Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques31La littérature médiévale est-elle...

La littérature médiévale est-elle bien un atelier d’écriture ?

Florent Coste

Texte intégral

  • 1 Les réflexions de cet article ont continué à se développer, après le colloque sur la fonction-group (...)
  • 2 Denis Saint-Amand (dir.), La Dynamique des groupes littéraires, Liège, pul, 2016.
  • 3 Les exemples sont légion : on peut penser, à la suite de Lautréamont prônant une poésie « faite par (...)

1On peut s’accorder à reconnaître que le vocable et la grammaire de l’analyse littéraire, en faisant de l’auteur l’une de ses notions cardinales, reposent sur un individualisme méthodologique relativement impensé1. Il en va là de l’héritage d’une mythologie romantique fondée sur l’originalité, l’inspiration et la singularité, dont nous ne sommes pas tout à fait affranchis, doublée d’une institution de l’écrivain reposant sur la signature, les droits d’auteur et l’accumulation de capital symbolique au sein d’un champ autonomisé. Les avant-gardes poétiques ont assez vertement bousculé ces cadres, non seulement en formant des groupes littéraires aussi divers que des écoles, des revues, des mouvements, des collectifs2, mais aussi en pratiquant l’écriture anonyme, collective, collaborative ou encore non-créative3. Ces expérimentations mériteraient certes qu’on en fasse l’histoire, mais elles incitent surtout à relativiser nos propres catégories d’analyse, y compris pour des périodes qui leur sont largement antérieures.

  • 4 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » [1969], éd. Daniel Defert et François Ewald, Paris, G (...)
  • 5 Béatrice Fraenkel, « Le terme auteur en français : analyse lexicographique d’un terme fossile », Mo (...)
  • 6 Pour reprendre l’heureuse formule d’Edwige Keller-Rahbé (dir.), Les Arrière-boutiques de la littéra (...)
  • 7 Pour une approche institutionnelle de l’art, voir Howard Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flamma (...)
  • 8 Voir Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, É (...)

2Ces cadres d’analyse à forte empreinte auctoriale ne sauraient occulter le fait que toute littérature résulte d’une production collective mobilisant une somme d’acteurs plus ou moins articulés, regroupés, organisés et unifiés. L’une des vertus de la « fonction-auteur » de Michel Foucault est d’opérer une forme de déflation à l’égard du concept d’auteur, réduit à un simple critère de classement d’une masse documentaire si vertigineuse et déconcertante qu’il importe d’y mettre de l’ordre4. Il n’est pas inutile de rappeler en effet que, défini dans les dictionnaires de l’âge classique par une formule copulative comme « celui qui est la cause première de quelque chose », l’auteur a « le profil étonnant d’un acteur qui n’agit pas5 ». Il constitue davantage un statut juridique et taxinomique, tendant à reléguer et à occulter dans « les arrière-boutiques de la littérature »6 toutes les autres causes secondes qui contribuent pourtant à l’existence matérielle et institutionnelle de l’œuvre. Ainsi, l’existence de l’écrivain (en tant qu’il est distinct de l’inscripteur et de la personne civile) est difficilement dissociable des espaces sociaux normés – les « mondes de l’art7 » – où il peut trouver la reconnaissance par des postures et des mises en scène8.

  • 9 Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Le Seuil, 1979 ; Bernard Cerquiglini, Éloge de la (...)
  • 10 Voir Michel Zimmermann (dir.), Auctor et auctoritas, Invention et conformisme dans l’écriture médié (...)

3L’auctorialité est une question lancinante pour ceux qui étudient les textes du Moyen Âge. Et ce à plusieurs titres : le régime ontologique du manuscrit (avant la reproductibilité technique de l’imprimé) suppose d’une part une instabilité du texte (« mouvance » de Paul Zumthor, « variance » de Bernard Cerquiglini, « manuscriture » de Daniel Poirion9) qui requiert un travail philologique pour son établissement, d’autre part une répartition des tâches créatives, productives et reproductives différentes de celles requises par le livre moderne, le tout en l’absence d’un champ littéraire pleinement constitué et de gestes de publication en tant que telle. On le sait, l’auctor médiéval constitue avant tout l’augmentateur d’une matière préexistante et le maillon d’une chaine qui le dépasse10.

La littérature médiévale comme création collective : un débat ancien et lancinant

  • 11 « Vous voyez, la vie d’autrefois n’était peut-être pas si insupportable. […] tous les jours, le mar (...)
  • 12 « Allez voir dans vos livres d’histoire qui a construit l’abbaye de Westminster, qui a construit Sa (...)

4Dès le xixe siècle, la médiévistique naissante n’a bien sûr pas esquivé ces questions qui engagent implicitement des positions tant sociologiques que politiques sur la représentation du travail et de l’art au Moyen Âge. Le romantisme a contribué à l’invention (au sens de la redécouverte et de l’exhumation) de la littérature médiévale, en y cherchant les origines d’un génie national et des formes de production spontanée et collective dont il a sans doute exagéré l’anonymat. L’éminent illustrateur et traducteur en anglais de textes arthuriens et épiques qu’est William Morris a assuré son ardente promotion des arts décoratifs, populaires et mineurs en idéalisant la créativité du travail artisanal médiéval11 et en cherchant à réhabiliter la mémoire des ouvriers anonymes des chantiers des cathédrales12. Cette exaltation nostalgique de l’artisanat médiéval s’est construite chez Morris en congruence avec un socialisme fustigeant farouchement l’industrialisation capitaliste et les formes agressives d’aliénation dans le travail ouvrier qu’il imposait.

  • 13 Gaston Paris, Légendes du Moyen Âge, Paris, Hachette, 1903, p. 47-48.
  • 14 Pierre Champion, Le Manuscrit autographe des poésies de Charles d’Orléans, Paris, Champion, 1907, p (...)

5C’est dire combien de telles interrogations sur la nature collective de l’écriture médiévale sont susceptibles d’introduire certains biais historiographiques et de laisser transparaître des positions politiques ou esthétiques. On rappellera ainsi que le genre de la chanson de geste a cristallisé un débat au long cours et tout à fait symptomatique autour de l’individualité des auteurs épiques au Moyen Âge, et particulièrement autour de l’identité de Turoldus dans la Chanson de Roland. Cette controverse oppose très schématiquement une position individualiste (incarnée par Joseph Bédier dans les Légendes épiques et postulant une impulsion individuelle à la formation de la Chanson) et une position traditionnaliste (pour un de ses représentants, Gaston Paris, l’œuvre aurait été constituée par une succession d’auteurs individuels exposés à des chants et récits circulant autour d’eux, tantôt des colporteurs-jongleurs à la personnalité sinon peu marquée, du moins effacée, tantôt des trouvères davantage maîtres de leur matière, de sorte que « l’auteur de la Chanson de Roland s’appelle Légion13 »). S’il est clair qu’elle est travaillée par des jugements esthétiques (la beauté prêtée à certaines chansons plaide en faveur des individualistes, tandis que leurs incohérences et leurs contradictions favorisent les positions de leurs opposants), cette controverse, pour partie éculée, n’en reste pas moins exemplaire de la situation des médiévistes, qui travaillent tantôt en traquant une trace de l’auteur, pour en reconnaître le génie ou en légitimer une valeur littéraire (par exemple Pierre Champion devant le manuscrit autographe de Charles d’Orléans14), tantôt en arpentant une plus vaste et plus impersonnelle tradition peuplée de copistes sans nom ni visage et en recomposant indirectement et hypothétiquement le profil intellectuel d’un auteur empiriquement inaccessible. Pourtant, entre ces deux options, il existe au sein de la textualité médiévale une gamme étendue de formes d’actions collectives – ni individuelles, ni impersonnelles –, qui transparaissent dans le langage des acteurs médiévaux et que l’on est par conséquent en droit de reconstruire comme catégories d’analyse.

6Dans l’Éloge de la variante, Bernard Cerquiglini assimila la littérature médiévale à un atelier d’écriture dans une formule bien connue des médiévistes et souvent citée :

  • 15 Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante, op.cit., p. 57.

Qu’une main fut première, parfois, sans doute, importe moins que cette incessante récriture d’une œuvre qui appartient à celui qui, de nouveau, la dispose et lui donne forme. Cette activité perpétuelle et multiple fait de la littérature médiévale un atelier d’écriture. Le sens y est partout, l’origine nulle part.15

  • 16 Speculum, 65, 1990, p. 1-108 ; Marina S. Brownlee, Kevin Brownlee et Stephen G. Nichols (dir.), The (...)
  • 17 Keith Busby, Codex and Context. Reading Old French Verse Narrative in Manuscripts, Amsterdam, Rodop (...)

7Il est important de noter dès maintenant combien l’ouvrage de Bernard Cerquiglini, en rencontrant une réception favorable aux États-Unis, s’est trouvé à l’origine d’un débat fondamental dans les années 1990 autour de la New Philology16 – mouvement controversé qui a puissamment soutenu la dimension collective de la littérature médiévale. On affirma alors que sous le régime d’incessante hypertextualité propre à la variance médiévale, les interventions du copiste ne viennent pas nécessairement corrompre le texte copié, que la copie n’exclut pas des marges d’initiatives créatrices, qu’il conviendrait sans doute, à distance des rôles ancillaires confiés au copiste et au scribe, d’en affirmer le primat sur l’auteur, et de porter une attention accrue aux manuscrits, à leur matérialité et à leurs mises en page17.

  • 18 Ce que remarque pour les ateliers d’écriture contemporains Frédéric Chateigner, Une Société litte (...)

8Sans rentrer dans le détail de la controverse, ni devoir d’ailleurs souscrire aux camps qui se sont vivement opposés, peut-on prendre la formule de Bernard Cerquiglini au sérieux et de manière non métaphorique, pour forger avec la notion d’atelier un cadre rigoureux d’analyse collective de la production littéraire médiévale ? C’est à cette simple mais épineuse question que le présent article va tenter de répondre, en proposant de frayer une troisième voie entre individualisme et traditionnalisme. En effet, la notion d’atelier – notion, il faut le souligner, rarement définie et dépliée parce que sans doute évidente – désigne une unité de production, impliquant d’articuler une approche économique (c’est une activité inscrite au sein d’un marché, articulant une offre et une demande) et une approche sociologique (c’est une microsociété mobilisant et organisant des compétences et des savoir-faire divers et complémentaires, amenés à se coordonner selon une répartition des tâches déterminée). À ce titre, l’activité d’écriture présente l’intérêt de se situer à une échelle intermédiaire, au-delà du plan des écritures ordinaires et de l’activité individuelle du scribe ou de l’auteur (mis ainsi en minorité), mais en-deçà du plan plus institutionnalisé et holistiquement structuré du « champ » par exemple. Intercalée entre ces deux niveaux, l’échelle de l’atelier est d’autant plus difficile à observer18.

Auteurs pluriels et auteurs collectifs

9Deux écueils doivent certainement être évités : l’application anachronique d’une approche auctoriale à des corpus situés avant la naissance de l’écrivain et une réduction de l’histoire littéraire du Moyen Âge à une simple tradition où prévalent l’autorité et l’anonymat. L’enjeu de la fonction-groupe paraît de fixer des catégories d’analyse intermédiaires propres à identifier des acteurs collectifs et à donner les moyens d’en décrire les manières de faire. Aussi paraît-il loisible d’opérer quelques distinctions élémentaires dans l’immense variété des situations offertes par la littérature médiévale.

  • 19 Dominique Poirel. L’École de Saint-Victor de Paris : Influence et rayonnement du Moyen Âge à l’époq (...)
  • 20 Wagih Azzam, « Société Anonyme », dans Sébastien Douchet et Valérie Naudet (dir.), L’Anonymat dans (...)
  • 21 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », art. cit., p. 832.

10Un premier type d’acteur collectif d’importance peut être celui des ordres religieux dont on sait combien ils sont caractérisés par une organisation des savoirs, une formation intellectuelle, des types de bibliothèques, un savoir-faire dans les mises en page, en texte et en livre. Un bon exemple, étudié magistralement par Dominique Poirel, serait celui de l’école des Victorins durant le xiie siècle dont on connait la contribution considérable à la littérature du Graal19. Dans de telles configurations, ce que nous sommes tentés d’identifier comme un auteur individuel renvoie plutôt à une équipe marquée par son appartenance communautaire. Ainsi de nos manières de désigner le compilateur de la fameuse Légende dorée : si bien souvent l’on en renvoie l’auctorialité à une identité communautaire (« Jacques de l’ordre des frères prêcheurs »), l’autre désignation qui a cours (« Jacques de Voragine ») ne constitue en définitive qu’un pseudonyme forgé (sur la variante de Varazze, petite ville de la côte ligure, dont serait originaire le dominicain) et flatteur (la voragine désigne en italien le gouffre de connaissances encyclopédiques du compilateur), venant recouvrir et déborder largement le seul Jacopo frère dominicain ligure qui a piloté et coordonné une équipe de compilateurs pour constituer cette somme hagiographique destinée essentiellement à la prédication de sanctis. Individu collectif quasi soluble dans le titre de la compilation hagiographique, « Jacques de Voragine » fonctionne comme une marque de fabrique dont l’ensemble des frères prêcheurs pouvait s’autoriser et cautionnant une méthode de travail, un rapport intellectuel aux sources et des possibilités d’usages. De même pourrait-on évoquer Jehan Bodel, nom sans corps qui porte une identité littéraire plus que biographique et qui, selon Wagih Azzam, ne recouvre finalement jamais qu’une « société anonyme (voire une société à responsabilité illimitée tant il est vrai que l’éditeur moderne s’inscrit à son tour dans la chaîne des lecteurs-écrivains qui réactualisent les œuvres du Moyen Âge)20 ». Ces labels fonctionnent ainsi comme des « fondateurs de discursivité21 », c’est-à-dire comme des matrices déployant des ressources discursives disponibles à d’autres acteurs.

  • 22 La question de la réécriture hagiographique a été profitablement ressaisie à travers l’hypertextual (...)
  • 23 Brunetto Latini, La Rettorica, éd. F. Maggini, Firenze, Le Monnier, 1968, p. 6 : « L’autore di ques (...)

11Ces situations amènent à envisager ces productions collectives et ces groupes d’écriture dans une perspective plus diachronique. Une communauté graphique peut être soudée par des chaines d’écriture étalées dans le temps, ce qui revient à bien distinguer des œuvres à auteurs pluriels (et non collectifs). Ces cas bien connus d’auctorialités plurielles sont essentiellement permis par les situations de traduction, de continuation, de complémentation, de réécriture22 : certains cas sont fameux (Jean de Meung et Guillaume de Lorris pour le Roman de la Rose ; Chrétien de Troyes et Godefroi de Leigni pour le Chevalier de la charrette ; le Conte du Graal et ses continuations) ; d’autres entrelacent toutes ses opérations, si l’on pense au frère hospitalier Jean de Vignay qui traduit la Légende dorée de Jacques de Voragine, ensuite complétée par les Festes Nouvelles de Jean Golein, puis révisée par Jean Batailler ; d’autres, enfin, sont plus déconcertants : Brunetto Latini traduit en volgare toscan les dix-sept premiers chapitres du De inventione de Cicéron dans sa Rettorica, dans l’optique d’actualiser la rhétorique antique, de dilater l’horizon d’application de l’œuvre de l’orateur et mettre la force de la parole au service du gouvernement communal ; ce travail de traduction, d’adaptation et d’actualisation se fonde explicitement sur une auctorialité double et partagée entre Brunetto et Cicéron23.

  • 24 Tristan et Iseult. Les poèmes français. La saga norroise, Paris, Livre de poche, coll. Lettres goth (...)
  • 25 Paul Meyer, « Les premières compilations françaises d’histoire ancienne », Romania, n° 53, 1885, p. (...)
  • 26 Catherine Croizy-Naquet, Écrire l’histoire romaine au début du xiiie siècle : L’Histoire ancienn (...)

12Toujours est-il que l’œuvre médiévale peut présenter des dimensions et une durée de vie qui excèdent la vie et les compétences d’un seul auteur : sans même parler du livre collectif par excellence qu’est la Bible au Moyen Âge – livre de livres ou sorte de livre-bibliothèque aux recompositions au long cours –, on peut songer au cas bien connu de Tristan et Yseult, immense œuvre collective européenne dont Thomas et Béroul n’ont proposé que des versions parmi d’autres24. Un autre cas instructif est ce qu’on appelle aujourd’hui L’Histoire ancienne jusqu’à César – titre fixé tardivement par Paul Meyer pour couvrir une histoire globale du monde depuis la Genèse jusqu’à la fin de la République romaine. L’œuvre a connu deux rédactions au fonctionnement distinct et produites en des contextes très différents, l’une dans le Nord de la France ou à Acre dans les États latins d’Orient au début du xiiie siècle, les Estoires Rogier attribuées à Wauchier de Denain ; l’autre au début du xive siècle dans la Naples angevine25. L’œuvre historiographique s’associe parfois dans un montage codicologique presque stabilisé aux Faits des Romains – une vie de Jules César compilée au début du xiiie siècle qui en offre une suite satisfaisante26.

13La fonction-auteur ayant perdu là une partie de sa pertinence, ce sont alors les assemblages sociaux et professionnels impliqués dans la fabrication en atelier et dans la commande de l’œuvre qu’il convient alors de reconstituer et de décrire.

Le travail collaboratif de l’écriture

  • 27 Voir par exemple Matthew Fisher, Scribal Authorship and the Writing of History in Medieval England, (...)
  • 28 Luca Barbieri, « L’atelier du poète. Arts poétiques et métaphores artisanales dans la littérature m (...)
  • 29 Christine de Pizan, Epistre Othea, éd. Gabriella Parussa, Genève, Droz, 2008, p. 196, v. 50.
  • 30 Olivier Delsaux, Manuscrits et pratiques autographes chez les écrivains français de la fin du Moyen (...)

14À la différence de l’imprimé qui tend progressivement à disjoindre conception intellectuelle et fabrication manuelle, les acteurs de l’écrit au Moyen Âge entrelacent sans cesse production et reproduction, de sorte qu’on ne saurait concevoir l’écriture et la lecture comme deux séquences d’action disjointes et successives27. Preuve en est, un théologien comme Bonaventure de Bagnoregio ne conçoit pas de solution de continuité entre scriptor, compilator, commentator, auctor – l’auctor n’est en définitive qu’un scribe un peu plus interventionniste que les autres. Par déférence envers l’intimidante auctoritas de leurs prédécesseurs, les auteurs cultivent donc une humilité toute topique et se représentent par des gestes artisanaux : dans les arts poétiques latins, le poète est tisseur, forgeron, charpentier, architecte ou s’adonnant à des tâches agricoles ou horticoles, dont se prévalent aussi les compilateurs de florilèges ; reprenant l’image due à Horace ou à Ovide, le poète polit son langage avec la lime de son style pour en ôter la rouille ; de son côté, le troubadour sait habilement entrebescar, combiner et entrelacer les mots dans une trame bien construite28. À la fin du Moyen Âge, avec l’affirmation de nouvelles figures intellectuelles en milieu curial, la rédaction autographe revêt une importance nouvelle et l’imaginaire de l’écrit valorise les topiques manuelles et ouvrières – ainsi de Christine de Pizan creusant le sillon de l’écriture par le « labour d’estudes29 » – dans un continuum entre scribe, escripvant, escrivain30.

  • 31 Pour la période médiévale, c’est du côté de l’histoire des savoirs théologiques et philosophiques q (...)

15S’ils ne contribuent pas toujours à l’évocation d’un travail collectif, ces registres d’action empruntés au travail manuel constituent toutefois un rappel élémentaire aux conditions concrètes de production de l’écrit qui, loin d’avoir lieu hors du monde social tout comme d’autres opérations intellectuelles31 et loin de ne concerner que des individualités isolées, impliquent de s’inscrire de manière collaborative dans une chaine de travail. Ces conditions matérielles de travail transparaissent ponctuellement malgré la distance qui nous sépare de la documentation médiévale. Le Livre de Sidrac ne manque pas de souligner combien l’écriture comme art (technè et savoir-faire pratique) exige un investissement total :

  • 32 Cité par Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Moyen Âge (xiie-xve siècle) », dans Jean-Yves Tadié (dir. (...)

Qui escrit, il travaille tout son cors et les ielz et la cervelle et les rains, si n’ose penser ne regarder ne rire ne parler ne oïr ne escouter mais que en son escrivre, et qui ne set escrire ne cuide que l’escripture soit art32.

  • 33 Au-delà des prières formulaires pour le salut du scribe, on retiendra les colophons qui font le déc (...)

16De telles conditions surgissent aussi quand les escrivains (les scribes), ni invisibles, ni transparents, en déplorent la pénibilité aux seuils des manuscrits qui ont été recopiés necnon difficultates aliquibus. Ces plaintes concernant le froid, l’obscurité, la qualité médiocre de l’encre ou du parchemin ou la fin de journée qui tarde à venir invitent à relire les colophons et les explicits (quand bien même ils ne le thématisent pas) comme de grands soupirs de soulagement et de libération de la part de copistes qui ne sont rien moins que de simples courroies de transmission33.

  • 34 Exception notable, Pierart dou Tielt, copiste et enlumineur, d’un manuscrit de la Queste del saint (...)
  • 35 Voir Pecia. Le livre et l’écrit, n° 19, « Outils et pratiques des artisans du livre au Moyen Âge », (...)
  • 36 Voir Richard H. Rouse et Mary A. Rouse, Manuscripts and their Makers. Commercial Book Producers in (...)
  • 37 Voir Paul Bertrand, Les Écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire (ent (...)

17Si rares sont les copistes qui s’occupent seuls de la fabrication de l’intégralité du manuscrit34, cet objet coûteux en matériaux comme en énergie mobilise par conséquent une quantité importante d’acteurs qui y œuvrent (copistes, enlumineurs, calligraphes, relieurs, auteurs, secrétaires, stationnaires, commanditaires, libraires travaillant aussi bien à la fabrication qu’à la commercialisation du livre)35. Leurs relations professionnelles impliquent à n’en pas douter une étroite coordination et un réseau serré de collaborations, si bien d’ailleurs que certains quartiers – la rue Neuve Notre-Dame et le quartier autour de saint Séverin dans le Paris médiéval, par exemple – concentraient tous les acteurs de la chaîne du livre médiéval36. Aussi, pour anonyme qu’elle soit, cette foule d’acteurs n’en mérite pas moins de se voir attribuer une place au sein d’une histoire repeuplée de la littérature médiévale. De ce point de vue, il paraît important de rendre compte de la cohésion de ces acteurs de l’écrit et par l’écrit avec la notion de « communauté graphique » fédérée « autour d’outils et d’attributs graphiques qu’elle maitrise et développe »37.

Polygraphies de la littérature médiévale

  • 38 Voir Béatrice Fraenkel, « Enquêter sur les écrits dans l’organisation », dans Annie Borzeix et Béat (...)

18Ces collaborations sont facilitées par l’entremise de traces écrites qui se lisent à même le manuscrit et que ces acteurs s’adressent les uns aux autres. De telles « écritures ordinaires », à usage professionnel, à fonction préparatoire, à visée éphémère, sont essentielles pour qui s’intéresse à la cohésion d’une unité de production et à l’organisation du travail de l’écrit, dans la mesure où elles constituent de manière pragmatique un maillage dans de plus vastes « chaines d’écriture »38. En ce sens, le manuscrit médiéval tend généralement à concentrer plusieurs registres d’écriture concaténés, qui en font un objet foncièrement polygraphique : autour du texte cohabitent les gloses et les interventions éditoriales du copiste, des notes d’atelier servant de consignes pour l’enlumineur, des réclames pour aider à relier les cahiers, des écritures ornementales (initiales filigranées, ornées, puzzle, etc.), des notabilia marginales des lecteurs, les écrits réemployés en renfort dans les reliures et les contreplats, sans même évoquer d’autres écrits plus stables, formatés et prestigieux formant la bibliothèque de ses hypotextes et de ses hypertextes. Ce foisonnement polygraphique constitue une probante manifestation de la foule des acteurs qui se consacrent au manuscrit.

  • 39 Ces distinctions précieuses sont celles de Nathalie Koble (Les Suites du « Merlin en prose » : des (...)
  • 40 Sébastien Douchet (dir.), Wauchier de Denain polygraphe du xiiie siècle, Aix-Marseille Université, (...)
  • 41 Benoit Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval : les « Lettres » de Pierre de la Vigne et la formati (...)
  • 42 Voir Emanuele Coccia et Sylvain Piron, « Poésie, Sciences et Politique. Une génération d’intellectu (...)

19À la polygraphie des objets manuscrits vient se conjuguer la polygraphie des acteurs et de leurs milieux qui n’obéissent pas à une stricte division du travail entre écriture ordinaire (de copie) et écriture littéraire (de création). À l’intérieur de ce spectre d’actions et d’interventions écrites, on comprend qu’un copiste, en copiant, ne se contente pas de copier : il édite ou corrige les leçons d’un manuscrit ici ou là fautif (c’est le copiste philologue) ; il supprime, biffe, oblitère ou occulte (c’est le copiste effaceur) ; il s’amuse ou s’affaire à introduire ou insérer des textes seconds dans un texte premier (c’est le copiste interpolateur) ; il cherche à combler des trous ou des silences de la tradition (et c’est alors le copiste extrapolateur)39. Par ailleurs, bien avant la naissance de l’écrivain, ceux qu’on considère comme des auteurs médiévaux sont en réalité des acteurs polyvalents, aux profils pluriels, à l’intersection de plusieurs communautés socioprofessionnelles et qu’il est aussi tentant que fallacieux de réduire à leur seule carrière littéraire : on pense ici à Wauchier de Denain, hagiographe, historiographe et continuateur romanesque, aussi bien que translateur et continuateur40, mais aussi à Pierre de la Vigne, juriste, notaire, chancelier et logothète de Frédéric II, qui fait aussi figure de poète au sein de l’École Sicilienne et aux côtés de Giacomo da Lentini impliqué dans l’invention du sonnet41. De même on peinerait à trop littérariser Brunetto Latini, auteur florentin du Tresor : compilateur et encyclopédiste, il est certes poète, mais avant tout notaire, chancelier et ambassadeur – autant d’activités impliquant l’usage de différentes formes d’écrit qui ne sont pas autonomisées les unes des autres ; il se situe ainsi au croisement de multiples chaînes d’écriture, comme toute une génération d’intellectuels laïcs de l’Italie médiévale d’avant Dante et d’avant l’humanisme (par exemple Lovato Lovati, Albertino Mussato) mêlant leurs interventions littéraires à leurs charges et à leurs offices42. Ces situations fréquentes, dans les milieux curiaux, mais aussi en contexte urbain et communal, nous obligent à ne pas séparer nos auteurs des professionnels de l’écrit, quand ils n’en sont pas eux-mêmes : les « corps » ou les « collèges » des notaires médiévaux ont une importance sociale et culturelle manifeste dans l’apparition des administrations et des appareils étatiques, puis, dans l’accroissement de la literacy et l’émergence des littératures vernaculaires.

  • 43 Voir sur cet atelier, Fabrizio Cigni, « Manuscrits en français, italien, et latin entre la Toscane (...)
  • 44 Claudio Lagomarsini, « Les aventures des Bruns ». Compilazione guironiana del secolo XIII attribuib (...)
  • 45  Antonella Ghignoli, « Scrittura e scritture del notariato “comunale”. Casi toscani in ricerche rec (...)
  • 46 Je suis à cet égard les propos tout à fait éclairants de Fabio Zinelli (« Inside/Outside Grammar : (...)

20À titre d’illustration, un scriptorium tout à fait précis a fait l’objet depuis une vingtaine d’années d’études pluridisciplinaires concordantes dont il est difficile de rendre parfaitement compte ici, mais qui peuvent venir opportunément confirmer ces quelques développements. On a identifié une cinquantaine de manuscrits assignables à un groupe de Pisans prisonniers à Gênes actifs entre 1284 et 1299 et dont l’essentiel de la production, en langue française et en prose, a largement soutenu l’introduction et la circulation de littérature chevaleresque dans la péninsule italienne43. On en a repéré d’abord l’empreinte stylistique d’une part dans le remploi de formules iconographiques stéréotypées et facilement reproductibles (pour l’essentiel des scènes chevaleresques rudimentaires et aux chromatismes réduits), d’autre part dans la formation au gré des copies d’une langue écrite (scripta) déposant sur la langue d’oïl diverses strates d’italianismes (le français constituant à certains égards un outil marketing conférant de la valeur aux copies et augmentant leur capacité de circulation), enfin dans certaines techniques de composition narrative et de compilation des récits chevaleresques44. Enfin, l’identité collective de cet atelier affleure sur le plan paléographique, puisque cette production francophone laisse apparaître sur ses parchemins une littera textualis caractéristique des notaires impliqués dans la gestion courante et officielle de la Commune de Pise et repérable notamment dans les Breve et les Statuti de Pise45. La précarité des conditions de travail de ces copistes prisonniers ne fait paradoxalement que davantage aviver et mettre à jour les opérations et techniques de fabrication d’une industrie relativement bien organisée et dotée d’une conscience assez nette de son positionnement économique dans un marché du livre dont elle révèle indirectement la demande46. L’implication en son sein de professionnels de l’écrit invite ainsi à décloisonner la sociologie traditionnelle de la littérature médiévale et à souligner le continuum pratique autant que social qui lie le scriptor à l’auctor, pour repérer en définitive des pratiques et des opérations d’écriture où il est aussi difficile qu’important de démêler des identités culturelles, des savoir-faire techniques, des héritages stylistiques et des contraintes exercées par des champs littéraires.

Une micro-analyse non individualiste ?

21On l’a vu, les auteurs médiévaux sont beaucoup moins individualisables et beaucoup plus collectifs que le sens commun incline à le penser quand nous œuvrons à en écrire l’histoire ; au Moyen Âge, le geste même de la copie n’exclut en rien une vaste gamme d’initiatives créatrices de la part d’une multitude d’acteurs, dont il importe de décrire la coordination et l’agencement parfois sur le temps long. Il convient donc d’élaborer des cadres propres à saisir ces pratiques sociales de l’écrit littéraire, auxquels œuvrent des groupes sociaux, des ordres religieux, des communautés professionnelles. Il en va ici d’une « mise au point » de la focale de l’histoire littéraire médiévale susceptible de s’arrêter sur l’échelle de l’atelier, à mi-chemin entre l’individu souvent faible et rarement génial et une tradition impalpable et écrasante.

22La documentation qu’on désigne commodément comme littéraire n’obéit pas au Moyen Âge à un fonctionnement radicalement différent des écrits pragmatiques. Une approche continuiste s’impose, pour rendre justice au continuum entre les corpus dits littéraires et ordinaires, entre le lire et l’écrire, entre le ci-devant auteur et les acteurs qui l’entourent et œuvrent avec lui, continuité aussi entre les disciplines que sont les études littéraires, l’histoire et les sciences sociales : puisqu’il n’y a pas d’un côté un auteur inspiré, talentueux voire génial et une foule de scribes laborieux et anonymes de l’autre, et puisqu’on conviendra sans mal devoir échapper à une opposition entre l’invention (le pur produire) et la tradition (le pur reproduire), la notion d’atelier, généralement réservée au domaine de l’histoire de l’art, est rarement définie comme telle. En en exposant quelques éléments de définition, on gage ici pouvoir l’adapter à une approche sociale de la littérature médiévale. Elle permet de construire un niveau non individualiste de microanalyse, propre à saisir des régimes d’action concaténés, à mettre en valeur des savoir-faire, des marques de fabrique et des styles collectifs tant dans la mise en texte que la mise en page des œuvres et à souligner les usages rhétoriques et les habitudes formulaires de pratiques d’écriture collectives et discrètement créatives.

Haut de page

Notes

1 Les réflexions de cet article ont continué à se développer, après le colloque sur la fonction-groupe organisé par Guillaume Bridet et Laurence Giavarini dont ce dossier est issu, dans le cadre favorable du séminaire, « Le Moyen Âge pour laboratoire » [https://medielab.hypotheses.org/], organisé par Nathalie Koble, Amandine Mussou et moi-même (entre septembre 2018 et décembre 2021, à l’ENS et à l’Université de Paris), et en particulier grâce aux interventions de Marion Uhlig (Université de Fribourg), Anne Rochebouet (Université Versailles Saint-Quentin), Nathalie Koble (ENS Paris), Deborah McGrady (University of Virginia) et David Hult (University of California, Berkeley).

2 Denis Saint-Amand (dir.), La Dynamique des groupes littéraires, Liège, pul, 2016.

3 Les exemples sont légion : on peut penser, à la suite de Lautréamont prônant une poésie « faite par tous », aux expériences de communisme d’écriture chez les surréalistes ou durant Mai 68 (Jean-François Hamel, Nous sommes tous la pègre, Paris, Éditions de Minuit, 2018, et Boris Gobille, Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-gardes littéraires, Paris, CNRS, 2018), ainsi que, plus récemment, en contexte digital, à l’Uncreative writing défendu par Kenneth Goldsmith (Uncreative writing. Managing Language in the Digital Age, Columbia University Press, 2011) ou encore aux « littératures hors du livre » (Lionel Ruffel et Olivia Rosenthal (dir.), Littérature, n° 160, « La Littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livre », 2010).

4 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » [1969], éd. Daniel Defert et François Ewald, Paris, Gallimard, 2001 [1984], 4 vol., t. i, p. 832.

5 Béatrice Fraenkel, « Le terme auteur en français : analyse lexicographique d’un terme fossile », Mots, n° 77, 2005, p. 109-125 ; Ead., « Pour une théorie de l’auteur dans une théorie de l’action », dans Cécile Hayez et Michel Lisse (éd.), Apparitions de l’auteur, Francfort, Peter Lang, 2005, p. 37-62.

6 Pour reprendre l’heureuse formule d’Edwige Keller-Rahbé (dir.), Les Arrière-boutiques de la littérature. Auteurs et imprimeurs-libraires aux xvie et xviie siècles, Toulouse, PUM, 2010.

7 Pour une approche institutionnelle de l’art, voir Howard Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988.

8 Voir Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Éditions de Minuit, 1985 ; Dominique Maingueneau, Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004. Sur les « scénographies auctoriales », voir José-Luis Diaz, L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Champion, 2007 ; Jérôme Meizoz, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007 ; La Littérature « en personne ». Scène médiatique et formes d’incarnation, Genève-Paris, Slatkine, 2016.

9 Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Le Seuil, 1979 ; Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante, Paris, Seuil, coll. « Des Travaux », 1989 ; Daniel Poirion, « Écriture et ré-écriture au Moyen Âge », Littérature, n° 41, 1981, p. 109-118.

10 Voir Michel Zimmermann (dir.), Auctor et auctoritas, Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, Paris, École des Chartes, 2001.

11 « Vous voyez, la vie d’autrefois n’était peut-être pas si insupportable. […] tous les jours, le marteau battait l’enclume, et le ciseau caressait la poutre de chêne, et puisque ces travaux ne peuvent se faire sans une certaine envie de beauté ni un peu de créativité, le bonheur des hommes en résultait. » (William Morris, Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre, trad. Francis Guévremont, Paris, Rivages Poche, 2013, p. 85)

12 « Allez voir dans vos livres d’histoire qui a construit l’abbaye de Westminster, qui a construit Sainte-Sophie à Constantinople ; la réponse sera Henri III, l’empereur Justinien. En réalité, ce sont des hommes comme vous et moi, des ouvriers dont l’histoire a oublié les noms et dont il ne reste que les œuvres. » (ibid., p. 107).

13 Gaston Paris, Légendes du Moyen Âge, Paris, Hachette, 1903, p. 47-48.

14 Pierre Champion, Le Manuscrit autographe des poésies de Charles d’Orléans, Paris, Champion, 1907, p. 1-2.

15 Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante, op.cit., p. 57.

16 Speculum, 65, 1990, p. 1-108 ; Marina S. Brownlee, Kevin Brownlee et Stephen G. Nichols (dir.), The New Medievalism, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1991 ; Rethinking the New Medievalism, R. Howard Bloch, Alison Calhoun, Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Joachim Küpper et Jeanette Patterson (dir.), Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2014. Voir en dernière date les mises en perspective de Patrick Moran, « Nouvelles méthodes pour textes anciens : Le Joseph de Robert de Boron et la querelle de la New Philology », dans Élisabeth Gaucher-Rémond et Véronique Dominguez (dir.), Expériences critiques. Approche historiographique de quelques objets littéraires médiévaux, Paris, Sorbonne Université Presses, 2019, p. 29-41 ; Alain Corbellari, Moyen Âge et critique littéraire, Saint Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2021, p. 26-37.

17 Keith Busby, Codex and Context. Reading Old French Verse Narrative in Manuscripts, Amsterdam, Rodopi, 2002.

18 Ce que remarque pour les ateliers d’écriture contemporains Frédéric Chateigner, Une Société littéraire. Sociologie d’un atelier d’écriture, Paris, Éditions du Croquant, 2007, p. 6-7.

19 Dominique Poirel. L’École de Saint-Victor de Paris : Influence et rayonnement du Moyen Âge à l’époque moderne, Turnhout, Brepols, 2010 ; Jean-René Valette, La Pensée du Graal. Fiction littéraire et théologie (xiie-xiiie siècle), Paris, Champion, 2008 ; plus généralement, on se reportera à Valérie Fasseur, Jean-René Valette (éd.), Les Écoles de pensée du xiie siècle et la littérature romane (oc et oïl), Turnhout, Brepols, coll. Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen Âge, 2016.

20 Wagih Azzam, « Société Anonyme », dans Sébastien Douchet et Valérie Naudet (dir.), L’Anonymat dans les arts et les lettres au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Presses de l’université de Provence, 2016, p. 13-24.

21 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », art. cit., p. 832.

22 La question de la réécriture hagiographique a été profitablement ressaisie à travers l’hypertextualité genettienne par Monique Goullet, Écriture et réécriture hagiographiques. Essai sur les réécritures de Vies de saints dans l’Occident latin médiéval (viiie-xiiie s.), Turnhout, Brepols, 2005.

23 Brunetto Latini, La Rettorica, éd. F. Maggini, Firenze, Le Monnier, 1968, p. 6 : « L’autore di questa opera è doppio : uno […] fue Marco Tulio Cicero, il più sapientissimo de’ Romani. Il secondo è Brunetto Latino cittadino di Firenze ».

24 Tristan et Iseult. Les poèmes français. La saga norroise, Paris, Livre de poche, coll. Lettres gothiques, 1989.

25 Paul Meyer, « Les premières compilations françaises d’histoire ancienne », Romania, n° 53, 1885, p. 1-81 ; Maria Teresa Rachetta, « Sull’Histoire ancienne jusqu’à César : le origini della versione abbreviata ; il codice Wien ÖNB cod. 2576. Per la storia di una tradizione », Francigena, 5 (2019), p. 27-57.

26 Catherine Croizy-Naquet, Écrire l’histoire romaine au début du xiiie siècle : L’Histoire ancienne jusqu’à César et les Faits des Romains, Paris, Champion, coll. Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, 1999.

27 Voir par exemple Matthew Fisher, Scribal Authorship and the Writing of History in Medieval England, Columbus, Ohio State University Press, 2012.

28 Luca Barbieri, « L’atelier du poète. Arts poétiques et métaphores artisanales dans la littérature médiévale », dans Olivier Collet, Yasmina Foehr-Jansens, Jean-Claude Mühlethaler (éd.), Fleur de clergie. Mélanges en l’honneur de Jean-Yves Tilliette, Genève, Librairie Droz, 2019, p. 197-218.

29 Christine de Pizan, Epistre Othea, éd. Gabriella Parussa, Genève, Droz, 2008, p. 196, v. 50.

30 Olivier Delsaux, Manuscrits et pratiques autographes chez les écrivains français de la fin du Moyen Âge L’exemple de Christine de Pizan, Genève, Droz, 2013, p. 97 et suiv.

31 Pour la période médiévale, c’est du côté de l’histoire des savoirs théologiques et philosophiques que la question du travail intellectuel s’est posée avec le plus d’acuité. Voir le numéro de la Revue de Synthèse consacré au « Travail intellectuel au Moyen Âge » (n° 129/4, 2008).

32 Cité par Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Moyen Âge (xiie-xve siècle) », dans Jean-Yves Tadié (dir.), La Littérature française : dynamique & histoire I, Paris, Gallimard, 2007, p. 48-49.

33 Au-delà des prières formulaires pour le salut du scribe, on retiendra les colophons qui font le décompte des heures de travail ou ceux qui entrevoient une consolation dans le recours à l’alcool ou aux jolies filles : « Hoc opus est scriptum magister, da mihi potum; Dextera scriptoris careat gravitate doloris » (Leiden University, VLF 5, f. 172v) ; « Ardua scriptorum prae cunctis artibus ars est ; difficilis labor est, durus quoque flectere colla, et membrana bis ternas sulcare per horas. » (cité par Falconer Madan, Books in Manuscript. A short introduction to their study and uses [1893], Londres, Kegan Paul, Trench, Trübner and C°, 1920, p. 45) ; « Detur pro pena scriptori pulchra puella ». Voir Lucien Reynhout, Formules latines de colophons, 2 vol., Turnhout, Brepols, 2006, vol. 1, formule 3, variantes A1, p. 116.

34 Exception notable, Pierart dou Tielt, copiste et enlumineur, d’un manuscrit de la Queste del saint Graal (Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 5218) laisse le colophon suivant : « Chius livres fu par escrips le nuit Nostre Dame en mi aoust l’an mil trois cens et li. Si lescripst Pierars dou Tielt. Et enlumina et loia. Explicit Li queste del saint graal. » (fol. 91v).

35 Voir Pecia. Le livre et l’écrit, n° 19, « Outils et pratiques des artisans du livre au Moyen Âge », 2017.

36 Voir Richard H. Rouse et Mary A. Rouse, Manuscripts and their Makers. Commercial Book Producers in Medieval Paris, 1200- 1500, Londres, Harvey Miller, 2000 ; C. Paul Christianson, « A Community of Book Artisans in Chaucer’s London », Viator, n° 20, 1989, p. 207-218 ; Katherine Sedovic, « Materially Different, Visually Similar : Collaborative Production Processes Among Arthurian Manuscripts and Ivories in Fourteenth-Century Paris », Pecia. Le livre et l’écrit, op. cit., p. 157-202.

37 Voir Paul Bertrand, Les Écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire (entre royaume de France et Empire, 1250-1350), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 308.

38 Voir Béatrice Fraenkel, « Enquêter sur les écrits dans l’organisation », dans Annie Borzeix et Béatrice Fraenkel (éd.), Langage et travail : communication, cognition, action, Paris, CNRS, 2001, p. 231-261 ; dans le sillage de Daniel Fabre (dir.), Écritures ordinaires, Paris, P.O.L / Centre Georges Pompidou, 1993. Pour une utilisation de la notion de chaîne d’écriture en histoire médiévale, voir Étienne Anheim, « La normalisation des procédures d’enregistrement comptable sous Jean XXII et Benoît XII (1316-1342) : une approche philologique », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Âge, n° 118, 2006. p. 183-201.

39 Ces distinctions précieuses sont celles de Nathalie Koble (Les Suites du « Merlin en prose » : des romans de lecteurs. Donner suite, Paris, Honoré Champion, 2020, chapitre 4 « Suites de troisième main : les lectures inventives des copistes médiévaux »).

40 Sébastien Douchet (dir.), Wauchier de Denain polygraphe du xiiie siècle, Aix-Marseille Université, Presses Universitaires de Provence, 2015.

41 Benoit Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval : les « Lettres » de Pierre de la Vigne et la formation du langage politique européen, xiiie-xve siècle, Rome, École française de Rome, 2008.

42 Voir Emanuele Coccia et Sylvain Piron, « Poésie, Sciences et Politique. Une génération d’intellectuels italiens (1290–1330) », Revue de synthèse, vol. 129/4, 2008, p. 549-586 ; sur Brunetto Latini, voir en dernière date Gianluca Briguglia, « “Io, Burnetto Latini”. Considerazioni su cultura e identità politica di Brunetto Latini e il Tesoretto », Philosophical Readings, vol. X, n° 3, 2018, p. 176-185, DOI : 10.5281/zenodo.1467865 ; Giuliano Milani, « Brunetto volgarizzatore », Toscana bilingue (1260 ca.–1430 ca.), Sara Bischetti, Michele Lodone, Cristiano Lorenzi et Antonio Montefusco (éd.), De Gruyter, 2021, p. 125-150.

43 Voir sur cet atelier, Fabrizio Cigni, « Manuscrits en français, italien, et latin entre la Toscane et la Ligurie à la fin du xiiie siècle : implications codicologiques, linguistiques et évolution des genres narratifs », dans Christopher Kleinhenz et Keith Busby (éd.), Medieval Multilingualism in England, France, and Italy: the Francophone World and its Neighbours, Turnhout, Brepols, 2010, p. 187-217 ; Fabio Zinelli, « I codici francesi di Genova e Pisa: elementi per la definizione di una ‘scripta’ », Medioevo Romanzo, XXXIX/1, 2015, p. 82-127 ; Id., « Francese d’Italia e francese di Toscana, Tradizioni manoscritte e processi di vernacolarizzazione », Toscana bilingue (1260 ca.–1430 ca.), op. cit., p. 59-104 ; Id., « Inside/Outside Grammar : the French of Italy between Structuralism and Trends of Exoticism », dans Medieval Francophone Literary Culture outside France, éd. Nicola Morato, Dirk Schoenaers, Turnhout, Brepols, 2018, p. 1-63.

44 Claudio Lagomarsini, « Les aventures des Bruns ». Compilazione guironiana del secolo XIII attribuibile a Rustichello da Pisa, Firenze, Edizioni del Galluzzo, 2014.

45  Antonella Ghignoli, « Scrittura e scritture del notariato “comunale”. Casi toscani in ricerche recenti », dans Giuseppe Gardoni et Isabella Lazzarini (dir.), Notariato e medievistica, Roma, Istituto storico italiano per il Medioevo, 2013, p. 313-332.

46 Je suis à cet égard les propos tout à fait éclairants de Fabio Zinelli (« Inside/Outside Grammar : the French of Italy between Structuralism and Trends of Exoticism » art. cit., p. 62-63) : « It would certainly be exaggerated to compare such a situation to the standards of modern industrial cultural production, but it is true that we are presented in this period with evidence of the extraordinarly well-organized activity of several scriptoria located in the town of Genoa, the most important of which was located in the prison. (…) Moreover, the Genoese jails, however surprising this may be, clearly constituted a unique crucible of high librarian competence and skills that was also connected to a well-organized book trade whose products were intended to be sold beyond Genoa itself so that the practice of accurate translation was not necessarily at the end point an final goal. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent Coste, « La littérature médiévale est-elle bien un atelier d’écriture ? »COnTEXTES [En ligne], 31 | 2021, mis en ligne le 15 octobre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.10334

Haut de page

Auteur

Florent Coste

Université de Lorraine, Littératures, Imaginaire, Sociétés (EA7305)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search