fonction-groupe » de l’histoire littéraire s’impose avec d’autant plus d’évidence que le groupe est, à différentes époques, selon diverses modalités et avec une intensité variable, une réalité revendiquée par les écrivains eux-mêmes. C’est la littérature précieuse, inséparable des scénographies de la conversation qui l’ont racontée8, dans les écrits de Mademoiselle de Scudéry ou ceux de la Grande Mademoiselle9, et qui ont contribué à forger les catégories à la fois très résistantes et très extensives de « sociabilité lettrée » et de « salon »10, ouvrant la porte à l’entrée des précieuses « en groupe » dans l’histoire littéraire. C’est le « groupe de Coppet » qui, s’il ne s’est pas désigné ainsi – Stendhal relève « sur les bords du lac [Léman] six cents personnes des plus distinguées de l’Europe11 » rassemblées par leur dévotion à Staël –, n’en a pas moins été produit dans les correspondances et les écrits, « intimes » ou non, des auteurs eux-mêmes12 et qui donne lieu depuis les années 1970 à des recherches continues en France comme à l’étranger13. Ce sont les écrits de tous les gens de lettres, journalistes, écrivains, et politiques qui publient au xixe siècle le récit enchanté d’une vie sociale très intense, concentrée en particulier dans des lieux collectifs parisiens – salon de la bibliothèque de l’Arsenal, cabaret du Chat noir, adresse du 89 rue de Rome, etc. –, et qui livrent ainsi nombre des sociographies que reprend et qu’analyse l’histoire littéraire moderne14. Mais les modèles circulent d’un siècle à l’autre, et l’on ne saurait minimiser l’importance du « salon du xviie siècle » dans l’auto-représentation des groupes au xixe siècle, ni le pouvoir configurant des études dix-septiémistes dans l’appréhension des sociabilités littéraires au-delà de l’âge classique15.

6Que la vie littéraire ait une réalité collective, plus nette à certaines périodes qu’à d’autres, est toutefois une évidence à interroger sous maints rapports. Car certains groupes sont essentiellement des mythes que l’histoire littéraire authentifie parfois rapidement. Le cas le plus évident est celui des médaniens, dont Marie-Ange Fougère montre qu’ils ne forment qu’un regroupement éphémère déjà mis à mal au printemps de l’année 1881 mais qui est fixé par un récit forgé de toutes pièces par Zola et ses proches pour faire nombre et pour imposer par ce coup de force symbolique le roman naturaliste face au roman idéaliste et à la poésie alors dominants. De son côté, Alain Cantillon met en évidence la façon dont les emplois de ce qui fut d’abord un nom de lieu, « Port-Royal », ont servi très tôt à mettre en dehors de l’Église un ensemble de personnes qui ne voulaient nullement apparaître en groupe. Parler de « Port-Royal » comme groupe revient ainsi à adopter le point de vue des ennemis de ceux et celles qui, comme Pascal, n’ont cessé de récuser cette appartenance supposée. Si la distance critique de l’historien de la littérature doit d’abord s’exercer sur les déclarations des écrivains rassemblés au sein d’un groupe, elle vise plus largement tous ceux qui, membres ou pas du groupe prétendu, ont intérêt à ce que son existence soit avérée.

  • 16 Grihl, Écriture et action. xviie-xixe siècle, une enquête collective, Paris, Éditions de l’EHESS, c (...)
  • 17 Voir Jean-Louis Jeannelle, Vincent Debaene, Marielle Macé et Michel Murat (dir.), L’Histoire littér (...)

7Nous considérons donc que les discours des écrivains ne sont pas des documents à part qui diraient la vérité des autres écrits et de la production, collective par exemple, de la littérature et nous proposons d’interroger les récits des groupes (ou issus des groupes) tout autant que les catégories de l’histoire littéraire qu’ils mobilisent16. Si cela vaut pour tous les groupes qui, d’une manière ou d’une autre, cherchent à programmer leur réception en écrivant leur propre histoire – il n’y a en effet pas de doute que l’histoire littéraire des écrivains nourrit en profondeur l’histoire littéraire académique17 –, cela vaut tout particulièrement pour les groupes contemporains qui, comme l’Oulipo, trouvent des relais directs au sein de l’Université (Claude Burgelin) et qui produisent des représentations d’eux-mêmes d’autant plus séduisantes qu’elles battent en brèche le supposé sérieux académique à l’endroit de la littérature. Entre un début de poème claironnant après Hugo que « ce siècle avait trois ans » – 1903 : date de naissance de Queneau – et une fin proclamant que « ce siècle aura cent ans, et l’Oulipo quarante », l’oulipien Jacques Jouet joue ainsi de cette distance avec une autodérision qui, convoquant entre les lignes la figure familière de La Fontaine, favorise la mise en sommeil de toute lecture critique ou du moins de toute historicisation :

  • 18 Jacques Jouet, « L’Oulipo influent », Le Monde des Débats, n°16, 2000, URL :

Il tient ses réunions, son travail de fourmi,
de cigale et de groupe, aime les réjouissances
sérieux et pas sérieux, alternativement,
le rire protégeant des Belles-Lettres rances18.

8Mais comment et jusqu’à quel point désintriquer l’histoire littéraire des récits de fondation ou de clôture que les littérateurs produisent eux-mêmes ? C’est l’un des enjeux, du côté de la déconstruction, de l’outil « fonction-groupe » proposé dans ce numéro.

  • 19 Par exemple : « Revendiquer une avant-garde en l’an 2000, relèverait assurément d’un combat d’arriè (...)
  • 20 Anthony Glinoer et Michel Lacroix, « Introduction », Fabula / Les colloques, La Littérature contemp (...)

9L’exemple du collectif Inculte étudié par Jean-Marc Baud montre à rebours la résistance de la critique universitaire et de la presse à appréhender le groupe, au profit d’une approche centrée sur chacun des auteurs qui le constituent, comme si les récits que le collectif publie restaient sans effet sur le niveau où s’analyse leur création littéraire. Ce n’est que tout récemment, après en être restée pendant plusieurs décennies au constat de la fin des avant-gardes19, qu’elle se trouve en mesure de rendre compte d’un nouveau type de regroupements, les « collectifs », présents dès les lendemains de mai 1968 mais donnant lieu « à l’heure actuelle » à un véritable « collective turn » dont l’« histoire […] reste à écrire »20. S’affirment en effet à cette occasion des sociabilités et des modes de créativité qui cherchent à répondre aux apories des mouvements avant-gardistes en tenant à distance toute forme d’institutionnalisation, en réunissant des singularités autour d’une action plus que d’une doctrine commune et en privilégiant une certaine horizontalité qui peut aller jusqu’au recours à l’anonymat et à l’absence de structures officielles. On mesure à ce titre l’écart qui a pu se creuser entre la variété des modes de production de la littérature, qui s’appuient pour certains sur des collectifs récusant la centralité de l’auteur dans le fait littéraire, et l’histoire universitaire de la littérature, durablement attachée, pour l’histoire du contemporain, à l’idée de la fin des avant-gardes et à une saisie exclusivement individuelle des singularités créatrices. C’est bien l’histoire littéraire en effet, et non les écrivains eux-mêmes, qui peine à penser le regroupement en dehors du cadre avant-gardiste et qui laisse dès lors toute la place à l’individualisation des œuvres et des trajectoires, donc in fine à la fonction-auteur.

  • 21 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », op. cit., respectivement p. 838 et p. 839.

10L’interrogation ne porte pas seulement sur tel ou tel groupe dont la réalité serait sujette à caution et se trouverait trop rapidement relayée par l’histoire littéraire, mais sur la saisie même d’une entité collective, quand la « fonction-groupe » fonctionne comme une fonction-auteur élevée à une échelle supérieure et conduisant comme elle à une forme d’étiquetage. De la même manière que la fonction-auteur telle que la définit Foucault enregistre « les privilèges du sujet » comme entité homogène et maîtresse d’elle-même et de la même manière que le philosophe entend lui « ôter […] son rôle de fondement originaire »21, certaines des contributions ici rassemblées mettent à mal en effet l’affirmation du groupe comme opérateur d’homogénéisation. C’est le cas d’Anna Boschetti, qui montre comment des groupes aussi différents que ceux des médaniens, des surréalistes et des Nouveaux Romanciers forment des entités dans lesquelles la cohésion n’a jamais été synonyme d’unanimité et qui ont été traversées par des divisions, des rivalités et des conflits exigeant de prendre en compte la variété des positions et des trajectoires de leurs membres. C’est également le cas des études de Jean-Luc Martine sur le groupe des rédacteurs de l’Encyclopédie ou de Marie-Paule Berranger sur le groupe surréaliste qui, pour ces aventures au long cours impliquant un grand nombre d’individus, insistent sur la nécessité d’une saisie précise des contextes successifs et des reconfigurations permanentes. Avec ce paradoxe toutefois, bien souligné par Anna Boschetti, que les antagonismes au sein des groupes n’empêchent nullement que leur étiquetage affecte tant les prises de position des auteurs que les œuvres elles-mêmes sous maints rapports proprement esthétiques (genre, style, langage, thèmes, ressorts etc.).

11Quand elles se réduisent à des opérations de classement, fonction-auteur et « fonction-groupe » ont beau sembler fondées sur des a priori philosophiques, voire politiques antagonistes, la première exaltant le génie individuel, la seconde la créativité collective, elles n’en concourent pas moins à produire un résultat comparable. Jean-Luc Martine et Marie-Paule Berranger montrent du reste que souvent elles ne sont nullement en concurrence mais sont accordées l’une à l’autre. Mettre en avant l’unité du groupe des encyclopédistes ne se fait en effet qu’en réduisant leurs diverses positions à celles du seul auteur Diderot dont la pensée particulièrement labile se trouve dans le même temps uniformisée et simplifiée. De même, le surréalisme raconté par la « fonction-groupe » rabat l’ensemble des positions et des pratiques sur celles du seul auteur Breton, lui-même réduit à quelques traits sommaires. On peut même se demander jusqu’à quel point, dans un tel usage de la « fonction-groupe » associé à la valorisation d’individualités exceptionnelles, ce n’est pas finalement l’auteur qui reste le sujet de la création, tandis que le groupe, pourtant lieu d’interactions créatives évidentes, ne constitue plus que l’arrière-plan de son émergence, l’illustration de sa pensée, voire le coupable qui aurait bridé sa créativité.

  • 22 Vincent Kaufmann, Poétique des groupes littéraires (Avant-gardes 1920-1970), Paris, Presses Univers (...)
  • 23 Dionys Mascolo, « Le surréalisme, demain » [La Quinzaine littéraire, octobre 1966], À la recherche (...)

12Par-delà les difficultés rencontrées par les avant-gardes du xxe siècle dans la mise en place de pratiques collectives parfois plus utopiques que réelles (mais qui furent aussi réelles), notre difficulté à concevoir une contestation des pratiques individuelles de la création, à relativiser l’importance de l’auteur au profit d’un groupe quel qu’il soit, est au moins autant liée à l’écriture de l’histoire de la littérature et, dans certains cas, à l’héroïsation des écrivains par eux-mêmes, qu’à notre propre position dans l’histoire. Il y a plus de vingt ans, Vincent Kaufmann posait clairement la question : « Comment imaginer une esthétique communautaire dans un monde qui aurait renoncé à une pensée du partage ? Et plus généralement, quel art imaginer pour une société dans laquelle l’utopie communautaire est tombée en désaffection22 ? » Les cadres théoriques que nous nous donnons ou que nous peinons à contrarier sont à la mesure de l’idéologie libérale qui s’impose aujourd’hui comme cadre de pensée naturel sans être même revendiqué, bien loin de ce « communisme de pensée », que, si difficile fût-il à concevoir d’un point de vue pratique et d’un point de vue théorique, Dionys Mascolo envisageait en 1966 comme « l’un des seuls correctifs visibles de la prodigieuse impuissance de l’esprit dans le monde »23.

Un outil heuristique et critique

13Cela dit, l’utilisation de l’outil « fonction-groupe » ne se réduit nullement à un travail de déconstruction et elle ouvre toute une gamme de recherches possibles dont certains des articles proposés dans ce dossier donnent l’illustration : identification de groupes d’abord inaperçus puis identifiés comme tels à un moment donné de l’histoire littéraire, mise en scène des opérations de groupement et de dégroupement ou encore réflexion sur l’articulation des échelles individuelle et collective.

  • 24 Charles-Augustin Sainte-Beuve, « Les poètes français » [1864], Premiers lundis, Tome III, Paris, Mi (...)
  • 25 Voir notamment Zeev Sternhell, Les Anti-Lumières. Une tradition du xviiie siècle à la guerre froide(...)

14Quand l’histoire littéraire procède a posteriori à l’identification d’un groupe, elle opère un processus de sélection et de rassemblement dans la masse des textes et des auteurs qui peut rendre visible ce qui auparavant ne l’était pas. Une telle opération sert des buts variés et elle présente elle-même des limites. Techniciens de la rime et du vers, les Grands Rhétoriqueurs n’ont longtemps servi que de faire-valoir aux poètes prétendument authentiques de la Renaissance. Pour avoir suivi les savants qui avaient « essayé de frayer un sentier et de tracer une voie dans la presse des détestables rimeurs et rhétoriqueurs qui encombrent la fin du xve siècle », Sainte-Beuve tentait de se sauver « de ce mauvais pas […] à travers ronces et broussailles » et arrivait « tant bien que mal à Marot »24 ! Il fallut attendre les travaux de François Rigolot et Paul Zumthor dans les années 1970, puis de François Cornilliat en 1994, pour que soit interrogée la profondeur sociale et poétique de la pratique des Grands Rhétoriqueurs. L’enjeu est tout différent pour le groupe de penseurs de la fin du xviiie et du début du xixe siècle rassemblés sous la bannière des « anti-Lumières » du fait de leur hostilité à la Révolution française et de leur pensée réactionnaire, autoritaire et holistique. Forgé par l’histoire littéraire à partir des années 1990 pour complexifier le récit des Lumières elles-mêmes, ce groupe a permis de rompre avec la perspective téléologique héritée de la iiie République qui trace un trait continu du xviiie siècle jusqu’à l’ordre civique moderne. Postuler le groupe des anti-Lumières est une façon de résister à l’absorption de tout le siècle par un autre groupe, par ailleurs très individualisé, formé par les philosophes. Encore faut-il interroger l’existence sociale de ce « groupe » : s’il est bien identifié comme « tradition » idéologique, fondée sur la lecture et la reprise d’idées proches25, il reste à savoir s’il a existé comme groupe social de littérateurs, et comment.

  • 26 Neil Kenny, Born to write. Literary Families and Social Hierarchy in Early Modern France, Oxford, O (...)

15Dès lors qu’on travaille à les historiciser, certaines catégories moins stabilisées que d’autres permettent par ailleurs d’observer la production des regroupements qui classent, la façon dont ils s’imposent ou pas, et dans quel cadre. On ne peut de ce point de vue que regretter que les « anti-Lumières » ne figurent pas dans les manuels de l’enseignement secondaire. Marie-Ange Fougère souligne de son côté que, malgré la déconstruction du récit zolien dès les années 1920, l’auto-représentation des médaniens continue de s’imposer avec force dans les ouvrages de vulgarisation à destination des lycéens ou du grand public. Tenter d’identifier ce que l’on fait fonctionner à travers l’affirmation ou la production du groupe fait dès lors apparaître la question des groupes acceptables entérinés par la tradition historiographique, quand bien même ils sont composés d’auteurs dont certains ne se reconnaissent pas d’appartenance (comme certains Nouveaux Romanciers), celle des groupes qu’elle n’envisage que ponctuellement sans inscription pérenne ou sans diffusion large (comme les anti-Lumières), voire celle des groupes qu’elle n’envisage que très rarement (telle la famille qui permet pourtant de penser une autre échelle de l’activité scripturaire, une autre inscription sociale de la littérature, comme le montre, pour la première modernité, l’ouvrage récent de Neil Kenny26).

  • 27 Chloé Maurel, Manuel d’histoire globale : comprendre le « global turn » des sciences humaines, Pari (...)
  • 28 Voir Guillaume Bridet, « Vers une histoire multiscalaire de la littérature française », Revue d’His (...)

16Quand l’historien de la littérature opère des regroupements, il peut se fondre dans la tradition historiographique mais il peut aussi mettre en scène des opérations de groupement et de dégroupement, celles de ses prédécesseurs comme les siennes propres. Ce type d’approche autorise de manière très générale à remettre en cause le nationalisme méthodologique hérité de la iiie République, encore dominant dans l’écriture de l’histoire littéraire aujourd’hui et qui consiste à considérer le groupe littérature française comme une réalité évidente. Dans le cadre de ce que l’historienne Chloé Maurel nomme un « global turn27 », toute une série de travaux ont vu le jour sous diverses dénominations (histoire comparée, histoire croisée, histoire connectée ou histoire transnationale), tandis que se sont développées à partir de la fin des années 1990 les études postcoloniales venues des États-Unis. La prise en compte de ces réflexions peut permettre d’écrire une autre histoire de la littérature française – une histoire multiscalaire – qui, sans chercher à substituer une autre échelle exclusive à l’échelle nationale, observerait les opérations de groupement historiquement constituées par la tradition de l’histoire littéraire et qui proposerait des opérations de regroupement alternatives au groupe France. Il peut s’agir de regroupements plus réduits, fondés sur le local, par exemple autour d’une ville – Arras au xiiie siècle, Lyon à la Renaissance, Marseille en 1940-1941 –, ou plus larges, si l’on considère cette fois les cas variés de la littérature de l’émigration pendant la Révolution française et l’Empire, ou le réseau d’écrivains français en Amérique du Sud pensant la Seconde Guerre mondiale. Si la variation des échelles était un véritable outil de réflexion, ces groupes plus ou moins consistants et aux effets plus ou moins durables viendraient sans aucun doute complexifier et enrichir la nationalisation implicitement parisienne de la littérature française et produiraient d’intéressants renouvellement du corpus comme de son approche28.

17Trois articles montrent ici de manière précise que l’on peut construire le groupe selon des catégories et des échelles différentes qui révèlent des aspects contrastés du fait littéraire. Audrey Duru travaille sur les types d’identification et d’appartenance qu’un recueil d’André Mage de Fiefmelin publié à la charnière des xvie et xviie siècles permet d’envisager, soit que les poètes des Isles de Sainctonge que celui-ci rassemble soient saisis à l’échelle locale comme des auteurs mineurs par rapport aux poètes reconnus à l’époque à l’échelle nationale, soit qu’on les intègre à l’échelle transnationale comme des représentants du baroque ou du maniérisme européens. À l’échelle locale, deux classements différents peuvent être opérés, selon qu’ils apparaissent comme un groupe cherchant à exister collectivement sur le modèle de la Pléiade ou comme les membres d’un corps ecclésial protestant traversé de conflits internes que le recours à la poésie tente de neutraliser. Dinah Ribard étudie pour sa part deux poètes stéphanois des xviie et xviiie siècles, Jean Chapelon et Georges Boiron, que des opérations de librairie ont tantôt rassemblés en accentuant leur commune appartenance à la poésie locale, tantôt dissociés comme relevant de deux classes sociales différentes, celle des artisans pour le premier, et celle des ouvriers pour le second. Ce qui est masqué par de telles opérations, ce sont les liens existant entre la poésie et la communauté de travail dont elle provient pourtant, produisant ces formes d’inscription, que Dinah Ribard appelle « dégroupées », de l’objet social de la poésie dans les histoires littéraires. Faire travailler les groupements d’auteurs et les déplacer, c’est alors apercevoir à quelle échelle restreinte ces histoires reconnaissent le monde social et c’est donc montrer autrement la réalité du fait social de la littérature. Jean-Luc Martine travaille cette dernière question d’une autre manière en proposant, à la lumière des travaux de Popper, de considérer l’entreprise collective de l’Encyclopédie comme « une œuvre sans auteur », véritable « espace […] du débat public » et « activité éminemment sociale ».

  • 29 Paul Bénichou, Morales du Grand Siècle [1949], Paris, Gallimard, coll. Folio Essais, 1995, p. 308. (...)
  • 30 Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Les Éd (...)
  • 31 Pour une réflexion sur l’histoire de cette valeur de la littérature construite au xviie siècle, Lau (...)

18Outil d’examen critique des histoires littéraires existantes, le travail sur les groupes permet d’envisager des histoires alternatives qui mettent en jeu la compréhension même de la présence et de la fonction de la littérature dans le monde social. Dans les Morales du Grand Siècle, livre situé en un moment et en un lieu précis qui lui donnent en partie son sens – « Bergerac, août 194029 » –, l’enquête sur les « conditions morales de la vie sociale au xvii» siècle s’appuie sur l’affirmation, propre à la sociologie durkheimienne, du lien entre les conditions morales de l’existence et l’analyse sociale, et elle produit un sommaire dans la tradition des histoires littéraires lansoniennes. C’est comme naturellement, aux yeux de Bénichou, que s’incarnent dans le canon classique – Corneille, Racine, Molière – les principales conceptions morales dont il fait l’analyse. À l’inverse, envisagés avec les outils de la sociologie bourdieusienne, les « classiques » se voient comme « déclassés ». C’est du moins ce que produit, dans Naissance de l’écrivain de Viala, l’explicitation du lien entre l’institution de la littérature à l’âge classique et les carrières des auteurs. Dégroupement des « classiques » ressaisis dans une étude chiffrée et statistique, regroupements inédits d’auteurs engagés, qui dans une « stratégie de la réussite », qui dans une « stratégie du succès »30 : en 1985, l’effet de désillusion était puissant sur l’approche d’une période identifiée à l’immuable temple de la « langue de Molière ». Et l’on mesure encore ce que cette sociologie a apporté à la pensée du fait social de la littérature : plutôt que de chercher les valeurs de la vie sociale dans la littérature, elle pouvait s’appliquer à historiciser la question de la valeur « littérature » même31.

  • 32 Lucien Goldmann, « Structuralisme génétique et création littéraire », Sciences humaines et philosop (...)

19Il ne s’agit donc pas, avec la « fonction-groupe », d’opposer à la mythologie de l’auteur tout-puissant une contre-mythologie du groupe souverain, à la primauté de la fonction-auteur un nouveau moteur de l’histoire littéraire. Comme d’autres auteurs avant eux – Dionys Mascolo, déjà cité, mais aussi Lucien Goldmann et son idée de « sujet transindividuel32 » –, certains des contributeurs de ce volume tentent de penser, voire de figurer les articulations dynamiques de l’individu et du collectif : Marie-Paule Berranger mobilise la notion d’« égrégore » issu de la tradition hermétique et Alain Cantillon celle d’« individu collectif » empruntée à Vincent Descombes. Peut-être parce qu’ils précèdent le sacre de l’auteur, les écrits de l’époque médiévale apparaissent ici particulièrement propices à une interrogation sur les échelles d’analyse de la production de la littérature. Le cadre pragmatique que se donne Florent Coste, attentif à la matérialité des écrits comme à leurs conditions de production, lui permet d’emprunter une troisième voie entre l’individualisme méthodologique qui valorise la création individuelle et la disparition des singularités que promeut une certaine histoire de la littérature médiévale, voyant dans le texte médiéval une « production collective ». Deux modalités de cette instance intermédiaire de création se dégagent pour lui du foisonnement polygraphique du manuscrit : d’un côté, en synchronie, le travail collectif des ateliers ou scriptorium, de l’autre, en diachronie, les réécritures des copistes successifs n’excluant pas des marges d’initiatives créatrices.

  • 33 Gustave Lanson, « L’histoire littéraire et la sociologie » [1904], Essais de méthode de critique et (...)

20D’un côté, fabriquer du groupe peut conduire à simplifier l’histoire littéraire d’une manière comparable à celle qu’identifie Foucault à propos de la fonction-auteur ; d’un autre côté, faire voir le travail d’une « fonction-groupe » permet d’identifier ses présupposés et ses fins en exposant les opérations de regroupement ou de dégroupement, de fixation ou d’invisibilisation auxquelles se livrent cette histoire ou ces histoires, voire de les affiner en faisant surgir des regroupements inédits. La « fonction-groupe » contribue ainsi à déployer ce « phénomène social33 » qu’est la littérature pour Gustave Lanson et à le saisir dans l’écriture changeante de son histoire.

Haut de page

Bibliographie

Barthes Roland, « Réflexions sur un manuel » [1971], Œuvres complètes, Tome III, 1968-1971, éd. Éric Marty, Paris, Le Seuil, 2002, p. 946-947.

Bénichou Paul, Morales du Grand Siècle [1949], Paris, Gallimard, coll. Folio Essais, 1995.

Bridet Guillaume, « Vers une histoire multiscalaire de la littérature française », Revue d’Histoire littéraire de la France, janvier-mars, 2020/1, p. 175-194.

Bung Stéphanie, « Les salons français dans les manuscrits du xviie siècle », Papers on French Seventeenth Century Literature, Vol. xli, n° 81, 2014, p. 421-432.

Chesney McColl Duncan, « The History of the History of the Salon », Nineteenth Century French Studies, vol. 36, n° 1 & 2, fall-winter 2007, p. 94-108.

Clébert Jean-Paul, Les Daudet : 1840-1940 : une famille bien française, Paris, Presses de la Renaissance, 1988.

Denis Delphine, Le Parnasse galant. Institution d’une catégorie littéraire au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, coll. Lumières classiques, 2001.

Dessy Clément, Fäcker Julie et Saint-Amand Denis (dir.), COnTEXTES, n° 19, « Les lieux littéraires et artistiques », 2017, URL : https://journals.openedition.org/contextes/6288.

Donin Nicolas et Ferrer Daniel (dir.), Créer à plusieurs mains, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2015.

Fabre Mélanie (dir.), Les Études sociales, n° 170, « Couples d’intellectuels, de l’intime au politique (1880-1940) », 2019/2.

Foucault Michel, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » [1969], Dits et écrits 1954-1988, Tome I, 1954-1975, Paris, Gallimard, 1994, p. 789-820.

Genand Stéphanie (dir.), Cahiers staëliens, n° 63, « Écritures intimes dans le Groupe de Coppet », Paris, Classiques Garnier, 2013.

Giavarini Laurence, « Les Caractères, le savoir de la littérature », dans Françoise Poulet, Myriam Tsimbidy, Arnaud Welfringer (dir.), Autres regards sur Les Caractères (de La Bruyère), Neuilly, Atlande, coll. Clefs Concours. Lettres xviie siècle, 2020, p. 105-120.

Glinoer Anthony et Laisney Vincent, L’Âge des cénacles : confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, Paris, Fayard, 2013.

Glinoer Anthony et Lacroix Michel (dir.), La Littérature contemporaine au collectif, Actes en ligne du colloque du même nom (21-22 novembre 2019, université de Sherbrooke, Canada), URL : https://www.fabula.org/colloques/sommaire6671.php

Goldmann Lucien, « Structuralisme génétique et création littéraire », Sciences humaines et philosophie, Paris, Éditions Gonthier, coll. Bibliothèque Médiations, 1978, p. 151-165.

Grihl, Écriture et action. xviie-xixe siècle, une enquête collective, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. En temps et lieux, 2016.

Hofmann Étienne et Rosset François, Le Groupe de Coppet : une constellation d’intellectuels européens, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. Le savoir suisse, 2005.

Jeannelle Jean-Louis, Debaene Vincent, Macé Marielle et Murat Michel (dir.), L’Histoire littéraire des écrivains, préface d’Antoine Compagnon, Paris, Presses de l’Université Paris Sorbonne, coll. Lettres françaises, 2013.

Kaufmann Vincent, Poétique des groupes littéraires (Avant-gardes 1920-1970), Paris, Presses Universitaires de France, coll. Écriture, 1997.

Kenny Neil, Born to write. Literary Families and Social Hierarchy in Early Modern France, Oxford, Oxford University Press, 2020.

Lanson Gustave, « L’histoire littéraire et la sociologie » [1904], Essais de méthode de critique et d’histoire littéraire, rassemblés et présentés par Henri Peyre, Paris, Hachette, 1965, p. 61-80.

Lilti Antoine, Le Monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

Lionetto Adeline (dir.), Le Verger, Bouquet xiii, « Œuvre collective et sociabilité du xve au xviie siècle », 2019, URL : http://cornucopia16.com/blog/2019/01/05/bouquet-xiii-oeuvre-collective-et-sociabilite-du-xve-au-xviie-siecle.

Longuemarre Alphonse (de), Une Famille d’auteurs aux xvie, xviie, xviiie siècles : les Sainte-Marthe, essai historique et littéraire d’après de nombreux documents inédits, Paris, Alphonse Picard et Cie, 1902.

Lotterie Florence (dir.), Cahiers staëliens, n° 62, « Coppet : correspondances et réseaux épistolaires », Paris, Classiques Garnier, 2012.

Maître Myriam, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au xviie siècle [1999], édition revue, corrigée et augmentée, Paris, Champion, 2008.

Marchal Roger (dir.), Vie des salons et activités littéraires, de Marguerite de Valois à Mme de Staël, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2001.

Mascolo Dyonis, À la recherche d’un communisme de pensée, Paris, Fourbis, 1993.

Morel Denise, Porter un talent, porter un symptôme : les familles créatrices, Paris, Éditions Universitaires, coll. Émergences, 1988.

Noudelmann François, Avant-gardes et modernité, Paris, Hachette, coll. Contours Littéraires, 2000.

Pellegrini Carlo, Madame de Staël e il Gruppo di Coppet, Bologna, Patron, coll. Testi e saggi di letterature moderne, 1974.

Priebe Martina, Les Modes de sociabilité au château de Coppet à l'époque de Germaine de Staël (1766-1817), Genève, Droz, 2017.

Rabinovitch Oded, Les Perraults. A Family of Letters in Early Modern France, Ithaca, Cornell University Press, 2018.

Saint-Amand Denis (dir.), La Dynamique des groupes littéraires, Liège, Presses de l’Université de Liège, coll. Situations, 2016. 

Schapira Nicolas, Un professionnel des lettres au xviie siècle. Valentin Conrart : une histoire sociale, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

Viala Alain, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. Le sens commun, 1985.

Viart Dominique et Vercier Bruno, La Littérature française au présent. Héritage, modernité, mutation [2005], Paris, Bordas, 2e édition augmentée, 2008.

Haut de page

Notes

1 Roland Barthes, « Réflexions sur un manuel » [1971], Œuvres complètes, Tome III, 1968-1971, éd. Éric Marty, Paris, Le Seuil, 2002, p. 946-947. Barthes écrit ainsi, non sans ironie, que « le xvie siècle, c’est la vie débordante ; le xviie siècle, c’est l’unité ; le xviiie siècle, c’est le mouvement, et le xixe siècle, c’est la complexité » (p. 946).

2 Ces articles sont issus d’un colloque, organisé par Guillaume Bridet et Laurence Giavarini à l’université de Bourgogne les 6 et 7 décembre 2018, Une « fonction- groupe » dans les histoires littéraires (Moyen Âge-xxie siècles) ?. Ce colloque lui-même faisait suite à un premier atelier organisé par Laurence Giavarini le 28 novembre 2016 et intitulé À quoi servent les groupes dans l’histoire du littéraire ?

3 Voir en particulier Adeline Lionetto (dir.), Le Verger, Bouquet xiii, « Œuvre collective et sociabilité du xve au xviie siècle », 2019, URL : http://cornucopia16.com/blog/2019/01/05/bouquet-xiii-oeuvre-collective-et-sociabilite-du-xve-au-xviie-siecle [consulté le 18 septembre 2020] ; Clément Dessy, Julie Fäcker et Denis Saint-Amand (dir.), COnTEXTES, n° 19, « Les lieux littéraires et artistiques », 2017, URL : https://journals.openedition.org/contextes/6288 [consulté le 18 septembre 2020] ; Denis Saint-Amand (dir.), La Dynamique des groupes littéraires, Liège, Presses de l’Université de Liège, coll. Situations, 2016 ; Nicolas Donin et Daniel Ferrer (dir.), Créer à plusieurs mains, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2015 ; Anthony Glinoer et Michel Lacroix (dir.), La Littérature contemporaine au collectif, Actes en ligne du colloque du même nom (21-22 novembre 2019, université de Sherbrooke, Canada), URL : https://www.fabula.org/colloques/sommaire6671.php [consulté le 13 janvier 2021] ; et le séminaire « Instituer le collectif dans la création » organisé par le groupe de recherche interdisciplinaire ALEF (Arts-Littérature-Échanges-Frontières) à l’Université Rennes 2, URL : https://laboalef.hypotheses.org/926 [consulté le 6 septembre 2021]

4 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » [1969], Dits et écrits 1954-1988, Tome I, 1954-1975, Paris, Gallimard, coll. Quarto, 2001, p. 827. Voir aussi la présentation et le commentaire de cette conférence par Dinah Ribard dans 1969 : Michel Foucault et la question de l’auteur. « Qu’est-ce qu’un auteur? », Paris, Honoré Champion, coll. Textes critiques français, 2019.

5 Ibid., p. 828.

6 Ibid., p. 828-829.

7 Ibid., p. 826.

8 Voir les travaux de Delphine Denis sur la « scène d’énonciation galante », notamment Le Parnasse galant. Institution d’une catégorie littéraire au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, coll. Lumières classiques, 2001, iiie partie.

9 Voir pour la première, Clélie, histoire romaine, Paris, Augustin Courbé, 1656-1661, et la seconde, Recueil des portraits et éloges en vers et en prose, Paris, Charles de Sercy, 1659. Sur cela, on lira Myriam Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au xviie siècle [1999], édition revue, corrigée et augmentée, Paris, Champion, 2008.

10 Roger Marchal (dir.), Vie des salons et activités littéraires de Marguerite de Valois à Mme de Staël, op. cit., et Antoine Lilti, Le Monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005. Sur l’hôtel de Rambouillet en particulier, voir Nicolas Schapira, Un professionnel des lettres au xviie siècle. Valentin Conrart : une histoire sociale, Seyssel, Champ Vallon, 2003. 

11 Stendhal, Rome, Naples et Florence en 1817, 6 juillet 1817, Paris, Michel Léry, 1856, p. 423.

12 Voir notamment les numéros 62 et 63 des Cahiers staëliens, sous-titrés significativement « Germaine de Staël et le groupe de Coppet », respectivement présentés par Stéphanie Genand et Florence Lotterie en 2012 et en 2013, le premier intitulé « Coppet : correspondances et réseaux épistolaires », le second, « Écritures intimes dans le Groupe de Coppet ».

13 De Carlo Pellegrini, Madame de Staël e il Gruppo di Coppet, Bologna, Patron, coll. Testi e saggi di letterature moderne, 1974, à Martina Priebe, Les Modes de sociabilité au château de Coppet à l’époque de Germaine de Staël (1766-1817), Genève, Droz, 2017, en passant par Étienne Hofmann et François Rosset, Le Groupe de Coppet : une constellation d’intellectuels européens, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. Le savoir suisse, 2005.

14 Voir Anthony Glinoer et Vincent Laisney, L’Âge des cénacles : confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, Paris, Fayard, 2013.

15 Sur ce point, lire Duncan McColl Chesney, « The History of the History of the Salon », Nineteenth Century French Studies, vol. 36, n° 1 & 2, fall-winter 2007, p. 94-108, et Stéphanie Bung, « Les salons français dans les manuscrits du xviie siècle », Papers on French Seventeenth Century Literature, Vol. xli, n° 81, 2014, p. 421-432.

16 Grihl, Écriture et action. xviie-xixe siècle, une enquête collective, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. En temps et lieux, 2016.

17 Voir Jean-Louis Jeannelle, Vincent Debaene, Marielle Macé et Michel Murat (dir.), L’Histoire littéraire des écrivains, préface d’Antoine Compagnon, Paris, Presses de l’Université Paris Sorbonne, coll. Lettres françaises, 2013.

18 Jacques Jouet, « L’Oulipo influent », Le Monde des Débats, n°16, 2000, URL :

https://www.oulipo.net/fr/loulipo-influent [consulté le 6 septembre 2021]

19 Par exemple : « Revendiquer une avant-garde en l’an 2000, relèverait assurément d’un combat d’arrière-garde. Nous l’avons sagement compris depuis plusieurs décennies, les avant-gardes sont mortes. » (François Noudelmann, Avant-gardes et modernité, Paris, Hachette, coll. Contours Littéraires, 2000, p. 5). Dominique Viart et Bruno Vercier font le même constat d’ « une nouvelle période esthétique qui commence à se dessiner » depuis les années 1980 : « les revues d’avant-garde s’éteignent les unes après les autres, les groupes esthétiques se dissolvent sans que d’autres ne viennent les remplacer, les manifestes et théories autour desquels ils s’étaient rassemblés perdent leur aura » (Dominique Viart et Bruno Vercier, La Littérature française au présent. Héritage, modernité, mutation [2005], Paris, Bordas, 2e édition augmentée, 2008, p. 8).

20 Anthony Glinoer et Michel Lacroix, « Introduction », Fabula / Les colloques, La Littérature contemporaine au collectif, URL : http://www.fabula.org/colloques/document6676.php [consultée le 13 janvier 2021].

21 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », op. cit., respectivement p. 838 et p. 839.

22 Vincent Kaufmann, Poétique des groupes littéraires (Avant-gardes 1920-1970), Paris, Presses Universitaires de France, coll. Écriture, 1997, p. 5-6.

23 Dionys Mascolo, « Le surréalisme, demain » [La Quinzaine littéraire, octobre 1966], À la recherche d’un communisme de pensée, Paris, Fourbis, 1993, p. 215. Le passage cité ici est repris dans la revue surréaliste L’Archibras, n° 1, avril 1967, p. 25.

24 Charles-Augustin Sainte-Beuve, « Les poètes français » [1864], Premiers lundis, Tome III, Paris, Michel Lévy, 1875, p. 168.

25 Voir notamment Zeev Sternhell, Les Anti-Lumières. Une tradition du xviiie siècle à la guerre froide [2006], Rééditon revue et augmentée, Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 2010 ; et Didier Masseau, « Qu'est-ce que les anti-Lumières ? », Dix-huitième siècle, n° 46, 2014/1, p. 107-123.

26 Neil Kenny, Born to write. Literary Families and Social Hierarchy in Early Modern France, Oxford, Oxford University Press, 2020. En dehors de ce travail qui étudie la valeur du fait littéraire en lien avec la question hiérarchique, on trouve peu de travaux sur cette question : voir Alphonse de Longuemarre, Une Famille d’auteurs aux xvie, xviie, xviiie siècles : les Sainte-Marthe, essai historique et littéraire d’après de nombreux documents inédits, Paris, Alphonse Picard et Cie, 1902 ; Jean-Paul Clébert, Les Daudet : 1840-1940 : une famille bien française, Paris, Presses de la Renaissance, 1988 ; ou, plus récemment, Oded Rabinovitch, Les Perraults. A Family of Letters in Early Modern France, Ithaca, Cornell University Press, 2018. Voir aussi dans une perspective psychanalytique, Denise Morel, Porter un talent, porter un symptôme : les familles créatrices, Paris, Éditions Universitaires, coll. Émergences, 1988. La démarche pourrait même aller jusqu’à considérer la création des couples qui invisibilisent souvent la contribution de la femme : Mélanie Fabre (dir.), Les Études sociales, n° 170, « Couples d’intellectuels, de l’intime au politique (1880-1940) », 2019/2.

27 Chloé Maurel, Manuel d’histoire globale : comprendre le « global turn » des sciences humaines, Paris, Armand Colin, coll. U, 2014.

28 Voir Guillaume Bridet, « Vers une histoire multiscalaire de la littérature française », Revue d’Histoire littéraire de la France, janvier-mars, 2020/1, p. 175-194.

29 Paul Bénichou, Morales du Grand Siècle [1949], Paris, Gallimard, coll. Folio Essais, 1995, p. 308. Voir aussi p. 297 : « L’examen de ce qui s’est pensé autrefois n’a de sens et de vertu véritables que par rapport au présent et à l’avenir ».

30 Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. Le sens commun, 1985, p. 183-185 sq.

31 Pour une réflexion sur l’histoire de cette valeur de la littérature construite au xviie siècle, Laurence Giavarini, « Les Caractères, le savoir de la littérature », dans Françoise Poulet, Myriam Tsimbidy, Arnaud Welfringer (dir.), Autres regards sur Les Caractères (de La Bruyère), Neuilly, Atlande, coll. Clefs Concours- Lettres xviie siècle, 2020, p. 105-120.

32 Lucien Goldmann, « Structuralisme génétique et création littéraire », Sciences humaines et philosophie, Paris, Éditions Gonthier, coll. Bibliothèque Médiations, 1978, en particulier p. 152-154.

33 Gustave Lanson, « L’histoire littéraire et la sociologie » [1904], Essais de méthode de critique et d’histoire littéraire, rassemblés et présentés par Henri Peyre, Paris, Hachette, 1965, p. 66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Bridet et Laurence Giavarini, « Introduction  »COnTEXTES [En ligne], 31 | 2021, mis en ligne le 15 octobre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10318 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.10318

Haut de page

Auteurs

Guillaume Bridet

Université de Bourgogne – CPTC

Laurence Giavarini

Université de Bourgogne – LIR3S

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search