Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques31La Muse française et les Isles de...

La Muse française et les Isles de Sainctonge (1597-1605)

Autour d’André Mage de Fiefmelin
Audrey Duru

Texte intégral

  • 1 André Mage de Fiefmelin, Les Œuvres du sieur de Fiefmelin, Poitiers, J. de Marnef, 1601. Rééd. sous (...)
  • 2 La Polymnie, éd. cit., Accueil poetique et chrestien, « Argument », p. 235.
  • 3 Voir l’extrait de La Polymnie : Le Saulnier, ou de la façon des marois salans et du Sel marin des i (...)
  • 4 Julien Goeury, « Îléité et insularité dans les Œuvres (1601) du sieur de Fiefmelin », dans Îles et (...)
  • 5 Nicole Pellegrin, « Terres liquides. Quelques figures des îles saintongeaises au xvie siècle », dan (...)
  • 6 Mage désigne ainsi certains destinataires, t. I, éd. cit., p. 564, 634.
  • 7 Nicole Pellegrin, « Terres liquides… », art. cit., p. 84.
  • 8 Une « Nymphe de Marennes » chante : « Seudre, Nymphe accoupplée au Courhaut Nerëide, / Accompaigne (...)

1Lire un volume1 qui paraît rassembler en vers des archives d’une société sans prestige particulier, celle des « Isles de Sainctonge2 » vers 1600, ne présente pas de l’intérêt pour les seuls historiens des techniques de saunerie3. L’expression « Isles de Sainctonge » revient sous la plume du sieur de Fiefmelin ou, antérieurement, de Bernard Palissy, et désigne en effet une « îléité paradoxale4 ». Elle identifie le sentiment d’insularité de certains habitants de cette « terre liquide5 » de la Saintonge tournée vers l’Atlantique, dont les habitants cultivaient alors un sel marin réputé. Dans ce recueil, les destinataires de vers et les signataires de poèmes d’éloge sont localisés par des toponymes, ce qui permet d’identifier des « compatriots6 » dispersés sur une « île faite d’îles7 ». Ce paysage poétique qui a pour centre le bassin de la Seudre8 et l’estuaire de Marennes s’étend sur l’île d’Oléron – où se trouve la terre de Fiefmelin –, sur le littoral atlantique – jusqu’à la ville de La Rochelle –, et dans l’arrière-pays – à Saint-Jean-d’Angély et jusqu’à Saintes même. Il existe à cette date une charge de « lieutenant du roi en Brouage et Isles de Sainctonge », ce qui n’empêche pas un André Mage, sieur de Fiefmelin, d’inscrire probablement aussi cette réalité de l’administration royale dans l’horizon politique de l’île d’Utopia conçue par Thomas More.

  • 9 Des actes notariés récemment exhumés invalident la tradition biographique qui le faisait disparaîtr (...)

2Dans les Œuvres du sieur de Fiefmelin, le groupe quelconque dans lequel l’activité poétique d’André Mage s’inscrit de manière visible paraît certes avoir gêné les historiographes de la littérature. Les poètes louangeurs qui contribuent au volume sont en effet plus méconnus aujourd’hui que le poète du titre. Rassemblant des poèmes composés de la fin des années 1580 jusqu’à l’impression en 1601, le fort volume de près de mille pages, diffusé hors commerce, se subdivise en deux recueils. Une Polymnie lie d’abord pratique d’écriture, circonstances, sociabilité des Isles de Sainctonge ou du monde lettré français contemporain. L’Image d’un mage ou le Spirituel opère ensuite une déliaison inédite à cette date : se faisant lecteur inspiré d’une abondante production lettrée et poétique diffusée par la librairie dans la seconde moitié du xvie siècle, le poète surimprime son interprétation à la fois pieuse et extatique, dont le Dieu chrétien est le dédicataire, à des écrits antérieurs divers, toujours lisibles sous son texte. Dans cette pensée par analogie, les Lettres sont traitées comme des fables poétiques pointant vers une signification spirituelle que le poète déchiffre par intermittence seulement. Cette pratique d’écriture qui dénoue son amarrage social et se situe dans le devenir de l’éternité, sous le seul regard de Dieu, Mage la nomme d’un néologisme de son invention, « contrimitation ». Les poèmes sont eux-mêmes distribués en sept Essais du spirituel, dans lesquels le lecteur perçoit les parodies spirituelles de genres éditoriaux d’actualité : recueils de sonnets épigrammatiques, Amours, chansonniers, poèmes didactiques, méditations et prières en vers. Sans charge ou profession connue, André Mage se présente comme un disciple de l’humaniste et poète réformé Jean de Sponde, quoiqu’il soit probablement comme lui né vers 1557 ou peu après. Il survit une vingtaine d’années à l’impression de son recueil, ce que ne laisse pas deviner le silence complet qui entoure son activité lettrée après 16019.

  • 10 Louis Aragon, « Du sonnet, A. Mage de Fiefmelin, poète français du xvie siècle », Lettres française (...)
  • 11 Anthologie de la poésie baroque française [1961], éd. Jean Rousset, Paris, José Corti, 1988, t. I, (...)
  • 12 Michel Jeanneret et Terence Cave, Métamorphoses spirituelles. Anthologie de la poésie religieuse fr (...)

3Sans que son fort recueil devienne canonique, Mage n’en a pas moins été promu au xxe siècle comme sonnettiste grâce à sa présence dans des florilèges (Aragon, Roubaud10), et mis au rang des poètes maniéristes ou peut-être baroques (Rousset, Raymond, Menanteau11), en tout cas spirituels et chrétiens (Cave et Jeanneret12). Cette reconnaissance récente par des poètes et des commentateurs, français et européens, paraît avoir tenté de contourner par le morceau choisi un double embarras : celui suscité, d’un côté, par un recueil dont l’architecture hermétique sollicite l’interprétation tout en la déjouant par avance et, de l’autre, par une sociabilité trop locale, en l’absence d’inscription évidente dans un groupe consacré au plan national. Dans les aléas de la réception de ce poète, nous proposons de débusquer l’opération d’une « fonction-groupe » implicite, délégitimante, qu’elle ait été utilisée pour barrer la lecture du recueil ou que l’on ait feint de l’ignorer pour la surmonter. Le rédacteur a en effet été indexé sur la catégorie de « poète local » : suffisamment poète pour être tenu pour homme de Lettres par les historiographes mais insuffisamment intégré à la littérature nationale pour que son œuvre soit lue autrement que comme document ou curiosité.

  • 13 La poétesse polyglotte (néolatine, helléniste et française) Jaqua-Françoise Pautrard, active à Arbo (...)

4Le désintérêt pour le poète local et sa production tient au présupposé d’une osmose entre le poète et le réseau d’interconnaissances que désignent les poèmes adressés. Déterminée par l’appartenance du poète – très rarement de la poétesse13 – à un groupe de personnes qui ne s’organise pas principalement autour de préccupations lettrées, l’écriture poétique ne semble pouvoir sortir du groupe d’origine. Il faudrait appartenir à cette communauté pour lui trouver de l’intérêt, de la valeur ou pour la comprendre. De plus, l’écriture ne peut qu’être accidentellement marquée du sceau de la littérature dont les normes sont prédéfinies par des groupes éloignés, à Paris, à la cour, éventuellement dans une autre capitale culturelle telle que Lyon ou Rome. La communauté locale ne constitue ainsi pas un groupe de lecteurs susceptible de consacrer le poète : le rôle d’usagers du livre reste virtuel et tend plutôt à fragiliser l’autorité de cet auteur. Nous voudrions examiner les implications critiques de ce présupposé de solidarité entre le poète et ses destinataires désignés, c’est-à-dire leurs conséquences pour la lecture ou l’absence de lecture de son œuvre. La littérarisation des écrits de ces poètes antérieurs à l’apparition du champ littéraire suppose-t-elle de sacrifier le contexte de leur appartenance locale pour les conformer rétroactivement à un supposé modèle national ou international ?

5Nous proposerons au contraire de délaisser l’herméneutique décontextualisante pour mesurer l’incidence de l’écrit lettré dans le groupe social d’où il émane, au « seuil de la modernité ». Après un premier temps qui mettra en relief les ambivalences de la réception du volume hors de sa région d’origine, un second temps reviendra sur le travail de représentation qu’avait pourtant fait le poète entre intégration nationale fantasmée et inclusion locale tout autant imaginée. Puisque l’indexation du poète à un groupe paraît un geste historiographique inévitable, nous voudrions mesurer ce que fait autant à la réception du texte qu’à l’écriture de l’histoire littéraire le choix d’aborder non plus le poète comme centre du groupe ou à sa marge, mais comme agissant en homme de l’écrit au sein d’un réseau, se mobilisant par l’écriture, configurant des liens de solidarité ou de dissension, ainsi que des frontières avec un en-dehors du groupe. Au-delà du travail normatif de consécration ou de délégitimation, il s’agira donc dans un troisième temps de mieux voir le groupe éclipsé par l’histoire et d’interroger de quelle autorité était possiblement pourvue la poésie loin de la cour et du centre du pouvoir au seuil de la modernité.

Une îléité invisible aux lunettes nationales et européennes

6La diffusion imprimée de ses Œuvres amplifie une question qui travaille le poète : tout en appartenant à un groupe à l’identité géographique, politique et religieuse accusée, le poète doit-il borner son activité à l’horizon du groupe, peut-il au contraire chercher un public par-delà celui-ci ? Il est loisible de penser que le livre imprimé portait quelque espoir pour André Mage d’une destination moins contrôlée, d’une adresse à des lecteurs identifiés ou accidentels par-delà les Isles de Sainctonge. Le choix du littéraire, visible chez le poète au travers de la mise en œuvre de compétences éditoriales et de l’accès au marché parisien du livre de poésie, semblait pouvoir surmonter l’identité particulière et le cloisonnement géographique. Ce livre a de fait connu une carrière ambivalente dans l’histoire littéraire.

  • 14 Accueil poetique et chrestien, éd. cit., p. 233.

7La mise en volume des écrits du poète en 1601 semble tendre les mêmes ressorts de consécration relative que pendant sa carrière antérieure. L’impression est en effet précédée pour Mage d’une période d’écriture qui associe le service de la comtesse Anne de Pons à laquelle il rend finalement hommage en 1599, le statut de poète courtisan et celui de porte-plume des habitants des Isles. La moralité allégorique qu’il rédige pour l’accueil solennel de la comtesse « ez Isles de Sainctonge14 » à Noël 1597 fait parler différentes entités géographiques (Nymphes d’Oléron et de Marennes) et donne ainsi la parole à la communauté de confession réformée. Elle offre l’intérêt d’interroger la spécificité linguistique du territoire : « En ces Isles sans plus s’entend le Saintongeois », affirme la Nymphe de Marennes (v. 78). Ce dialecte saintongeais ne diffère toutefois guère du français, poursuit-elle :

  • 15 Ibid., v. 87-90, p. 243.

Si du nom de son Tout la partie s’appelle,
Si du François sont pris les termes Insulains,
De ce grand Tout de France estans une parcelle,
Nous nous disons de droict Françoises aux forains15.

  • 16 Lire l’article de Dinah Ribard dans ce numéro.

8L’expulsion d’une « Nymphe latine » (v. 75) peu auparavant met en scène une frontière du groupe et du littéraire, tout en affirmant l’inclusion de la langue du territoire des Isles dans celle des Français. De fait, seul le lexique du Saulnier se distingue par une terminologie technique, professionnelle, et non dialectale. Face aux « forains » ou étrangers non francophones, le groupe insulain – le terme insulain, « qui habite une île », n’est pas synonyme sous la plume du poète d’insulaire, « qui est relatif à une île » – revendique le droit de se dire « français ». Le poète célèbre le fief dont prend possession la comtesse et qui retourne ainsi sous une autorité protestante, tout en rappelant que l’instrument de la célébration, langue et valeur poétique, place l’entreprise sous un autre pouvoir : « Riche, douce et faconde est la Muse Françoise : Elle court par le monde… » (v. 99-100). Avec la Muse de langue française, l’horizon d’action du poète s’élargit mais se perd aussi aux confins du pouvoir royal. La conscience de l’inclusion dans une culture de langue française, qui recouvre la naissance d’une identité nationale sous l’autorité du roi de France, a un effet intégrateur en dépit de la dissidence confessionnelle. Elle évite que cette presqu’île saintongeaise ne dérive loin du continent. Mais la reconnaissance de ce groupe particulier par « ce grand Tout de France » reste incertaine et en tout cas absente du livre. Le livre de Mage s’apparente par conséquent aux volumes produits à la même date par des poètes urbains, hors commerce et privilèges, qui ne connaissent pas de promotion au-delà de leur ville d’origine16.

  • 17 Seule exception, à la fin du xviie ou au début du xviiie siècle, le prince Eugène de Savoie (1663-1 (...)
  • 18 Guillaume Colletet (1596-1659) avait rédigé une vie de Mage, détruite en 1871 (avec l’ensemble des (...)
  • 19 Claude-Pierre Goujet, Bibliotheque françoise, vol. XIV, Paris, H.-L. Guérin et P. G. Le Mercier, 17 (...)
  • 20 Claude-Pierre Goujet, Bibliotheque françoise, op. cit., p. 384.

9Les traces de la diffusion de l’œuvre, peu nombreuses et restant dans le cercle du poète, correspondent à une réception qui a précédé l’état imprimé : nous les connaissons parce qu’elles ont été intégrées au volume au moment de la publication. En conséquence, en l’absence de trace laissée par la première diffusion du volume imprimé (célébration du poète en dehors de son volume, marque de possession sur un exemplaire, etc.17), la reconnaissance du patronyme d’André Mage comme nom d’auteur s’est accomplie de manière fortement décontextualisante, par inclusion dans des ensembles surplombants. La première réception conservée en dehors du volume lui-même18 est le fait d’agents qui publient à Paris et écrivent un récit national des Lettres au cours du xviiie siècle. Ils incluent le recueil dans un premier champ littéraire national, tout en marginalisant le poète. Les formules assassines de Claude-Pierre Goujet (1697-1767) et Claude-Sixte Sautreau de Marsy (1740-1815)19, accompagnées de citations de La Polymnie au détriment de L’Image d’un mage, dissuadent en effet les velléités de lecture : « recueil assez ennuieux, mais qui fait honneur à la piété de l’auteur », tranche Goujet20. Tout en faisant entrer le livre de Mage dans la « bibliotheque françoise », l’historiographe réduit l’indexation territoriale du poète :

  • 21 Ibid., p. 379.

Content de vivre au milieu de ses amis dans la province où il étoit né, soit à Poitiers ou à La Rochelle, soit dans l’Isle d’Oleron près de laquelle étoit située sa terre de Fief-melin, il ne paroît pas avoir ambitionné ni les charges importantes, ni les dignités d’éclat21.

  • 22 La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, Les Odes, p. 479-552 et notice de Julien Goeury, p. 190-196. (...)
  • 23 Claude-Sixte Sautreau de Marsy, Annales poétiques, op. cit., p. 203-204.

10De l’absence de notoriété de Mage et des topoï humanistes sur la médiocrité dorée ou voie moyenne présents dans le recueil, Goujet conclut à une éthique poétique qu’il juge de manière négative. Que Mage soit un traducteur d’odes du poète latin Horace (ier siècle avant notre ère) développant ces lieux communs, exercice qui le place alors parmi les post-ronsardiens, suffit à l’assigner à une insignifiance provinciale, quelle que soit la variété exceptionnelle de patrons strophiques qu’il invente à cette occasion22. En provincialisant et en dépolitisant ainsi le recueil, Goujet élude aussi les violences et les persécutions religieuses pourtant dites dans les Meditations du second tome des Œuvres : la perspective humaniste profane qu’il discerne déconfessionnalise le recueil. Il sacrifie donc l’affiliation religieuse : c’est le protestantisme comme assemblée de fidèles qui est rétroactivement banni de la « bibliotheque françoise », conformément à l’interdiction du protestantisme dans le royaume de France depuis 1685. Dès lors, l’évaluation du style achève d’ériger le recueil en contre-référence de la civilité et du savoir-écrire nationaux : « Un point sur lequel le Poëte se ressemble toujours, c’est l’incorrection, la prolixité et la barbarie du style, qui rend sa lecture difficile, pour ne pas dire impossible23. » L’inclusion dans une collection nationale se fait a minima et se paie de l’oubli actif des communautés locales.

11La littérarisation des Œuvres procède ensuite par des regroupements qui tendent à brouiller les frontières des groupes antérieurs, sans doute pour faire prévaloir les ressemblances qui unissent sur les différences qui séparent et suscitent le conflit. Au xxe siècle, l’identification d’une appartenance de Mage à une esthétique baroque ou maniériste est le fait de savants européens (Britanniques et Suisses) qui construisent des ensembles comparables de manière transnationale. Au sein de la poésie maniériste, Marcel Raymond (1897-1981) envisage ainsi un regroupement de poètes protestants sur le modèle des poètes métaphysiques anglais :

  • 24 Marcel Raymond, La Poésie française et le maniérisme : 1546-1610, op. cit., p. 45.

Cette poésie, du moins celle des Stances, jaillie en climat tragique, serait, selon Jean Rousset, une image d’un prébaroque. Dans les Mélanges Abel Lefranc (1936), je l’envisageais de ce point de vue, à mon gré toujours acceptable. Faut-il lui juxtaposer, sur la même ligne d’horizon esthétique, la poésie d’un Sponde et de son étonnant disciple, André Mage de Fiefmelin, elle aussi de couleur stoïcienne et biblique, poésie née dans l’Ouest et le Sud-Ouest, un peu espagnole, préparée par Grévin, Jacques Constans, Simon Goulard, du Plessys-Mornay, tous réformés ? Jean Rousset ne parle plus d’un Sponde baroque, A. Boase, qui a découvert Sponde et l’a rapproché de Donne pour le loger à l’enseigne du « métaphysique », est aujourd’hui circonspect ; Odette de Mourgues, qui l’a suivi, incline à la prudence. J’oserai donc « annexer » ces poètes, encouragé par le fait que les « métaphysiques » de Grande-Bretagne ont passé, récemment, eux aussi, de l’avis de certains critiques, dans la zone d’influence du maniérisme ; mais alors pour souligner d’emblée l’éthos religieux qui les distingue et les sépare très nettement de leurs prédécesseurs paganisants, comme aussi de Desportes et des néo-pétrarquistes24.

  • 25 Selon l’expression de Terence Cave et Michel Jeanneret, Métamorphoses spirituelles : anthologie de (...)

12La démarche met à l’épreuve les frontières nationales des regroupements. L’étiquetage par juxtaposition de nationalités, quoique impressionniste, a l’avantage de suspendre les hiérarchies issues des jugements de goût et de valeur. En découle une attention critique désormais plus ouverte à l’égard de l’affiliation confessionnelle et la proposition de la catégorie hybride encore active de « Muse chrétienne »25. Cette dernière combine la lecture proprement littéraire avec un savoir historique et social centré sur le fait religieux, de façon translinguistique et européenne. Dans ce reclassement qui s’accompage de rééditions sélectives et fragmentaires, la singularité des Œuvres paraît souvent diluée au profit de l’illustration d’un modèle et elle ne fait en définitive guère l’objet de commentaire.

13Il semble que la voie moyenne fixée par le poète au sujet de sa propre autorité ait déterminé les hésitations des lecteurs ultérieurs. Si Mage adresse des poèmes à certains notables poétiques parisiens, tels Philippe Desportes (1546-1606) et surtout Jean Bertaud (1552-1611), il n’insère nulle réponse de leur part dans son volume. Que la consécration lui ait été refusée par les historiographes du xviiie siècle n’empêche pourtant pas d’observer comment le poète avait tenté de se figurer au sein d’une généalogie et d’une génération poétiques.

Transformer l’îléité en instance légitimante

14Les Œuvres du sieur de Fiefmelin témoignent de sa réticence, en raison d’une identité qu’il présente comme embarrassante et en partie insignifiante, à se voir octroyer une consécration nationale. Au xxie siècle, le retour à une lecture de l’œuvre prenant pour contexte le livre de 1601 fait apparaître que la « fonction-groupe » paraît bel et bien avoir été activée dès le métadiscours abondant des Œuvres. Le poète imagine en effet son appartenance à différents collectifs lettrés nationaux ou procède à des rassemblements de son choix suivant un geste critique qui tend à lui attribuer une place dans des configurations lettrées. Il fonde ainsi une historiographie discrète, qui l’évalue à partir de l’histoire d’une région, soit une forme d’historiographie de plain-pied avec son objet, et non plus en surplomb.

  • 26 Louis Audiat, André Mage de Fiefmelin, poète du xvie siècle, Paris, A. Aubry, 1864.

15En dépit des censures édictées par Goujet et consorts, la conservation de quelques volumes dans la région d’origine du poète favorise une tentative de fabrication d’un renom. Dans sa monographie informée sur Mage26, l’érudit Louis Audiat, bibliothécaire à Saintes au xixe siècle, use des catégories de l’histoire littéraire contemporaine. Il transpose le modèle historiographique d’une relation hiérarchisée entre maître et disciples, de Paris à la province :

  • 27 Ibid., p. 64.

Une étude sur la Pléiade saintongeoise aurait ici sa place et son intérêt. […] Elles [les pages d’une étude] assigneront son véritable rang à Mage de Fiefmelin parmi les poètes locaux, et montreront célébré, écouté, suivi, un auteur un peu effacé au milieu des illustrations d’alors. Car ne nous y trompons pas, Mage – on le voit par ceux qui lui adressent des vers – fit école dans sa province, et il recevait, de poètes moindres, les louanges rimées qu’il adressait lui-même à de plus grands27.

  • 28 Voir François Julien-Labruyère, « Arquesson », Dictionnaire biographique des Charentais et de ceux (...)
  • 29 Cas comparable à celui du « salon de la Maréchale de Retz » dont Emmanuel Buron montre la fabricati (...)

16Promu maître local, Mage reste néanmoins à sa place de disciple des maîtres nationaux. L’hypothèse d’un cercle saintongeais est devenue un lieu commun dans l’historiographie locale, rémanent28, alors qu’aucun document ne vient étayer l’hypothèse d’une entreprise collective29. Ce reclassement dans une série de poètes, dont les plus locaux sont quasi dépourvus d’œuvre hormis les vers de célébration de Mage, paraît résulter autant de l’usage de catégories critiques contemporaines que du discours publicitaire du poète lui-même.

  • 30 La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, ode 26, v. 37, p. 522 ; sonnet 19, v. 1, p. 574-575.
  • 31 La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, « A la louänge de quelques Poëtes de nostre temps, par Dissem (...)
  • 32 La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, ode 32 « Au Sr. A[braham] de Vermeil : A l’honneur des premie (...)

17Le recueil offre en effet des nomenclatures de « Poëtes de nostre aage30 », établies sur un critère de notoriété. Ces poètes cités écrivent en français et sont sujets du roi de France, voire proches de la cour – un Italien excepté, Le Tasse31. Une ode triadique32 ébauche ainsi une hiérarchie et distingue des autorités par genre d’écrit :

  • 33 Ibid., strophes 3-5, p. 549-550.

[…] Epode, ou Rechant
Ainsi le Poëte Ronsard
Tint le dessus, sa partie,
Avec sa bande assortie
Des Maistres-Chantres en l’art.
Bartas depuis, dont la Muse
Rien d’humain en nous n’infuse,
A tonné d’un Carme sainct.
Des-Porte ores nous amuse
D’un chant doux, aymable, et feinct.

Strophe, ou Ch[ant] 2
Jodelle en son rang, puis Garnier
Ont haussé la Scene comique,
Dressans le Theatre Tragique,
Où premier s’est fait ce dernier :
Comme le-Tasse a passé mesmes
Homere et Virgile en leurs Poëmes :
Le-Tasse heroïque et divin
Qui a compris en un chef-d’œuvre
Tout ce qui de beau se descœuvre
Chez le Grec, François, et Latin.

Antistr[ophe] ou Ench[ant]
Ce bon Demon des grands esprits
Qui, vray Perron de l’Eloquence,
De toute chose a la science,
Est en lice : et y court le pris
Contre Bertaud l’inimitable
Qui, tout aymable, est admirable,
La Roque en Stances suit de prés.
Ce dernier qui premier se monstre.
Porchères tire à la rencontre
Garny de beaux traicts pleins d’attraicts. […]33

18L’abondance rhétorique produit une génération de poètes en français correspondant aux années 1550-1600. Le geste de regroupement appartient ici à la poésie et non à l’historiographie. Il affiche d’ailleurs un palmarès que la postérité de l’histoire littéraire ne suit pas en tous points : Pierre de Ronsard, Guillaume Salluste Du Bartas, Philippe Desportes et Etienne Jodelle ouvrent la liste, mais ils sont surclassés par Abraham de Vermeil – « Ta lyre semble pindarique », écrit Mage dès le vers 3. Ils sont talonnés par Siméon-Guillaume de La Roque et Honorat Laugier de Porchères, aujourd’hui méconnus, tandis que les autres membres du groupe que l’on appelle actuellement la Pléiade ne sont pas nommés. Cette ode transcrit la fabrication de la consécration par le livre imprimé davantage que par les liens d’interconnaissance :

  • 34 Id., strophe 6, p. 550.

[…] Epod[e] ou Rech[ant]
Et toy, Vermeil, couronnant
Au train des Muses Françoises
Des tes Odes mi-Gregeoises
Ces Enfans du Haut-tonnant,
Avec eux tu cours carriere :
Cependant qu’à la barriere
Je me tiens loing de vos Cours :
Où ma Muse est la Greffiere
Des coureurs et de leurs tours34.

  • 35 Voir Florence Bonifay, « Concurrences poétiques. Identités collectives et identités singulières aut (...)

19Elle souligne le statut de lecteur de Mage, c’est-à-dire une réception à distance et différée par sa Muse « Greffiere » (v. 57). Cette position de lecteur-poète se décèle dans la sensibilité aux lieux communs de l’autocélébration. Ronsard est associé à sa « bande assortie / Des Maistres-Chantres en l’art » (v. 24) : Mage enregistre la promotion par eux-mêmes des poètes de la génération Henri II35, dont on ne fait alors pas encore un groupe d’avant-garde sous le nom de Pléiade. La figure de la course aux honneurs qu’il développe dans cette ode elle-même pindarique, à l’exemple des odes de Vermeil, permet de distinguer les poètes de métier d’une part, et le poète à la barrière (v. 55) qu’il est d’autre part : spectateur, c’est-à-dire lecteur ? Imitateur sans patron ou mécène pour le consacrer ? Il écrit hors course mais non hors groupe. L’appropriation des lieux communs de l’autocélébration poétique lui permet de suggérer son appartenance, même à distance, à ces bandes poétiques en partie fantasmées. Sa place y est incertaine : sa parole ne consacre pas ni n’est consacrée, mais le poète s’affirme auteur en amplifiant les réputations.

20Dans les Œuvres, le lieu commun du collectif poétique joue aussi au niveau local de la célébration, par adjonction de toponymes. Le principe du catalogue en expansion permet en effet d’inclure dans la liste des poètes un collectif urbain également réuni par le livre. Dans l’ode 15, Mage se fait le thuriféraire des signataires d’une plaquette (1592) imprimée pour la naissance du prince protestant Henri II de Bourbon à Saint-Jean-d’Angély. Des notables des Isles de Sainctonge ont offert des poèmes pour la circonstance et deviennent ainsi sous la plume de Mage une « troupe » poétique :

  • 36 La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, ode 15 « A Mess[ieurs] A. B. C. etc. Encomiastes de Monseig[n (...)

Chers mignons des neuf Sœurs, qui sur leur double croupe
Dormans, avez songé, yvres de leurs douceurs,
Puisse-je, de vous digne, accroistre vostre troupe,
Epris d’Apollines fureurs !36

  • 37 Voir Jérémie Boysseul, « A Mons. de Fiefmelin, sur sa Poësie saincte. Stances à ses vers » (L’Image (...)

21Pour célébrer la célébration, l’ode de Mage énumère les signataires dans l’ordre du livret, reconduisant ainsi la hiérarchie affichée par la composition du volume. L’ode suivante (16) résout la question de l’intégration du poète lui-même à cette « troupe » de circonstance : elle célèbre à son tour la naissance du prince en un texte qui aurait pu prendre place dans le livret de 1592. Par analogie, ce qui est valable pour le tout, le royaume, vaut pour la partie, les Isles de Sainctonge. Le recueil collectif figure peut-être l’idéal du livre de poésie selon Mage, matérialisant l’existence d’une communication poétique toujours antérieure à la diffusion et à la lecture par l’imprimé. Dans le volume de 1601, la difficulté pour Mage n’est pas seulement de promouvoir le principe de la sociabilité entre poètes mais d’accepter qu’il en gagne ce faisant une autorité consacrante. Son ethos de poète inspiré inclut de manière inédite la maîtrise des conventions éditoriales du livre de poésie humaniste et la connaissance du jeu social dévolu aux poètes. La consécration est ainsi pourvue par d’autres plumes des Isles de Sainctonge dont les vers sont imprimés dans le volume. Huit rimeurs assurent la transposition du modèle parisien et la réciprocité attendue de l’éloge : seuls trois d’entre eux appartiennent aux « encomiastes de Monseigneur le Prince » déjà cités (François Baudouyn, Jérémie Boysseul et Anthoine de La Croix, que nous reverrons). Quatre – Baudouyn, I. [Jean ?] Gouyn, Jean Michel, Jérémie Boysseul – cultivent le motif de la contagion de la fureur à la lecture des vers de Mage. Par exemple, des stances de l’avocat rochelais Boysseul, par mimétisme inspiré, imitent Mage imitant lui-même les vers chrétiens de Jean de Sponde37. La consécration apportée à l’impression des Œuvres du sieur de Fiefmelin par ces signataires assure à elle seule la promotion du versificateur au statut de poète et d’auteur. Un imaginaire du chant choral hante peut-être cette construction d’une voix poétique multiple, plurielle, relayée par la voix d’un mage absent à lui-même qui ne les fusionne pas totalement.

22Cette historiographie, qu’elle soit romantique ou produite par le poète au tournant du xvie et du xviie siècle, fixe en même temps que l’existence du groupe poétique la posture de poète marginal. À ce titre, la peinture de sa condition précaire de poète ne doit pas être rabattue trop vite, selon nous, sur l’absence de réception immédiate connue du volume et notre ignorance de la carrière qu’il aura pu procurer à son signataire. Ce travail de représentation invite à explorer davantage l’existence sociale du fait lettré et poétique que le recueil utilise pour produire des figures.

Un prophète en son pays ?

  • 38 Sur le réseau d’interconnaissances du poète et la fabrique du livre, voir Nicole Pellegrin, La Poly (...)

23Les relations de connivence à l’intérieur des Isles de Sainctonge, faites d’alliances familiales, d’obligations seigneuriales ou confessionnelles, de solidarités professionnelles, se surimprimant aux liens lettrés38, paraissent avoir été traitées par le mépris ou l’oubli par la plupart des historiographes. Elles nous paraissent malgré tout devoir faire l’objet d’une enquête afin de comprendre la place du littéraire en son sein et pourquoi elle a été oubliée par une histoire littéraire nationale. Nous examinerons les rares traces de l’activité lettrée de Mage en dehors des Œuvres. Conservées par d’autres imprimés, elles indiquent toutes des coopérations par l’écrit entre acteurs préoccupés de la réédification de l’Église réformée en Saintonge, sous l’édit de Nantes (1598). Il s’agira d’envisager le poète dans un groupe local en mouvement, et l’efficace de son écriture dans le réseau des Isles de Sainctonge.

  • 39 Jean Boysseul, La Confutation des declarations de M. Iean de Sponde […], Lyon [La Rochelle], Noé Le (...)
  • 40 Dédicataire du sonnet 37 « A Mons. I. B. P. M », La Polymnie, éd. cit., p. 630, état révisé d’un de (...)

24Par-delà la figuration poétique, si Mage semble avoir été inscrit dans un groupe lettré, ce serait celui de pasteurs et laïcs non professionnels de la foi célébrant leur élection surnaturelle. En 1598, Mage est en effet le signataire de trois poèmes dans un traité de controverse « anti-Sponde39 » dû au pasteur Jean Boysseul40. L’Oléronnais loue Boysseul, condamne les écrits de l’humaniste apostat, célèbre l’abjuration du catholicisme :

  • 41 Jean Boysseul, op. cit., p. 950.

Stance
Io, je voy le fan de la louve Romaine
Dans l’orque à mort bronchant ; j’oy ses derniers abbois :
Je voy la folle gent, l’adorant autrefois,
Se sauver de sa cheute en ceste Arche Chrestienne.
Chrestiens, tendez la main à vos Germains venus ;
Au retour du prodigue il faut demener joye.
Chantons avec les Saincts, que Dieu s’est maintenu,
Que la conversion est bonne à qui fourvoye41 !

  • 42 Jean Boysseul, op. cit., paragraphe final de l’« advertissement », non paginé.
  • 43 La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, Epigrammes, p. 661.

25La tonalité de ce huitain anti-papiste contraste fortement avec celle des Œuvres d’où les accents polémiques sont exclus. La publication du volume de 1598 met aussi en jeu des réseaux d’autorités civiles : il est dédié aux magistrats de la ville de La Rochelle, où Jean de Sponde protestant vécut naguère ; peu avant sa mort, Sponde aurait saisi, contre le volume, Loys Prestreau, juge sénéchal de Marennes et figure de la justice locale42. Il aurait également pris contact avec le fils de ce dernier, Isaac Prestreau, dans le même but. Dans son recueil de 1601, Mage désigne Isaac Prestreau comme « juge lieutenant de Marennes » et de surcroît son « allié » (parent par alliance)43. Mais, même si des liens familiaux ou civils semblent donc le lier à des acteurs du conflit, Mage n’intervient dans le traité de Boysseul qu’à titre de poète :

  • 44 Jean Boysseul, op. cit., second sonnet de Mage à la suite de l’« advertissement », non paginé.

Si tu ne vois icy le langage affecté,
Les poinctes de Seneque, et l’eimant de Plutarque,
Ne t’estonne : Autre on voit du sainct Esprit la marque ;
Il est, sans art ni fard, simple en sa vérité.

Tels sont les truchements de la Divinité,
Où plus que les beaux traicts, la doctrine on remarque,
Mais qui és mer du monde à le suyvre s’embarque,
Fuyant l’air de l’esprit, se paist de vanité.

De Sponde, plein de fast, d’artifice et peincture,
Colore ses raisons, deguise sa nature,
Dit son Apostasie estre un sainct changement.

Mais en ceste response on voit à nu de Sponde
Errant loin de Sion, sans foy, sans jugement :
C’est comme l’Esprit sainct l’imposteur monstre au monde44.

26Les interventions de Mage participent alors du champ religieux, même s’il fait état de compétences rhétoriques pour dénoncer l’écriture captieuse du Sponde catholique. Dans cet épisode, la polémique vise à confirmer le rejet hors du groupe doctrinal et de la communauté ecclésiale d’un membre qui s’en est exclu.

  • 45 Anthoine de La Croix, Discours puisé de la parole de Dieu touchant la predestination Eternelle […], (...)
  • 46 Désigné comme celui « qui craint Dieu » (p. 14), c’est-à-dire fidèle à la Réforme, « Ancien de l’Eg (...)
  • 47 « A[ntoine] de La Croix, Au Sieur de Fiefmelin, sur son second Essay Spir. », L’Image d’un Mage, op (...)

27En 1605, le milieu réformé régional reste conflictuel, en raison de tentatives isolées pour concilier théologies calviniste et catholique. Le pasteur Anthoine de La Croix s’emploie ainsi à contenir une hérésie en condamnant la « révolte » d’un Oléronnais45. Parmi les acteurs de la controverse, un faisceau de présomptions incite à identifier le « sieur Mage », cité incidemment, à notre poète46. Pour les Œuvres de 1601, le même La Croix avait donné au poète un sonnet plutôt réservé lui refusant le titre de maître (en poésie religieuse) et l’invitant à poursuivre son apprentissage en pratique47 ; Mage lui avait répondu par des stances justifiant sa poétique de l’essai :

  • 48  La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, « Stances, pour Responce à son Sonnet », p. 571-572.

[…] Ne doutes donc de moy : croy plustost, de la Croix
Quel l’essay de ma voix, tel l’essay de ma vie.
Ne crain qu’à mes escrits ne ressemblent mes Croix :
Et de mes mœurs ne soit ma doctrine suyvie.

Comme je dis, je fay. Je crie en mes escrits,
Quand, la chair m’atterrant, le peché me surmonte.
Je chante avec ma Muse, et ses chants je descris,
Quand mon esprit, vainqueur du peché, la chair domte48. […]

  • 49 Anthoine de La Croix, Discours puisé de la parole de Dieu, op. cit., p. 14.

28L’essai poétique fait coïncider expérience de l’écriture et expérience spirituelle. Comme l’indique le dialogue par poèmes, l’écriture pastorale et l’écriture poétique se conjuguaient alors au plan confessionnel en se gardant de dissiper le désaccord sous-jacent sur la possibilité d’un usage spirituel de la poésie. En 1605, s’adressant aux fidèles de Saint-Pierre, l’une des paroisses réformées de l’île, ainsi qu’à tous les protestants oléronnais, le pasteur fait un récit en forme de déposition : il s’explique d’un échec pédagogique en 1603 auprès d’un fidèle qui persiste dans une position catholique sur la prédestination. Ce récit introduit un vade-mecum de citations évangéliques, destiné à soutenir la querelle dans la paroisse en fixant la doctrine réformée, en l’absence du pasteur chassé sous l’effet de la discorde. La préface dénonce la solidarité insulaire : les habitants forment un ensemble aux intérêts si intriqués qu’ils ne peuvent se désolidariser d’un renégat. Le rôle du sieur Mage peut dès lors être précisé : il se propose de rejoindre les médiateurs du conflit dans une réunion de lecture biblique49. Son intervention en tant qu’exégète ou du moins lecteur personnel de la Bible illustre un aspect possible de la solidarité insulaire : œuvrer à retarder le moment de l’exclusion d’un membre hors du groupe.

29Second obstacle à l’unité confessionnelle, ledit révolté est juge sur l’île et entrave par abus de pouvoir l’application des édits royaux de concorde. Mage semble avoir proposé son entremise en qualité de beau-frère du juge hétérodoxe. Sa proposition transgresse cependant une frontière du groupe conflictuel – de sorte que le pasteur semble le tenir à l’écart – car il appartient à la paroisse du bourg voisin. Néanmoins, le poète intervient suivant la logique d’un réseau familial, insulaire, confessionnel et peut-être exégétique. Sous l’effet de sa sollicitation, le pasteur semble avoir cherché à confier un petit rôle à Mage, d’où une mention lui octroyant une autorité fragile dans le groupe en conflit :

  • 50 Ibid., p. 16.

Et me [Antoine de La Croix] contentay cependant, de bailler audict Sieur Mage son beau frere (qui craint Dieu et est Ancien de l’Eglise du Chasteau ; ) le livre de monsieur de Beze ; Intitulé, Responce aux calomnies de Sebastien Castallion, par lesquelles il veut renverser le fondement de nostre salut, c’est assavoir la predestination Eternelle de Dieu, qu’iceluy Mage voulut traduire en François pour le bailler a ce revolté : qui autrement n’y eust rien entendu, mais je l’en destournay et ne sçay s’il l’aura pourtant traduit pour son contentement et non pour le luy bailler, s’il n’oublie la promesse qu’il m’a faicte50.

30Figure d’autorité doctrinale et morale instituée, puisqu’il est Ancien de sa paroisse, Mage semble surtout identifié comme le dépositaire d’un livre : il conserve un traité calviniste de référence et, en complément du recueil de citations, tiendrait à disposition une traduction française manuscrite pour les moins lettrés, quoiqu’assortie de restrictions de communication. Au travers de cette querelle, le groupe doctrinal contrôle ses membres mais c’est finalement le pasteur qui en est expulsé, au point de devoir quitter l’île. Dans ce groupe de professionnels de l’écrit (pasteur, juge, Anciens), Mage paraît surtout estimé pour ses compétences d’archiviste bibliomane et secrétaire interprète, plutôt que pour son orthodoxie doctrinale, quoique cette dernière semble rester au-dessus du soupçon. Néanmoins, ses compétences poétiques et exégétiques ne trouvent pas d’emploi sous le contrôle du pasteur, qui cherche même à réguler la circulation de sa bibliothèque.

  • 51 La Polymnie, éd. cit., Accueil poétique et chrestien, p. 235.
  • 52 Respectivement, La Polymnie, éd. cit., p. 237 sq. ; L’Image d’un mage, op. cit., fol. 304v.

31Si nous avons surtout essayé de percevoir en quoi l’écriture de Mage lui permettait ou non de peser dans la réorganisation du protestantisme local après l’édit de Nantes, il reste à examiner jusqu’à quel point le réseau d’acteurs auquel appartient Mage a pu peser sur son écriture poétique. Son écriture par figures et suggestion d’un sens spirituel façonne, outre le collectif lettré, un autre collectif : le corps ecclésial. Ce dernier est figuré au début et à la fin du volume : dans un dialogue allégorique, par la personnification de « l’Eglise des Isles de Sainctonge51 », et sous les dehors du corps séduisant de l’Aimée du Cantique des cantiques, désignant l’« Assemblée des Saincts », dans un chant d’amour52. Sa paraphrase du Cantique des cantiques est insolite : l’Aimée figure l’Assemblée des Saints et par conséquent l’Amant, le fidèle. Que Mage puisse renverser le déchiffrage allégorique traditionnel – dans lequel l’Amant est non le fidèle mais Dieu – sans avoir suscité d’émoi connu indique la plasticité du discours religieux possible et toléré. Le réseau de Mage semble avoir reçu en partie dans l’indifférence ses fables poétiques. Cette exégèse singulière du Cantique des cantiques manifeste la tension du recueil vers la mystique : dire l’union à l’Assemblée des Saints pour déplacer le motif de l’union à Dieu. L’imitation des poèmes d’amour profane de Desportes et d’autres poètes permet de réinvestir les énoncés de la contemplation, pétrarquistes ou néoplatoniciens, et d’arrêter le chant d’amour avant la diction de la fusion avec le divin. L’écriture poétique paraît se développer dans une résistance à la tentation mystique et l’on peut se demander jusqu’à quel point la fabrication d’un domaine poétique dans lequel inscrire les Œuvres, de la part du poète, serait une défense pour éviter la censure de la mystique de la part des biblistes et théologiens locaux. Cette défense aurait été finalement efficace, ramenant la poésie à une manie lettrée au caractère anecdotique du point de vue du groupe confessionnel. Il fallait en quelque sorte que la poésie ne soit pas comprise par certains de ses membres et passe pour insignifiante : cette hypothèse relance paradoxalement l’enquête sur l’inefficience réelle de cette poésie dans le milieu dans lequel elle circule.

32Homme de l’écrit, Mage apparaît comme un homme du livre, dans un réseau qui en fabrique à des fins polémiques et où la communauté de foi reste largement à constituer. La figure d’un poète porte-parole de sa communauté insulaire et de son Église que véhiculent surtout les poèmes destinés à une représentation dramaturgique, tel l’Accueil poetique et chrestien, semble ponctuelle au regard du poids très relatif de Mage dans la compétition entre écrits. Elle n’en est peut-être pas moins nécessaire, dans la mesure où les modalités d’existence du groupe incluent à ce moment la mise à mal de sa cohésion. Du moins, l’« Assemblée des Saincts » façonnée iréniquement par les mots du poète ne concorde pas avec l’Église alors prédéfinie par l’administration des pasteurs et contestée par ailleurs par des laïcs magistrats.

33Partant du constat que le statut de poète local construit par l’historiographie au sujet des Œuvres présupposait une solidarité entre le poète et son groupe, d’une part, et que cet artefact critique du groupe favorisait une lecture des poèmes les rendant insignifiants voire illisibles, d’autre part, nous avons réexaminé l’emprise du collectif sur l’énoncé poétique. Dans les Isles de Sainctonge vers 1601, Mage fait de ses lectures, en particulier séculières et contemporaines, l’origine d’une autorité non professionnelle : dépourvu de pouvoir civil mais compétent en matière de livres, il s’emploie à configurer une communauté de foi par le témoignage d’une expérience poético-spirituelle. La poésie spirituelle est néanmoins en compétition avec d’autres pastorales, officielles ou hétérodoxes, qui en relativisent l’importance et le prestige. Dépouillés de privilège énonciatif, les vers inspirés permettent néanmoins à leur signataire de participer à une compétition exégétique dont la localisation est mouvante, Saint-Pierre d’Oléron, La Rochelle, toute la zone francophone de la diffusion imprimée. Sa Muse française semble écrire en creux l’impossibilité de servir par sa plume un roi apostat. Il s’agit d’une impossibilité et pas d’une incapacité, comme si le recueil était l’expression résignée d’un repli sur la sociabilité d’origine et débouchait par réaction sur le déploiement d’un imaginaire communautaire, à défaut de pouvoir chanter un pouvoir théologico-politique juste et digne d’apporter la consécration au poète.

Haut de page

Notes

1 André Mage de Fiefmelin, Les Œuvres du sieur de Fiefmelin, Poitiers, J. de Marnef, 1601. Rééd. sous la dir. Julien Goeury : t. I La Polymnie, éd. Julien Goeury et al., Paris, Champion, 2015, t. II L’Image d’un mage ou le Spirituel, éd. Audrey Duru, à paraître. Dans les citations de cet article, nous respectons les particularités de graphie et de ponctuation des éditions anciennes auxquelles nous nous référons.

2 La Polymnie, éd. cit., Accueil poetique et chrestien, « Argument », p. 235.

3 Voir l’extrait de La Polymnie : Le Saulnier, ou de la façon des marois salans et du Sel marin des isles de Sainctonge, éd. Julien Goeury et Nicole Pellegrin, La Rochelle, Rumeur des Âges, 2005, et réf. citées p. 31 (écrits de M. Beaupied Dumenils, Ch.-E. Le Terme, L. Papy, A. Drouin, M. Delafosse et Cl. Laveau, P. Tardy).

4 Julien Goeury, « Îléité et insularité dans les Œuvres (1601) du sieur de Fiefmelin », dans Îles et Insulaires (xvie-xviiie siècles), éd. Frank Lestringant et Alexandre Tarrête, Cahiers V.L. Saulnier, 34, 2017, p. 299-310, ici p. 301 ; du même, « "Pays des isles", pays des illusions ? Le point de vue d’André Mage de Fiefmelin, poète insulain », dans Christian Zonza (dir.), L'Île au xviie siècle : jeux et enjeux, actes du colloque d’Ajaccio, 3-5 avril 2008, Tübingen, Narr Verlag, 2010, p. 165-174.

5 Nicole Pellegrin, « Terres liquides. Quelques figures des îles saintongeaises au xvie siècle », dans Frédéric Chauvaud, Jacques Péret (dir.), Terres marines. Études en hommage à Dominique Guillemet, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 77‑84.

6 Mage désigne ainsi certains destinataires, t. I, éd. cit., p. 564, 634.

7 Nicole Pellegrin, « Terres liquides… », art. cit., p. 84.

8 Une « Nymphe de Marennes » chante : « Seudre, Nymphe accoupplée au Courhaut Nerëide, / Accompaigne ton pair par la campagne humide […] » (La Polymnie, éd. cit., Accueil poetique et chrestien, p. 244). Le Coureau désigne le détroit parcouru de courants marins entre l'île d'Oléron et la presqu'île continentale d'Arvert, dans lequel la rivière côtière de la Seudre se jette.

9 Des actes notariés récemment exhumés invalident la tradition biographique qui le faisait disparaître peu après 1601. Ils seront analysés dans l’introduction des Œuvres, t. II, L’Image d’un mage ou le Spirituel ; ils compléteront et rectifieront sur certains points les « Fragments biographiques » en tête du t. I, p. 11-28.

10 Louis Aragon, « Du sonnet, A. Mage de Fiefmelin, poète français du xvie siècle », Lettres françaises, n° 508, 18-25 mars 1954 ; Jacques Roubaud, Soleil des soleils. Anthologie du sonnet français de Marot à Malherbe, Paris, Gallimard, 1990.

11 Anthologie de la poésie baroque française [1961], éd. Jean Rousset, Paris, José Corti, 1988, t. I, p. 122-123, t. II, p. 246 ; La Poésie française et le maniérisme : 1546-1610, éd. Marcel Raymond, Genève-Paris, Droz-Minard, 1971, p. 229-239 ; Pierre Menanteau, Images d’André Mage de Fiefmelin, poète baroque, Paris, Rougerie, 1965.

12 Michel Jeanneret et Terence Cave, Métamorphoses spirituelles. Anthologie de la poésie religieuse française. 1570-1630, Paris, José Corti, 1972 (rééd. sous le titre : La Muse sacrée. Anthologie de la poésie spirituelle française, 1570-1630, 2007).

13 La poétesse polyglotte (néolatine, helléniste et française) Jaqua-Françoise Pautrard, active à Arbois dans le comté de Bourgogne au tout début du xviie siècle, constitue un cas d’effacement historiographique triplement déterminé, au plan politique (bien que francophone, elle n’était pas sujette du roi de France), au plan auctorial (parce qu’elle était promue par le groupe civil de la municipalité d’Arbois), au plan du genre (femme).

14 Accueil poetique et chrestien, éd. cit., p. 233.

15 Ibid., v. 87-90, p. 243.

16 Lire l’article de Dinah Ribard dans ce numéro.

17 Seule exception, à la fin du xviie ou au début du xviiie siècle, le prince Eugène de Savoie (1663-1736) avait acquis un exemplaire pour sa bibliothèque (« Bibliotheca Eugeniana »), entré en 1738 dans la Bibliothèque Impériale et actuellement conservé par la Bibliothèque nationale d’Autriche.

18 Guillaume Colletet (1596-1659) avait rédigé une vie de Mage, détruite en 1871 (avec l’ensemble des « vies » composées par l’auteur) et dont nous ignorons le contenu. Pierre-Claude Goujet (voir note suivante) ne semble pas avoir utilisé les vies de Colletet comme documentation.

19 Claude-Pierre Goujet, Bibliotheque françoise, vol. XIV, Paris, H.-L. Guérin et P. G. Le Mercier, 1752, p. 378-386 ; Claude-Sixte Sautreau de Marsy, Annales poétiques ou Almanach des Muses : depuis l’origine de la poésie françoise, t. XII, Paris, Delalain, 1779, p. 201-212.

20 Claude-Pierre Goujet, Bibliotheque françoise, op. cit., p. 384.

21 Ibid., p. 379.

22 La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, Les Odes, p. 479-552 et notice de Julien Goeury, p. 190-196. Les odes traduites d’Horace sont les odes 8, 9, 13, 14, 17, 21, 25, 30.

23 Claude-Sixte Sautreau de Marsy, Annales poétiques, op. cit., p. 203-204.

24 Marcel Raymond, La Poésie française et le maniérisme : 1546-1610, op. cit., p. 45.

25 Selon l’expression de Terence Cave et Michel Jeanneret, Métamorphoses spirituelles : anthologie de la poésie religieuse française 1570-1630, op. cit.

26 Louis Audiat, André Mage de Fiefmelin, poète du xvie siècle, Paris, A. Aubry, 1864.

27 Ibid., p. 64.

28 Voir François Julien-Labruyère, « Arquesson », Dictionnaire biographique des Charentais et de ceux qui ont illustré les Charentes, Paris, Le Croît vif, 2005, p. 64.

29 Cas comparable à celui du « salon de la Maréchale de Retz » dont Emmanuel Buron montre la fabrication (« Le mythe du salon de la Maréchale de Retz. Éléments pour une sociologie de la littérature à la cour des derniers Valois », dans : Henri III mécène : des arts, des sciences et des lettres, éd. Jean-François Maillard et Guy Poirier, Presses Paris Sorbonne, 2006, p. 306-315).

30 La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, ode 26, v. 37, p. 522 ; sonnet 19, v. 1, p. 574-575.

31 La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, « A la louänge de quelques Poëtes de nostre temps, par Dissemblance », v. 4, ibid., p. 639 ; ode 32 (voir note suivante), v. 36, ibid., p. 550.

32 La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, ode 32 « Au Sr. A[braham] de Vermeil : A l’honneur des premiers Poëtes de nostre temps », p. 548-551.

33 Ibid., strophes 3-5, p. 549-550.

34 Id., strophe 6, p. 550.

35 Voir Florence Bonifay, « Concurrences poétiques. Identités collectives et identités singulières autour de la “Pléiade” (1549-1586) », doctorat sous la direction de Michèle Clément, 2 décembre 2016, Lyon 2, url : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01896012 consulté le 15 avril 2021.

36 La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, ode 15 « A Mess[ieurs] A. B. C. etc. Encomiastes de Monseig[neur] le Pr[ince] », p. 510-513.

37 Voir Jérémie Boysseul, « A Mons. de Fiefmelin, sur sa Poësie saincte. Stances à ses vers » (L’Image d’un mage, op. cit., fol. 70) imitant Mage, « Stances. Sur l’Essai des Poemes Chrestiens de la mort du Sr. de Sponde », citant lui-même les « Stances de la mort » et quatre sonnets de Sponde (ibid., fol. 211).

38 Sur le réseau d’interconnaissances du poète et la fabrique du livre, voir Nicole Pellegrin, La Polymnie, éd. cit., p. 28-60 ; sur la réception du livre, Julien Goeury, ibid., p. 66-75.

39 Jean Boysseul, La Confutation des declarations de M. Iean de Sponde […], Lyon [La Rochelle], Noé Le Roy [Jérôme Haultin], 1598, deux sonnets à la suite de l’« advertissement » (liminaires non paginés) et une stance, p. 950.

40 Dédicataire du sonnet 37 « A Mons. I. B. P. M », La Polymnie, éd. cit., p. 630, état révisé d’un des poèmes de 1598.

41 Jean Boysseul, op. cit., p. 950.

42 Jean Boysseul, op. cit., paragraphe final de l’« advertissement », non paginé.

43 La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, Epigrammes, p. 661.

44 Jean Boysseul, op. cit., second sonnet de Mage à la suite de l’« advertissement », non paginé.

45 Anthoine de La Croix, Discours puisé de la parole de Dieu touchant la predestination Eternelle […], Niort, R. Troismailles, 1605.

46 Désigné comme celui « qui craint Dieu » (p. 14), c’est-à-dire fidèle à la Réforme, « Ancien de l’Eglise du Chasteau » (p. 16), où il est effectivement domicilié en 1601 (contrat avec son imprimeur, voir La Polymnie, éd. cit., p. 677), rôle qui est confirmé par un acte notarié en 1619 ; capable de traduire un traité de Théodore de Bèze, ce que ses études en théologie à Genève (inscription sur le livre du recteur au cours de la période 1584-1589) rendent plausible ; il est enfin le beau-frère du révolté (p. 14), désigné comme juge d’Oléron : le poète Mage a bien pour beau-frère Jean Seguin, « juge senechal » sur l’île (La Polymnie, éd. cit., ode 14, p. 507).

47 « A[ntoine] de La Croix, Au Sieur de Fiefmelin, sur son second Essay Spir. », L’Image d’un Mage, op. cit., fol. 99r.

48  La Polymnie, éd. cit., Les Meslanges, « Stances, pour Responce à son Sonnet », p. 571-572.

49 Anthoine de La Croix, Discours puisé de la parole de Dieu, op. cit., p. 14.

50 Ibid., p. 16.

51 La Polymnie, éd. cit., Accueil poétique et chrestien, p. 235.

52 Respectivement, La Polymnie, éd. cit., p. 237 sq. ; L’Image d’un mage, op. cit., fol. 304v.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Duru, « La Muse française et les Isles de Sainctonge (1597-1605) »COnTEXTES [En ligne], 31 | 2021, mis en ligne le 15 octobre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10360 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.10360

Haut de page

Auteur

Audrey Duru

Université de Picardie/TrAme

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search