Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques31« Une société de gens de lettres ...

« Une société de gens de lettres » ou l’impossible groupe des encyclopédistes

Jean-Luc Martine

Texte intégral

  • 1 Voir Antoine Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Fayard, (...)
  • 2 « J’entrais dans le monde à 17 ans », dit Meilcour à l’ouverture des mémoires fictives que constitu (...)
  • 3 Voir Maurice Agulhon, Pénitents et Francs-Maçons de l'ancienne Provence : essai sur la sociabilité (...)
  • 4 Furent successivement instituées l’Académie Française (1635), l’Académie royale de Peinture et de S (...)
  • 5 Voir Daniel Roche. Le Siècle des Lumières en province : académies et académiciens provinciaux, 1680 (...)
  • 6 La Gazette, Le Mercure galant et le Journal des savants sont les principaux au xviiie siècle. S’y a (...)
  • 7 Voir Daniel Roche, « République des Lettres ou royaume des mœurs : la Sociabilité vue d’ailleurs », (...)

1L’étude des groupes et de leurs fonctions au sein de ce qu’on appelle, à tort ou à raison, la « littérature du xviiie siècle », conduit à envisager des ensembles bien identifiés, mais dont les spécificités et les frontières sont parfois indécises. Il en va ainsi, par exemple, des salons1, du monde2 comme groupe social restreint et comme espace de sociabilité spécifique, des loges maçonniques3, des académies (académies parisiennes4 et académies de province5), des journaux6, ou encore de lieux de sociabilité moins structurants, comme les cafés. Ces sociétés accordent une place variable aux hommes de lettres, dont la présence justifie que l’histoire littéraire s’y intéresse. À une tout autre échelle, l’idée ancienne de République des Lettres permet d’envisager une structure aussi large qu’amplement fantasmée, qui rassemble l’ensemble des savants et des hommes de Lettres d’une époque7. De tels groupes mobilisent les disciplines (sociologie, histoire culturelle, histoire littéraire) qui s’attachent à comprendre leur rôle, en les rapportant à la société dont ils émanent, ou bien, pour ce qui concerne l’histoire littéraire, en les envisageant à partir des discours qu’ils produisent, qui les traversent ou qui gravitent autour d’eux. Si l’idée de groupe est un objet de l’histoire littéraire, elle en est également un outil, qui se laisse alors comprendre à partir de sa fonction.

  • 8 Manuel d’Histoire littéraire de la France, tome III, 1715-1789, Paris, Messidor/Éditions Sociales, (...)
  • 9 Collection Littérature française, tome 6, De l’Encyclopédie aux Méditation, volume coordonné par Ro (...)

2Pour contribuer à l’étude de cette « fonction-groupe », on peut s’attacher à un objet qui s’impose nettement dans les histoires littéraires du xviiie siècle : le groupe, le réseau, voire le parti que formeraient les philosophes, qui sera envisagé ici à partir de trois restrictions. Tout d’abord en le resserrant aux encyclopédistes, à condition de comprendre le terme au sens que lui donne le Dictionnaire de l’Académie dans son édition de 1798 : est encyclopédiste « celui qui travaille ou a travaillé à l’Encyclopédie. » Dans un second temps, ce groupe restreint sera moins envisagé pour lui-même que pour les représentations qu’en donne l’histoire littéraire. Enfin on tentera de comprendre la manière dont fonctionne la relation entre l’ouvrage et le groupe à partir de deux exemples, qui figurent pour l’un dans le tome III du Manuel d’Histoire littéraire de la France, paru aux Éditions Sociales8, et pour l’autre dans le sixième tome de la collection « Littérature française », publié chez Arthaud9. Même si elles sont un peu anciennes, ces histoires littéraires peuvent servir de plateforme d’observation, en raison de caractères communs qui font qu’elles n’ont pas vraiment d’équivalent depuis. Chacune d’entre elles a pour but de présenter le xviiie siècle littéraire en l’inscrivant dans une histoire générale de la littérature française allant du Moyen Age au xxe siècle. Les deux ouvrages partagent par ailleurs la même ambition d’articuler la formation des étudiants et la recherche vive, par l’intégration à l’histoire littéraire enseignée au lycée et à l’université de méthodes et d’objets nouveaux, ici liés à une sociocritique d’inspiration marxiste. Enfin, ils occupent la même place dans l’historiographie de l’histoire littéraire en France : à la fin des années 1970 et au début des années 1980, il s’agissait de revenir à l’historicité du littéraire, après le linguistic turn des années 1960. Ce projet commun, qui revient à proposer une histoire générale de la littérature française nourrie par l’apport des sciences humaines et dotée d’une fonction pédagogique, autorise que l’on utilise ces notices comme point de départ pour mesurer des évolutions ou pour constater des permanences quant à la « fonction » que peut avoir le groupe des encyclopédistes dans les récits agencés par l’histoire littéraire.

L’Encyclopédie dans l’histoire littéraire : un objet à la fois nécessaire et insaisissable

  • 10 Christophe Martin, L’Esprit des Lumières : histoire, littérature, philosophie, Paris, Armand Colin, (...)
  • 11 Sophie Marchand, Histoire littéraire du xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 2014, p. 55.
  • 12 Jean-Louis Lecercle, « L’œuvre de tous : l’Encyclopédie », dans Manuel d’histoire littéraire de la (...)
  • 13 Franck Salaün, Les Lumières, une introduction, Paris, PUF, 2011, p. 50.
  • 14 Victor Cousin, Histoire de la philosophie au xviiie siècle, t.1, Paris, Pichon et Didier, 1829, p.  (...)
  • 15 Il peut s’agir de périodisations de taille médiane, où l’échelle est le siècle, toujours diversemen (...)

3L’Encyclopédie est un objet qui s’impose à l’histoire littéraire, tout en ne cessant de lui échapper. On ne peut pas envisager la « littérature du xviiie siècle » sans tenir compte de l’ouvrage dirigé par Diderot et d’Alembert. L’histoire littéraire la présente ainsi volontiers comme l’incarnation des Lumières françaises, voire comme celle du siècle dans son ensemble : l’Encyclopédie est un « emblème du xviiie siècle10 », l’ouvrage « incarne à lui seul de l’ambition des Lumières11 », c’est « le monument le plus imposant et l’un des plus glorieux, des plus représentatifs de la philosophie des Lumières12 », ou encore « l’œuvre la plus représentative de ce climat intellectuel et des contradictions d’une République des Lettres en pleine recomposition13 ». C’est ce qu’écrivait déjà Victor Cousin en 1829 : « L’Encyclopédie est le monument qui représente le mieux le dix-huitième siècle parmi nous, avec toute sa grandeur et sa hardiesse, et aussi avec tous ses dérèglements14 ». On pourrait multiplier semblables déclarations qui diraient, chacune à leur manière, le lien consubstantiel qui a été établi entre l’objet Lumières et l’entreprise encyclopédique. Par ailleurs, si l’Encyclopédie représente à la fois les Lumières et le xviiie siècle, elle joue également un rôle structurant qui la rend nécessaire aux scansions et aux découpages15 opérés par l’histoire littéraire à l’intérieur du siècle.

  • 16 Ni l’Encyclopédie ou Dictionnaire universel raisonné des connaissances humaines, dite Encyclopédie (...)
  • 17 C’est désormais dans le seul cadre de l’institution scolaire que se fait la mise en contact avec un (...)
  • 18 Discours préliminaire des éditeurs, Volume I (1751), p. [i]
  • 19 C’est par exemple le propos du recueil d’articles rassemblé par Véronique Le Ru sous un titre qui e (...)

4L’Encyclopédie doit à son statut de monument de ne pas avoir disparu de notre mémoire, comme l’ont fait les entreprises contemporaines équivalentes16. Cependant, sa présence, qui, lorsqu’elle dépasse le cercle des spécialistes, ne repose que sur l’institution scolaire17, ne risque jamais d’occulter la distance qui nous sépare du monde où elle a vu le jour. Personne n’utilise plus l’Encyclopédie pour l’usage qu’elle programme et revendique dans son Discours préliminaire, en tant que Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers : « Contenir sur chaque science et sur chaque art, soit libéral, soit mécanique, les principes généraux qui en sont la base, et les détails les plus essentiels, qui en font le corps et la substance18 ». Les connaissances qu’elle compile et diffuse sont désormais amplement obsolètes (elles l’étaient souvent déjà au moment de la publication). Quand elles ne le sont pas, ce n’est pas là que nous allons les chercher : il ne viendrait plus à l’idée de personne d’apprendre les mathématiques ou la fabrication d’une boutonnière en consultant les pages de l’Encyclopédie. Si la saisie historique consiste dans la contextualisation d’une œuvre, au sens où il s’agit de la penser par rapport au temps de sa publication, l’Encyclopédie n’oppose pas à cette opération la sorte de problème qu’impliquent les œuvres qui continuent d’être imprimées, achetées et lues. Son aspect encore vivant se trouve sans doute dans sa composante philosophique. Mais cette actualité n’apparaît pas non plus immédiatement. Ce n’est guère qu’au sein des institutions scolaires et universitaires qu’il est possible de faire entendre que l’on peut trouver dans les colonnes de cet ancien et volumineux ouvrage des outils pour penser le monde19. Néanmoins, cette « philosophie des Lumières », susceptible de nous parler encore, on la rencontre plus aisément et plus authentiquement ailleurs, lorsqu’elle se formule de façon moins indirecte et délestée de la pesante compilation de savoirs où il faut aller la dénicher. Cependant, cette philosophie, une fois dégagée, court encore le risque d’être absorbée par l’histoire de la pensée, où son éventuelle vitalité, sa possible présence, risque à nouveau de s’éteindre au profit de considérations où les idées auraient surtout valeur de témoignage. L’Encyclopédie n’offre alors guère de résistance à l’histoire, en ce sens qu’elle n’a pas de lecteurs qui iraient naïvement et spontanément vers elle, oublieux de son historicité.

  • 20 Ibid., p. 11.
  • 21 On note ainsi, entre 1751 et 1782, trois rééditions dans le format original in-folio, trois rééditi (...)

5Cependant, malgré ses affinités avec l’histoire littéraire (représentation d’un courant, image d’un siècle, outils de scansion, nécessaire contextualisation), l’Encyclopédie est un objet qui ne cesse de lui échapper. Le caractère monumental de cette somme contribue à indiquer ce qui en rend la saisie difficile. Quiconque la fréquente un peu sait que « LEncyclopédie est un ouvrage monstrueux par ses dimensions autant que par ses significations20 ». Sans envisager les difficultés que pose son interprétation, on peut prendre la mesure de celles qu’implique sa taille. LEncyclopédie trouve son origine dans un projet éditorial modeste. Il ne s’agissait en 1745 que de traduire et d’augmenter une encyclopédie anglaise, la Cyclopaedia or an universal dictionary de Chambers, publiée à partir de 1728 en deux volumes. Longtemps on ne sut pas quel serait son volume définitif : le prospectus annonçait huit volumes de texte et deux de planches, l’ouvrage qui paraît à partir de 1751 finira par comporter vingt-huit volumes (17 volumes de texte et 11 de planches) et soixante-dix-sept mille articles. La durée de sa mise en œuvre donne un autre aperçu de l’ampleur de l’entreprise : entre la parution du prospectus en novembre 1750 et celle des derniers volumes de planches en 1772, il s’écoule plus d’une vingtaine d’années conflictuelles et tumultueuses. L’Encyclopédie est par ailleurs la plus vaste entreprise éditoriale de son temps, aussi bien pour le capital investi, pour l’ampleur des circuits de distribution, que pour les bénéfices engrangés. L’ouvrage est édité par souscription et quatre mille exemplaires seront vendus, mais une diffusion plus considérable est assurée par de multiples contrefaçons, éditions pirates et rééditions21.

  • 22 Voir Karl Popper : « Ma première thèse implique que la connaissance et la pensée ont chacune deux s (...)
  • 23 On pense par exemple aux travaux rassemblés chaque année depuis 1986 dans la revue Recherche sur Di (...)

6Bien entendu, aucun de ces éléments ne saurait rendre compte de l’importance de l’ouvrage – aucune autre encyclopédie ne fait l’objet d’une égale attention, ni de la part des historiens de la littérature ni de celle des spécialistes des dictionnaires et des encyclopédies – mais ils peuvent contribuer à indiquer qu’au fond nous ne savons pas tout à fait ce qu’est l’Encyclopédie, au moins pour cette raison qu’il est pratiquement impossible d’en maîtriser l’ensemble : aucun lecteur moderne n’a lu la totalité des vingt-huit volumes de texte et des onze volumes de planches. Ainsi, et ce n’est en rien secondaire au regard de la manière dont nous essayerons d’interpréter la notion de groupe à la lumière de ce que Karl Popper nomme la connaissance objective22, la compréhension de l’Encyclopédie appelle la collaboration de chercheurs dont le travail en équipe confère au savoir une dimension profondément sociale23. Celle-ci répond à la manière dont l’ouvrage coordonné par Diderot donne corps à une communauté scientifique où la confrontation des idées a peut-être plus de prix que toute unité réelle ou hypothétique.

  • 24 Au moins depuis Sainte-Beuve. La notion de groupe, selon Alain Vaillant, est le concept central de (...)
  • 25 Ibid., p. 73.
  • 26 Plus précisément, il y plusieurs groupes successifs, dont la configuration change en fonction de l’ (...)
  • 27 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » [1969], Dits et écrits, t. 1,, p. 817-849.
  • 28 Le Prospectus par lequel est lancée publiquement l’entreprise, et qui sera repris dans le Discours (...)
  • 29 On pourra se reporter à l’utile anthologie procurée par Marie Leca-Tiomis, Diderot, choix d’article (...)

7Le caractère démesuré de l’Encyclopédie implique que l’histoire littéraire trouve des solutions spécifiques pour l’inscrire dans les récits qu’elle agence. Elle peut les puiser dans l’une de ses grandes orientations : elle est principalement une histoire des auteurs et des groupes24. Avec le groupe, l’histoire littéraire rencontre la sociologie historique de la littérature, pour laquelle l’analyse des groupes restreints, de leur fonctionnement interne et de leurs interrelations, est aujourd’hui l’une des composantes essentielles25. C’est sous cet angle que nous essaierons d’envisager les encyclopédistes, en essayant de caractériser la fonction du groupe lorsqu’il est construit par le discours des histoires littéraires que nous avons choisies. Il y a bien entendu un groupe à l’origine de l’ouvrage26, et une des tâches importantes du travail d’enquête mené sur l’Encyclopédie consiste à identifier, autant que possible, le rôle joué par chacun (éditeurs, directeurs, rédacteurs des articles). Mais, si l’on suit Foucault lorsqu’il pense une fonction auteur27, le groupe des encyclopédistes n’est pas moins le produit d’une construction que ne l’est la figure de l’auteur. Le premier temps de cette construction consiste bien entendu à en identifier les membres. Parmi la foule des anonymes, quelques grands noms rejoignent ceux de Diderot et d’Alembert pour constituer une approximation du canon des Lumières françaises. Sont ainsi mentionnées dès la publication du Prospectus en 1750, et à des fins publicitaires, les contributions prestigieuses de Montesquieu – il n’eut guère le temps de rédiger que l’article « Goût » – et de Voltaire. Rousseau, encore inconnu28, rédige des articles de musique puis de théorie politique, Diderot compose nombre d’articles parmi les plus marquants (Animal, Art, Bas, Encyclopédie, etc.29), qui rejoignent les contributions de Buffon, Marmontel, d’Holbach, Dumarsais, Quesnay ou Turgot. Envisager l’Encyclopédie à partir des encyclopédistes ne fait cependant pas disparaître les difficultés : l’ouvrage est en effet remarquable par le nombre des contributeurs dont l’identité est souvent difficile – et parfois tout à fait impossible – à déterminer. Si l’on s’en tient aux listes établies par Jacques Proust, nous sommes en présence de plus de deux cents auteurs identifiés auxquels s’ajoute un nombre indéterminable d’anonymes, qui forment cette « société de gens de lettres » évoquée par le sous-titre de l’ouvrage et dont il est question dès l’ouverture du Discours préliminaire :

  • 30 On peut consulter le Discours préliminaire de d’Alembert par exemple dans l’édition qu’en donne Mic (...)

L’Encyclopédie que nous présentons au Public, est, comme son titre l’annonce, l’Ouvrage d’une société de Gens de Lettres. Nous croirions pouvoir assurer, si nous n’étions pas du nombre, qu’ils sont tous avantageusement connus, ou dignes de l’être. Mais sans vouloir prévenir un jugement qu’il n’appartient qu’aux Savants de porter, il est au moins de notre devoir d’écarter avant toutes choses l’objection la plus capable de nuire au succès d’une si grande entreprise. Nous déclarons donc que nous n’avons point eu la témérité de nous charger seuls d’un poids si supérieur à nos forces, & que notre fonction d’Éditeurs consiste principalement à mettre en ordre des matériaux dont la partie la plus considérable nous a été entièrement fournie30.

  • 31 C’est le propos du Système figuré des connaissances qui ouvre l’entreprise, et auquel s’articule le (...)

8Ce qui apparaît alors nettement, c’est la tension entre l’objet de l’entreprise – la représentation du savoir dans une œuvre collective où la dimension subjective laisse place à l’exposé des connaissances et à la représentation de leur agencement31 – et la signature d’auteurs déjà célèbres ou appelés à le devenir. On peut envisager la notion de groupe à partir de cette tension. Le groupe permet de synthétiser la pluralité, et d’essayer de penser l’unité du projet dont résulterait l’entreprise encyclopédique en fonction de l’unité largement fantasmée d’un groupe. Il permet aussi de récupérer l’effacement de l’auteur qui résulte du projet lui-même (quelle est exactement la part d’un auteur dans la rédaction d’un article d’encyclopédie ?) à l’intérieur d’une unité de niveau supérieur, qui maintient sous la forme d’un groupe incarnant (par exemple comme représentant de « l’esprit des Lumières ») la singularité dont l’histoire littéraire a besoin pour articuler son discours. Le groupe est un opérateur de synthèse, il produit une cohérence en partie factice – elle peut masquer les tensions qui apparaissent à l’intérieur de l’ouvrage – qui compense l’effacement de l’auteur dans les discours scientifiques, au sens le plus large, que compile l’ouvrage. C’est ainsi que semble fonctionner ce sujet collectif que le discours de l’histoire littéraire prend en charge sous le nom d’« encyclopédistes ». Le terme permet de penser le groupe à partir d’un noyau central et il ouvre un passage vers des ensembles plus larges, dont on peut alors essayer de penser les relations à ce noyau (les éditeurs, les souscripteurs les sympathisants, les opposants, ou simplement les usagers). L’Encyclopédie est ainsi un moyen de saisir quelque chose des Lumières, à partir des ambitions, incarnées par un groupe, du « siècle philosophe » qu’évoque Diderot dans l’article « Encyclopédie » :

  • 32 Diderot, article « Encyclopédie », vol. V (1755), p. 635ra–648vb.

J’ai dit qu’il n’appartenait qu’à un siècle philosophe de tenter une Encyclopédie ; et je l’ai dit parce que cet ouvrage demande partout plus de hardiesse dans l’esprit qu’on n’en a communément dans les siècles pusillanimes du goût. Il faut tout examiner, tout remuer sans exception et sans ménagement32.

  • 33 Manuel d’Histoire littéraire de la France, t. 3, 1715-1789, op. cit., p. 453-464.
  • 34 Collection Littérature française, t. 6, « De l’Encyclopédie aux Méditation », op. cit., p. 268-279.

9De fait, les histoires littéraires tiennent sur cet objet que constituent les encyclopédistes un discours qui résiste parfois mal au besoin de donner la consistance d’un groupe unifié à l’ensemble hétéroclite des contributeurs entre lesquels les divergences sont nombreuses et parfois irréductibles. Comme toute synthèse, l’unité produite par simplification risque de masquer une diversité qui fragilise la fonction de l’idée de groupe lorsqu’elle sert à produire de la continuité, de la cohérence et de l’intelligibilité. C’est ce que nous voudrions observer pour les deux exemples que nous avons choisis, qui nous semblent représentatifs des difficultés que rencontre l’histoire littéraire quand elle envisage les encyclopédistes : dans un premier temps la synthèse proposée par Jean-Louis Lecercle dans le tome III du Manuel d’Histoire littéraire de la France, paru aux Éditions Sociales33, puis le chapitre rédigé par Sylvain Menant pour le tome six de la collection « Littérature française », publiée chez Arthaud34.

De l’auteur au groupe : l’Encyclopédie unifiée

10Dans un article intitulé « L’œuvre de tous : l’Encyclopédie », Jean-Louis Lecercle propose une description qui s’ouvre sur le commentaire de deux extraits bien connus de l’article « Encyclopédie ». Il s’agit de l’exposé par Diderot du but d’une encyclopédie, à savoir « rassembler les connaissances éparses, en exposer le système général, les transmettre aux hommes qui viendront », puis du lien que nous avons déjà mentionné entre le projet encyclopédique et l’idée d’un siècle philosophe. Lecercle indique alors que toute l’Encyclopédie serait contenue dans ces lignes. Le premier aspect de cette inclusion serait paradoxalement le caractère collectif de l’entreprise : il s’agirait d’un « nous », unifié par son ambition d’obéir aux mobiles les plus nobles et les plus désintéressés, de « travailler au bonheur du genre humain ».

  • 35 Si Foucault a indiqué certains des éléments de cette construction, l’opération d’unification des di (...)
  • 36 Jean-Louis Lecercle, op. cit., p. 454.
  • 37 Le chapitre mentionne ici l’Historia critica philosophiae du pasteur allemand Brucker (1742-1744) à (...)
  • 38 Jean-Louis Lecercle, op. cit., p. 455.

11On peut alors identifier quelques gestes historiographiques. Le premier, qui apparait nettement ici, consiste à partir de l’auteur pour aller vers le groupe, unifié à partir des composantes du discours de l’auteur (eux-mêmes considérablement synthétisés : rien n’est moins facile à saisir qu’une éventuelle unité de la pensée de Diderot35). Le second geste que l’on peut reconnaitre, une fois posée l’unité d’une pensée, consiste à construire une continuité dans laquelle cet être collectif voit sa singularité à la fois s’expliquer (il s’inscrit dans une chaine de causes) et se dissoudre (il perd alors sa singularité en s’inscrivant dans un vaste devenir historique). Lecercle écarte en effet l’idée selon laquelle l’Encyclopédie serait « née soudainement d’une fantaisie individuelle », pour l’envisager comme « l’aboutissement d’une longue fermentation intellectuelle » commencée à la Renaissance et poursuivie par Bacon au début du xviie siècle, lequel aurait proposé « un premier effort de synthèse par lequel l’esprit embrasse la totalité des connaissances et y introduit un ordre systématique36 ». Mais, de manière remarquablement circulaire, le récit que propose Lecercle reprend l’histoire que raconte l’Encyclopédie elle-même, tout au moins dans son Discours préliminaire (ce que manifeste également l’emprunt à Bacon de l’arbre de la science à partir duquel est construit le système figuré des connaissances humaines). Poursuivant ce geste, la notice envisage les entreprises qui ont préparé l’Encyclopédie, à savoir les ouvrages de synthèse qui font l’histoire critique des progrès de l’esprit humain37. Il ne s’agit certes pas, à nos yeux, de minorer l’importance de cette dimension historique, puisqu’une part importante de notre compréhension de l’Encyclopédie repose sur une meilleure connaissance de ses sources et de ses modèles. Il s’agit de saisir la logique qui est à l’œuvre dans le processus de connaissance dont témoigne une présentation qui consiste à unifier et à proposer des continuités. Cependant et comme en réaction à la possible dissolution de la singularité dans cette construction de continuités, Lecercle revient au caractère héroïque de l’aventure : elle cesse d’être une affaire de librairie pour entrer sur le terrain politique (« une affaire politique d’importance nationale ») et intellectuel (« une des aventures intellectuelles les plus importantes dans l’histoire de la culture38 »). Le récit retrace alors, en leur donnant la forme d’un moment saillant dans l’histoire du progrès des Lumières, les difficultés que doit affronter l’entreprise : incarcération de Diderot en 1749, affrontement avec les jésuites et condamnation de la thèse de l’abbé de Prades en 1752, affaire de l’article « Genève », condamnation de De L’esprit d’Helvétius, révocation du privilège en 1759, accusations de plagiat, et enfin caviardage par Le Breton, qui cède à la tentation d’atténuer la portée critique de certains articles. Cette séquence laisse paraître les divisions internes du groupe, mais elle permet également d’en penser l’unité d’une autre manière, à partir de ses adversaires.

  • 39 Ibid., p. 460.

12 En effet, Lecercle renoue avec le groupe envisagé dans son unité lorsqu’il s’agit de répondre à la question de savoir qui sont les encyclopédistes. C’est à nouveau l’idée d’un accord qui permet de formuler la réponse. Ce qui lie cette « société de gens de lettres et d’artistes », malgré leurs divergences, c’est « l’intérêt général du genre humain et un sentiment de bienveillance réciproque », qui fait de la composante éthique un nouvel élément de cette collaboration à une œuvre collective désintéressée. Cette société de gens de lettres est alors unie dans l’action par un idéal commun. La notice envisage bien la diversité des points de vue, mais ce qui prévaut, c’est l’idée d’une unification des discours par le système des renvois. L’idéale unité du discours correspondrait à l’unité idéologique du groupe. Conformément à l’esprit de cette histoire littéraire, l’étude de l’Encyclopédie invite à une sociologie des contributeurs et souscripteurs qui permettrait de saisir quelque chose de la société des Lumières françaises. Mais Lecercle anticipe sur les résultats d’une telle étude : il y eut bien une sorte de « parti encyclopédiste, qui a mené et gagné une grande bataille ». Il ne s’agirait pas d’un parti révolutionnaire mais réformiste, susceptible néanmoins de « saper les fondements de l’ordre social39 ». L’unité se forge ici dans l’action finalement révolutionnaire d’un groupe désormais assimilé à un parti.

  • 40 Jean-François Lyotard, La Condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les Éditions de minu (...)
  • 41 Ibid., p. 7.

13 On peut reconnaître ici, sous la plume de Lecercle quelque chose de la manière dont Jean-François Lyotard construit la notion de « métarécit » dans La Condition Postmoderne40. La science y apparaît comme une forme de discours devant être légitimée et il appartient aux discours qui assurent cette légitimation (ici, la philosophie) de produire pour cela des métarécits : « Ce métadiscours recourt explicitement à tel ou tel grand récit, comme la dialectique de l’Esprit, l’herméneutique du sens, l’émancipation du sujet raisonnable ou travailleur, le développement de la richesse.41 » En retour, la science légitime les instances et les métarécits qui la soutiennent. Les propos de Lecercle, de manière très nette, reconduisent ceux au moyen desquels l’Encyclopédie a pu penser et justifier son entreprise, en racontant l’idée de la connaissance sur laquelle elle repose, toutes choses que l’histoire littéraire a reprises dans la mythologie du philosophe comme héros des Lumières apportant la paix sur terre :

C’est ainsi par exemple que la règle du consensus entre le destinateur et le destinataire d’un énoncé à valeur de vérité est tenue pour acceptable si elle s’inscrit dans la perspective d’une unanimité possible des esprits raisonnables : c’était le récit des Lumières, où le héros du savoir travaille à une bonne fin éthico-politique, la paix universelle. On voit sur ce cas qu’en légitimant le savoir par un métarécit, qui implique une philosophie de l’histoire, on est conduit à se questionner sur la validité des institutions qui régissent le lien social : elles aussi demandent à être légitimer. »

  • 42 On peut être plus réticent à propos de l’idée de « jeux de langage » en quoi consisterait la scienc (...)

14Il est frappant de constater que la reprise marxiste de ce récit fait écho, de l’autre côté de l’idéalisme allemand, à la manière dont s’agence dans certains discours des Lumières l’idée d’un devenir en progrès. C’est d’ailleurs cette histoire que raconte en partie le Discours préliminaire42.

  • 43 Sylvain Menant, op. cit., p. 461.

15La notice envisage une dernière manière de penser les rapports entre unité et diversité, en l’envisageant sur un plan philosophique. Si les objets traités par le discours encyclopédique sont par nature divers, ce qui prévaudrait serait l’unité d’un même esprit. C’est à nouveau la figure de Diderot qui sert de principe unificateur. En tant qu’éditeur, il imposerait une méthode et un style permettant de poser l’unité philosophique de l’ouvrage, malgré la diversité des doctrines qui s’y expriment. Pour réfuter les objections soulevées par cette unification, il s’agit alors d’élargir l’empan des doctrines accueillies : « ce qui fait de l’Encyclopédie un ouvrage qui compte, c’est la composante philosophique de son discours, qui ne se résume pas à la contribution de Diderot à l’histoire de la philosophie43 ». Ainsi, Lecercle note la diversité des points de vue formulés dans l’ouvrage, qui ne sauraient se résumer à une philosophie unique. Cependant, la manière dont s’agence cette diversité continue de faire de Diderot l’instrument de mesure à partir duquel le reste s’agence. Le « matérialisme évolutionniste de Diderot » ne « représente que la partie la plus avancée, la plus hardie des encyclopédistes ». L’« opinion moyenne » consisterait « en un sensualisme qui reste hostile au matérialisme ». Si certains des contributeurs sont déistes, d’autres « comme le protestant Formey ou les abbés Yvon et de Prades présentent un certain libéralisme dans les doctrines religieuses qu’ils défendent », d’autres enfin comme l’abbé Mallet seraient « rigoureusement orthodoxes ».

16À nouveau, c’est le recours aux adversaires qui permet de recomposer l’unité menacée et d’identifier cette unité aux positions les plus critiques. Les adversaires, finalement, ne s’y seraient pas trompés : « le nouveau, l’important, c’est que dans l’ensemble se fait jour un rationalisme qui sape les dogmes et prétend fonder la morale sur d’autres bases que la théologie ». Le même type de raisonnement permet d’envisager la diversité des discours dans les domaines politique et économique, l’unité du groupe devenant lisible à partir des hostilités extérieures et d’une logique intérieure partagée, celle d’une méthode apportant « dans le domaine des sciences politiques le même esprit de rigueur que dans les sciences exactes ». Ainsi, toutes les institutions passeraient devant le « tribunal de la raison ». Ce qui se reforme ici c’est un autre type, avec lequel les encyclopédistes finissent par se confondre, celui du philosophe des Lumières.

17Pour ce que nous voulons montrer, peu importent les raccourcis, ils sont inévitables dans un ouvrage de cette nature, et les présupposés sur lesquels repose ce discours. Ce qui compte ici, c’est l’intention qui anime la présentation que nous venons de résumer : la volonté de penser l’unité du discours encyclopédique ainsi que celle de ses contributeurs. Deux stratégies sont mises en œuvre : envisager le groupe dans les termes de l’auteur et poser les forces antagonistes comme instrument de synthèse. Or l’Encyclopédie, pour les mêmes raisons qui rendent nécessaire sa prise en compte par l’histoire littéraire (son caractère monumental et la pensée qui l’animerait) est un objet impossible, ou tout au moins extrêmement difficile, à unifier. Surtout, nous le verrons, si le groupe ainsi compris n’existe pas vraiment, il n’est peut-être nullement souhaitable de chercher à le penser, en prenant alors le risque de le créer de toutes pièces. Nous n’avons peut-être pas non plus à regretter son absence.

Le groupe existe-t-il ? du groupe à la « société de gens de lettres »

  • 44 Ibidem
  • 45 Ibid., p. 268.

18Le chapitre proposé dans le tome six de la collection Littérature française chez Arthaud, dont les éléments sur le mouvement encyclopédique sont rédigés par Sylvain Menant, prend le contrepied de cette ambition en envisageant le caractère désarticulé de l’ouvrage, comme celui du groupe44. L’Encyclopédie y apparaît sous un visage très différent où les éléments de désordre et d’antagonisme prévalent. Elle aurait montré au siècle « son vrai visage, ses oppositions et les malentendus que masquait une sérénité souriante45 ». Plus profondément, la notice fait apparaitre le caractère profondément hétérogène de ces « encyclopédistes » et de l’entreprise à laquelle ils contribuent. Diderot notait lui-même dans l’article « Encyclopédie » la bigarrure et le manque d’unité dans l’ouvrage « où l’on trouve une ébauche d’écolier à côté d’un morceau de main de maitre ». La cause en serait selon lui la diversité des auteurs : « On n’a pas eu le temps d’être scrupuleux sur le choix des travailleurs », parmi lesquels se trouvent « des esprits bénévoles et d’autres attirés par le gain, des contributeurs attentifs et scrupuleux lorsque d’autres sont négligents et hâtifs ».

  • 46 Ibid., p. 270.
  • 47 Ibid., p. 274.
  • 48 Stéphane Pujol, « La morale : l’Arlésienne de l’Encyclopédie ? », dans L’Encyclopédie, 250 après la (...)

19Sylvain Menant envisage d’autres raisons de la diversité de l’ouvrage. Fait de « couches géologiques superposées46 », l’Encyclopédie est d’abord une sorte de compilation, agencée à partir de matériaux d’emprunt où la notion d’auteur s’estompe et s’efface. Par ailleurs, les infléchissements successifs dans sa confection ainsi que les retentissements des luttes qui ont accompagné sa rédaction ont modifié l’économie d’ensemble. Comme le notait Lecercle, Sylvain Menant signale que l’unité de l’ouvrage est rendue plus problématique encore par les divergences qui apparaissent chez les contributeurs. Ces divergences apparaissent parfois à l’intérieur du même article, comme « Âme » commencé par Yvon et poursuivi par Diderot dans une direction opposée. Ainsi, « loin d’être une œuvre littéraire méditée, une construction systématique, l’Encyclopédie apparaît comme une vaste tribune libre, où populationnistes et anti populationnistes, catholiques, déistes et athées, démocrates et monarchistes, exposent côte à côte leurs idées47 ». Sylvain Menant cite alors Voltaire parlant de « fatras » et de « magasin de fantaisie ». Cependant, tout en minimisant sa portée révolutionnaire, il retrouve des considérations analogues à celles envisagées par Lecercle afin de penser quelque chose comme une unité préservée, à partir de laquelle le caractère chaotique de l’ouvrage, lié à l’hétérogénéité des contributeurs, apparaît comme regrettable. Des enquêtes plus récentes font apparaitre que l’idée d’une unité doctrinale du groupe des encyclopédistes résiste en effet assez mal à l’examen, comme le montre par exemple l’étude du discours moral, par Stéphane Pujol48, qui fait apparaître l’Encyclopédie comme un espace de confrontation entre des doctrines peu compatibles. On trouverait aisément d’autres exemples, jusque chez les éditeurs eux-mêmes, comme lorsque l’on confronte les articles de Diderot et de d’Alembert, où deux conceptions très différentes et largement antagonistes s’affrontent sur un point aussi central que celui de la théorie de la connaissance.

  • 49 Ces remarques lacunaires mériteraient d’être amplement complétées par l’étude d’autres histoires li (...)

20Ces deux exemples49 permettent de sentir combien l’idée de groupe, lorsqu’elle fonctionne ainsi, est profondément intriquée à celle d’auteur : c’est l’auteur qui permet de penser aussi bien la diversité du groupe (comprise comme divergence de point de vue ou de doctrine) que son unification (à partir de généralisation d’intentions ou par le repli du groupe sur les positions supposées de l’un de ses membres). La connaissance des auteurs, celle du groupe et celle de l’œuvre s’impliquent alors mutuellement. Il y a dans cette implication une incontestable nécessité : mieux on connaît les auteurs (le foyer d’unité conceptuel qu’agencent leurs discours) mieux on comprend le groupe (comme rencontre d’intentions et de doctrines ou comme espace de dissension) et mieux on comprend alors l’ouvrage qui résulte de ces relations, et qui lui-même agit en retour sur les relations entre les membres et sur la pensée des contributeurs (on a depuis longtemps noté, par exemple, l’influence qu’a eue sur la pensée de Diderot sa participation à l’Encyclopédie). L’établissement de ces relations, comme on l’a entrevu, rencontre des difficultés pratiques qui rendent la cohérence intellectuelle du groupe particulièrement fuyante. Mais c’est sur deux autres plans entrelacés que ces difficultés peuvent retenir notre attention.

21Le premier concerne la difficulté générale qui résulte des variations de l’idée de littérature, difficulté que rencontre toute histoire littéraire qui s’attache à des objets produits dans un cadre qui ne répond pas à celui qui nous est familier. Ce problème est particulièrement sensible dans l’espace institutionnel lié à l’enseignement, où les notices que nous avons envisagées s’inscrivent. Il est accentué par deux éléments spécifiques liés aux Lumières et à l’Encyclopédie : le caractère philosophique (essentiellement conceptuel, pour aller vite) de l’entreprise d’une part, et sa composante encyclopédique d’autre part, qui implique la description de connaissances très variées (sciences, arts, techniques) échappant très largement à ce qui est usuellement pris en charge par la littérature et par son histoire. Ces deux éléments (la recherche de la vérité et la description des connaissances) peuvent permettre d’envisager un espace qui s’affranchirait à la fois de l’idée de groupe et de celle d’auteur. La pensée de Popper nous fournit alors une inspiration : c’est le désaccord qui est fécond et qui doit être systématiquement recherché et encouragé (et non plus regretté) ; ces oppositions conceptuelles ne sont plus à comprendre sur le plan des auteurs (des sujets qui produisent ces descriptions et ces théories, et qui manifestent à leur égard adhésion ou rejet), mais sur le plan de leurs relations objectives, en tant que théorie et que description. L’idée popperienne d’une connaissance objective et d’un savoir sans sujet peut alors être féconde, c’est ce chemin en deux étapes que l’on peut alors esquisser.

  • 50 Pour prendre quelques exemples un peu extrêmes, mais parlants, Diderot est-il l’auteur d’articles c (...)

22La première consiste à envisager que l’histoire littéraire, lorsqu’elle tente de rendre compte de l’Encyclopédie à partir des encyclopédistes, rencontre une difficulté liée au fait que cette histoire est littéraire et qu’elle essaie de saisir un objet qui échappe à peu près complètement à l’idée moderne de littérature qu’elle présuppose. Les opérations par lesquelles Foucault identifie la construction d’un auteur (niveau constant de valeur, cohérence conceptuelle ou théorique, unité de style) fonctionnent lorsque l’on passe de l’auteur au groupe en général. Mais, pour l’Encyclopédie, il n’est pas du tout assuré que nous soyons en présence d’un texte ou d’un ensemble de textes pour lesquels la fonction auteur serait pertinente50. Une des manières d’en tenir compte, comme le chapitre de Sylvain Menant l’indique clairement, consisterait à présenter l’Encyclopédie non comme une œuvre littéraire mais, selon ses termes, comme une vaste « tribune libre » :

  • 51 Sylvain Menant, op. cit., p. 270.

Cette œuvre si importante relève-t-elle de la littérature ? Pour faire une œuvre littéraire, il ne suffit pas de quelques morceaux d’anthologie semés çà et là, au hasard alphabétique, dans un tissu d’informations hétéroclites. Or, avec ses multiples collaborateurs, les domaines très divers qu’elle touche, la prédominance des renseignements historiques ou pratiques, l’Encyclopédie ne paraît guère relever, au premier coup d’œil, d’un statut différent des dictionnaires modernes. Pis encore, elle ne présente même pas l’unité de conception et de réalisation d’un « Littré », par exemple51.

23Pour s’aviser de la distance qui sépare l’Encyclopédie de l’idée moderne de littérature, il suffit de se rapporter à la définition qu’en propose l’Encyclopédie elle-même dans son neuvième volume. Le terme n’a encore que son sens, pour nous archaïque, de science, d’érudition ou de doctrine, et nullement celui de production d’objets discursifs, et encore moins si l’on envisage que ces objets se signaleraient principalement par leur dimension esthétique :

LITTÉRATURE, s. f. (Sciences, Belles-Lettres, Antiq.) terme général, qui désigne l’érudition, la connoissance des Belles-Lettres & des matieres qui y ont rapport. Voyez le mot Lettres, où en faisant leur éloge on a démontré leur intime union avec les Sciences proprement dites.

  • 52 Le dossier serait tout aussi copieux que celui de l’Encyclopédie. Je me permets simplement de renvo (...)

24Le terme a connu en effet une très remarquable évolution – bien connue sans que ses conséquences en soient toujours tirées – qui l’a vu basculer radicalement, et l’article du TLF permet de le mesurer lorsqu’il fait suivre le sens « vieilli » de « connaissance des lettres, culture générale » par celui d’« usage esthétique du langage écrit », dont nous héritons du xixe siècle. Il ne peut pas être question ici d’explorer les mutations que traduit l’évolution de « littérature52. » On peut s’en tenir à un constat simple : l’Encyclopédie n’est pas une œuvre littéraire au sens où nous l’entendons. La société de gens de lettres dont elle émane n’a rien d’un groupe d’écrivains, même si certains d’entre eux figurent en bonne place dans les manuels de littérature et les programmes d’agrégation. C’est bien l’une des difficultés avec laquelle doit composer l’histoire littéraire lorsqu’elle veut faire une place à un objet qui risque sans cesse d’échapper à l’idée de littérature qu’elle postule.

25L’article de Menant permet de faire apparaître, en négatif, une idée de littérature qui, sans que l’on ait à s’engager dans l’épineuse question de sa définition, permet de mesurer les effets qui peuvent résulter de la confrontation entre l’ouvrage encyclopédique et les attendus d’une histoire littéraire. La littérature impliquerait une création (le contraire de l’anthologie), un dessein et l’unité d’un tout (le contraire du désordre alphabétique et de la diversité discontinue des objets), une finalité interne et esthétique (l’opposé de l’information ou du renseignement), l’ensemble se rapportant à la figure de l’auteur comme garant de la cohérence de la « conception » et de la « réalisation ». À cette aune, l’Encyclopédie se voit reléguée au rang des dictionnaires, voire à certains des pires d’entre eux, comme le montre l’exemple du Littré où le foyer d’une intention confère à l’ouvrage une « unité de conception et de réalisation » dont l’Encyclopédie se voit dépourvue. L’Encyclopédie est alors prise dans un paradoxe : elle figure comme une composante essentielle à la conception que nous nous formons de la littérature du xviiie siècle en même temps qu’elle se situe en dehors de l’espace du littéraire tel que nous le concevons. L’idée moderne de littérature implique une série de déplacements et de réagencements qui compromettent parfois sérieusement notre compréhension des œuvres du passé, lesquelles s’inscrivent dans un cadre bien plus extensif. Si l’Encyclopédie, comme produit d’une « société de gens de lettres », est à la rigueur, pour le xviiie siècle, une œuvre littéraire, à une époque où le terme renvoie à tout savoir transmissible par le langage, elle ne l’est plus pour nous, ou seulement de manière très marginale. Le recours à la catégorie de l’auteur et à une compréhension de l’idée de groupe qui en est le corollaire, résulte d’une opération rétrospective qui permet à l’histoire littéraire à la fois de tenir un discours sur l’Encyclopédie et de la faire disparaître comme objet. Au cœur de cette opération, nous rencontrons la liaison étroite entre notre idée moderne de littérature et une conception subjectiviste de l’art et de la connaissance. C’est ici que les remarques de Sylvain Menant nous conduisent à la seconde étape.

26L’art et la littérature sont volontiers compris comme le produit d’un sujet. Ils puisent en celui-ci leur originalité et leur valeur. De manière équivalente, nous sommes imprégnés d’une conception de la connaissance qui tend à faire prévaloir l’activité d’un sujet connaissant, dont on devrait être capable d’expliquer comment il sait ce qu’il sait. L’Encyclopédie connaît ce subjectivisme, c’est celui qui se déploie par exemple dans le Discours préliminaire lorsqu’il raconte l’acquisition et le progrès des connaissances humaines en les comprenant comme ceux d’un sujet. Cependant, l’Encyclopédie présente également des aspects qui permettent de rompre avec ce subjectivisme et de penser en même temps, pour reprendre les termes de Popper, une œuvre sans auteur et une connaissance sans sujet.

  • 53 Voir Karl Popper, chapitre III « Une épistémologie sans sujet connaissant », La Connaissance object (...)
  • 54 Ibid., p. 184.
  • 55 Ibid., p. 185.
  • 56 Ibid.
  • 57 Ibid.

27Pour explorer cette dimension, il faut revenir au propos de l’Encyclopédie : présenter et produire des connaissances, proposer des représentations du réel et des théories aussi justes et efficaces que possible. L’Encyclopédie appartient à la sphère des contenus objectifs de pensée (parmi lesquels se trouvent aussi les descriptions du monde ou les systèmes théoriques) que Popper, décrit comme un « troisième monde53 », distinct de celui des objets physiques ou des état physiques (premier monde) et de celui des états de conscience, des états mentaux ou des dispositions à l’action (deuxième monde). Popper développe à partir de cette distinction trois thèses imbriquées, dont on ne retiendra ici que la première : l’épistémologie traditionnelle a étudié la connaissance ou la pensée en un sens subjectif – au sens où nous entendons ordinairement les expressions « je connais » ou « je pense ». Pour Popper la connaissance n’est pas de cet ordre, elle n’appartient pas au « deuxième monde », celui des sujets, mais au troisième monde, celui « des théories objectives, des problèmes objectifs, des arguments objectifs54 ». La connaissance ou la pensée ont deux sens : la connaissance ou la pensée au sens subjectif « qui consiste en un état d’esprit ou de conscience, ou en une disposition à un comportement ou à une réaction » ; la connaissance ou la pensée au sens objectif, « qui consiste en des problèmes, des théories, et des arguments en tant que tels »55. Selon Popper, la connaissance en ce sens objectif « est totalement indépendante de la prétention de quiconque à la connaissance ; elle est aussi indépendante de la croyance ou de la disposition à l’assentiment (ou à l’affirmation, ou à l’action) de qui que ce soit56 ». La connaissance au sens objectif est alors « une connaissance sans connaisseur ; une connaissance sans sujet connaissant57 ».

28En ce sens objectif, la connaissance en tant que telle est indifférente à la question du point de vue (et donc à celle de la convergence/divergence des points de vue). La connaissance n’est alors plus une forme de croyance. Si l’on suit cette suggestion, on voit en quoi elle répond aux éléments du texte encyclopédique que nous avons évoqués : elle permet de rendre compte de la présence massive d’articles tout à fait objectifs, en ce sens qu’ils proposent une connaissance détachée des conditions de sa production, à la fois comme connaissance et comme discours (absence de toute trace d’énonciation.) Cette conception de la connaissance permet également de rendre compte des antagonismes entre descriptions concurrentes, théories divergentes et arguments opposés, indépendamment de tout recours à des dispositions ou des croyances d’auteurs ou de sujets. Elle ouvre alors l’espace de la recherche de la vérité comme traque et mise à mort des erreurs, des théories fausses, comme espace de la confrontation des théories concurrentes et en dehors de tout affrontement des croyances.

29Ainsi la forme des articles, résultant de la reprise, du collage, de la citation et du commentaire, ainsi que leur rencontre hasardeuse, correspondent à l’effacement du sujet (de l’auteur), tout comme la diversité des discours – ce que Sylvain Menant traduit dans les termes du forum – répond à l’idée d’une connaissance qui sort de la sphère cartésienne et subjective du doute pour aller vers la dimension objective et sociale de la critique. Comme le montre nettement Popper, cet espace est celui du débat public où la science n’a pas à proprement parler de sujet. Il semble alors possible d’envisager l’espace de confrontation objective des idées qu’ouvre l’Encyclopédie comme faisant écho à l’idée popperienne d’une épistémologie sans sujet connaissant. Cette possibilité ouvre la voie à une manière d’écarter l’idée d’auteur qui sous-tend celle de groupe en évitant d’avoir recours à une pensée du texte (une théorie de l’intertextualité par exemple) ou bien de convoquer une unité de rang supérieur (l’esprit, le peuple, les Lumières, etc.) qui permettrait de récupérer la dissolution du sujet dans un devenir historicisé qui le transcenderait. L’Encyclopédie deviendrait alors le moyen de cette mise en œuvre, au sens littéral, du débat public, par laquelle la connaissance s’objective : elle prend la forme d’un ouvrage qui non seulement l’expose à la discussion publique mais à l’intérieur duquel cette discussion est agencée dans un espace qui ne relève plus de la cartographie de savoirs unifiés mais de leur incessante confrontation. Le caractère objectif de cette confrontation, qui n’appelle jamais sa reprise dans une unité de rang supérieur, garantit alors son objectivité au sens courant d’impartialité, autant qu’une telle objectivité peut être garantie. On peut ainsi donner un sens fort à l’expression selon laquelle l’ouvrage se rapporte à une « société de gens de lettres », mais en ne comprenant plus l’idée de société uniquement en termes de sociabilité : en l’envisageant aussi comme l’espace de déploiement d’une activité connaissante éminemment sociale, qui excède tout à fait les capacités d’un sujet individuel. Si le groupe des encyclopédistes est finalement insaisissable, nous n’avons peut-être pas à regretter qu’il le soit, dans la stricte mesure où nous sentons combien l’idée de société ainsi comprise peut lui être préférable.

Haut de page

Notes

1 Voir Antoine Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Fayard, coll. Nouvelles Études Historiques, 2005. On parle encore au xviiie siècle de « cercles » ou de « sociétés », le terme de salon dans le sens qui nous est devenu familier n’apparaît qu’au début du 19e siècle.

2 « J’entrais dans le monde à 17 ans », dit Meilcour à l’ouverture des mémoires fictives que constitue Les Égarements du cœur et de l’esprit de Crébillon.

3 Voir Maurice Agulhon, Pénitents et Francs-Maçons de l'ancienne Provence : essai sur la sociabilité méridionale, Paris, Fayard, 1968.

4 Furent successivement instituées l’Académie Française (1635), l’Académie royale de Peinture et de Sculpture (1648), l’Académie royale des Inscriptions (1663), devenue en 1716 Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres, l’Académie des Sciences (1666), l’Académie de France à Rome (1666), l’Académie royale de Musique (1669) et l’Académie royale d’Architecture (1671).

5 Voir Daniel Roche. Le Siècle des Lumières en province : académies et académiciens provinciaux, 1680-1789. Paris-La Haye, Mouton, 1978. 2 vol., et Les Républicains des lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1988.

6 La Gazette, Le Mercure galant et le Journal des savants sont les principaux au xviiie siècle. S’y ajoute une masse de publications, à la vie souvent éphémère, où l’on distingue les Mémoires de Trévoux (1701-1762), organe inspiré par les Jésuites ; Les Nouvelles ecclésiastiques (1728-1803) de tendance janséniste, plus ou moins clandestines ; Le Pour et Contre de l’abbé Prévost (1733-1740) ; le Journal encyclopédique de Pierre Rousseau, paraissant à Liège mais diffusé surtout en France (1756-1793) ; parmi les feuilles « antiphilosophiques », celles de l’abbé Desfontaines, Le Nouvelliste du Parnasse (1730-1743), et de l’abbé Fréron, L’Année littéraire (paraissant tous les dix jours) (1754-1776). 

7 Voir Daniel Roche, « République des Lettres ou royaume des mœurs : la Sociabilité vue d’ailleurs », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 43, n° 2, Avril-Juin 1996, p. 293-306. Voir également Marc Fumaroli, La République des Lettres, Paris, Gallimard, 2015, et Hans Bots, Françoise Waquet, La République des Lettres, Paris, Belin, 1997. Certains groupes restreints ont pu se penser comme une actualisation de cette République idéalisée. C’est en partie le cas des encyclopédistes.

8 Manuel d’Histoire littéraire de la France, tome III, 1715-1789, Paris, Messidor/Éditions Sociales, 1975, p. 453-464.

9 Collection Littérature française, tome 6, De l’Encyclopédie aux Méditation, volume coordonné par Robert Mauzi, Paris, Arthaud, 1984, p. 268-279.

10 Christophe Martin, L’Esprit des Lumières : histoire, littérature, philosophie, Paris, Armand Colin, 2017, p. 38.

11 Sophie Marchand, Histoire littéraire du xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 2014, p. 55.

12 Jean-Louis Lecercle, « L’œuvre de tous : l’Encyclopédie », dans Manuel d’histoire littéraire de la France, op. cit., p. 463-464.

13 Franck Salaün, Les Lumières, une introduction, Paris, PUF, 2011, p. 50.

14 Victor Cousin, Histoire de la philosophie au xviiie siècle, t.1, Paris, Pichon et Didier, 1829, p. 38.

15 Il peut s’agir de périodisations de taille médiane, où l’échelle est le siècle, toujours diversement construit (le xviiie siècle, le siècle des Lumières…), plus larges (l’âge classique, la littérature nationale, la civilisation européenne, voire l’histoire de l’humanité), ou plus fines (les Lumières, avec une amplitude plus ou moins grande ; les Lumières montantes, militantes, déclinantes ; les Lumières radicales etc.). Ces périodisations font presque toujours de 1750, année de la parution du premier volume, une date charnière, l’Encyclopédie contribuant alors à structurer l’histoire qui par ailleurs entreprend de comprendre quelle est sa place et sa fonction.

16 Ni l’Encyclopédie ou Dictionnaire universel raisonné des connaissances humaines, dite Encyclopédie d’Yverdon, publiée entre 1770 et 1780, ni la grande Encyclopédie méthodique lancée par Panckoucke à partir de 1782, n’ont un statut comparable.

17 C’est désormais dans le seul cadre de l’institution scolaire que se fait la mise en contact avec un public pour lequel l’entreprise se voit souvent résumée à quelques articles. Ces simplifications scolaires et universitaires, qui rapportent la pensée des Lumières à quelques emblèmes, posent toutes sortes de problèmes à la fois pratiques et théoriques, dont l’une des conséquences se mesure bien lorsque l’on parcourt les manuels destinés aux lycéens : ces représentations du littéraire, pris dans son histoire, souffrent de graves simplifications, réductions et schématisations qui faussent parfois considérablement les objets dont elles prétendent rendre compte.

18 Discours préliminaire des éditeurs, Volume I (1751), p. [i]

19 C’est par exemple le propos du recueil d’articles rassemblé par Véronique Le Ru sous un titre qui en résume les intentions : L’Encyclopédie, 250 ans après, la lutte continue (Reims, Épure, 2016).

20 Ibid., p. 11.

21 On note ainsi, entre 1751 et 1782, trois rééditions dans le format original in-folio, trois rééditions in-quarto, deux in-octavo, des éditions abrégées, dont L’Esprit de l’encyclopédie en cinq volumes, qui connait au moins six éditions entre 1768 et 1772. L’entreprise est à l’origine d’autres projets, dont celui de Diderot lui-même qui se proposait de reprendre l’ouvrage, douze ans après la parution du dernier volume, sous l’égide de Catherine de Russie. La voie est désormais ouverte à d’autres entreprises : De Félice tire de l’Encyclopédie de Diderot la matière de l’encyclopédie dite d’Yverdon, publiée entre 1770 et 1780 ; le projet diderotien est à l’origine de l’Encyclopédie méthodique de Charles-Joseph Panckoucke, publiée en 1782 et 1832, divisée en matières réparties en quarante dictionnaires scientifiques.

22 Voir Karl Popper : « Ma première thèse implique que la connaissance et la pensée ont chacune deux sens : (1) la connaissance ou la pensée au sens subjectif, qui consiste en un état d’esprit ou de conscience, ou en une disposition à un comportement ou à une réaction, et (2) la connaissance ou la pensée au sens objectif, qui consiste en des problèmes, des théories, et des arguments en tant que tels. La connaissance en ce sens objectif est totalement indépendante de la prétention de quiconque à la connaissance ; elle est aussi indépendante de la croyance ou de la disposition à l’assentiment (ou à l’affirmation, ou à l’action) de qui que ce soit. La connaissance au sens objectif est une connaissance sans connaisseur : c’est une connaissance sans sujet connaissant » (Karl Popper, La Connaissance objective [1972], Paris, Aubier, 1991, p. 185).

23 On pense par exemple aux travaux rassemblés chaque année depuis 1986 dans la revue Recherche sur Diderot et l’Encyclopédie, émanation de la Société Diderot. On pense également, plus récemment, à l’entreprise collective d’édition numérique scientifique de l’Encyclopédie ENCRRE (Edition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie) initiée en 2011 par Alexandre Guilbaud, Marie-Leca Tsiomis et Irène Passeron, qui s’appuie sur une équipe internationale et pluridisciplinaire de plus de 140 membres. Voir http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

24 Au moins depuis Sainte-Beuve. La notion de groupe, selon Alain Vaillant, est le concept central de Sainte-Beuve, ainsi que sa principale contribution à la théorie de l’histoire littéraire. Voir Alain Vaillant, L’Histoire littéraire [2010], 2e édition, Paris, Armand Colin 2017, p. 72-73.

25 Ibid., p. 73.

26 Plus précisément, il y plusieurs groupes successifs, dont la configuration change en fonction de l’avancée du travail et des difficultés rencontrées.

27 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » [1969], Dits et écrits, t. 1,, p. 817-849.

28 Le Prospectus par lequel est lancée publiquement l’entreprise, et qui sera repris dans le Discours préliminaire, paraît en octobre 1750. Rousseau s’est certes vu décerner le prix de l’Académie de Dijon en juillet de la même année, mais le Discours sur les sciences et les arts, qui le lance sur la scène littéraire, ne paraît qu’en 1751.

29 On pourra se reporter à l’utile anthologie procurée par Marie Leca-Tiomis, Diderot, choix d’articles de l’Encyclopédie, Paris, Éditions du C.T.H.S, 2001.

30 On peut consulter le Discours préliminaire de d’Alembert par exemple dans l’édition qu’en donne Michel Malherbe : D’Alembert, Discours préliminaire de l’Encyclopédie, introduit et annoté par M. MALHERBE, Paris, Vrin, 2000.

31 C’est le propos du Système figuré des connaissances qui ouvre l’entreprise, et auquel s’articule le système de désignants, qui permet de replacer chaque article dans le Système.

32 Diderot, article « Encyclopédie », vol. V (1755), p. 635ra–648vb.

33 Manuel d’Histoire littéraire de la France, t. 3, 1715-1789, op. cit., p. 453-464.

34 Collection Littérature française, t. 6, « De l’Encyclopédie aux Méditation », op. cit., p. 268-279.

35 Si Foucault a indiqué certains des éléments de cette construction, l’opération d’unification des discours est rendue particulièrement difficile sous le régime singulier d’écriture et de relation avec la pensée auquel s’associe le nom de Diderot.

36 Jean-Louis Lecercle, op. cit., p. 454.

37 Le chapitre mentionne ici l’Historia critica philosophiae du pasteur allemand Brucker (1742-1744) à laquelle Diderot emprunte la matière de ses articles d’histoire de la philosophie, le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle (1697), des répertoires techniques et scientifiques comme ceux de Moréri (1674) ou de Thomas Corneille (1694) ainsi que les mémoires de l’Académie des sciences.

38 Jean-Louis Lecercle, op. cit., p. 455.

39 Ibid., p. 460.

40 Jean-François Lyotard, La Condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les Éditions de minuit, 1979.

41 Ibid., p. 7.

42 On peut être plus réticent à propos de l’idée de « jeux de langage » en quoi consisterait la science et dont participeraient également ces métarécits. Le savoir scientifique ne se laisse pas délimiter par le choix d’un jeu de langage (celui de la science qui serait uniquement dénotatif), un peu comme si le simple fait qu’il y ait des règles pouvait prendre le pas sur la nature de ces règles. (Lyotard présente ainsi la vérification et la falsification comme deux règles équivalentes d’un même jeu.) L’épistémologie de Popper permet par ailleurs de penser un progrès des sciences dont l’effectivité ne se laisse pas replier sur un seul récit de légitimation ni ne cède à l’historicisme. Enfin, le savoir objectif selon Popper est justement un savoir sans sujet, et non un savoir qui serait l’objectivation d’un sujet de rang supérieur. Si l’on accepte cette idée, nous n’aurions alors pas à redouter « la forte extériorité du savoir par rapport au sachant » dont parle Lyotard (p. 19). Ce que montre enfin Popper, c’est que le savoir en tant que savoir ne doit jamais être légitimé par un savoir du savoir. On ne doit pas expliquer pourquoi on sait ce qu’on sait, sinon on s’expose immédiatement à expliquer beaucoup trop : ou bien à expliquer un savoir qui n’existe pas (l’induction par exemple) ou bien à expliquer ce qui, par son caractère miraculeux, ne doit pas être expliqué. Voir Daniel Pimbé, L’Explication interdite. Essai sur la théorie de la connaissance de Karl Popper, Paris, L’Harmattan, 2009.

43 Sylvain Menant, op. cit., p. 461.

44 Ibidem

45 Ibid., p. 268.

46 Ibid., p. 270.

47 Ibid., p. 274.

48 Stéphane Pujol, « La morale : l’Arlésienne de l’Encyclopédie ? », dans L’Encyclopédie, 250 après la lutte continue, op. cit., p. 37-75.

49 Ces remarques lacunaires mériteraient d’être amplement complétées par l’étude d’autres histoires littéraires d’ambition comparable. Celle proposée par Michel Delon et Pierre Malandain (Littérature Française du xviiie siècle, Paris, PUF, coll. Premier Cycle, 1996) correspondrait à cette exigence. Les éléments consacrés à l’Encyclopédie y sont nettement plus brefs, et pris dans un propos plus général sur « Le savoir et les sommes encyclopédiques » (p. 301-308), où il est question également de l’Histoire naturelle de Buffon et de l’Histoire des deux Indes de Raynal. La figure de Diderot – directeur de l’entreprise encyclopédique et contributeur à l’histoire de Raynal – domine alors le propos. C’est une tentation à laquelle la présentation de Franck Salaün (Les Lumières, une introduction, Paris, PUF, coll. Licence, 2011) résiste bien plus vigoureusement (voir « l’Encyclopédie », p 50-62), en posant l’ouvrage comme « une tentative de réalisation ou d’actualisation de la République des Lettres » (p. 51).

50 Pour prendre quelques exemples un peu extrêmes, mais parlants, Diderot est-il l’auteur d’articles comme « Aco » ou « Affinage » qui portent sa marque ? :

« *ACO, s. m. poisson dont Aldrovande fait mention, & qu’il dit être fort commun dans l’Epyre, la Lombardie, le lac Como, & d’une nourriture excellente. Cherchez maintenant ce que c’est que l’aco. » ;

« * AFFINAGE, s. m. (Arts mèchaniques.) se dit en général de toute manœuvre par laquelle on fait passer une portion de matiere, solide surtout, quelle qu’elle soit d’ailleurs, d’un état à un autre, où elle est plus dégagée de parties hétérogenes, & plus propre aux usages qu’on s’en promet. Le sucre s’affine ; le fer s’affine ; le cuivre s’affine, &c. Je dis une portion de matiere solide, parce que l’affinage ne se dit pas des fluides : on les clarifie ; on les purifie, &c. mais on ne les affine pas ».

51 Sylvain Menant, op. cit., p. 270.

52 Le dossier serait tout aussi copieux que celui de l’Encyclopédie. Je me permets simplement de renvoyer à l’ouvrage récent d’Alexandre Gefen, L’Idée de littérature, de l’art pour l’art aux écritures d’intervention (Paris, José Corti, 2021), qui envisage dans son introduction une petite histoire de l’idée et du mot avant le processus d’autonomisation de la littérarité, puis de sa mise en crise, à laquelle l’ouvrage est surtout consacré. Alexandre Gefen propose une conception extensive de l’idée de littérature, plus seulement centrée sur l’espace restreint de son autonomie, qui n’est pas sans renouer avec certaines de ses composantes anciennes. C’est aussi, à sa manière, le propos d’Alain Vaillant, dont L’Histoire littéraire s’attache à proposer une définition historique acceptable de la littérature elle-même. Voir le chapitre V, « Indéfinissable littérature » (op. cit., p. 105-124), qui s’achève sur une proposition de définition sociopoétique qui ne choisit pas, dans les acceptions du terme, celles que le romantisme nous a appris à valoriser.

53 Voir Karl Popper, chapitre III « Une épistémologie sans sujet connaissant », La Connaissance objective, op. cit., p. 182-183 : « Nous sommes en droit de distinguer les trois mondes ou univers suivants : premièrement le monde des objets physiques ou des états physiques ; deuxièmement le monde des états de conscience ou des états mentaux, ou peut-être des dispositions comportementales à l’action ; et troisièmement le monde des contenus objectifs de pensée, qui est surtout le monde de la pensée scientifique, de la pensée poétique et de œuvres d’art. »

54 Ibid., p. 184.

55 Ibid., p. 185.

56 Ibid.

57 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Martine, « « Une société de gens de lettres » ou l’impossible groupe des encyclopédistes »COnTEXTES [En ligne], 31 | 2021, mis en ligne le 15 octobre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10394 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.10394

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Martine

Université de Bourgogne Franche-Comté/CPTC

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search