Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques31Port-Royal et l’histoire (du) lit...

Port-Royal et l’histoire (du) littéraire 

Les ruses de l’histoire d’un individu collectif
Alain Cantillon

Texte intégral

  • 1 Sur les individus collectifs, leur mode d’existence, leur différence avec les collections d’individ (...)

1« Port-Royal » est le nom d’un individu collectif1 qui n’intéresse pas seulement l’histoire littéraire mais l’histoire, en général, qui peut se diversifier (histoire politique du xviie siècle français, histoire religieuse européenne, histoire des sciences, etc.). Ce nom se répète depuis plus de 350 ans, et dans ces itérations se répètent aussi, sans cesse, sourdement, quand bien même ce ne serait pas à chaque fois, le trouble et les incertitudes sur la propriété de ce nom que l’on emploie parce que, malgré tout, on fait comme s’il était propre.

2C’est un individu collectif qui, en effet, n’a pas d’existence définie, contrairement à tant d’autres ; certainement il n’est pas le seul à manquer de limites bien nettes et assez stables ; quant à des limites parfaitement stables, cela ne peut pas exister, ces individus étant, comme toutes choses, soumis à devenir. Quels seraient ces individus collectifs bien définis, c’est-à-dire dont les limites, même si elles peuvent varier au fil du temps, demeurent suffisamment nettes pour que l’on puisse affirmer sans erreur qu’il existe bien un individu collectif X et que tel ou tel élément entre bien à tel moment, sans équivoque ni contestation valide, dans la composition de cet individu ? Les ordres religieux, dont les limites sont fixées par une histoire, une constitution, et des rites d’admission et d’exclusion, ou encore des nations, lorsqu’elles sont politiquement constituées en un État, voire peut-être délimitées géographiquement, par exemple enfermées dans une île. Le modèle théorique ou le schème de l’île n’est pas sans intérêt lorsque l’on s’intéresse aux groupes. Pour Port-Royal, il y aurait une étude de détail très intéressante à faire pour regarder comment d’autres configurations et dénominations (les deux allant d’un même pas) sont devenues inadéquates – ou plutôt quasi inadéquates puisqu’elles continuent à être utilisées abondamment, y compris parmi les savants. C’est le cas de la dénomination de « jansénistes », qui ne peut convenir à un ensemble de personnes qui entendent demeurer au sein de l’église catholique, à partir du moment où une succession de décrets papaux ont constitué le jansénisme en hérésie. Il sera donc nécessaire, dans le cadre de cet article, de tenir rigoureusement le fil « Port-Royal » pour ne pas risquer de s’aventurer dans les problèmes que pose la catégorie historiographique de janséniste. En l’espace de quelques années (une ou deux décennies vers 1640-1655), Port-Royal a cessé d’être seulement le nom d’un lieu géographique (un lieu-dit de la vallée de Chevreuse, où se trouve une abbaye) pour devenir celui d’un lieu social complexe. Le premier des solitaires de Port-Royal (Antoine Le Maître) va s’installer auprès de l’abbaye des Champs à la fin des années 1630 ; il est peu à peu rejoint par d’autres messieurs et se constitue ainsi à travers une suite d’aventures et de mésaventures un ensemble qui n’est peut-être pas un groupe, mais qui est uni par de multiples liens, des solidarités familiales (principalement les Arnauld, mais aussi les Pascal, etc.), des fidélités à quelques morts récents (Saint-Cyran ; Jansénius), des querelles sans nombre, voire des échanges économiques. Le monastère est aussi un lieu de placement : au moment où les persécutions s’accentuent et où il doit partir en exil, Antoine Arnauld, le « Grand Arnauld », l’un des auteurs de la Logique dite « de Port-Royal », retire l’argent qu’il a confié aux religieuses et recherche alors un autre placement pieux en dehors du royaume.

  • 2 Sur cette fonction, voir l’introduction de ce numéro. Mentionnons également dès à présent un ouvrag (...)

3Pour qui voudrait s’interroger sur le mode d’existence d’une « fonction-groupe » dans l’histoire littéraire et dans l’histoire du littéraire, Port-Royal offre peut-être l’exceptionnel intérêt de proposer à l’observation le mouvement même par lequel un groupe prend consistance, une collection d’individus se transforme en un seul individu collectif. Les Lettres provinciales, qui publient comme nous l’allons voir cette métamorphose, permettent d’en découvrir le mécanisme : elles la suivent et l’accomplissent pas à pas ; lettre après lettre, elles révèlent le rôle prédominant qu’y joue la relation d’extériorité, et mettent enfin en question les liens de leur auteur anonyme, aussi bien à un individu collectif qui n’est pas un corps (Port-Royal) qu’à un autre individu collectif qui, lui, en revanche, en est un (l’Église catholique). Ainsi formé, ce groupe nommé Port-Royal, bien qu’il ne soit pas à proprement parler un groupe « littéraire », peut pourtant donner accès à une certaine connaissance de la fonction-groupe dans l’histoire du littéraire et dans l’histoire littéraire parce qu’il permet de voir comment, par la suite, aux xixe et xxe siècles, il peut être, ou n’être pas, pris en considération en tant qu’individu collectif. Aussi peut-il nous conduire, en conclusion de cet article, à quelques réflexions sur les ressemblances et les différences qu’il pourrait convenir d’établir entre la fonction-groupe et la si fameuse fonction-auteur2.

Du lieu à l’individu collectif

4Il apparaît que, dès 1656-1657 tout au moins, Port-Royal est publiquement constitué en individu collectif et en lieu social et politique. Les fameuses Lettres provinciales (janvier 1656-mars 1657) participent à la production publique de ce nom et de ce lieu : elles publient un nom qui désigne un lieu géographique, social, théologico-politique et de spiritualité, et ce faisant, elles participent à sa production, au milieu de tant d’autres actions, et selon les modalités qui sont propres aux écrits polémiques qui affichent leur clandestinité. Initialement vouées à la défense d’Antoine Arnauld contre la censure de la Sorbonne, elles en viennent à croiser le fer quasi exclusivement avec les Jésuites. Peu à peu, au fil de la querelle, la définition et l’identification du lieu de leur énonciation devient l’un des principaux aspects et l’un des enjeux du combat :

  • 3 Pascal, Quinzième lettre, du 25 novembre 1656, Les Provinciales, introduction, notes et variantes p (...)

Que doit-on répondre de même à tous les discours vagues de cette sorte, qui sont dans vos livres et dans vos avertissements sur mes lettres ? par exemple : Qu’on s’applique les restitutions, en réduisant les créanciers dans la pauvreté ; qu’on a offert des sacs d’argent à de savants religieux qui les ont refusés ; qu’on donne des bénéfices pour faire semer des hérésies contre la foi ; qu’on a des pensionnaires parmi les plus illustres ecclésiastiques et dans les Cours souveraines ; que je suis aussi pensionnaire de Port-Royal, et que je faisais des romans avant mes Lettres, moi qui n’en ai jamais lu aucun, et qui ne sais pas seulement le nom de ceux qu’a faits votre apologiste3.

5Ce passage fait apparaître Port-Royal, pour la première fois dans ces lettres, comme le nom propre d’un individu collectif auparavant désigné par le pronom qui est dit « indéfini » par la grammaire. Ce « on » est seulement décrit par un certain nombre d’actions qui forment autant de délits contre la charité, contre l’Église ou contre l’État ; c’est le même « on » qui « doit répondre » à toutes ces insinuations malveillantes et tout à la fois ce n’est pas le même, puisque celui qui répond est un individu singulier qui se dévoile en même temps qu’il révèle le nom de l’individu collectif précédemment indéfini (« je suis aussi pensionnaire de Port-Royal »). Le glissement de « on » à « je » s’opère par l’inclusion distinctive de l’auteur des lettres dans la catégorie des pensionnaires de ce « on », dont la véritable identité de pensionnaires supposés de Port-Royal n’est donnée qu’a posteriori grâce à l’apparition de « je ». Ainsi donc, dans cette lettre tardive, le nom de Port-Royal désigne-t-il un individu collectif indéfini présenté comme un groupe qui n’en est peut-être pas un, puisqu’il ne semble exister que d’être cerné par les menaces des propos calomnieux. Cette lettre n’en donne aucune description ; à la lire il est impossible de savoir de quoi il est composé ni comment et à quelles fins ses divers éléments tiennent ensemble. À en croire ses ennemis il ressemblerait à ce que l’on nommait une secte au xviie siècle, à un parti, potentiellement destructeur des institutions garantes de la paix publique.

  • 4 Pascal, Onzième lettre, du 18 août 1656, ibid., p. 210.
  • 5 Philippe Sellier, « La rhétorique de Saint-Cyran et le tournant des Provinciales », dans Philippe S (...)
  • 6 « Onzième lettre écrite par l’auteur des lettres au provincial aux révérends pères jésuites » ; il (...)
  • 7 Michel de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 19 (...)

6Un peu auparavant, le 18 août, dans la onzième lettre, Port-Royal est mentionné pour la première fois dans les lettres, comme un individu plus réduit, plus défini et localisable : « […] parle-t-il avec vérité quand il dit, 4e part., p. 24 et 15, que les religieuses de Port-Royal ne prient pas les saints, et qu’elles n’ont point d’images dans leur église4 ? » C’est cette lettre qui marque, selon les termes de Philippe Sellier5, le tournant des Provinciales. Avant elle, un anonyme écrivait pour un ami de province des relations de ce qui se passait à Paris ; à partir d’elle, l’auteur de ces lettres est nommé dans la suscription « L’auteur des lettres à un provincial6 »  et les destinataires deviennent alors « Mes Révérends pères ». Les lettres se mettent donc à tourner autrement, pour parler cette fois comme de Certeau dans « La formalité des pratiques7 ». Le bouleversement de la situation d’énonciation pousse, structurellement, Port-Royal à se manifester dans les lettres qui suivent ; ou, pour le dire autrement, les développements de la polémique, au fur et à mesure de la querelle des Provinciales, entre la première lettre et la dixième, déterminent un tel bouleversement si lourd de conséquences. L’auteur, toujours anonyme, sort du bois comme celui qui doit affronter les membres d’un individu collectif bien défini, identifiable, et nommable. Ce faisant, il court lui aussi le risque de se trouver assigné à un groupe comme lieu de son énonciation.

7Auparavant encore, dans la troisième lettre, l’auteur avait délié Arnauld de toute appartenance à un groupe, même à une collectivité dont la seule réalité aurait consisté dans le partage de points de doctrine :

  • 8 Pascal, Troisième lettre, du 9 février 1656, Les Provinciales, op. cit., p. 51.

[…] c’est ici une hérésie d’une nouvelle espèce. Ce ne sont pas les sentiments de M. Arnauld qui sont hérétiques ; ce n’est que sa personne. C’est une hérésie personnelle. Il n’est pas hérétique pour ce qu’il a dit ou écrit, mais seulement pour ce qu’il est M. Arnauld. C’est tout ce qu’on trouve à redire en lui. 8

8L’ironique dénonciation de ces attaques ad personam, qui diffèrent des attaques ad hominem qui sont celles que l’on oppose aux opinions, pour utiliser une distinction qui ne sera formulée que quelques siècles plus tard, s’en prend exactement à ce qui permet d’empêcher la constitution d’un groupe. Chacun se trouve isolé dans sa singularité personnelle. Il n’y a rien à partager, aucune opinion, pas même des « sentiments ». C’est une essence singulière, sans qualités, close sur soi, celle où s’isole « l’hérésie personnelle ».

Sous des coups répétés

9La mise au jour de Port-Royal dans les Lettres provinciales sous les coups répétés des réponses qu’elles suscitent marque une sorte de victoire des Jésuites, alors même que l’on peut certes, sous un autre angle, considérer comme on le fait ordinairement les Provinciales comme une de leurs défaites.

10Dans le prolongement de la lettre 15, les lettres 16 et 17 sont en grande partie consacrées à mettre progressivement en valeur l’individu collectif Port-Royal et à le faire grâce à un travail de dissociation de celui qui prend sa défense :

  • 9 Ibid., p. 301-302.

Vous ne manquerez pas néanmoins de dire que je suis de Port-Royal ; […] comme si on ne trouvait qu’à Port-Royal des gens qui eussent assez de zèle pour défendre contre vous la pureté de la morale chrétienne. Je sais, mes Pères, le mérite de ces pieux solitaires qui s’y étaient retirés, et combien l’Église est redevable à leurs ouvrages si édifiants et si solides. Je sais combien ils ont de piété et de lumière, car, encore que je n’aie jamais eu d’établissement avec eux, comme vous le voulez faire croire, sans que vous sachiez qui je suis, je ne laisse pas d’en connaître quelques-uns et d’honorer la vertu de tous. Mais Dieu n’a pas renfermé dans ce nombre seul tous ceux qu’il veut opposer à vos désordres. […] je vous parlerai de telle sorte que je vous ferai peut-être regretter de n’avoir pas affaire à un homme de Port-Royal. Et pour vous le témoigner, mes Pères, c’est qu’au lieu que ceux que vous outragez par cette insigne calomnie se contentent d’offrir à Dieu leurs gémissements pour vous en obtenir le pardon, je me sens obligé, moi qui n’ai point de part à cette injure, de vous en faire rougir à la face de toute l’Église, pour vous procurer cette confusion salutaire dont parle l’Écriture, qui est presque l’unique remède d’un endurcissement tel que le vôtre […]. Il faut arrêter cette insolence, qui n’épargne point les lieux les plus saints. […] Quoi ! mes Pères, afficher vous-mêmes dans Paris un livre si scandaleux avec le nom de votre Père Meynier à la tête, et sous cet infâme titre : Le Port-Royal et Genève d’intelligence contre le très Saint-Sacrement de l’Autel, où vous accusez de cette apostasie non seulement M. l’abbé de Saint-Cyran et M. Arnauld, mais aussi la Mère Agnès sa sœur, et toutes les religieuses de ce monastère, dont vous dites, page 96, que leur foi est aussi suspecte touchant l’Eucharistie que celle de M. Arnauld, lequel vous soutenez page 4 être effectivement calviniste9.

  • 10 Voir Vincent Descombes, « Les individus collectifs », art. cit., et particulièrement le tout dernie (...)

11L’auteur de la lettre présente son apologie de Port-Royal comme une réponse à des injures, à des outrages, à des calomnies, se donne à voir comme celui qui réagit à des actions hostiles et fait ainsi apparaître le processus de constitution d’un groupe comme agglomération d’une somme d’individus personnels, depuis l’extérieur. Cette production de Port-Royal en tant que groupe demande une analyse attentive. C’est un mouvement nécessairement complexe, puisque, si l’on admet qu’une collection ne peut prendre en collectif que depuis une situation d’extériorité10, il faut bien alors également accepter que cette transformation demande aussi que cette collection fasse apparaître un groupe autre, à l’extérieur duquel elle puisse se définir, et se poser alors ainsi en tant qu’individu collectif. C’est un peu comme si l’on suivait des yeux quelqu’un – quelques-uns –, en train d’enfermer quelques autres, de les isoler comme nouvel individu, de sécréter une membrane cellulaire, aussi fine que solide, qui, les regroupant, les exclut inévitablement toujours de quelque chose d’autre, d’une autre collection d’individus, qui selon le cas peut être ou ne pas être un autre individu collectif. En l’occurrence, ce qui se lit dans cette lettre, c’est une opération de séparation d’un individu collectif (qui s’appellera Port-Royal), au sein d’un autre, qui est l’Église catholique. Au début il n’existe qu’une collection d’individus, solitaires, autant d’îles personnelles qui semblent seulement réunies par leur colocation géographique en un lieu singulier. Puis les agressions des « Pères », tout particulièrement celle qui est assignée à un livre, signé par le père Meynier, transforment cet archipel en une seule et unique île, désignable par un nom propre d’individu collectif, et non pas de lieu géographique. C’est la différence qui est ici marquée entre un lieu nommé Port-Royal, endroit où l’on peut se retirer pour aller vivre en solitaire, et où l’on trouve des gens, et une autre sorte de lieu, qui, de même que Genève n’est pas seulement une ville, mais aussi une certaine Église, n’est pas seulement un coin de campagne mais un groupe, un individu collectif, désigné d’un nom propre que le déterminant défini semble figer dans une essence singulière : le Port-Royal.

12Si l’on en croit cette lettre, ces « pères » mènent conjointement deux opérations complémentaires. Ils réunissent dans une même apostasie quelques messieurs, parmi lesquels deux célèbres théologiens que la lettre expose en les nommant, et des religieuses, présentées quant à elles comme un ensemble entier et organisé. Et dans le même mouvement, ceux qu’ils rassemblent ainsi, ils les isolent de tous les autres catholiques, et se placent par là au milieu de ce peuple et de cette Église, dans une position d’extériorité par rapport à cet individu collectif qu’ils contribuent fortement à former en le séparant. L’auteur de la lettre ne refuse pas d’admettre qu’il se soit formé dans un désert un lieu social singulier, distinct, qui mérite d’être désigné par un nom propre ; en revanche il n’accepte pas de séparer ce groupe du reste du peuple catholique. Les gens, dit-il, qui ont assez de zèle pour défendre la pureté de la morale chrétienne contre les Jésuites ne se trouvent pas tous à Port-Royal, et, n’étant pas « un homme de Port-Royal », il entend faire de ses lettres autant de témoignages de cette vérité. Il va sans dire que l’on peut sans peine supposer dans ce discours une dissimulation stratégique ; ce fut d’ailleurs l’une des antiennes de ceux qui accusèrent Port-Royal de jansénisme, qu’ils nommaient une hérésie couverte. Il convient toutefois de prêter une attention soutenue aux propos ici tenus, ainsi qu’à la position d’énonciation dans laquelle l’auteur de la lettre aime à se camper. L’argumentation par la situation d’énonciation de l’apologiste ne limite en effet pas sa portée à un cas d’espèce mais elle jouit d’une valeur générale : la partialité, autant supposée qu’effective, des membres d’un groupe leur interdit et les rend incapables de répondre aux calomnies, voire aux simples injures, et par conséquent c’est également de l’extérieur que doit venir l’aide qui, à leur corps défendant, redouble l’action de l’extériorité dans la formation de l’individu collectif.

  • 11 Déterminations qui restent toujours à l’horizon de la réflexion, comme une songerie qui porterait s (...)

13Cette Provinciale montre ostensiblement que la formation d’un groupe, et l’action personnelle par laquelle quelqu’un vient s’adjoindre à cet individu collectif ne se réduisent pas aux déterminations subjectives des membres de ce groupe11. En l’espèce, les Provinciales produisent dans l’espace public un acte de fondation d’une sorte particulière parmi tant d’autres possibles, et ce faisant fournissent une description d’une grande acuité des conditions effectives, concrètes, sociales et politiques de cette institution. Cette publication suit le rythme haletant de cet intense moment polémique où les écrits se répondent presque de semaine en semaine. Bien certainement les capacités de cet auteur, qui se dit solitaire, à fournir et à répondre à une institution aussi puissante et organisée que la Compagnie de Jésus, à composer des écrits pleins de matière théologique, à les imprimer, et à les diffuser en très grand nombre, matérialisent par l’écrit à elles seules l’existence de ce qui était alors nommé un parti dont les limites d’ailleurs ne coïncident pas nécessairement avec celles de l’individu collectif nommé « Le Port-Royal », puisque, comme l’auteur le déclare, il est possible d’être de ce parti sans être un homme de Port-Royal.

14La dix-septième lettre poursuit le combat, d’une façon plus offensive cette fois. L’auteur anonyme ne se contente pas d’y répéter qu’il n’est pas de Port-Royal, mais il prolonge l’analyse en montrant ce que portent en elles cette accusation et les opérations menées par les Jésuites pour fixer, c’est-à-dire identifier et isoler, un individu collectif nommé le Port-Royal. On accuse un groupe d’hérésie :

  • 12 Pascal, Les Provinciales, op. cit., p. 329.

Vous supposez premièrement que celui qui écrit les Lettres est de Port-Royal. Vous dites ensuite que le Port-Royal est déclaré hérétique ; d’où vous concluez que celui qui écrit les Lettres est déclaré hérétique. Ce n’est donc pas sur moi, mon Père, que tombe le fort de cette accusation, mais sur le Port-Royal ; et vous ne m’en chargez que parce que vous supposez que j’en suis12.

15Il retourne ensuite l’attaque et en renvoie la gravité sur ceux qui l’ont conduite, en leur rappelant d’un ton lourd de menaces que « cette accusation est si importante » qu’il faut pouvoir en répondre et apporter des preuves. Selon l’auteur de ces lettres, ce qu’ont entrepris quelques Jésuites dans cette dispute est pour eux d’autant plus dangereux qu’ils engagent l’ensemble de leur ordre puisque la Compagnie forme bien sans conteste, et depuis un certain nombre d’années déjà, un individu collectif, ce qui s’appelle un « corps » :

  • 13 Ibid., p. 332-333.

Il y a bien de la différence entre les Jésuites et ceux qui les combattent. Vous composez véritablement un corps uni sous un seul chef ; et vos règles, comme je l’ai fait voir, vous défendent de rien imprimer sans l’aveu de vos supérieurs, qui sont rendus responsables des erreurs de tous les particuliers, sans qu’ils puissent s’excuser en disant qu’ils n’ont pas remarqué les erreurs qui y sont enseignées, parce qu’ils les doivent remarquer selon vos ordonnances, et selon les lettres de vos Généraux Aquaviva, Vittelleschi, etc. C’est donc avec raison qu’on vous reproche les égarements de vos confrères, qui se trouvent dans leurs ouvrages approuvés par vos supérieurs et par les théologiens de votre Compagnie. Mais quant à moi, mon Père, il en faut juger autrement13.

Groupe, « corps » et homme libre

16Dans la fièvre de cette polémique se dessine une théorie, imparfaite, de l’individu collectif par l’opposition dressée entre les Jésuites et les autres. Les Jésuites y sont constitués en corps selon le principe d’organisation de la société d’Ancien Régime : en congrégations, en corporations, en académies. C’est un corps, avec une tête, des membres et une organisation réglée. Un autre corps du même genre, l’Oratoire, apparaît aussi dans ce passage de la dix-septième lettre, mais c’est pour marquer paradoxalement la différence entre les Jésuites et leurs adversaires :

  • 14 Ibid., p. 332.

Que voulez-vous dire de même, de me prendre tous les jours à partie sur le livre De la sainte Virginité, fait par un P. de l’Oratoire que je ne vis jamais, non plus que son livre ? Je vous admire, mon Père, de considérer ainsi tous ceux qui vous sont contraires comme une seule personne. Votre haine les embrasse tous ensemble, et en forme comme un corps de réprouvés, dont vous voulez que chacun réponde pour tous les autres14.

17La production d’une théorie de l’individu collectif est constitutive de l’action politique développée par cette énonciation. On y aperçoit très clairement la mise en avant et la proposition d’une autre forme de société que celle des corps, c’est le cas de Port-Royal, et, soutenant et permettant ce propos, la représentation, très ouvertement illusoire, imaginaire, idéologique, d’une figure d’homme parfaitement libre, alors même qu’il se déclare soumis à un corps :

  • 15 Ibid., p. 330-331.

[…] grâces à Dieu, je n’ai d’attaches sur la terre qu’à la seule Église Catholique, Apostolique et Romaine, dans laquelle je veux vivre et mourir, et dans la communion avec le Pape son souverain chef, hors de laquelle je suis très persuadé qu’il n’y a point de salut. […]
Je ne vous crains ni pour moi, ni pour aucun autre, n’étant attaché ni à quelque communauté, ni à quelque particulier que ce soit. […] Je n’espère rien du monde, je n’en appréhende rien, je n’en veux rien ; je n’ai besoin, par la grâce de Dieu, ni du bien, ni de l’autorité de personne. Ainsi, mon Père, j’échappe à toutes vos prises. […] Vous pouvez bien toucher le Port-Royal, mais non pas moi. On a bien délogé des gens de Sorbonne, mais cela ne me déloge pas de chez moi. Vous pouvez bien préparer des violences contre des prêtres et des docteurs, mais non pas contre moi, qui n’ai point ces qualités. Et ainsi peut-être n’eûtes-vous jamais affaire à une personne qui fût si hors de vos atteintes, et si propre à combattre vos erreurs, étant libre, sans engagement, sans attachement, sans liaison, sans relations, sans affaires15.

  • 16 Il ressemble fort à celui auquel la tradition attribue les Provinciales¸ mais cela n’est qu’anecdot (...)

18Voilà donc la définition d’un homme libre, qui n’est pas celle d’un libertin, dans un pays où l’Église catholique était puissamment dominante : pas d’attaches, ni à un corps, ni à une autre personne dans une relation de service ; assez de biens pour vivre sans besoin de protection ; une attache à l’Église catholique qui est une décision volontaire fondée sur une persuasion intime ; une relation de communion et non pas de soumission avec celui qu’il reconnaît cependant sans ambages comme son chef. Tout cela se résume par une énumération d’exclusions. L’autoportrait de l’auteur anonyme fait vigoureusement surgir la figure d’un rentier dévot qui n’est pas un homme d’Église16. Il faut, pour être libre, n’avoir besoin de rien, et n’espérer rien du monde. Dans cette action de grâce, la dévotion devient la condition nécessaire de la liberté. Le caractère pleinement idéologique de cette insurrection d’un simple particulier autonome, de la représentation des conditions de vie qui y est produite, tient dans la disparition, pour ce qui regarde cet auteur, de l’Église catholique comme individu collectif institué, comme corps. Quelques lignes plus loin cependant apparaissent les deux corps, le pseudo corps des réprouvés et le véritable corps des Jésuites. Or, l’Église catholique est bien un individu collectif institué, organisé, avec ses règles, son corps de doctrine et sa hiérarchie. Et pourtant, alors même qu’il proclame croire en cette doctrine sans laquelle, dit-il, il n’y a point de salut, alors même qu’il prend bien soin d’affirmer que le Pape en est le « souverain chef », l’auteur de cette lettre, qui insiste sur son appartenance à cet individu collectif, prend soin de ne pas se proclamer membre d’un corps. Il trace une limite nette entre les membres du clergé, dont il n’est pas, et les simples fidèles qui participent à cet individu collectif selon le principe de communion. Ainsi peut-il affirmer sans se contredire à quelques lignes de distance qu’il a des attaches à l’Église catholique et qu’il est « sans engagement, sans attachement, sans liaison, sans relations ».

  • 17 Relations mises au jour par le livre de Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature, Paris, G (...)

19Voici donc un auteur, anonyme, qui déclare être seulement attaché comme fidèle à une Église, et ne pas être de Port-Royal, et qui jette sa liberté réelle, économique et sociale, à la tête de ses ennemis. Voici donc également une série d’énonciations, de lettres, dont le lieu d’énonciation ne peut pas ne pas être Port-Royal en tant qu’individu collectif non institué, un peu vague, ne formant pas corps. Tout ceci place cet auteur peu ou prou aux antipodes de la situation commune des écrivains à ce moment en France, de ceux qui, n’étant pas du tout, ou pas seulement, au service d’un corps ou d’un particulier, parviennent à produire des écrits, voire une œuvre, en aménageant des relations complexes entre autonomie et dépendance17. Ce ne sont pas les déclarations d’indépendance de cet auteur qui autorisent à juger qu’il n’entre pas dans cette définition de l’écrivain ; ce sont les conditions d’énonciation effective des Provinciales. Ce que l’on sait de leur rédaction, de leur impression et de leur diffusion assigne en effet le lieu de leur énonciation à Port-Royal. Aussi leur auteur (ou leurs auteurs) ne s’adosse-t-il en aucune manière à un corps ou à un particulier ; il est simplement lié à un individu collectif naissant qui ne tend pas à se constituer en corps, et qui ne le fera pas par la suite.

Conclusion

20Port-Royal n’est pas un groupe littéraire même si la production intensive d’écrits compte parmi ses principales activités. Ses membres s’engagent dans d’abondants échanges épistolaires, l’activité de publication polémique avec des adversaires de divers horizons ne cesse pas, tous les domaines du savoir sont couverts par les publications des uns et des autres, principalement d’Antoine Arnauld et de Pierre Nicole, que ce soit la morale, la théologie, le théologico-politique, la géométrie, la philosophie, la médecine ou la rhétorique voire la poésie et l’art de la culture des arbres fruitiers ; tout cela se compliquant d’interminables discussions d’attribution provenant d’un usage immodéré de l’anonymat et du pseudonymat.

  • 18 Le Dieu caché de Lucien Goldmann est symptomatique de cela.
  • 19 Stan-Michel Pellistrandi (éd.), Le Nain de Tillemont et l’historiographie de l’Antiquité romaine, P (...)

21Et même par la suite, lorsque le nom de Port-Royal en sera venu à désigner un groupe intéressant l’histoire littéraire, cette modification ne touchera presque uniquement que deux de ses membres, Pascal et Racine18. Le nombre des écrits et des faits affectés à ce moment-là par ce déplacement est fonction de l’extension du domaine de l’écrit que l’on attribue à la littérature, et rien n’interdit de considérer que des ouvrages consacrés à la poésie ou à l’écriture de l’histoire19 à Port-Royal relèvent de cette histoire particulière. À partir du début du xixe siècle, cet individu collectif intéresse l’histoire littéraire parce qu’il concerne aussi l’histoire générale, et d’autant plus l’histoire générale qu’il bénéficie de la valeur que lui reconnaissent les histoires littéraires. Le Port-Royal de Sainte-Beuve maîtrise au plus haut point cet art du feuilletage.

  • 20 Que l’on me permette, sur les relations de Bremond avec Port-Royal et, principalement, Pascal, qui (...)

22Que dire, ici, des modes d’existence d’une fonction-groupe, qui aurait pu, ou qui pourrait imposer dans l’histoire littéraire une forme de régulation dans la circulation des discours, comparable à celle de la fonction-auteur par exemple en dirigeant les commentaires et les éditions vers les auteurs qui sont regardés comme des membres de ce groupe nommé « Port-Royal », plutôt que vers certains de leurs contemporains qui, pourtant, comme eux publient des écrits touchant aux matières de religion (pour l’essentiel des livres de morale et de spiritualité chrétiennes) ? L’Histoire littéraire du sentiment religieux de Bremond fait apparaître l’effectivité et la force de cette fonction, et une des modalités de son existence, lorsqu’elle critique la place qu’elle prend dans le Port-Royal de Sainte-Beuve. Elle reproche à cette somme de méconnaître le catholicisme français du xviie siècle et, selon ses termes, de n’avoir exploré qu’une pièce de la maison. Et elle entreprend quant à elle de visiter longuement toutes les autres aussi. Elle conduit aussi d’un même élan un travail de destruction assez systématique et de grande ampleur de Port-Royal, pour essayer de sauver certains de ses membres. Et pourtant, elle ne peut pas refuser une place littéraire à part, exceptionnelle, à ce « groupe », en s’interrogeant sur l’éventuelle existence d’une « école de Port-Royal » et d’un style de Port-Royal, même si c’est pour, à la fin du compte, réduire à néant ce prétendu style et cette école supposée20.

  • 21 Sur cette expression, voir Michel Foucault, cité par Dinah Ribard, op.cit., p. 76-77.

23Le cas de Port-Royal, avec toutes les particularités qui sont celles de cet individu collectif, montre que peut se développer, dans un entrelacement avec la fonction-auteur, une pleine « fonction-groupe », fonction de valorisation d’écrits par l’indication et la dénomination d’une relation entre ces écrits et une antériorité extérieure21. L’expression « fonction-groupe » permettrait alors de rendre compte d’une relation de l’énonciation à son lieu qui ne réduirait pas ce lieu à la personne d’un individu personnel nommé « auteur ». Cela apparaît nettement dans les Lettres provinciales qui entretiennent des inquiétudes touchant au lieu de leur énonciation et qui y répondent, comme nous venons de le montrer, en tressant des relations fort complexes entre un individu personnel auteur anonyme et un individu collectif au nom duquel il prend la parole tout en n’étant pas l’un de ses membres. La pratique intense de l’anonymat et du pseudonymat font de Port-Royal un groupe propice à l’analyse des interactions de ces deux fonctions.

24Une imbrication si complexe et si durable de ces deux fonctions révèle que les histoires littéraires ne peuvent pas, même si, parfois, il semble bien qu’elles rêvent de le faire, isoler leur objet (l’homme et l’œuvre) du reste du monde, de la totalité des lieux sociaux et politiques de l’énonciation ; elles ne manquent donc jamais d’être peu ou prou, voire malgré elles, des histoires du littéraire. Développer une réflexion non pas seulement sur les groupes et leur mode d’existence, mais aussi sur leur fonction dans l’ordre du discours offre ainsi de grands avantages à ceux qui s’intéressent aux relations dialectiques des énonciations et de leurs lieux. Lorsque l’on observe, en effet, que cette chose qu’est un individu collectif, organisé en corps ou non, peut devenir l’une des parties constituantes d’un lieu d’énonciation, comme peuvent le faire à divers titres toutes sortes d’autres choses, que ce soit un lieu géographique, ou un libraire, ou une institution politique, ou un auteur, pour n’en citer que quelques-unes, on parvient à se détacher de l’illusion que l’extériorité qui est antérieure au discours (un auteur, une institution, etc.) a l’unité d’un foyer originaire.

  • 22 Louis Marin, La Critique du discours, Paris, Éditions de Minuit, 1975, p. 349-350.

25On peut même supposer que la « fonction- groupe » donne à l’histoire du littéraire une voie d’accès à une critique de la réduction du lieu d’énonciation à un foyer originaire, auteur, ou groupe. Les grands travaux sur Port-Royal, ceux de Bremond, de Goldmann ou de Marin, par exemple, sont ceux qui s’interrogent à nouveau, comme les Provinciales et d’autres écrits (La Logique, L’Apologie pour les religieuses de Port-Royal, etc.) le firent dès les commencements, sur les modalités et la légitimité d’une telle réduction d’existence de cet individu : L’Histoire littéraire de Bremond détruit Port-Royal pour sauver certains de ses membres de l’hérésie et de l’absence de style ; Le Dieu caché de Goldmann analyse le groupe selon la plus ou moins grande rigueur du « jansénisme » de chacun de ses membres et pousse la dissection si loin qu’il n’accorde qu’à Pascal la pleine cohérence, à lui seul et uniquement pour le moment de la rédaction de ses Pensées ; La Critique du discours de Marin montre comment le discours pascalien dans sa pratique produit le manque du sujet du discours22. Ils répètent ainsi le geste par lequel jadis des écrits, Les Provinciales, ont produit une relation originaire à une extériorité antérieure (un individu collectif nommé Port-Royal) à laquelle, comme nous venons de le constater, ne peut pas être reconnue une véritable unité originaire.

Haut de page

Notes

1 Sur les individus collectifs, leur mode d’existence, leur différence avec les collections d’individus personnels, voir Vincent Descombes, Les Institutions du sens, Paris, Minuit, coll. Critique, 1996, chap. 14, « Le mirage des individus collectifs », et du même, « Les Individus collectifs », Revue du MAUSS, n° 18, 2001/2, p. 305-337.

2 Sur cette fonction, voir l’introduction de ce numéro. Mentionnons également dès à présent un ouvrage qui nous servira dans notre conclusion : Dinah Ribard, 1969 : Michel Foucault et la question de l’auteur, Paris, Champion, coll. Textes critiques français, 2019.

3 Pascal, Quinzième lettre, du 25 novembre 1656, Les Provinciales, introduction, notes et variantes par Louis Cognet, édition mise à jour par Gérard Ferreyrolles, Paris, Bordas, 1992, p. 294-295.

4 Pascal, Onzième lettre, du 18 août 1656, ibid., p. 210.

5 Philippe Sellier, « La rhétorique de Saint-Cyran et le tournant des Provinciales », dans Philippe Sellier, Port-Royal et la littérature, I, Pascal, 2e éd., Paris, Champion, 2010, p. 287-304.

6 « Onzième lettre écrite par l’auteur des lettres au provincial aux révérends pères jésuites » ; il est regrettable que cette suscription disparaisse souvent des éditions.

7 Michel de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 1975, p. 154.

8 Pascal, Troisième lettre, du 9 février 1656, Les Provinciales, op. cit., p. 51.

9 Ibid., p. 301-302.

10 Voir Vincent Descombes, « Les individus collectifs », art. cit., et particulièrement le tout dernier paragraphe, p. 337 : « Ainsi, pour passer de l’expression collective d’une propriété d’un système à une expression individuelle de cette propriété, il faut donner un dehors à ce système. On retrouve la leçon de Rousseau : à l’égard de l’étranger, le corps du peuple devient un être simple, un individu. »

11 Déterminations qui restent toujours à l’horizon de la réflexion, comme une songerie qui porterait sur le « choc émotif puissant », ou les chocs, ayant engendré Port-Royal : « J’appelle égrégore, mot utilisé jadis par les hermétistes, le groupe humain doté d’une personnalité différente de celle des individus qui le forment. Bien que les études sur ce sujet aient été toujours ou confuses ou tenues secrètes, je crois possible de connaître les circonstances nécessaires à leur formation. J’indique aussitôt que la condition indispensable, quoique insuffisante, réside dans un choc émotif puissant » (Pierre Mabille, Égrégores ou la vie des civilisations [1938], Marseille, Égrégores éditions, 2005, p. 29-30. Je remercie Marie-Paule Berranger de nous avoir fait connaître cet ouvrage (voir son article dans ce volume).

12 Pascal, Les Provinciales, op. cit., p. 329.

13 Ibid., p. 332-333.

14 Ibid., p. 332.

15 Ibid., p. 330-331.

16 Il ressemble fort à celui auquel la tradition attribue les Provinciales¸ mais cela n’est qu’anecdotique.

17 Relations mises au jour par le livre de Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature, Paris, Gallimard, coll. NRF Essais, 2000.

18 Le Dieu caché de Lucien Goldmann est symptomatique de cela.

19 Stan-Michel Pellistrandi (éd.), Le Nain de Tillemont et l’historiographie de l’Antiquité romaine, Paris, Champion, 2002, et Tony Gheeraert, Le Chant de la grâce : Port-Royal et la poésie d’Arnauld d’Andilly à Racine, Paris, Champion, 2003.

20 Que l’on me permette, sur les relations de Bremond avec Port-Royal et, principalement, Pascal, qui sont bien trop complexes pour qu’il soit possible de les analyser ici, de renvoyer à deux textes que je leur ai consacrés : « Détruire et sauver Port-Royal », dans Henri Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de religion jusqu’à nos jours, Grenoble, Jérôme Millon, 2006, vol. II, p. 9-21 ; « Les marques du style », dans Littérature et spiritualité au miroir de Henri Bremond, textes réunis par Agnès Guiderdoni-Bruslé et François Trémolières, Grenoble, Jérôme Millon, 2012, p. 177-194.

21 Sur cette expression, voir Michel Foucault, cité par Dinah Ribard, op.cit., p. 76-77.

22 Louis Marin, La Critique du discours, Paris, Éditions de Minuit, 1975, p. 349-350.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Cantillon, « Port-Royal et l’histoire (du) littéraire  »COnTEXTES [En ligne], 31 | 2021, mis en ligne le 15 octobre 2021, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10380 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.10380

Haut de page

Auteur

Alain Cantillon

Université Paris 3-Sorbonne-Nouvelle/FIRL/GRIHL

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search